MARSEILLE FACE À UN AUTRE CLASSIQUE CONTRE LES VERTS

MARSEILLE FACE À UN AUTRE CLASSIQUE CONTRE LES VERTS

L’OM se prépare à un deuxième classique en quatre jours, avec la réception de Saint-Étienne aujourd'hui (21h00) en match en retard de la 1ère journée.

A peine le temps de fêter le précieux succès au Parc des Princes (0-1), après neuf ans sans victoire contre le PSG, que l’Olympique de Marseille doit déjà enchaîner par un autre classique de la Ligue 1 face à Saint-Etienne. Battre un rival encore plus ancien embellirait encore un peu plus la semaine des Marseillais, qui attendent encore Lille, dimanche lors de la 4e journée, dans un Vélodrome quasi vide, avec seuls 1.000 spectateurs autorisés (pour 67.000 places), Covid-19 oblige. «L'an dernier, on avait reçu comme obligation de nos supporters de gagner contre Saint-Étienne, ils me l'avaient bien fait sentir», a lâché, dans un grand sourire, André Villas-Boas en conférence de presse.
Le choc du huis-clos, ou presque...
Ce classique du Championnat, joué pour la 111e fois, devait ouvrir la saison, le 21 août, mais il avait été reporté à cause du nouveau coronavirus, qui touchait l'effectif marseillais. «Saint-Étienne est un grand rival, l'an dernier on les a battus pour les 120 ans du club (1-0)», se souvient Villas-Boas. Grosse différence, ce jeudi soir, «le stade vide sera un choc, quand même» regrette AVB, qui devra également composer sans son attaquant Dario Benedetto, buteur la saison passée, et le défenseur Jordan Amavi, exclus à Paris et tous deux suspendus. «Les règles sont les règles», enchaîne Valentin Rongier, chagriné de jouer devant un stade presque vide. Pour moi, le foot sans supporters ne vaut rien, un Vélodrome à 60.000 ou 1.000 personnes, ça change beaucoup de choses, on sait qu'on joue à 12 à domicile d'habitude. Mais pour nous, le travail reste le même, on doit gagner. On sait aussi que celui qui gagnera le match va prendre la tête du Championnat, c'est d'autant plus important dans les têtes.»