Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La Vieeco, il y a 4 mois

Stroc Industries : le plan de sauvegarde activé.
LE PLAN DE SAUVETAGE DOIT ÊTRE EXÉCUTÉ SUR UNE PÉRIODE DE 5 ANS. LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’INDUSTRIEL JUGÉE «REMÉDIABLE». LES BANQUES INCITÉES À FAIRE PREUVE DE PLUS DE SOUPLESSE EN APPRÉCIANT LES DEMANDES DE FINANCEMENT AU CAS PAR CAS.

Stroc Industries est officiellement la première société à avoir bénéficié d’un plan de sauvegarde, un dispositif institué par la loi n°73-17 du 23 avril 2018 réformant le livre 5 du code de commerce. Le tribunal de commerce de Casablanca a homologué ce plan proposé par le syndic en collaboration avec le chef d’entreprise le 12 juillet 2018, son accord pour cette option proposée en juin 2018, au lendemain de l’annonce officielle faite par le management sur la situation critique de la société. En avril 2019, Mohammed Tougani, expert-comptable et judiciaire et commissaire aux comptes en France et au Maroc, a été désigné par le tribunal pour assister l’industriel dans cette démarche. Ce dernier avait déposé son rapport analysant la situation financière de la société, la viabilité de l’activité économique et l’impact sur le personnel de l’entreprise. Après examen approfondi des détails du plan de sauvegarde, le tribunal a jugé viables les dispositions qui le composent, en se basant sur le principe de continuité de l’activité.

«Le tribunal avait le choix d’opter soit pour la sauvegarde, soit pour le redressement, soit pour la liquidation. La situation était, certes, critique, mais la société n’était pas en cessation de paiement, et ce malgré les difficultés à assumer ses charges fixes. La situation est remédiable, et le principe de continuité de l’activité est respecté», explique le syndic.

Le rôle du syndic est à préciser

Ledit plan de sauvegarde est étalé sur une durée de cinq ans, durant laquelle le management de Stroc Industries devra se conformer aux objectifs du plan, et respecter la configuration de rééchelonnement des dettes, tout en maintenant l’activité par l’exploitation des ressources encore à sa disposition et maintenir les emplois.

Mohammed Tougani, spécialiste des entreprises en difficulté qui fut l’auteur du rapport sur Buzichelli, se montre confiant : «Avec ce sursis, Stroc Industries a désormais les moyens de dépasser cette crise, rembourser ses dettes et renouer, à terme, avec le vert. C’est le propos même du plan de sauvegarde», confie-t-il, avant de poursuivre : «Les difficultés font partie de la vie d’une entreprise. Plus particulièrement dans le secteur de l’industrie. La conjoncture fait que des industriels se trouvent parfois malgré eux dans des situations critiques contre lesquelles ils ne peuvent rien sans appui financier». Il ajoute que le métier de syndic devrait être réglementé, à l’instar de ce qui se fait en France et aux Etats-Unis pour définir ses compétences, sa responsabilité et sa rémunération, car dans les procédures des difficultés des entreprises, il joue un rôle essentiel, d’autant plus que la réforme du livre 5 du mois d’avril 2018 a prévu un texte dans ce sens.

«Le recours à un plan de sauvegarde, lorsqu’il est justifié par une volonté de faire revivre l’activité, ainsi qu’une stratégie crédible pour assainir ses finances, peut faire éviter à des entreprises l’insolvabilité et même la liquidation judiciaire», commente M. Tougani.

L’origine du «mal»

L’année de son entrée en Bourse en 2011, Stroc Industries a fait face à plusieurs crises sociales qui, de l’aveu même de son PDG, Nabil Zyatt, n’avaient pas été prévues, et qui ont été gérées en favorisant la confrontation à l’échange. Chose qu’il regrette depuis. Le carnet de commandes de cette année-là, qui était de 500 MDH de chiffre d’affaires, n’avait été concrétisé qu’à hauteur de 200 MDH. La perte était estimée à 140 MDH. L’industriel a continué à mener sa barque jusqu’en juin 2014 où la trésorerie est devenue négative. Le premier effet impayé était enregistré cette année-là. En 2015, année également très difficile et caractérisée par une perte sèche de 100 MDH, le besoin de trésorerie n’avait cessé de gonfler.

L’année suivante, la société essuie une perte supplémentaire de 100 MDH, attribuable à des pertes de marché. En essayant de sauver les meubles, Stroc avait réduit sa capacité à fonctionner, estropiant par là même sa propre rentabilité.

La situation financière de l’industriel ne cessera de se dégrader. Ses comptes sont bloqués, les financements attendus ne se sont pas concrétisés, et sur les 800 salariés que la société comptait à l’époque, seule une partie recevait son salaire. Plusieurs ont démissionné depuis. Toutefois, Stroc Industries n’était pas en cessation de paiement. A fin 2017, la trésorerie, qui comptait un passif de -170 MDH, était passée à -65 MDH. Mais le danger planait toujours, et la difficulté à se financer pesait toujours autant sur l’industriel.

