Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui, il y a 12 jours

Subventions aux associations : le contrôle en voie d’être resserré.
Le rôle de la Cour des comptes sera central dans le contrôle de l’utilisation des subventions publiques. Le ministère des finances et le Secrétariat général du gouvernement s’activent pour l’entrée en vigueur du plan comptable dédié aux associations. La majorité des subventions demeure publique.

Le système de gouvernance des subventions publiques accordées aux associations, régi essentiellement par la circulaire du Premier ministre n° 7 de 2003 (voir encadré), sera réaménagé. De nouvelles dispositions seront instaurées au cours de ce mois de février, avec plus de prérogatives accordées à la Cour des comptes. C’est ce que nous a confirmé Mustapha El Khalfi, ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile. «Tous les départements ministériels, impliqués dans une réflexion sur l’amélioration du système des subventions publiques accordées aux associations, vont dans le sens du renforcement du rôle de la Cour des comptes. Les recommandations de cette dernière représentent la base sur laquelle un nouveau système de gouvernance des subventions publiques peut être mis en place», souligne le ministre.

Une de ces recommandations est l’activation d’une loi cadre du Code des juridictions financières, en gestation. Elle consiste à mettre en place le plan comptable dédié aux associations. «Nous allons faire en sorte que cette loi entre en vigueur. Le ministère des finances et le Secrétariat général du gouvernement (SGG) travaillent actuellement sur ce projet», assure M. El Khalfi. Considéré comme une priorité par le ministre, ce nouveau plan comptable a déjà été adopté par l’Ordre des experts comptables.

L’Etat, principal bailleur de fonds

L’Etat est le principal bailleur de fonds des associations. Les subventions publiques dépassent de loin celles accordées par le privé. En 2018, ce «statut avancé» que l’Etat souhaite accorder à la société civile a permis de financer plusieurs grands projets solidaires. Il s’agit du programme de soutien de l’enseignement primaire, financé à hauteur de 1,365 milliard de DH. Et ce n’est pas le seul. Le programme de lutte contre l’analphabétisme, auquel environ 4000 associations ont adhéré, a été appuyé par une subvention étatique de 400 MDH. Le même montant a été octroyé au programme de solidarité, pour environ 1400 associations travaillant au profit des couches défavorisées. Au-dessus de tout, la plus grande subvention va à la troisième phase de l’INDH, avec un budget colossal de 18milliards de DH.

Par ailleurs, les dons reçus de la part des donneurs étrangers ont avoisiné, selon les chiffres fournis par Mustapha El Khalfi, 300 MDH en 2018. «En forte baisse, comparé à quatre ans auparavant où leur montant global avoisinait 1 milliard DH», précise le ministre.
Exonérés d’impôt, les dons privés sont soumis à une autre approche. Les associations reconnues d’utilité publique (ARUP) doivent toujours aviser le SGG de chaque opération de collecte de fonds. Au total, elles ont droit à une seule collecte identique annuellement, chaque deuxième opération devant faire l’objet d’une autorisation.

Le SGG doit être avisé pour chaque opération de collecte

Un exemple. Reconnue d’utilité publique, l’association Al-Hidn de Casablanca mène actuellement une campagne de charité publique. Pour plus de sécurité, elle a pris des mesures supplémentaires comme l’adoption d’un compte bancaire dédié à chaque projet et à chaque campagne. «Le compte dédié à cette campagne de collecte de dons que nous menons actuellement sera clôturé après la fin de celle-ci. Après déduction de nos charges, nous devons reverser à l’Etat un pourcentage de cette collecte», précise Amina Oumlil, présidente de l’association Al-Hidn.
Contrairement aux ARUP, dotées d’un identifiant fiscal et considérées, dans plusieurs cas, comme des entreprises à part entière, les autres associations déclarées, constituant la majorité des 163000 associations recensées, doivent demander une autorisation spéciale du SG pour collecter des fonds. «Mais, pour ce qui est du système de contrôle, les deux types d’associations sont soumises aux mêmes mesures», explique Mustapha El Khalfi.
Dans le cas des subventions reçues d’ONG et d’organismes étrangers, ces derniers imposent aux associations, de surcroît, leurs propres procédures de contrôle très rigoureuses. «A tire d’exemple, l’USAID dispose de son propre système de contrôle de ses subventions. Le même principe est appliqué dans l’espace européen. Il s’agit là d’un double contrôle», souligne Ahmed Jazouli, expert en gouvernance démocratique.

