Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La Vieeco, il y a 2 mois

Locaux commerciaux : le secteur se restructure.
APRÈS L’EUPHORIE QUI A DURÉ JUSQU’EN 2010, LE MARCHÉ A SUBI UNE CORRECTION ASSEZ SÉVÈRE. L’OFFRE PORTE SUR LA VENTE ALORS QUE LA DEMANDE CHERCHE LA LOCATION. LES PRIX ONT BAISSÉ DE 20 À 30% PAR RAPPORT À LA MOYENNE DES QUATRE DERNIÈRES ANNÉES.

Le secteur immobilier évolue de la même manière, tous segments confondus. Le segment des locaux commerciaux est dans la même situation que celui des biens résidentiels, dans le marasme depuis quelques années avec une offre abondante et une demande qui se manifeste mais tarde à se concrétiser.

Après l’euphorie qui a duré jusqu’en 2010, voire plus, s’en est suivie une stagnation totale. Les prix, qui avaient déjà atteint des sommets -jusqu’à 100 000 DH/m2 dans des zones premium-, étaient restés inchangés. Les investisseurs croyaient dur comme fer que le marché allait reprendre. Espoir déçu. Cette pause peut toutefois être considérée comme bénéfique, d’autant qu’elle a permis de restructurer le marché dans son ensemble. «Le marché est en quasi-stagnation mais il se professionnalise. Les opportunistes et spéculateurs sont écartés. L’offre existante actuelle est structurée et jugée satisfaisante», explique Moncef Lahlou, PDG de Capital Foncier, agence immobilière. Reste que les commerçants cherchent à louer, en vue de réduire leurs charges surtout en début d’exercice, alors que les propriétaires préfèrent vendre, ne serait-ce que pour éviter les tracas liés à la location. En fait, «la demande porte sur la location surtout pour les petites sociétés, qui ont un objectif de croissance et dont l’acquisition du local pèsera fortement sur la trésorerie», précise M.Lahlou. De son côté, Karim Tazi, directeur général délégué à A.Lazrak Advisory & Brokerage, éclaire: «Les commerçants ne franchissent l’étape d’acquisition de leur local qu’une fois leur activité stabilisée. De même, les banques étudient l’évolution de l’activité commerciale et sa rentabilité avant d’octroyer le financement nécessaire à l’achat».

De plus, «malgré les signes de reprise, la conjoncture économique reste moyenne et le pouvoir d’achat ne progresse pas. Les commerces existants peinent à retrouver leurs niveaux de chiffres d’affaires passés et les nouveaux entrants sont plus prudents sur les performances de leurs projets. Le marché se caractérise par une offre abondante, que ce soit en première ou en seconde main face à une demande prudente et restreinte», souligne M.Tazi.

Une offre abondante

Un autre facteur tout aussi important contribue à réduire l’attractivité de ces biens. Il s’agit de l’ouverture de plusieurs centres commerciaux, proposant des biens à des prix plus élevés que les autres, certes, mais qui disposent de nombre d’avantages comme la sécurité, le stationnement… Par ailleurs, la démocratisation des achats en ligne, au Maroc comme à l’étranger, ont contribué également à orienter un type de la demande vers ce business, plus rentable, sans charges conséquentes.

Les prix qui, rappelons-le, étaient exorbitants, il y a quelques années, sont en repli. «Il ne s’agit pas d’une baisse à proprement dit, mais plutôt d’une correction», atteste M.Tazi. La baisse est de 20 à 30% par rapport à la moyenne des quatre dernières années. Cette correction concerne toutes les villes, avec toutefois des disparités. Si Casablanca est la ville qui se maintient le mieux- et Rabat dans une moindre mesure- , la situation est chaotique à Fès, où les prix ont reculé de plus de 50% dans certains cas. Actuellement, «les transactions se font à des prix en phase avec le taux d’effort acceptable des activités projetées. Ces derniers se situent entre 5 et 20% du chiffre d’affaires», souligne M.Tazi. Cette situation morose, ponctuée par quelques transactions, devrait se maintenir jusqu’à la fin de l’année.

En Savoir Plus
Lire aussi

Atonie de la croissance : faut-il se priver des instruments de régulation ?

