Afrique : La cybercriminalité coûte plus de 4 milliards de dollars par an

Afrique : La cybercriminalité coûte plus de 4 milliards de dollars par an

Les statistiques actuelles démontrent que la cybercriminalité coûte chaque année à l'Afrique plus de 4 milliards de dollars, selon Mohamed El Nemr, chargé du Milieu de travail moderne et sécurité chez Microsoft Moyen-Orient, Afrique et marchés émergents. "Le plus problématique cependant, c'est que la vulnérabilité du continent ne fait que s’accroître à cause des mesures de sécurité qui sont adoptées et qui demeurent à la fois faibles et dépassées", a-t-il souligné dans un article intitulé "les économies face au changement: Il est grand temps d’adopter une culture de la sécurité technologique".

Depuis le début de la pandémie liée à la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19), les failles en matière de cybersécurité n’ont pas cessé de se multiplier et de faire les gros titres des médias, a-t-il rappelé. Les cybercriminels ont trouvé dans la crise sanitaire actuelle une belle occasion pour s’en prendre, de manière ciblée et massive, aux entreprises sans défense.

Notant que plus d’un milliard d’Africains auront accès à internet à l’horizon 2022, M. El Nemr, a fait savoir qu’aujourd’hui, la tendance est que le monde de l’entreprise commence à adopter un mode de travail de plus en plus "hybride" (certains employés ont choisi de retourner au bureau, d’autres préfèrent travailler depuis leur domicile). Face à cet état de fait, de nouveaux défis commencent à se présenter, notamment pour les entreprises qui n’ont toujours pas choisi de placer la sécurité au centre de leur modèle de gestion.

Aujourd'hui et plus que jamais, les employés qui travaillent à distance devraient commencer à être outillés et préparés à faire face aux "cyber fraudes" de tout acabit, a-t-il souligné. Les entreprises, tous secteurs confondus, commencent désormais à faire face à une toute nouvelle normalité. Leurs stratégies de sécurité interne se doivent à présent d'être basées sur deux volets importants.