Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
2M.ma, il y a 2 mois

Soufiane Hmidache, ou quand le stylo ne sert plus qu’à écrire.
Après avoir été encouragé pendant des années par ses proches et ses amis, Soufiane Hmidache alias Agha a décidé de se lancer cette année. En effet, cet artiste dessinateur a postulé pour la 12ème édition des Morocco Web Awards. Les votes sont toujours en cours et l’artiste attend depuis de voir ce que donnera sa participation dans la catégorie créativité. Il a dans ce sens accepté de répondre aux questions de 2m.ma quant à cette passion qui le prend aux tripes !

Une catégorie qui regroupe des participants de différents domaines soit près de 26 candidats. « Le tableau avec lequel je participe à la compétition est une œuvre que j’ai dessinée avec seulement des stylos noir, vert et rouge. C’est un travail qui m’a demandé presque un an, mais parce que je n’avais pas forcément le temps de m’y concentrer », raconte Soufiane.
Son tableau est un visage dont les yeux sont bandés d’un drapeau du Maroc entouré d’obscurité, de noir. « Ce bandeau qui représente le drapeau, on ne sait pas dans quelles conditions. C’est une manière de laisser libre court à l’imagination du public, d’ailleurs ce tableau n’a pas de titre. Et j’ai pour habitude de donner très rarement des titres à mes œuvres, je trouve que c’est mieux de laisser ouvert et de faire parler son imagination », explique l’artiste.

Faire des merveilles à partir de rien

« A travers ce tableau je veux juste faire passer un message. Celui que la jeunesse doit tenir bon seulement pour ce drapeau, pour l’amour de cette patrie. Ce drapeau signifie tellement et nous devons nous battre pour ce pays, nous jeunes devons travailler et avancer main dans la main pour offrir ce qu’il y a de mieux à ce pays que nous cessons de critiquer. Si les responsables n’ont pas mené à bien leur mission, c’est à nous de nous lever et bosser en ce sens. Le changement doit être opéré, et nous en sommes aussi responsables », fustige et se révolte ce Tazi de naissance.

Âgé tout juste de 25 ans, Soufiane a fait de sa passion son métier, met le chemin n’a pas été sans embûches. Des obstacles, des difficultés et surtout de la persévérance le jeune homme n’en a pas manqué. « J’ai commencé à dessiner il y a une dizaine d’années. Je me suis découvert cette passion que j’ai vraiment commencé à pratiquer au moment où je passais mon bac, je savais qu’un jour ou l’autre j’emprunterais cette voie ! » se plait à nous confier l’artiste. En plus du dessin, Soufiane fait de la vidéo un moyen pour lui de sublimer le fruit de son travail et d’en sortir le meilleur pour le proposer au public. « De cette façon je mets en scène différentes technique de manière à approcher le public de cet art et pouvoir pourquoi pas le convertir à cette passion qui est à la fois un traitement psychologique et une échappatoire », explique le Marocain.
La touche de Soufiane dans ses fresques est facilement décelable de par la finesse de ses traits et la précision qui animent ces toiles mais aussi par son choix en général de ne pas dessiner avec des couleurs. « Au début quand j’ai commencé à dessiner c’était au crayon à papier. Au moment où j’ai voulu passer à la peinture je me suis heurté à certaines difficultés notamment financières, il faut dire que le matériel est très cher. L’idée m’est venue alors de me contenter du strict minimum pour réaliser de belles œuvres, je voulais apposer ma patte, ma touche à moi de cette façon et à partir de rien : une feuille blanche et un crayon », se remémore Soufiane. Ainsi, c’était la meilleure manière de pouvoir retranscrire la réalité, cette touche qu’il recherchait tant, une réalité qui a toujours un message simple à faire passer au spectateur. Il reste tout de même des thèmes que Soufiane met un point d’honneur à ne pas traiter, notamment la politique.

Se cherche encore pour se trouver

A la question pourquoi avoir choisi cet art ? Sofiane n’hésite pas à remettre les pendules à l’heure : « Cette question me revient très souvent et je me plais à répondre que ce n’est pas moi qui ai choisi le dessin, c’est lui qui m’a choisi et c’est la réalité, il m’a vraiment choisi ! ». Le but de ses créations c’est d’émouvoir, de susciter une émotion chez la personne qui contemple ses toiles.

D’où le choix systématique de dessiner des portraits, une manière pour lui de laisser transparaitre chaque trait de caractère des personnes qu’il dessine et la spontanéité qui se dégage de ces visages. Mais surtout d’en sortir l’état d’esprit figé à l’instant T, au moment où le dessinateur le dessine. Cela dit, il dessine également des paysages et se tourne de plus en plus vers les fresques murales surtout en extérieur : « C’est la meilleure manière pour moi d’échanger avec un public dans un plus grand espace. J’étais dans un espace restreint et du coup je me posais des limites, aujourd’hui je me sens plus libre et capable d’exprimer plus qu’avant ! ».
Pour la petite anecdote, Soufiane confie que la seule personne de sa famille qui partage cette passion avec lui c’est sa maman. Sauf qu’elle l’a mis dans la confidence il y a seulement quelques années en découvrant son talent. De son côté, elle n’est pas allée au bout de cette passion, elle a été contrainte de mettre au placard ses pinceaux et ses toiles vivant dans une société à l’époque où la femme ne pouvait pas s’exprimer par l’art. Ayant déjà été couronné d’un prix aux côtés du chanteur Ahmed Sultan, Soufiane Hmidache ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et ne cache pas son enthousiasme. Il travaille d’arrache-pied pour proposer un souffle nouveau à son art de manière à marquer au fer rouge sa patte. De cette manière il compte très bientôt proposer ses œuvres lors de différentes expositions individuelles, celui pour qui les expositions collectives n’ont plus de secret. Il vit aujourd’hui à Salé, à quelques pas de la capitale marocaine, le moyen de se rapprocher un peu plus de ses rêves. Affaire à suivre…

Lire Source
Lire aussi

Box-office: "John Wick 3" détrône "Avengers: Endgame" pour sa sortie en salles.

