NADAL EST AUSSI UNE LÉGENDE D’AUTOMN

NADAL EST AUSSI UNE LÉGENDE D’AUTOMN

En écrasant Djokovic en finale, l’Espagnol s’est adjugé un 13e titre à Roland-Garros.

Cette édition, exceptionnellement déplacée à l’automne en raison de la crise sanitaire, devait être imprévisible. Et au final, c’est le plus prévisible des vainqueurs qui triomphe. Impitoyable Rafael Nadal, vainqueur 6-0, 6-2, 7-5 de Novak Djokovic en finale. Statue indéboulonnable de Roland-Garros. À Paris, il y a bien lui et les autres. Jamais personne dans l’histoire n’avait remporté plus de douze fois le même titre en simple, Majeur ou pas. Le roi de la terre a franchi hier le mur du cent avec deux défaites seulement depuis 2005. Programmé pour gagner sur le Philippe-Chatrier quelques soient les saisons. Légende du printemps, légende d’automne. L’ogre de l’ocre avait pourtant débarqué à Paris avec une pointe d’incertitude et semblait avoir une marge plus réduite qu’auparavant. L’humble champion avait prévenu : «Ce sera cette année un gros challenge de bien jouer ici. Ces conditions ne sont pas idéales du tout pour moi, mais je vais me battre sur chaque point.»