Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
l'Economiste, il y a 15 jours

Agriculture: Le semis direct, un accélérateur de performance.
N’est-il pas temps de se rendre à l’évidence et de cesser de se voiler la face? Le Maroc est bel et bien un pays semi aride. L’agriculture y demeure tributaire du bon vouloir du ciel et des aléas climatiques.

C’est une agriculture pluviale qui fait aussi face à une sobriété et un manque de technologie et d’innovation qui pourraient assurer un retour sur investissement, voire simplement sécuriser un revenu de subsistance pour les agriculteurs. Les risques climatiques dépassent, aujourd’hui, le progrès enregistré par la révolution verte basée sur l’intensification et l’amélioration génétique.

Toutefois, l’émergence d’une approche de gestion de l’agro-écosystème privilégiant l’efficience de l’usage des ressources donne une lueur d’espoir pour assurer encore une meilleure productivité lorsqu’on prend soin de ces ressources naturelles. Certes, si pleuvoir reste synonyme d’une bonne production agricole, il faut aussi veiller à l’éclosion d’une agriculture performante.

Les agronomes de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA-Settat) reconnaissent que les années de recherche et développement investies dans ce domaine n’arrivent toujours pas aux résultats attendus. Et pour cause, le semis direct, solution pour pallier le manque de pluies, tarde à investir les mentalités. D’autant plus qu’il n’y a presque pas de vente de semoirs de semis direct ni localement fabriqués et assemblés ou importés.

Dans d’autres pays qui ont, certes, une bonne longueur d’avance dans ce domaine, différentes stratégies ont été mises en place. Stratégies qui ont été soutenues par les agriculteurs eux-mêmes notamment en adoptant le procédé du semis direct.

Au Maroc, une grande expérience a été entamée depuis quelques années dans la Chaouia par le Centre de recherches de l’INRA-Settat. Et ses résultats sont aujourd’hui jugés probants et plus que satisfaisants. D’ailleurs, elle a été étendue à d’autres régions du Royaume, notamment dans les Doukkala, à Guerrouane et à Oued Erromane, non loin de Meknès.

C’est connu, l’agriculture conventionnelle repose sur les travaux du sol et l’intensité du labour a toujours été synonyme de la performance des agriculteurs. Aujourd’hui, ce mode d’agriculture est remis en cause.

En effet, les recherches ont montré que les labours contribuent à la dégradation et la perte des sols par érosion, augmentent le gaz à effet de serre dans l’atmosphère (CO2) et influent sur la production par l’inefficience dans l’utilisation de l’eau et l’inadaptation climatique. C’est pour cette raison, qu’au départ, à l’échelle internationale, le semis direct a été développé pour la protection des ressources naturelles (sols et eaux) et principalement pour la lutte contre l’érosion.

Le semis direct s’est donc imposé comme un nouveau mode d’exploitation des ressources naturelles. Les chercheurs et agronomes y croient dur comme fer: c’est la solution pour surmonter les défis auxquels fait face l’agriculture marocaine, en particulier ceux d’ordre naturel liés aux sécheresses, changements climatiques et dégradation des ressources.

En effet, le semis direct consiste en l’installation des cultures sans aucune perturbation de sol préalable à l’opération de semis. Ainsi, cette installation est assurée par un semoir spécial en un seul passage. De ce fait, la fertilisation de fond et l’emplacement des semences sont réalisés avec une perturbation minimale du sol.

En outre, le semis direct est basé sur une amélioration des fonctions naturelles des écosystèmes, et donc une intensification de l’activité biologique du sol. Les modes d’application et les quantités des intrants chimiques, des engrais minéraux et organiques sont raisonnés de manière à ne pas perturber l’activité biologique dans le sol et des écosystèmes.

L’objectif ultime est d’assurer une production durable capable de subvenir aux besoins alimentaires d’une population en forte croissance et améliorer son niveau de vie.

Les principaux aboutissements de ce système de production permettent, sur le plan agronomique, une amélioration de l’efficience de l’utilisation de l’eau et des fertilisants, une amélioration de la qualité des sols et la simplification des façons agricoles par la réduction du nombre de passages sur les parcelles. En plus d’un meilleur calage des dates d’intervention pour les semis, les traitements phytosanitaires et les épandages.

Sur le plan économique, le semis direct a plus qu’un avantage. En effet, il permet une réduction des coûts de semences, des engrais et de la main d’œuvre. Et aussi un moindre recours à l’utilisation du matériel et des équipements agricoles. D’où une importante économie d’énergie et de temps.

