Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
l'Economiste, il y a 2 mois

Où sont passés les 30 milliards de DH remboursés aux entreprises?
Le gouvernement a versé aux entreprises plus de 30 milliards de DH de crédit de TVA via un mécanisme d’affacturage auprès du système bancaire.

A cela s’ajoute l’amélioration des délais de paiement de quelques grands donneurs d’ordre dans le secteur public.

Mais la majorité des opérateurs économiques interrogés par L’Économiste affirment ne pas en ressentir l’impact. Ils avaient attendu avec impatience cette manne inespérée pour se faire payer et peut-être recevoir de nouvelles commandes. Mais de l’avis de plusieurs opérateurs, cet argent n’a eu qu’un effet placebo. Chacun a sa propre explication, mais la plupart des personnes contactées par L’Economiste préfèrent garder l’anonymat.

«L’Etat a tellement mis de pression fiscale sur les entreprises que les hommes d’affaires n’ont plus envie d’investir. Ceux qui ont le courage de le faire sont confrontés aux problèmes des CRI dont la réforme n’est pas encore effective. De plus, pour lancer un projet, c’est le parcours du combattan. Les guichets électroniques ne sont toujours pas fonctionnels, parce que les personnes qui en sont responsables n’ont pas changé de logiciel», explique un chef d’entreprise membre de la Fédération du BTP.

Sur la question des dettes qui n’ont pas baissé malgré l’injection de milliards dans l’économie, l’homme d’affaires confie que «les opérateurs s’acquittent en priorité des dettes fiscales et bancaires, avant de penser à payer les fournisseurs».

Le chef du gouvernement appelle à la patience

Dans certains cas, l’on se demande si les impayés ne relèvent pas plutôt de l’indiscipline, qui n’est pas sans rappeler le paiement des impôts toujours à la dernière minute. Mais difficile de badiner avec les créances fiscales, car les retardataires risquent gros.

«Ce sont surtout les grandes entreprises qui ont profité du remboursement de TVA, sauf qu’au lieu de régler leurs fournisseurs, elles ont préféré garder l’argent bien qu’elles n’aient pas de problème de trésorerie. Par conséquent, nous ne ressentons aucune amélioration des délais de paiement. Et les impayés se répercutent sur tout l’écosystème. D’ailleurs, les derniers indicateurs de Bank Al-Maghrib ne se sont pas améliorés», précise un dirigeant d’une entreprise de messagerie.

Pour l’opérateur, l’argent de la TVA est utilisé à d’autres fins. «Certains opérateurs gardent les fonds soit pour se constituer un stock de foncier à des fins spéculatives, soit pour financer de nouveaux projets, mais pour eux, le remboursement des dettes n’est pas une priorité».

Le paiement des dettes est fonction de la nature du produit ou du service et des rapports de forces entre les parties prenantes. Dans certaines cas, les approvisionnements sont suspendus en cas de non-paiement. Dans d’autres, les opérateurs préfèrent courir le risque d’impayé plutôt que de ne pas vendre, d’autant que la demande solvable est rare.

«Pour certaines entreprises qui s’étaient endettées vis-à-vis des banques à cause de l’allongement des délais de paiement, le remboursement de la TVA a juste permis de soulager la trésorerie. Dans certains secteurs comme l’aviculture, c’est la demande qui conditionne la relance, et l’état général de l’économie globale», précise Karim Noureddine, consultant en nutrition animale et ex-président de l’Association des fabricants d’aliments composés (AFAC).

Lors de la dernière séance à la Chambre des conseillers, le chef du gouvernement a affirmé qu’il faut attendre quelque temps encore avant de ressentir l’impact du remboursement de TVA.

Les agents économiques restent globalement sceptiques. «La majorité des PME ont un sérieux problème de fonds de roulement. Par conséquent, toute entreprise qui bénéficie d’un remboursement du crédit de TVA l’utilise d’abord pour améliorer son fonds de roulement, payer les salaires en retard, les arriérés de cotisations sociales, d’impôts… Elle va commencer par ces dettes qui lui génèrent des majorations», signale Yassine Rhanmouni, président d’Entourage, filiale du groupe Menara.

L’allongement des délais de paiement est une maladie insidieuse qui attaque tout le système nerveux des entreprises. Pour faire face à leurs dépenses régulières, elles sont obligées d’en appeler aux banques. Celles qui ont déjà des crédits demandent des rallonges. La facture est souvent lourde. Et les établissements de crédit sont intraitables en matière de garanties via des titres fonciers.

