Covid-19 en Afrique : le spectre de la « deuxième vague »

Covid-19 en Afrique : le spectre de la « deuxième vague »

Si l'Afrique peut donner l'impression d'être « épargnée » par le Covid-19, la situation est plus complexe avec un continent partagé en deux.

Plus de neuf mois après l'apparition du Covid-19 sur le continent, la barre des 2 millions de cas d'infection a été dépassée, a annoncé hier le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique). C'est toujours moins de 4 % des cas recensés dans le monde, alors que le continent compte 17 % de la population mondiale. Les hypothèses ne manquent pas pour expliquer « l'exception africaine ». Comme la jeunesse de sa population avec un âge médian situé à 19,7 ans, le mode de vie en majorité rurale, sa faible insertion dans l'économie mondiale ou encore une forme d'immunité liée à une exposition régulière à des épidémies renforçant la résistance aux virus.

Mais la direction régionale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) redoute une « deuxième vague » alors qu'approchent les fêtes de fin d'année synonymes de grands rassemblements. « Il y a maintenant plus de deux millions de cas de Covid-19 en Afrique et malheureusement, 48 000 personnes sont décédées », a indiqué la directrice régionale de l'OMS pour le continent, le docteur Matshidiso Moeti. « Au cours des 28 derniers jours, les cas ont augmenté par comparaison au mois dernier dans 19 pays, dont le Kenya, l'Algérie, le Ghana et l'Algérie », a ajouté le Dr Moeti lors d'une conférence de presse en ligne depuis le siège de l'OMS-Afrique à Brazzaville.