Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
l'Economiste, il y a 3 mois

Matériaux de construction: La traque de l’informel.
Bientôt tous les matériaux de construction devront porter le nouveau marquage de mise en conformité, à l’instar des équipements électriques (chargeurs, interrupteurs…) et des jouets. Objectif: contrecarrer l’informel et la contrefaçon devenus légion dans le secteur de la construction.

Le projet du ministère de l’Industrie vise 35 variétés de produits: préfabriqué, ciment, portes, fenêtres, isolation, gypse, aciers de ferraillage et de précontrainte pour béton, assainissement, revêtements de sols… Une manière de réguler un secteur qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 45 milliards de DH et qui vise à générer un surplus de 3 milliards de DH de valeur ajoutée.

Le projet de réglementation a été soumis aux professionnels pour avis. Son entrée en vigueur sera effective après une période transitoire de six mois à compter de la publication de l’arrêté au Bulletin officiel. Tout producteur, fabricant étranger compris, souhaitant exporter directement ses produits au Maroc, importateur ou distributeur sera contraint de se conformer à la loi 24-09 relative à la sécurité des produits et services.

Aucun produit, dédié à la construction ou à la fabrication des matériaux, ne pourra circuler sur le marché s’il ne comporte pas le marquage (C?). Une fois marqués, les matériaux de construction peuvent être vendus sans essais supplémentaires de contrôle. La vérification sur une base documentaire fait foi.

Les contrôles sur le marché local se limitent à la vérification de l’existence du marquage C?. Reste que les autorités peuvent exiger la déclaration de conformité et le dossier technique afin de vérifier la validité du marquage.

«Cette mise en conformité est très attendue par les entreprises confrontées à la compétition du secteur informel car elle permettra une meilleure surveillance du marché et renforcera le respect des règles de sécurité et des exigences techniques réglementaires», confie un fabricant de béton préfabriqué.
Pour apposer le marquage «C?» sur son produit, le fabricant doit réaliser ou faire réaliser des contrôles et essais qui permettent d’évaluer la conformité du produit aux exigences définies dans la ou les réglementations concernées, précise l’Imanor.

Lors de la mise sur le marché, le producteur déclare les performances du produit conformément aux normes applicables ou au document d’évaluation, précise le projet d’arrêté. Ce texte prévoit également l’accompagnement des opérateurs dans cette démarche de mise en conformité. Des agréments seront délivrés par la tutelle à des organismes d’évaluation technique après leur vérification de leur activité et leurs compétences selon un cahier des charges prédéfini.

Ces établissements fourniront à la fin du processus un document d’évaluation contenant une description générale du produit, la liste des caractéristiques essentielles pour son usage prévu ainsi que celles convenues entre le producteur et le ou les organismes d’évaluation de la conformité concernés. S’y ajoutent les principes du contrôle de la production en usine applicables, compte tenu des conditions du processus de fabrication du produit concerné.
Lorsqu’un produit de construction est couvert par une norme dont les références sont publiées au BO ou est conforme à une évaluation technique préalable, le producteur établit une déclaration des performances pour ce produit lors de sa mise sur le marché. Dans ce cas, le producteur assume la responsabilité de la conformité du produit de construction avec les performances déclarées. En revanche, un fabricant peut s’abstenir d’établir une déclaration des performances dans 3 cas de figure: Le premier vise tout produit de construction fabriqué individuellement ou sur mesure selon un procédé autre que la production en série, en réponse à une commande spéciale. Ce matériau doit être installé dans un ouvrage de construction unique et identifié. Le deuxième cas concerne les produits fabriqués sur le site de construction en vue d’être incorporé dans l’ouvrage. Le troisième cas cible les matériaux réalisés d’une manière traditionnelle ou adaptée à la sauvegarde des monuments selon un procédé non industriel. Ces produits sont utilisés en vue de rénover des ouvrages officiellement protégés comme faisant partie d’un environnement classé ou en raison de leur valeur architecturale ou historique spécifique.

Voir Source
Lire aussi

Atonie de la croissance : faut-il se priver des instruments de régulation ?

