Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui, il y a 4 mois

«Le sel de ma terre», l’autre facette de Hassan El Glaoui.
Une exposition qui dévoile une centaine de ses œuvres dont très peu vues de son vivant.

Après avoir célébré l’œuvre du pionnier Cherkaoui, le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain de Rabat (MMVI) accueille cette fois-ci une grande exposition en hommage au grand artiste de la modernité marocaine, Hassan El Glaoui intitulée «Le sel de ma terre». Cette exposition inédite qui se déroule du 2 avril au 31 août parcourt sept décennies de travail de cet artiste et dévoile une centaine de ses œuvres datant de 1940 à 2010. «Je suis très heureuse que le MMVI consacre cet hommage à mon père.

C’est une exposition pour le public de découvrir son entourage intime», a indiqué Touria El Glaoui, fille de l’artiste et commissaire de cette exposition. Abdelaziz El Idrissi, directeur du Musée, a souligné pour sa part que «El Glaoui nous a quittés il y a presque un an en léguant une riche production artistique imprégnée par une sensibilité inouïe qui se voit dans le traitement lumineux des couleurs, dans les traits élancés et fins dépeignant de tendres portraits, des paysages aériens, des natures mortes poétiques et des scènes de chevaux où culminent la beauté de la figuration et la prouesse de la composition».

Il faut dire que «Le sel de ma terre» revient sur deux aspects clés de la vie et du travail du peintre. D’une part son travail de portraitiste, qui s’est attelé à peindre des personnages de son entourage intime (sa femme et ses filles notamment, ou certains amis) tout autant que des scènes d’intérieur propres à la vie au Maroc dans les années 1940 et 1950 ainsi que des natures mortes. Ces tableaux dévoilés dans l’exposition, chers à l’artiste, furent très peu montrés de son vivant. L’exposition présente par ailleurs une large sélection d’œuvres s’intéressant à la vie culturelle et politique de son pays et de son temps, témoin que fut Hassan El Glaoui, par sa naissance et ses passions, de certains moments et traditions du Maroc de ces dernières décennies.

Des œuvres de prime jeunesse

C’est une sélection thématique qui est présentée ici, parmi les toutes premières que Hassan El Glaoui peint autour des années 1946-1947. Il est alors âgé d’environ 24 ans et n’est pas encore inscrit à l’école des beaux-arts de Paris. L’influence des grands modernes est bien là : couleurs fauves, touche impressionniste, aplats à l’intérieur et contours au noir à l’extérieur, sujets pris sur le vif, et… point de chevaux. C’est aussi l’une des rares œuvres datées de l’artiste.

Natures mortes

Au cœur de l’œuvre de Hassan El Glaoui se trouvent les natures mortes et les portraits. Il l’a dit : les gens qui affirment que je suis le peintre des chevaux ne connaissent pas ma peinture. Pour tout peintre, le défi se trouve dans l’essence qu’il essaye d’insuffler aux objets en des compositions sciemment hiérarchisées, ou qui se trouvent là en attente d’être immortalisés sur le papier.

Chevaux et cavaleries

Les chevaux disent la fidélité de l’artiste à son sujet. Les chevaux de Hassan El Glaoui sont les héritiers de ceux qui, à Lascaux ou dans la grotte de Chauvet, tutoient l’horizon des origines. Leur parade a accompagné Paolo Uccello, Léonard de Vinci, François Clouet, Diego Velasquez, Diego Ribera, Théodore Géricault et Eugène Delacroix. Hassan El Glaoui se sait le continuateur de la longue lignée des artistes qui, avec le stylet, le ciseau, la mine de plomb ou le pinceau, a perpétué sur le mur l’argile des poteries et tous les supports qui s’offrent à la main, les courses qui racontent l’histoire.

Lire Source
Lire aussi

Festival Tifawin : Les arts du rural en fête.

Ce festival se veut une occasion annuelle pour célébrer l’identité et la culture amazighes et jeter la lumière sur les potentiels dont regorge la région.
La 1ère édition du Festival international Rabat-Comedy voit grand.

Le Centre Marocain pour les Initiatives de Développement (CMID) organise la 1ère édition du Festival International du film Rabat-Comedy qui est « le premier festival de cinéma en Afrique et dans le monde arabe exclusivement dédié au cinéma de comédie»
La première Afro-américaine lauréate d’un Nobel de littérature est décédée.

La romancière américaine et prix Nobel de littérature Toni Morrison est décédée lundi à New York à l’âge de 88 ans des suites d'une pneumonie, a annoncé mardi sa maison d’édition, Alfred A. Knopf.
Abderrahmane Youssoufi au Musée Mohammed VI d'Art Moderne et Contemporain, une visite "symbolique" et un "geste fort" en faveur de la culture

L'ancien Premier ministre, Abderrahmane Youssoufi, a rendu, lundi, une visite "symbolique" au Musée Mohammed VI d'Art Moderne et Contemporain, qui constitue aussi un "geste fort" pour appeler à inculquer aux Marocains, dès leur jeune âge, l'amour des arts et de la culture.
«Les Couleurs de l’âme» de Abdellah Yacoubi à El Jadida.

L’artiste-peintre Abdellah Yacoubi expose ses œuvres à El Jadida jusqu’à la mi-août dans le cadre d’une exposition estivale organisée à El Jadida sur le thème «Les Couleurs de l’âme».
Cléopâtre, la plus belle ânesse du Maroc.

Le 12ème Festival des ânes, organisé la semaine dernière à la Kasbah Beni Ammar Zerhoun, a été couronné par le choix de «Cléopâtre» en tant que plus belle ânesse du Maroc.
Rhany Kabbadj en clip à Cuba et au Festival Alegria.

L’évocation de La Havane par l’artiste ne semble pas fortuite. C’est un pays qui a fort marqué la carrière du chanteur qui le cite à plusieurs occasions. Il en a même parlé dans son stand-up musical «Bl’vitamine».
Aide à la production cinématographique : 20 projets retenus.

La Commission d'Aide à la Production des œuvres cinématographiques a dévoilé la liste des projets de films qui bénéficieront des avances sur recettes à l'issue de sa 2e session au titre de l’année 2019, qui s'est déroulée du 22 au 27 juillet.
«Lâychouryates », une pièce qui donne le pouvoir aux femmes.

La pièce de théâtre «Lâychouryates», programmée aujourd'hui à Casablanca, aborde d’une façon ludique des sujets sensibles qui touchent de près la société marocaine. Dans une usine de tapis, cinq femmes se réunissent pour célébrer Achoura en entonnant les chants traditionnels marocains. Elles rêvent d’une gent féminine libérée de l’autorité des hommes. Et si le rêve devenait réalité ?
Essaouira : la 2è édition du Festival 'Génération Gnaoua des Jeunes' tient ses promesses

Au grand bonheur des festivaliers nationaux et étrangers, la deuxième édition du Festival 'Génération Gnaoua des Jeunes', un événement artistique et culturel tourné vers la préservation de cet art ancestral et sa transmission aux générations montantes, a pris fin samedi soir à Essaouira, après trois jours de concerts musicaux des plus exaltants.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


- MEMOIRE PC PORTABLE

Leguide Voyage


picolo`s
Hana et Philippe vous reçoivent au coin du feu l'hiver ou à l'ombre des citronniers l'été et vous font découvrir le meilleur de la cuisine du soleil. A la carte, toute la richesse et la diversité du terroir marocain.