NBA: VINCE CARTER OU L'ATTERRISSAGE FORCÉ D'«AIR CANADA»

NBA: VINCE CARTER OU L'ATTERRISSAGE FORCÉ D'«AIR CANADA»

Parmi les résignés ou déçus, non concernés par la reprise de la saison, il y a eu un grand malheureux début juin: Vince Carter, formidable fournisseur de spectacle made in NBA sur quatre décennies, n'aura pu aller au bout de sa tournée d'adieu pourtant méritée.

Les Atlanta Hawks ne faisant partie des équipes vouées à finir le championnat fin juillet à Disney World, la carrière de Carter s'est arrêtée de facto. Et avec l'officialisation hier de sa retraite des parquets, par le joueur lui-même, âgé de 43 ans, c'est une page de la ligue qui se tourne.
En l'occurrence celle des années 2000, certes dominées par les Lakers du duo Bryant/O'Neal et par les Spurs du trio Duncan/Parker/Ginobili, mais dont «Vinsanity» fut un des plus flamboyants ambassadeurs, avant de faire montre d'une longévité remarquable. Carter n'aura certes jamais gagné la bague du sacre en 22 saisons. Il ne s'en sera même pas approché, que ce soit avec Toronto, New Jersey, Orlando, Phoenix, Dallas, Memphis, Sacramento ou Atlanta.


Météo Rabat

Agenda