Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui, il y a 5 jours

Médina de Rabat : 300 bâtisses menaçant ruine dans le viseur de l’Intérieur.
Pas moins de 300 bâtisses menaçant ruine sont ciblées par la commune urbaine de la ville de Rabat et la Société Rabat Région Aménagements.

Il s’agit des travaux de démolition ou de confortement de ces constructions menacées d’effondrement. Pour l’heure, la réalisation des études techniques, suivi, contrôle et pilotage des travaux n’a été confiée à aucun bureau d’études. Pour y parvenir, la commune urbaine de la ville de Rabat (en sa qualité de maître d’ouvrage) et la Société Rabat Région Aménagements (maître d’ouvrage délégué) viennent de lancer récemment un appel d’offres relatif aux études, suivi, contrôle et pilotage des travaux de démolition et/ou de confortement des bâtisses menaçant ruine à la médina de Rabat (tranche 2). Les bureaux d’études (BET) intéressés devront envoyer leurs dossiers au plus tard le jeudi 2 mai 2019. Le bureau qui remportera le marché devra s’attacher à trois missions qu’il est amené à réaliser dans un délai global de 24 mois. Dans le détail, la première concerne les études techniques qui devront s’effectuer dans un délai de 18 mois. Pour la deuxième mission, elle consiste au suivi, contrôle et pilotage des travaux à exécuter réalisables dans une échéance de 24 mois. Pour la troisième tâche, elle est inhérente à la réception provisoire et définitive des travaux de confortement et/ou de démolition des bâtisses menaçant ruine. Par ailleurs, la Société Rabat Région Aménagements précise que les constructions menaçant ruine n’obéissent pas aux dispositions classiques réglementaires, ne sont pas régies par une normalisation spécifique et ne se prêtent pas au diagnostic instrumental usuel, prévu pour le béton armé, la maçonnerie, et autres structures normalisées (auscultations, carottages) ajoutant qu’il n’existe donc pas de référentiel pour l’appréciation de leur stabilité structurelle.

Ainsi, leur sauvegarde échappe à toute approche conventionnelle. Les solutions ne peuvent être envisagées qu’au cas par cas, consistant en une approche visant à cerner les mécanismes d’effondrement, en vue d’atténuer la vulnérabilité de ce type particulier de construction. Ainsi la stabilité et la sécurité ne peuvent en aucun être assurées au sens réglementaire en vigueur applicable aux constructions formelles correctement conçues et entretenues, indique la même source. Dans son ensemble, cette initiative rentre dans le cadre de l’action de mise en œuvre des programmes de développement intégré des conurbations (ensemble constitué de noyaux urbains) de la région menée par la Société Rabat Région Aménagements. L’objectif étant de requalifier des quartiers d’habitat insalubre et des maisons menaçant ruine, la réhabilitation et la sauvegarde du patrimoine historique, ou encore la dynamisation des activités économiques. Elle vise aussi le renforcement des infrastructures régionales et des équipements publics de proximité, et l’amélioration de l’environnement de la région. Ces objectifs doivent être conformes aux développements intégrés des villes, à la promotion de l’habitat social et la résorption de l’habitat insalubre, au programme «Villes sans bidonvilles» ou encore au programme de développement intégré de la ville de Rabat 2014-2018 «Rabat ville lumière, capitale marocaine de la culture». Elle doit également correspondre à la charte communale relative aux régions et au cadre du Schéma d’organisation fonctionnelle et d’aménagement de l’aire métropolitaine centrale «Sofa». Ce programme s’attache à être conforme à l’Initiative nationale pour le développement humain pour la lutte contre la pauvreté et l’exclusion urbaine ainsi qu’à la Déclaration du Millénaire des Nations Unies visant à améliorer les conditions de vie des personnes habitant dans les logements précaires et insalubres.

En Savoir Plus
Lire aussi

La Banque Populaire lance sa nouvelle offre Live dédiée aux jeunes.

La Banque Populaire a annoncé, jeudi à Casablanca, le lancement de sa nouvelle offre.
La MAMDA lance un nouveau produit d’assurance volaille.

