Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La Vieeco, il y a 2 mois

Commerce intérieur : la laborieuse marche vers la modernisation.
LE MAROC N’A JAMAIS EU DE STRATÉGIE GLOBALE DU SECTEUR DU COMMERCE, SELON LE MINISTRE DU COMMERCE ET DE L’INDUSTRIE. LE COMMERCE TRADITIONNEL RESTE PRÉDOMINANT MALGRÉ L’AUGMENTATION DES GRANDES SURFACES, DE L’ORDRE DE 575 ACTUELLEMENT.

Au début de la première plénière du Forum marocain du commerce, qui a eu lieu à Marrakech les 24 et 25 avril dernier, une petite escarmouche est passée presque inaperçue. Dans ce bref duel verbal subliminal, les deux protagonistes, Salaheddine Mezouar, président de la CGEM, et Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, ont évoqué deux constats malheureux. Il s’agit, respectivement, du manque de continuité et du retard accusé dans l’adoption d’une stratégie nationale globale en matière de commerce. On en déduit tout simplement que les efforts menés actuellement, pour mettre en place une stratégie nationale du commerce, enterrent prématurément Rawaj 2020, avant que celui-ci n’arrive à échéance.

Des objectifs trop ambitieux

«Il n’y a pas eu de continuité dans la mise en place d’une stratégie nationale en la matière», a déclaré Salaheddine Mezouar. En soulevant ce problème, le président du patronat voulait fort probablement attirer l’attention sur l’enterrement, passé presque sous silence, du plan Rawaj 2020, rebaptisé entre-temps «Maroc Commerce 2020». Lancé en 2007 par M. Mezouar lui-même, ce programme, qui avait estimé le coût de modernisation du commerce intérieur à 12,5 milliards de DH, à l’horizon 2020, est comme s’il n’avait jamais existé. Pourtant, il avait été annoncé en grande pompe, l’étude préalable avait été confiée à Ernst & Young. Pour ce qui est de ses promesses, comme celle prédisant la mise en place de 1,5 million de magasins de proximité, pour un chiffre d’affaires annuel de 350 milliards de DH en 2020, contre 110 milliards à l’époque, difficile – si ce n’est impossible – de vérifier qu’elles ont réellement été atteintes. Il est normal de se poser la question de savoir si ce sont les objectifs qui sont trop ambitieux ou si ce sont les décideurs qui ont failli ?

Quoi qu’il en soit, le ministère du commerce tente de reprendre les choses en main. Comment ? Un processus de concertation nationale «impliquant les acteurs du secteur des douze régions du Royaume» a été lancé. Il a permis, selon M. Elalamy, de mettre en place plus de 1300 recommandations, déclinées en 15 axes majeurs (voir encadré). Qu’en est-il de la stratégie Rawaj 2020? Visiblement, elle relève du passé. «Le secteur du commerce n’a pas et n’a jamais eu de stratégie globale et intégrée. Il y avait eu quelques stratégies, mais qui manquaient de vision globale. Cependant, il faut dire que la complexité de ce secteur rend difficile la mise en place d’une telle initiative, ce qui n’est pas le cas pour d’autres écosystèmes industriels», a souligné le ministre. Plus encore. Les gouvernements précédents sont aussi pointés du doigt. «Les Exécutifs précédents n’ont pas donné au secteur du commerce l’importance qu’il mérite», accuse-t-il.

Un secteur qui évolue, ses problématiques aussi

Au lancement de Rawaj 2020, l’un des objectifs était la création de 900 grandes surfaces et de 100 000 emplois directs. Les «575 grandes surfaces» annoncées par le ministre donnent une idée sur le gap à combler. Il est cependant vrai que les grandes surfaces sont en plein essor. Mais le commerce de proximité, surtout traditionnel, représente la plus grande partie du secteur. «Il y a actuellement 800000 points de vente dits traditionnels, ce qui représente 80% des commerces au Maroc, plus de 1000 souks ainsi que 830 marchés de gros», révèle le ministre de l’industrie.

En termes de produits, l’offre a connu un développement exponentiel, mais cela n’empêche pas que les problématiques liées à la fiscalité et à l’informel persistent. La réforme réglementaire étant balbutiante à cause d’une mentalité qui résiste au changement, ces problèmes risquent de perdurer, surtout que le vide juridique ambiant ne sera pas comblé de sitôt. De toutes les manières, le secteur a une opportunité inexploitée. En 2018, le commerce électronique s’est développé de plus de 50% au Maroc alors que 12,5% des Marocains ont effectué des achats par voie numérique en 2018. «Cela montre le potentiel énorme du numérique. Les commerçants ne sont pas encore conscients de ce que peut rapporter le commerce électronique. L’accompagnement de l’Etat pourra encadrer l’ouverture à ce type de commerce», a déclaré le ministre.