Mohammed Tougani regrette qu’en «période de crise, une entreprise peut rarement compter sur le secteur bancaire pour trouver de quoi financer son plan de relance. Les banques ferment les robinets, ce qui est tout à fait compréhensible dans le cas d’une société qui se dirige vers la liquidation. Mais pour une société inscrite dans la continuité, une appréciation au cas par cas devrait s’imposer avec le concours de Bank Al-Maghrib (BAM) qui devrait donner ses directives au système bancaire pour sauver des milliers d’emplois». En effet, si les moyens financiers suivent et que les managers mouillent leur chemise, il est tout à fait possible de relancer une affaire, surtout quand le marché existe (voir encadré).


Voir Source
Lire aussi

Electrification rurale : La BAD approuve un financement de 245 millions d’euros pour l’ONEE

La banque africain de développement a approuvé, Mercredi,un financement d'environ 245 Millions d'euros enfaveur de l'office national de léléctricité et de l'eau potable (ONEE) en vue de réaliser son programme de développement des réseaux de transport d'éléctricité ey d'éléctrification rurale,selon un communiqué de la BAD.
Comment capter la manne touristique chinoise.

La suppression du visa pour les ressortissants chinois, en 2016, a eu pour effet une croissance exponentielle des arrivées: 120.000 en 2017, 138.000 en 2018 et une estimation de 178.000 d’ici la fin de cette année, sur plus de 150 millions de touristes chinois dans le monde en 2018.
Subventions aux EEP : hausse de 5% par an en moyenne depuis 10 ans.

Le portefeuille public est composé de 268 EEP et 479 filiales.Ces entités contribuent pour 2/3 à l'investissement public et pour prés de 10 % ai PIB.Leur dette de financement culmine à 279,24 milliards de DH en 2018 et devrait atteindre 284,2 milliards en 2019.
La filière oléicole assure au Maroc une entrée de devises équivalente à 1,8 milliards DH par an.

La filière oléicole contribue à la satisfaction des besoins du Maroc en huiles alimentaires en couvrant près de 19 % de ces besoins et à l’équilibre de la balance commerciale en assurant une entrée de devises équivalente à 1,8 milliards DH par an (moyenne 2013-2017).
Sommet régional de l'énergie : l'expérience du Maroc en matière de Partenariats Public-Privé présentée à Dakar.

L’expérience du Maroc en matière de Partenariats Public-Privé (PPP) pour la réalisation des projets énergétiques a été présentée, lundi à Dakar, dans le cadre du 4è Sommet régional de l’Énergie pour l’Afrique de l’Ouest (Res : West) qui se tient dans la capitale sénégalaise.
LA BERD OUVRE UN NOUVEAU BUREAU À AGADIR.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a ouvert, hier, un bureau à Agadir après l'inauguration de deux autres établissements dans les villes de Casablanca et de Tanger.
Tourisme de croisière: Hausse de 14,3% du nombre d’escales dans le port de Tanger Ville

La stratégie de développement du tourisme de croisière du Port de Tanger Ville, axée sur l’expérience client, a donné des premiers résultats positifs avec une augmentation de 14,3% en 2019 et une une programmation d’escales confirmée de plus de 16% en 2020.
LA BERD SOUTIENT LE NOUVEAU MODÈLE DE DÉVLOPPEMENT ÉCONOMIQUE AU MAROC.

Le vice-président de la Banque européenne de reconstruction et de développement (BERD), Alain Pilloux est en visite de 8 jours au Maroc, dans le but de renforcer la présence de la banque que Maroc.
Résultats sociétés cotées: Les banques serrent la vis sur les dépenses.

Les quatre groupes qui ont déjà publié leurs résultats au 3e trimestre (Attijariwafa bank, BCP, BMCE Bank of Africa et Crédit du Maroc) ont cumulé un bénéfice de 8,5 milliards de DH en hausse de 4,8%
A Tanger, l’usine Siemens Gamesa tourne à plein régime

A ce jour, l’usine siemens Gamesa de production de pales éoliennes a créé 750 emplois et dispensé 350000 heures de formation, mais la grande inconnue reste le taux d’intégration. Avec un portefeuille de 1 212 MW au Maroc, l’ambassadeur du «made in Germany» se taille 69% de parts de marché.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


DELL - Studio 1737
PROCESSEUR: Core™ 2 Duo T9400 (2.53GHz)
RAM: 4GB DDR2
HDD: 500GB SATA
Graveur DVD+/RW
Technologie Wi-Fi Wireless
Option Bluetooth
WebCam 2 Megapixel
4 Port USB, Lecture de carte mémoire
Windows Vista Edition Familiale Premium

Leguide Voyage


Riad Lola Halima
Riad à Meknes suffisamment éloignée de l’agitation urbaine pour offrir un lieu de calme épargné par la circulation automobile. Toutefois la situation du Riad permet l’accès rapide à la Médina, à sa visite et à ses musées (Dar Jamai , Musée de Meknès) ainsi qu’à la Medersa Bou Inania. A quelques minutes de marche se trouve le Mausolée de Moulay Ismaïl (seul édifice religieux accessible aux non musulmans).