Représentée par son Président du Directoire, Hicham Belmrah, la Mutuelle Agricole Marocaine d’Assurances (MAMDA) et la Fédération Interprofessionnelle du Secteur Avicole (FISA) représentée par son Président, Mohammed Youssef Alaoui, ont signé mercredi une convention d’assurances portant sur le déploiement de produits d’assurance dédiés à la filière avicole.
Risques émergents : les assureurs contraints de s’adapter pour pérenniser leurs activités

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE, LES CYBER-RISQUES ET LES RISQUES D’INFECTION ET DE PANDÉMIES SONT LES TROIS GROS PROBLÈMES IDENTIFIÉS PAR LES EXPERTS. L’URBANISATION CONTRIBUE À L’AUGMENTATION DES RISQUES. LA DIGITALISATION EST UN AXE MAJEUR DE DÉVELOPPEMENT DE L’ASSURANCE.
Médina de Rabat : 300 bâtisses menaçant ruine dans le viseur de l’Intérieur.

Pas moins de 300 bâtisses menaçant ruine sont ciblées par la commune urbaine de la ville de Rabat et la Société Rabat Région Aménagements.
Marsa Maroc, la logistique portuaire a un nom.

Depuis sa création en décembre 2006, Marsa Maroc s’est engagée dans un processus de développement en phase avec la dynamique que connaît le secteur de la logistique au Maroc. La société est le leader national de l’exploitation de terminaux portuaires.
Accord d’Agadir : le Maroc en difficulté face à ses partenaires.

LES ÉCHANGES COMMERCIAUX DU MAROC AVEC SES PARTENAIRES DE L’ACCORD D’AGADIR PROGRESSENT RÉGULIÈREMENT. LA SIMILITUDE DES STRUCTURES PRODUCTIVES DES PAYS MEMBRES REND DIFFICILE LES ÉCHANGES EXTÉRIEURS. LES INDUSTRIELS LOCAUX SE DISENT GÊNÉS PAR LES BARRIÈRES NON TARIFAIRES À L’ENTRÉE DES MARCHÉS TUNISIEN ET ÉGYPTIEN.
Sociétés cotées: L’endettement se stabilise, mais pas les fragilités.

La dette des entreprises non financières a augmenté de 0,8% en 2018. Hors Cosumar, elle s’inscrit en baisse de 4%. La restructuration dans le secteur immobilier a un effet non négligeable sur l’encours. Cependant, le mouvement baissier témoigne aussi du manque d’appétit des dirigeants
Prix à la pompe : Aucun accord entre Daoudi et le GPM !

Visiblement le ministre chargé des affaires générales et de la gouvernance est décidé à n’en faire qu’à sa tête. Lahcen Daoudi semble s’apprêter à prendre une décision unilatérale dans le dossier des prix des hydrocarbures sans aucune concertation avec les distributeurs.
Raccordement aux réseaux d’eau et d’électricité : promoteurs et distributeurs à couteaux tirés

LES PROMOTEURS DÉPLORENT UNE AUGMENTATION INJUSTIFIÉE DES TAXES ET UN CAHIER DES CHARGES FLOU. SELON LES DISTRIBUTEURS, LE MODE DE FACTURATION DES BRANCHEMENTS EST CLAIR, CONFORMÉMENT AU CONTRAT DE GESTION DÉLÉGUÉE. ILS ASSURENT ÊTRE À L’ÉCOUTE DES CLIENTS, DE LEUR DEMANDE D’INFORMATION ET DE LEURS RÉCLAMATIONS.
Dessalement : 45 m3 d’eau douce sur 100 m3 d’eau marine.

LE GROUPE OCP A INVESTI 850 MDH DANS CETTE UNITÉ. IL UTILISE 0,3% DE LA CONSOMMATION NATIONALE DES EAUX DOUCES. 7500 MÈTRES CUBES PAR HEURE DES EAUX DE MER ARRIVENT DANS UNE UNITÉ DE POMPAGE VIA UN CANAL.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


HP - Compaq 610
HP Compaq 610 - Intel Core 2 Duo T5870 [ 2,0 GHz - 2 Mo - 800 MHz FSB ] - RAM 2 Go - HDD 320 Go -Windows 7 Starter

Leguide Voyage


Riad Monceau
Véritable petit bijou de l’architecture hispano-mauresque, daté du XVIIIe, mais entièrement reconditionné en 2002, le « Monceau » associe le charme d’un riad authentique et le confort d’une demeure de conception récente, le calme d’un véritable havre de paix et la proximité immédiate des principaux sites touristiques et des commerces.