L’INFLATION EST À 0,1% À FIN JUIN ET NE DEVRAIT PAS DÉPASSER 0,6% POUR L’ANNÉE 2019. LE TAUX DÉBITEUR MOYEN RESSORT À 4,89% AU PREMIER TRIMESTRE. LE PIB, LUI, A PROGRESSÉ DE 2,8% AU PREMIER TRIMESTRE ET DEVRAIT S’ÉTABLIR À 2,6% AU DEUXIÈME, À 2,4% AU TROISIÈME ET À 2,7% POUR L’ENSEMBLE DE L’EXERCICE.
Appui au Plan Maroc Vert par l’Agence française de développement : L’ADA procède à l’évaluation finale des projets

Les projets lancés à ce jour dans le cadre de la première composante s’élèvent à 60 projets portant à terme sur un investissement de près de 501 millions de dirhams.
Formation professionnelle: Nouveau mode opératoire.

Les projets sélectionnés dans le cadre du Fonds Charaka, mis en place dans le cadre du Compact II du MCA, ambitionnent d’améliorer la compatibilité des formations avec les besoins du marché, notamment via une plus grande implication du secteur privé dans la gouvernance du système.
Stroc Industries : le plan de sauvegarde activé.

LE PLAN DE SAUVETAGE DOIT ÊTRE EXÉCUTÉ SUR UNE PÉRIODE DE 5 ANS. LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’INDUSTRIEL JUGÉE «REMÉDIABLE». LES BANQUES INCITÉES À FAIRE PREUVE DE PLUS DE SOUPLESSE EN APPRÉCIANT LES DEMANDES DE FINANCEMENT AU CAS PAR CAS.
Sonasid prévoit une baisse de son résultat net de 30 MDH au S1-2019.

La société nationale de sidérurgie, Sonasid, a annoncé, jeudi, que son résultat net à fin juin 2019 devrait enregistrer une baisse de 30 millions de dirhams (MDH) en comparaison avec le premier semestre 2018.
Lancement au Ghana de l’«OCP School Lab».

OCP Africa, filiale du Groupe OCP, leader mondial sur le marché du phosphate et de ses dérivés, vient de lancer au Ghana l’«OCP School Lab», une école itinérante de formation aux bonnes pratiques agricoles.
Air Arabia Maroc lance de nouveaux services VIP.

Air Arabia Maroc, leader du transport aérien à bas coût dans la région, franchit une nouvelle étape dans son engagement en faveur d’un voyage confortable, fiable et pratique. Dès le 31 juillet, la compagnie proposera à ses passagers une offre exceptionnelle de services avec des options VIP de l’enregistrement à l’embarquement. Vous serez désormais prioritaire tout au long de votre parcours à l'aéroport, et plus encore !
Le mouvement Maan sort l’artillerie lourde contre le HCP.

IL A ÉMIS DES CRITIQUES ACERBES À L’ENCONTRE DES MOYENS DE RELANCE FORMULÉS PAR L’ORGANISME DE STATISTIQUE.
Pêche : Retour de la flotte espagnole.

CE SONT 138 NAVIRES DE PÊCHE EUROPÉEN QUI SONT EN TRAIN DE SE REDÉPLOYER DANS LES EAUX MAROCAINES DE L’ATLANTIQUE.
Consommation : Hausse de 0,2% de l’IPC en juin.

L’INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION (IPC) A ENREGISTRÉ, AU COURS DU MOIS DE JUIN 2019, UNE LÉGÈRE HAUSSE DE 0,2% PAR RAPPORT AU MOIS PRÉCÉDENT, INDIQUE LE HAUT-COMMISSARIAT AU PLAN (HCP).



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


- Voiture à friction

Leguide Voyage


Sofitel Palais Jamaï
Le Sofitel Palais de Jamaï reflète parfaitement l'authenticité de Fès, capitale spirituelle et culturelle du Maroc. Construit en 1879, dans un style mauresque des plus raffinés, il devint la résidence du Grand Vizir de Jamaï.