Facebook interdit les publications niant l'Holocauste

Facebook interdit les publications niant l'Holocauste

Il lui aura donc fallu 16 ans. Facebook va désormais supprimer tous les contenus « niant ou déformant » l’Holocauste, un nouveau durcissement de ses règles de modération des contenus que des associations américaines réclamaient de longue date.

« Nous retirons depuis longtemps les messages d’apologie des crimes motivés par la haine de l’autre et des tueries de masse, y compris l’Holocauste. Mais avec la montée de l’antisémitisme, nous étendons notre règle pour interdire tout contenu qui nie ou déforme l’Holocauste aussi », a déclaré lundi Mark Zuckerberg, le patron du géant des réseaux sociaux, sur son profil. Les utilisateurs qui font des recherches sur l’Holocauste seront redirigés « vers des sources d’information qui font autorité », a-t-il précisé.

Aux Etats-Unis, révisionnisme et négationnisme ne sont pas prohibés et la jurisprudence tend à les placer sous la protection du premier amendement de la Constitution, qui garantit la liberté d’expression. « J’ai bataillé avec ce dilemme, entre soutenir la liberté d’expression et les dommages causés par le fait de minimiser ou de nier l’horreur de l’Holocauste », élabore le fondateur de la plateforme. Mais « ma propre réflexion a évolué en voyant les données qui montrent une hausse des violences antisémites ».