Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Le Monde, il y a 4 mois

Tunisie : un policier tué et huit blessés dans deux attentats-suicides à Tunis revendiqués par l’EI
Ce double attentat témoigne de la persistance de certains groupes terroristes en Tunisie, malgré une amélioration générale de la situation sécuritaire.

Un policier a été tué et huit autres personnes ont été blessées, jeudi 27 juin à Tunis, dans deux attentats dans le centre-ville et devant une caserne de la garde nationale, des attaques témoignant de la persistance de certains groupes terroristes en Tunisie malgré une amélioration générale de la situation sécuritaire.

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué le double attentat-suicide, rapporte l’organisme américain de surveillance des mouvements extrémistes SITE, citant l’agence de propagande Amaq.
La première attaque, qui a fait cinq blessés, a été perpétrée par un kamikaze s’étant fait exploser devant une voiture de la police municipale. Selon un journaliste du Monde Afrique présent sur place, l’attaque a eu lieu au niveau des arcades de l’avenue Charles-de-Gaulle qui prolonge la célèbre avenue Bourguiba vers l’entrée de la médina. « J’ai vu les parties du corps du kamikaze se disperser », témoigne une femme en état de choc. Un autre témoin rapporte qu’il a vu la « voiture de police soulevée » par le souffle de l’explosion.

Dans les minutes qui ont suivi, des unités antiterroristes, le visage dissimulé par des cagoules, ont fait leur apparition, bloquant les accès des différentes rues de ce centre-ville très fréquenté. Au milieu des sirènes hurlantes, de nombreux policiers en civil vérifiaient l’identité de passants leur semblant présenter l’apparence de ressortissants étrangers. Par ailleurs, un autre véhicule a explosé sur le parking de la direction antiterroriste de la caserne d’El Gorjani, à Tunis, faisant quatre blessés parmi les policiers.
« Nous avions démantelé ces dernières semaines de nombreuses cellules terroristes dormantes », a commenté un responsable de l’information du gouvernement, Yousef Chahed, qui fait état d’une opération de « démantèlement » jeudi matin dans la région de Gafsa (centre-ouest).

Ce double attentat survient dans un contexte politique tendu, alors que les Tunisiens sont appelés à voter à l’automne pour un double scrutin, législatif et présidentiel. L’adoption d’une nouvelle loi électorale visant à écarter des candidats « outsiders » bousculant les partis politiques établis a soulevé de vives controverses.

Peu après ce double attentat, le président de la République, Béji Caïd Essebsi, âgé de 92 ans, a été hospitalisé pour un « malaise grave », a annoncé la présidence tunisienne. L’un de ses conseillers a déclaré que l’état de santé du président était « critique », mais « stable », démentant des rumeurs faisant état de sa mort.

Année noire de 2015
Le 29 octobre 2018, une attaque quasi similaire à celle de jeudi s’était produite sur l’avenue Bourguiba. Une femme kamikaze s’était fait exploser à proximité d’un véhicule de police, blessant vingt personnes, dont quinze membres des forces de l’ordre et cinq civils.

Ces deux séries d’attaques – de facture plutôt artisanale – surviennent alors que la Tunisie avait recouvré une certaine sécurité après l’année noire de 2015. Celle-ci avait vu se succéder l’attaque contre le Musée du Bardo le 18 mars (vingt-deux morts, dont vingt et un touristes et un policier), l’assaut contre la station balnéaire de Port El-Kantaoui près de Sousse le 26 juin (trente-huit touristes étrangers tués) et l’attentat-suicide contre un bus de la garde présidentielle dans la capitale le 24 novembre (douze policiers tués).
Ces trois attaques avaient été revendiquées par l’organisation Etat islamique (EI). Tout comme l’EI avait revendiqué l’attaque du 7 mars 2016 contre Ben Gardane, ville frontalière avec la Libye, qui avait tué, à l’issue de combats très violents, douze membres des forces de l’ordre et sept civils. Quarante-six assaillants djihadistes avaient aussi trouvé la mort.

Depuis lors, le péril terroriste avait cessé de préoccuper la population tunisienne alors que les forces de sécurité poursuivaient leur travail de démantèlement des « cellules dormantes ». La perception extérieure de la Tunisie s’était notablement améliorée comme l’a illustré une reprise de la fréquentation touristique ces deux dernières années.

Lire Source
Lire aussi

Israël : Benyamin Netanyahou mis en examen pour corruption, fraude et abus de confiance

Le procureur général d'Israël a décidé jeudi soir de mettre en examen le Premier ministre Benyamin Netanyahou pour corruption, fraude et abus de confiance dans différentes affaires. S'il reste pour l'instant en poste, il est le premier chef de gouvernement israélien à se retrouver dans cette situation.
Emeutes en Iran: l’Etat affirme sa victoire contre un « complot » étranger.

L’Etat iranien a affirmé hier être sorti victorieux d’un « complot » ourdi à l’étranger après plusieurs jours de manifestations violentes contre une hausse du prix de l’essence lors desquelles des dizaines de personnes auraient été tuées.
A Hongkong, l’espoir d’un dénouement non violent à l’Université polytechnique.

Les autorités ont adopté un ton plus conciliant pour appeler à se rendre les manifestants toujours retranchés.
Mali: 24 soldats et 17 djihadistes tués dans des combats.

L'attaque djihadiste survient après une poussée de l'armée française en novembre
Chili : le Parlement convoque un référendum pour réviser la Constitution de Pinochet.

Après deux mois de contestation sociale, coalition gouvernementale et partis d’opposition sont parvenus à se mettre d’accord. Le référendum aura lieu en avril 2020.
Fusillade en Russie : un étudiant tue un camarade puis se suicide

Les fusillades dans les écoles ou les lieux publics sont rares en Russie, où le contrôle des armes est strict.
En Bolivie, la sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim.

La deuxième vice-présidente du Sénat, Jeanine Añez, s'est proclamée mardi présidente par intérim de la Bolivie. Depuis le Mexique où il s'est réfugié, Evo Morales a dénoncé un "coup d'État".
Israël tue un haut commandant palestinien, des tirs de roquettes en réponse.

L’armée israélienne a tué mardi matin un haut commandant d’un groupe islamiste armé palestinien qui a promis de répondre par des tirs de roquettes.
Otan: Angela Merkel ne partage pas la vision "radicale" de Macron.

Emmanuel Macron avait dénonce "la mort cérébrale de l'Otan", dans une interview
Erdogan attendu la semaine prochaine à la Maison Blanche.

Le président américain Donald Trump recevra son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, la semaine prochaine à Washington, mettant ainsi fin à des semaines d’incertitude quant à savoir si le président turc allait faire ce voyage malgré les tensions sur la Syrie.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Mobilia - Asil
-Réf.as-2002 : Commode + miroir
Dimension : L101 H148 P47
Couleur :
Prix: 3450 dh
-Réf.pack Asil : Lit + sommier + 2 chevets
Dimension : 160x200
Couleur :
Prix : 6550 dh
-Réf.as-2001 : Armoire 4 Portes
Dimension : L246 H212 P66
Couleur :
Prix : 7990 DH

Leguide Voyage


Riad Zahraa
Zahraa en arabe est la fleur d'oranger; c'est aussi le prénom d'une belle dame. Riad Zahraa est une ancienne maison andalouse, restaurée selon les normes d'architecture islamique pour servir de maison d'hôtes.