L’INFLATION EST À 0,1% À FIN JUIN ET NE DEVRAIT PAS DÉPASSER 0,6% POUR L’ANNÉE 2019. LE TAUX DÉBITEUR MOYEN RESSORT À 4,89% AU PREMIER TRIMESTRE. LE PIB, LUI, A PROGRESSÉ DE 2,8% AU PREMIER TRIMESTRE ET DEVRAIT S’ÉTABLIR À 2,6% AU DEUXIÈME, À 2,4% AU TROISIÈME ET À 2,7% POUR L’ENSEMBLE DE L’EXERCICE.
Appui au Plan Maroc Vert par l’Agence française de développement : L’ADA procède à l’évaluation finale des projets

Les projets lancés à ce jour dans le cadre de la première composante s’élèvent à 60 projets portant à terme sur un investissement de près de 501 millions de dirhams.
Formation professionnelle: Nouveau mode opératoire.

Les projets sélectionnés dans le cadre du Fonds Charaka, mis en place dans le cadre du Compact II du MCA, ambitionnent d’améliorer la compatibilité des formations avec les besoins du marché, notamment via une plus grande implication du secteur privé dans la gouvernance du système.
Stroc Industries : le plan de sauvegarde activé.

LE PLAN DE SAUVETAGE DOIT ÊTRE EXÉCUTÉ SUR UNE PÉRIODE DE 5 ANS. LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’INDUSTRIEL JUGÉE «REMÉDIABLE». LES BANQUES INCITÉES À FAIRE PREUVE DE PLUS DE SOUPLESSE EN APPRÉCIANT LES DEMANDES DE FINANCEMENT AU CAS PAR CAS.
Sonasid prévoit une baisse de son résultat net de 30 MDH au S1-2019.

La société nationale de sidérurgie, Sonasid, a annoncé, jeudi, que son résultat net à fin juin 2019 devrait enregistrer une baisse de 30 millions de dirhams (MDH) en comparaison avec le premier semestre 2018.
Lancement au Ghana de l’«OCP School Lab».

OCP Africa, filiale du Groupe OCP, leader mondial sur le marché du phosphate et de ses dérivés, vient de lancer au Ghana l’«OCP School Lab», une école itinérante de formation aux bonnes pratiques agricoles.
Air Arabia Maroc lance de nouveaux services VIP.

Air Arabia Maroc, leader du transport aérien à bas coût dans la région, franchit une nouvelle étape dans son engagement en faveur d’un voyage confortable, fiable et pratique. Dès le 31 juillet, la compagnie proposera à ses passagers une offre exceptionnelle de services avec des options VIP de l’enregistrement à l’embarquement. Vous serez désormais prioritaire tout au long de votre parcours à l'aéroport, et plus encore !
Le mouvement Maan sort l’artillerie lourde contre le HCP.

IL A ÉMIS DES CRITIQUES ACERBES À L’ENCONTRE DES MOYENS DE RELANCE FORMULÉS PAR L’ORGANISME DE STATISTIQUE.
Pêche : Retour de la flotte espagnole.

CE SONT 138 NAVIRES DE PÊCHE EUROPÉEN QUI SONT EN TRAIN DE SE REDÉPLOYER DANS LES EAUX MAROCAINES DE L’ATLANTIQUE.
Consommation : Hausse de 0,2% de l’IPC en juin.

L’INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION (IPC) A ENREGISTRÉ, AU COURS DU MOIS DE JUIN 2019, UNE LÉGÈRE HAUSSE DE 0,2% PAR RAPPORT AU MOIS PRÉCÉDENT, INDIQUE LE HAUT-COMMISSARIAT AU PLAN (HCP).



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - Tableaux abstraits
1 Réf.: JN1960 650 Dh
Tableau abstrait NUANCE
Dim.: 80X80 cm
2 Réf.: JN1784 650 Dh
Tableau abstrait QUADRI
Dim.: 80X80 cm
3 Réf.: JN2033 650 Dh
Tableau abstrait ASTRE Terre
Dim.: 80X80 cm

Leguide Voyage


Le Grand Comptoir
C'est l'adresse en vogue de Rabat, dans un décor typique des années 30 parfaitement restauré dans son jus, c'est l'endroit "in" où il faut être vu car le spectacle est souvent dans la salle avec vue sur la cuisine et les fourneaux. Le chef propose une carte fidèle aux produits du marché, choucroute en hiver, gigot d'agneau à l'ail en été, homards grillés et poissons - cuits au four, grillés ou en croÛte de sel - selon l'arrivage.