Budget des régions : les disparités de la croissance se creusent

Budget des régions : les disparités de la croissance se creusent

Cinq régions ont enregistré des taux de croissance supérieurs à la moyenne nationale et trois régions ont créé, à elles seules, 58,7% de la richesse nationale.

Le diagnostic des finances régionales et de leur impact sur le taux de croissance nationale, réalisé par le haut-commissariat au Plan (HCP) pour le compte de l’année 2018, révèle que l’équilibre régional reste l’une des grandes problématiques à résoudre pour le processus de régionalisation avancée. La déclinaison régionale des plans sectoriels est l’une des pistes préconisées pour tempérer les inégalités régionales durant cette étape, accompagnée d’une politique de discrimination positive pour les zones montagneuses et enclavées.
Les indicateurs phares
Le bilan réalisé par le HCP laisse entrevoir une forte concentration de l’activité économique, ainsi qu’un écart considérable en termes de contribution par région au PIB national. Ainsi, cinq régions ont enregistré des taux de croissance supérieurs à la moyenne nationale de l’ordre de 3,1%. Il s’agit des régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (7,6%), Souss-Massa (6,8%), Laâyoune-Saguia al Hamra (6,7%), Guelmim-Oued Noun (4,3%) et l’Oriental (4,2%). De leur côté, les régions de Casablanca-Settat et Marrakech-Safi ont connu des taux de croissance proches de la moyenne nationale, successivement de 3,4 et 3,2%. Les cinq régions restantes ont, quant à elles, réalisé des taux de croissance inférieurs à la moyenne nationale, allant de 2,8% dans la région Drâa-Tafilalet à -0,7% dans la région Rabat-Salé-Kénitra.