En Savoir Plus
Lire aussi

Crédit Agricole du Maroc soutient les petits agriculteurs de Toubkal.

Promotion d’une arboriculture de montagne durable
Ceinture bleue : Echanges de Akhannouch avec les partenaires étrangers.

M. Akhannouch a rappelé la place du Maroc en tant que premier producteur de poissons en Afrique et le potentiel du Royaume en termes de valorisation, tout en soulignant l’intérêt que suscite l’expérience norvégienne.
Le Royaume-Uni sécurise ses échanges commerciaux.

Le gouvernement britannique appliquerait des droits de douane sur les importations de produits agricoles pour protéger les agriculteurs britanniques en cas d'un Brexit sans accord, a indiqué, mardi à Birmingham, le secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Alimentation et aux Affaires rurales, Michael Gove.
Prix du carburant: Guerraoui inflige un camouflet au gouvernement.

Dès l’émission du premier avis, le «nouveau» Conseil de la concurrence commence déjà à déranger. Le ministre des Affaires générales et de la Gouvernance, Lahcen Daoudi, n’a pas du tout apprécié les conclusions du gendarme de la concurrence sur le plafonnement des prix du carburant. Il a accusé ses membres d’avoir politisé le dossier.
Le dirham se déprécie de 0,28% face à l’euro en janvier 2019 (BAM).

Le dirham s’est également déprécié de 0,08% vis-à-vis du dollar américain en janvier 2019, selon Bank Al-Maghrib (BAM).
Aéronautique: Le Piston Français investit 5 millions d'euros au Maroc.

Le groupe Le Piston Français (LPF) spécialisé dans la réalisation de pièces et ensembles mécaniques aéronautiques de moyenne dimension annonce la création d’une nouvelle usine au Maroc.
L’entrepreneuriat féminin, une «pierre angulaire» des ODD au Maroc.

Le Maroc a réalisé 66% des Objectifs du développement durable prévus par l’Agenda 2030.
Maroc-BAD: Un accord de prêt en faveur de l'accès à l'emploi.

Le Maroc et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé, mardi à Rabat, un accord de prêt pour le financement du programme axé sur les résultats pour l'amélioration de l’accès à l’emploi.
Automobile : La BERD accorde 7,5 millions d’euros à Tuyauto Gestamp Morocco.

Nouveau coup de pouce de la BERD au secteur automobile au Royaume. En effet, la BERD va soutenir le secteur par un prêt de 7,5 millions d’euros à Tuyauto Gestamp Morocco, une toute nouvelle joint-venture qui produit des pièces métalliques pour l’automobile, détenue à 50% par Gestamp Automocion (Espagne) et à 50% par Tuyauto (Maroc).
Subventions aux associations : le contrôle en voie d’être resserré.

Le rôle de la Cour des comptes sera central dans le contrôle de l’utilisation des subventions publiques. Le ministère des finances et le Secrétariat général du gouvernement s’activent pour l’entrée en vigueur du plan comptable dédié aux associations. La majorité des subventions demeure publique.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Toshiba - Satellite T135-S1309
Intel SU 4100/1.30 Ghz, Ecran Led 13.3",Webcam, Windows ,7

Leguide Voyage


Carsalis
Carsalis Agence de location de voitures située au centre ville d'Agadir, vous propose des véhicules récents à louer à des prix très compétitifs.Tous nos véhicules sont révisés avant chaque remise aux clients.