Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
l'Economiste, il y a 6 jours

Quand l’Afrique fait une réinterprétation critique de la matière.
Construire une exposition autour de la matérialité en Afrique sans tomber dans le cliché largement consommé d’un continent ingénieux et débrouillard qui recycle ses déchets par faute de moyens, c’est le pari gagné par «Material Insanity», l’exposition évènement en cours au Musée d’art contemporain africain Al Maaden (MACAAL) à Marrakech.

L’évènement réunit quelque 34 artistes, du continent et sa diaspora, dont Amina Agueznay (Maroc), Ibrahim Mahama (Ghana), Frances Goodman (Afrique du Sud) et Nari Ward (Jamaïque), travaillant sur différents médiums. Tous se racontent à travers la matière par le biais d’installations réalisées à partir d’objets du quotidien. Des œuvres qui reflètent également le contexte social, politique ou économique de leur expérience propre.

«L'exposition invite à une analyse critique de la société passée et présente en prenant en compte l'impact de la matérialité sur le monde et son avenir et en se proposant comme réponse culturelle à la dévaluation et à la dématérialisation, dans une ère de plus en plus numérique», expliquent les commissaires de l’exposition: Meriem Berrada, directrice artistique du Macaal et directrice des projets culturels à la Fondation alliances, et Janine Gaëlle Dieudji, directrice des expositions au Macaal.
À l’heure où se développent les moyens virtuels de visualisation, «Material Insanity» nous propose, donc, une expérience directe de l’œuvre qui accorde un pouvoir de narration certain aux différents matériaux qui la composent. Des œuvres construites par un processus de transformation, de détournement, de sublimation ou par le biais d’un jeu de décontextualisation/ recontextualisation des objets, créant une complémentarité entre l’authentique et le factice, le pauvre et le précieux.

C’est l’artiste Fatiha Zemmouri qui ouvre le bal avec une installation, disposée à l’entrée du musée, où la roche naturelle et la résine jouent à un jeu d’équilibre entre lévitation et gravitation. Entre artisanat, sculpture et mode, l’artiste kenyan Cyrus Karibu propose des lunettes sculpturales et flamboyantes, faites de déchets électroniques collectés dans les rues de Nairobi, qui masquent l’ensemble du visage, intimement liées à sa propre histoire, tandis que les œuvres telles que le film plastique noir étiré de Clay Apenouvon (Togo - France), les broderies d’Owanto (Gabon) exhumées de la mémoire collective remettent en question les effets durables de la mondialisation et du consumérisme dans le climat contemporain.
En revisitant des matériaux souvent associés au commerce et aux déchets en tant qu'œuvres d'art, les artistes tels que Nari Ward (Jamaïque), Fatiha Zemmouri (Maroc), M'barek Bouhchichi (Maroc), Hassan Bourkia (Maroc) et Malek Gnaoui (Tunisie) utilisent autrement la matérialité comme représentations de la mémoire, de la migration, des attentes de la société et de la tradition. L’œuvre troublante de Zainab Andalibe, d’une minutie quasi mystique, faite d’un fil de laiton de plusieurs centaines de mètres qui s’entrecroise à l’image d’une rosace, interpelle par ses sinuosités et son aspect cosmique.

Des œuvres, souvent monumentales, à l’instar de l’installation du Ghanéen Brahim Mahama, servi par une scénographie immersive signée par l’architecte et artiste Zineb Andress Arraki avec une volonté de scénarisation, épurée et abstraite, mettant les œuvres dans une fausse confrontation.
«J’ai voulu faire un écrin le plus invisible possible, sans réel parcours de lecture afin de mettre en valeur la matérialité de l’exposition», déclare-t-elle. Une abondance de matières, qu’elles soient humbles ou précieuses, qui fait aujourd’hui la force et la contemporanéité de l’art africain.