Voir Source
Lire aussi

Confédération générale des entreprises du Maroc.

Salaheddine Mezouar : «Il était nécessaire de démarrer ce mandat avec des messages forts»
Attijariwafa bank décroche le Trophée d’Or “Meilleure Direction Juridique Groupes Africains”

Le Groupe Attijariwafa bank a décroché le Trophée d'Or "Meilleure Direction Juridique Groupes Africains" lors de la cérémonie de remise des prix organisée récemment à Paris par Les Trophées du Droit.
Le Crédit agricole mise sur la digitalisation.

LA Commission du contrôle des finances publiques de la Chambre des représentants n’a pas dérogé à la règle....
Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert.

Une journée d’information présidée à El Jadida par le ministre Akhannouch.
Sauver Maghreb Steel ou les métallurgistes, un gros dilemme.

SANS PROTECTION, MAGHREB STEEL NE TIENDRA PAS FACE À LA CONCURRENCE INTERNATIONALE. LES MÉTALLURGISTES CONTESTENT LA COUVERTURE DONT BÉNÉFICIE CETTE ENTREPRISE. SES DIFFICULTÉS SONT LIÉES À SON OUTIL INDUSTRIEL, SES SURCOÛTS LOGISTIQUES, SA FACTURE ÉNERGÉTIQUE ET L’ÉTROITESSE DU MARCHÉ DOMESTIQUE.
Tourisme. Un nouvel hôtel 5 étoiles à Nador.

LA VILLE DE NADOR A ACCUEILLI UN NOUVEL HÔTEL DE LUXE, LE MARCHICA LAGOON RESORT. SITUÉ EN FACE DE LA LAGUNE DE MARCHICA, CET ÉTABLISSEMENT D’UNE SUPERFICIE TOTALE DE 3,75 HECTARES ET DOTÉ DE 93 UNITÉS OUVRIRA SES PORTES LE 15 JUILLET 2019.
Situation économique au premier trimestre 2019 : La croissance s’établit à 2,8 %

La demande intérieure a affiché un taux d’accroissement de 3,3% durant le premier trimestre de l’année 2019 au lieu de 4,3% durant la même période de l’année précédente. Elle contribue ainsi pour 3,6 points à la croissance économique nationale au lieu de 4,7 points une année auparavant.
Fès : Hausse de 4% des nuitées touristiques à fin avril dernier.

LE NOMBRE DES NUITÉES TOURISTIQUES DANS LES ÉTABLISSEMENTS D’HÉBERGEMENT CLASSÉS À FÈS A CONNU UNE HAUSSE DE 4 PC À FIN AVRIL 2019 PAR RAPPORT À LA MÊME PÉRIODE DE L’ANNÉE D’AVANT.
L’UM6P lance son programme d’accélération des startups «Impulse».

Pour les startups qui veulent passer à la cinquième vitesse, le nouveau programme d’accélération lancée par l’université Mohamed VI polytechnique est tout à fait indiqué, mais sous réserve de remplir les conditions requises.
Bonneterie : La société CIB ouvre un deuxième store à Casablanca.

La société CIB ouvre son deuxième store à Casablanca. Le magasin de la Compagnie industrielle de bonneterie qui commercialise ses produits sous la marque Partner’s, sera ouvert du lundi au vendredi de 10h à 20h et le samedi de 10h à 20h.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - CHAMBRE JOVI
couleur: Erable & vert

Lit JOVI avec sommier sans matelas 1.250 Dh
Chevet 1 tiroir JOVI 499 Dh
Commode 3 tiroirs JOVI 850 Dh
Armoire 2 portes 2 tiroir JOVI 1.490 Dh
Bureau JOVI 850 Dh
BOOKCASE 5 niches JOVI 790 Dh

Leguide Voyage


Golden Tulip Farah
Vivez toute l'expression du luxe à l'hôtel Golden Tulip Farah Casablanca. Profitez de l'excellence des services, d'un sens inné de l'accueil et de l'hospitalité, d'un confort poussé à son paroxysme et des technologies les plus évoluées pour toucher du doigt l'absolue perfection.