La production de Lionsgate "John Wick: Chapter 3 - Parabellum" a pris la tête du box-office nord-américain, détrônant le blockbuster de Marvel "Avengers: Endgame" après trois semaines de domination. Le troisième opus de la saga "John Wick", avec en tête d'affiche Keanu Reeves, a dépassé les attentes en réalisant le meilleur démarrage de la franchise aux Etats-Unis et au Canada avec 57 millions de dollars de recettes, et 92,2 millions de par le monde, selon les chiffres de Comscore. Le premier "John Wick", sorti en 2014, avait récolté 14,4 millions de dollars, tandis que le deuxième opus avait réalisé un démarrage de 30,4 millions de dollars aux Etats-Unis en 2017
Festival de Cannes : Maryam Touzani nous parle de son premier long-métrage, Adam

Maryam Touzani présente à Cannes son premier long métrage, Adam. A quelques jours de la première projection, la réalisatrice nous parle de son film, de représentativité à l'écran et de sororité à la marocaine.
Ouverture prochaine de dix salles de théâtre dans l'ensemble des régions du Royaume.

L'année 2019 est marquée par une nouvelle dynamique sur le plan de l'animation culturelle grâce à la création de dix nouvelles salles de théâtre dans l'ensemble des régions du Royaume, a souligné mardi à Rabat le ministre de la Culture et de la communication, Mohamed Laaraj.
Conférence-débat : Le réalisateur Julien Peron chez La Résidence.

Le Groupe scolaire La Résidence de Casablanca organise une soirée placée sous le signe de l’épanouissement individuel et collectif à travers la projection du film-documentaire «L’école de la vie-Une génération pour tout changer».
La pièce "Va dormi va" ouvre le bal du Festival "Aji T'hdm" à Rabat.

Un spectacle hilarant de l’humoriste Amine Radi, intitulé "Va dormi va", a ouvert, lundi soir, le bal de la 5-ème édition du Festival "Aji T’hdm", initié par Amine Belghazi et Oubeid Allah Hlal, qui forment le duo "Les inqualifiables".
Humour: Les Inqualifiables font leur show à Rabat.

Les amateurs d’humour moqueur et corrosif seront ravis. Rabat abrite jusqu’au 18 mai la cinquième édition du festival Aji T’hdm des Inqualifiables. Un show qui vise à divertir le public tout en le poussant à réfléchir sur la société marocaine à travers une belle brochette de stars de l’humour parmi lesquelles Amine Radi ou encore Hanane El Fadili.
Une semaine culturelle dédiée à Al Qods Acharif, chaque année à Fès.

La ville de Fès organisera, chaque année, une semaine culturelle dédiée à Al Qods Acharif, dans le cadre des activités culturelles programmées en application de la convention de fraternité et de jumelage entre la capitale spirituelle et la ville sainte, signée en 1982.
2ème exposition «Quand l’art s’invite en résidence» : La Fondation Banque populaire parraine 8 jeunes talents

La Fondation Banque populaire a, à l’instar de l’édition précédente, parrainé une résidence artistique au profit de ces huit jeunes artistes en herbe, durant laquelle ils ont pu acquérir de nouvelles techniques qui leur serviront dans leurs projets artistiques.
Retour de la cigogne volubile.

LE PRINTEMPS DES LIVRES JEUNESSE DU MAROC EST DE RETOUR DU 3 AU 25 MAI, DANS L’ENSEMBLE DES INSTITUTS FRANÇAIS DU MAROC. «LA CIGOGNE VOLUBILE» PORTE CETTE ANNÉE LE THÈME «CONTE ET AFRIQUE».
Les Nuits du Ramadan 2019 : demandez le programme !

es Nuits du Ramadan de l’Institut français du Maroc sont de retour du 9 au 14 mai 2019. Cette édition propose une programmation ouverte à toutes les sonorités du monde : reggae, fusion, gnawa, rythmes capverdiens, fanfare et bikutsi. Après les journées de jeûne, les mélomanes à travers 12 villes du Royaume pourront danser sur le rythme de sonorités marocaines et celles venues d'ailleurs.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Toshiba - NB205 N312B/BL
Intel Atom N280 1.6 ghz, Mémoire 1Go, DD160 Go,Webcam intégrée, Windows Xp

Leguide Voyage


Dar Sultan
Perché du haut de ses 300 ans, le Dar Sultan, crénelé de toutes ses terrasses domine la kasbah et la mer.Cette ravissante maison d'Hôtes, dar traditionnel ou maison de Charme, est dans le plus pur style franco-marocain.