Salima Louafa, la romancière dont la magie des mots fuse sous l’étreinte des doigts

Salima Louafa, la romancière dont la magie des mots fuse sous l’étreinte des doigts

Au premier contact, Salima Louafa semble cacher un mystère ineffable. Elle n’est pas diaphane parce qu’elle reflète une lumière, mais ne répond jamais à tour de bras.

Milan Kundera répéterait peut-être que, romancière, elle n’aimerait pas parler d’elle-même. Pourtant, elle n’a pas rechigné à nous ouvrir la porte de son jardin secret. Son mystère, pour le résoudre, il faut d’abord lire ses deux premiers romans: “Chairs d’argile” et “Une forme de nuit”. Tout de suite, vous comprendrez que la sève de sa vie gît dans ses deux passions inséparables : la lecture et l’écriture. La rencontrer, causer avec elle sur son amour pour la littérature et les arts et essayer, in fine, d’éplucher sa face cachée permet, à coup sûr, de se laisser emporter par une noblesse de l’âme presque ésotérique et une sobriété intellectuelle enchanteresse.