«Quand une entreprise dépasse sa facilité de caisse, elle a droit à un taux bonifié. Il correspond au taux négocié majoré de 2%. Aujourd’hui, je paie 9% d’intérêt sur la facilité de caisse. Soit 330 DH par jour parce que nous avons dépassé notre facilité de caisse», déclare Rhanmouni. Pour lui, «cette situation est attribuée à la mauvaise foi des donneurs d’ordre et aux banques qui en ont profité».

En Savoir Plus
Lire aussi

L’activité touristique à Marrakech en hausse depuis 2015.

L’activité touristique à Marrakech a enregistré de 2015 à 2018 un taux d’accroissement annuel continu de 8% en gagnant plus de 763.224 visiteurs et plus de 2.817.431 nuitées alors que le taux d’occupation dans les établissements hôteliers classés a progressé de 11 points.
La Chambre d’agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie.

La Chambre d’agriculture de la région Draâ-Tafilalet s’est vue octroyer, samedi, le prix Ibn Chabbat pour la préservation et la mise en valeur des écosystèmes oasiens au Maghreb et ce, en marge d’un congrès régional organisé les 17 et 18 mai à Tozeur sur «la promotion des oasis en Afrique du nord et en Mauritanie».
Matériaux de construction: La traque de l’informel.

Bientôt tous les matériaux de construction devront porter le nouveau marquage de mise en conformité, à l’instar des équipements électriques (chargeurs, interrupteurs…) et des jouets. Objectif: contrecarrer l’informel et la contrefaçon devenus légion dans le secteur de la construction.
Meriem Bensalah au comité stratégique de Suez.

Le Groupe Suez vient de désigner Mme Miriem Bensalah Chaqroun au poste de présidente du Comité stratégique du Groupe.
Bourse : les choix de BMCE Capital Research.

ADDOHA ET RÉSIDENCES DAR SAADA RECOMMANDÉES À L’ACHAT. LA SOCIÉTÉ DE RECHERCHE PRÉCONISE L’ACCUMULATION DE ATTIJARIWAFA BANK, CRÉDIT DU MAROC ET CIH BANK. L’ACTION DE CMT EST À ACCUMULER, TOUTEFOIS LA MINIÈRE NE COMMUNIQUE PAS ASSEZ SUR SA STRATÉGIE.
Reebok ouvre deux nouvelles boutiques à Casablanca et Tanger.

Reebok, la marque internationale de fitness, vient officiellement d’ouvrir deux nouvelles boutiques au Maroc. Le tout premier «Reebok Store» a été inauguré en plein centre de la capitale économique Casablanca, sur le boulevard Al Massira Al Kahdra.
Le Maroc, 3ème rang en matière de développement hôtelier en Afrique.

L’Ethiopie occupe le quatrième rang en matière de développement hôtelier en Afrique, après l’Egypte, le Nigeria et le Maroc, rapporte samedi l’agence de presse éthiopienne ENA.
Commerce intérieur : la laborieuse marche vers la modernisation.

LE MAROC N’A JAMAIS EU DE STRATÉGIE GLOBALE DU SECTEUR DU COMMERCE, SELON LE MINISTRE DU COMMERCE ET DE L’INDUSTRIE. LE COMMERCE TRADITIONNEL RESTE PRÉDOMINANT MALGRÉ L’AUGMENTATION DES GRANDES SURFACES, DE L’ORDRE DE 575 ACTUELLEMENT.
Agriculture: Le semis direct, un accélérateur de performance.

N’est-il pas temps de se rendre à l’évidence et de cesser de se voiler la face? Le Maroc est bel et bien un pays semi aride. L’agriculture y demeure tributaire du bon vouloir du ciel et des aléas climatiques.
Innovation textile : Lancement du premier concours "Innov’tex Maroc"

Le Cluster des textiles techniques marocains (C2TM) vient de lancer la première édition du concours national de l'innovation dans les textiles techniques "Innov’tex Maroc".



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


SONY - 40"
40"
Résolution : 1920x1080
Contraste : 16.000:1
2HDMI

Leguide Voyage


Riad Atlas Kasbah
L’ ecolodge (éco-logis) Atlas Kasbah est la première maison d’hôtes fondée sur le développement durable au coeur de la Réserve de Biosphère de l’arganeraie, patrimoine de l’Unesco. Ce riad écologique est situé à Agadir au Sud du Maroc, sur les premiers contreforts du Haut Atlas occidental et à seulement 20 minutes de la plage d’Agadir !