En outre, le mode de semis direct agit positivement sur l’environnement. A commencer par la réduction des émissions des gaz à effet de serre des sols et de l’usage des carburants, la réduction des érosions éoliennes et hydriques, celle de la dégradation de la qualité des sols, des eaux de surfaces et souterraines et de la dégradation de la qualité de l’air.

Pour les agronomes, le semis direct ne se résume pas au semis sans labour, c’est plutôt un système de gestion des sols et des cultures qui vise la pérennité de la production agricole.

En Savoir Plus
Lire aussi

Marché de gros: La recette communale sécurisée, pas le risque sanitaire.

La plateforme dédiée aux mandataires était dans un état de délabrement avancé. La toiture assurait peu de protection contre la pluie et l’éclairage était également défaillant .
Le guichet unique relevant de la DPA d’Essaouira certifié ISO 9001 Version 2015.

Le Guichet unique-service des aides et incitations (SAI) relevant de la direction provinciale de l’agriculture (DPA) d’Essaouira vient d’être certifié ISO 9001 Version 2015, a-t-on appris lundi auprès de ladite direction.
L’activité touristique à Marrakech en hausse depuis 2015.

L’activité touristique à Marrakech a enregistré de 2015 à 2018 un taux d’accroissement annuel continu de 8% en gagnant plus de 763.224 visiteurs et plus de 2.817.431 nuitées alors que le taux d’occupation dans les établissements hôteliers classés a progressé de 11 points.
La Chambre d’agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie.

La Chambre d’agriculture de la région Draâ-Tafilalet s’est vue octroyer, samedi, le prix Ibn Chabbat pour la préservation et la mise en valeur des écosystèmes oasiens au Maghreb et ce, en marge d’un congrès régional organisé les 17 et 18 mai à Tozeur sur «la promotion des oasis en Afrique du nord et en Mauritanie».
Matériaux de construction: La traque de l’informel.

Bientôt tous les matériaux de construction devront porter le nouveau marquage de mise en conformité, à l’instar des équipements électriques (chargeurs, interrupteurs…) et des jouets. Objectif: contrecarrer l’informel et la contrefaçon devenus légion dans le secteur de la construction.
Meriem Bensalah au comité stratégique de Suez.

Le Groupe Suez vient de désigner Mme Miriem Bensalah Chaqroun au poste de présidente du Comité stratégique du Groupe.
Bourse : les choix de BMCE Capital Research.

ADDOHA ET RÉSIDENCES DAR SAADA RECOMMANDÉES À L’ACHAT. LA SOCIÉTÉ DE RECHERCHE PRÉCONISE L’ACCUMULATION DE ATTIJARIWAFA BANK, CRÉDIT DU MAROC ET CIH BANK. L’ACTION DE CMT EST À ACCUMULER, TOUTEFOIS LA MINIÈRE NE COMMUNIQUE PAS ASSEZ SUR SA STRATÉGIE.
Reebok ouvre deux nouvelles boutiques à Casablanca et Tanger.

Reebok, la marque internationale de fitness, vient officiellement d’ouvrir deux nouvelles boutiques au Maroc. Le tout premier «Reebok Store» a été inauguré en plein centre de la capitale économique Casablanca, sur le boulevard Al Massira Al Kahdra.
Le Maroc, 3ème rang en matière de développement hôtelier en Afrique.

L’Ethiopie occupe le quatrième rang en matière de développement hôtelier en Afrique, après l’Egypte, le Nigeria et le Maroc, rapporte samedi l’agence de presse éthiopienne ENA.
Commerce intérieur : la laborieuse marche vers la modernisation.

LE MAROC N’A JAMAIS EU DE STRATÉGIE GLOBALE DU SECTEUR DU COMMERCE, SELON LE MINISTRE DU COMMERCE ET DE L’INDUSTRIE. LE COMMERCE TRADITIONNEL RESTE PRÉDOMINANT MALGRÉ L’AUGMENTATION DES GRANDES SURFACES, DE L’ORDRE DE 575 ACTUELLEMENT.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


MOULINEX - AFM4
Mode de cuisson - Micro-ondes et gril
Puissance - Restituée 850W - Absorbée 1300W - Gril 1100W
Cavité - émail

Leguide Voyage


Dawliz
On ne conçoit pas de visite à Tanger sans passer automatiquement à l'un de ses plus beaux paysages, l'hôtel Dawliz jouit d'une situation exceptionnelle, un magnifique regard de détente et de sérénité vers la baie de Tanger et la Kasbah.