«La contemporanéité de l’art en Afrique réside dans son rapport à la matière, dans le monde occidental, l’esthétique réside dans la perfection de la ligne et l’effacement de la matière, pour moi, l’avenir est plutôt dans l’imperfection et la profusion de matières qu’on retrouve en Afrique», précise la scénographe.

Voir Source
Lire aussi

«A la croisée des chemins» de Youssef Douieb à la galerie Nadar de Casablanca.

Il présente le travail d’acheminement de toutes ses années de recherche.
Tanger: Une trentaine d’artistes au 2e Festival des cultures maghrébines.

Une trentaine d’artistes venus des pays du Maghreb participent à la 2e édition du Festival des cultures maghrébines, qui tend à renforcer les liens entre les peuples des pays de l’Union maghrébine à travers l’art et la musique.
Mohamed El Baz interroge la notion de lumière noire à L’atelier 21.

Il révèle une nouvelle série d’œuvres s’inscrivant dans son projet «Bricoler l’incurable»
Quand l’Afrique fait une réinterprétation critique de la matière.

Construire une exposition autour de la matérialité en Afrique sans tomber dans le cliché largement consommé d’un continent ingénieux et débrouillard qui recycle ses déchets par faute de moyens, c’est le pari gagné par «Material Insanity», l’exposition évènement en cours au Musée d’art contemporain africain Al Maaden (MACAAL) à Marrakech.
Rencontres gastronomiques d’Agadir : Une 5ème édition dédiée à la gastronomie et la santé

De grands noms de la gastronomie mondiale réunis à Agadir. C’est à l’occasion de la 5ème édition des Rencontres gastronomiques d’Agadir.
Production cinématographique : 75 millions de DH de subventions en 2018.

Les subventions de soutien à la production cinématographique nationale sont passées à 75 millions de dirhams (MDH) en 2018, contre 46 MDH en 2017, a indiqué, lundi à Rabat, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj, cité dans un communiqué du ministère -département de la Communication-.
Soufiane Hmidache, ou quand le stylo ne sert plus qu’à écrire.

Après avoir été encouragé pendant des années par ses proches et ses amis, Soufiane Hmidache alias Agha a décidé de se lancer cette année. En effet, cet artiste dessinateur a postulé pour la 12ème édition des Morocco Web Awards. Les votes sont toujours en cours et l’artiste attend depuis de voir ce que donnera sa participation dans la catégorie créativité. Il a dans ce sens accepté de répondre aux questions de 2m.ma quant à cette passion qui le prend aux tripes !
Le come-back en force d’Ahmed Soultan.

Il dévoile son nouveau clip «Draw My Life» en ce mois de mars et entame une tournée en Europe en juin
Malika Demnati expose « Le vivre ensemble » à Bab El Kebir

Le vivre ensemble, la coexistence, le respect des différences, la tolérance...sont des thèmes qui inspirent Malika Demnati El Mansouri depuis toujours.
«Le Printemps des poètes, l’art de dire et de chanter» aura lieu le jeudi 14 mars à Rabat

Pour son édition 2019, le Printemps des Poètes a choisi comme thématique la Beauté. Une décision que l‘on ne peut qu‘approuver, invitant à de multiples réflexions et interrogations.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - CHAMBRE BALOU
Couleur : Chêne bristole
Le lit bébé est convertible en 1 lit enfant 90x200 cm sans sommier

6 Réf.: BALKO 1.975 Dh
Commode BALOU
Dim.: 89x89x45 cm
7 Réf.: BALBB20 2.675 Dh
lit bébé à barreaux, avec sommier
sans matelas ( 60x120 cm).
Convertible en lit enfant 90x200 cm
8 Réf.: BALLT 650 Dh
Plan à langer
Dim.: 88x73x12 cm

Leguide Voyage


Bô&Zin
Sur la route de l’Ourika se dressent les murs ocre rouge du Bô&Zin. Vous entrez dans un univers particulier où chaque détail a été pensé pour votre bien-être. L’âme du lieu opère aussitôt et bouscule les habitudes...