Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui, il y a 16 jours

2ème sommet marocain du pétrole et du gaz : Vers la restructuration de la chaîne de valeur des hydrocarbures.
Le Maroc dispose d’un énorme potentiel sous-exploré notamment en onshore. Les objectifs profonds n’ont pas encore été testés. Citons en l’occurrence les objectifs situés sous la nappe dans le domaine rifain et autour de la ceinture atlantique.

Améliorer l’efficacité globale du secteur énergétique au Maroc est l’un des messages clés lancés lors du deuxième sommet marocain du pétrole et du gaz dont les travaux prennent fin ce jeudi à Marrakech. Cet événement organisé par l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), en collaboration avec IN-VR Oil&Gas, a été une occasion de présenter les potentialités marocaines et d’encourager l’investissement dans ce domaine. Toutefois une bonne régulation s’impose pour pouvoir renforcer l’attractivité du Maroc à ce niveau.

C’est d’ailleurs ce qu’a tenu à souligner Aziz Rabbah, ministre de l’énergie, des mines et du développement durable, lors de la cérémonie d’ouverture de ce sommet. Le ministre a, à cet effet, appelé à revoir le système pour favoriser plus de concurrence, important facteur d’innovation. «La concurrence ne veut pas dire qu’on est contre la rentabilité, au contraire nous avons besoin des investissements et du savoir-faire du secteur privé et nous voulons développer des partenariats gagnant-gagnant entre ce secteur et l’Etat. L’enjeu est de définir la bonne dose de concurrence pour qu’elle soit saine et salutaire pour tout le monde», relève-t-on du ministre.

L’une des recommandations émises lors de ce sommet est la mise en place d’une infrastructure adaptée et accessible à tous les acteurs. Il est à noter que la tutelle a enclenché la réflexion pour une restructuration de l’ensemble de la chaîne de valeur des hydrocarbures.

Le but étant de développer des infrastructures adéquates et en garantir un accès équitable. Pour sa part Amina Benkhadra, directrice générale de l’ONHYM, a mis en exergue les opportunités qu’offre le Maroc aux investisseurs potentiels. «le Maroc représente une perspective séduisante et offre des opportunités considérables aux sociétés pétrolières internationales», a-t-elle indiqué. Le Maroc est en effet considéré comme étant un important pôle énergétique émergent. Le Royaume fait partie des régions prometteuses pour l’exploration des hydrocarbures. Aussi, l’industrie pétrolière au Maroc a enregistré ces dernières années d’importantes avancées. «De nouvelles frontières sont franchies. Une nouvelle base de données moderne est en cours d’acquisition. De même, de nouveaux play concepts ont été développés et de nouvelles découvertes ont été réalisées», énumère Mme Benkhadra.

L’ONHYM qui joue un grand rôle dans la promotion du potentiel en hydrocarbures des bassins sédimentaires marocains déploie des efforts continus aussi bien en onshore qu’en offshore. Les actions engagées durant les cinq dernières années ont permis d’identifier et de mettre à jour de nombreux prospects prometteurs. On note à cet effet l’attribution de 70 permis de recherche et 10 concessions d’exploitation à des sociétés pétrolières internationales.

Au total, 351 puits d’exploration ont été forés au Maroc. Les investissements de l’ONHYM sont orientés vers l’acquisition des nouvelles données et leur analyse au tout début du cycle de l’exploration. Au cours des 15 dernières années, 27,5 milliards de dirhams ont été investis par les partenaires de l’Office. La base de données est représentée par 60.000 km² de données sismiques 3D, 229.000 km de données sismiques 2D et 87 puits.

Il est à rappeler que le Maroc dispose d’un énorme potentiel sous-exploré notamment en onshore. Les objectifs profonds n’ont pas encore été testés. Citons en l’occurrence les objectifs situés sous la nappe dans le domaine rifain et autour de la ceinture atlantique.

En offshore, très peu de puits profonds ont été forés dans toute la marge atlantique marocaine, et ce en dépit des nombreux types de plays existants. Se référant au bilan établi sur la période 2000-2018, une importante découverte de gaz non commercial a été réalisée en 2009 dans la région de Tanger – Larache. Dans le segment offshore d’Agadir-Tarfaya, sept puits ont été forés entre 2000 et 2017, révélant d’importantes accumulations d’huile lourde et légère ainsi que du gaz. En ce qui concerne le bassin de Boujdour, un seul puits a été foré dans cette vaste zone d’environ 200.000 km².

La région méditerranéenne est un autre haut lieu pour l’exploration des hydrocarbures au Maroc. Berceau de différents systèmes pétroliers, ce domaine n’a toutefois pas encore révélé son potentiel avec seulement 2 puits et 10.000 km de sismique 2D.

Lire Source
Lire aussi

Crédit Agricole du Maroc soutient les petits agriculteurs de Toubkal.

Promotion d’une arboriculture de montagne durable
Ceinture bleue : Echanges de Akhannouch avec les partenaires étrangers.

M. Akhannouch a rappelé la place du Maroc en tant que premier producteur de poissons en Afrique et le potentiel du Royaume en termes de valorisation, tout en soulignant l’intérêt que suscite l’expérience norvégienne.
Le Royaume-Uni sécurise ses échanges commerciaux.

Le gouvernement britannique appliquerait des droits de douane sur les importations de produits agricoles pour protéger les agriculteurs britanniques en cas d'un Brexit sans accord, a indiqué, mardi à Birmingham, le secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Alimentation et aux Affaires rurales, Michael Gove.
Prix du carburant: Guerraoui inflige un camouflet au gouvernement.

Dès l’émission du premier avis, le «nouveau» Conseil de la concurrence commence déjà à déranger. Le ministre des Affaires générales et de la Gouvernance, Lahcen Daoudi, n’a pas du tout apprécié les conclusions du gendarme de la concurrence sur le plafonnement des prix du carburant. Il a accusé ses membres d’avoir politisé le dossier.
Le dirham se déprécie de 0,28% face à l’euro en janvier 2019 (BAM).

Le dirham s’est également déprécié de 0,08% vis-à-vis du dollar américain en janvier 2019, selon Bank Al-Maghrib (BAM).
Aéronautique: Le Piston Français investit 5 millions d'euros au Maroc.

Le groupe Le Piston Français (LPF) spécialisé dans la réalisation de pièces et ensembles mécaniques aéronautiques de moyenne dimension annonce la création d’une nouvelle usine au Maroc.
L’entrepreneuriat féminin, une «pierre angulaire» des ODD au Maroc.

Le Maroc a réalisé 66% des Objectifs du développement durable prévus par l’Agenda 2030.
Maroc-BAD: Un accord de prêt en faveur de l'accès à l'emploi.

Le Maroc et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé, mardi à Rabat, un accord de prêt pour le financement du programme axé sur les résultats pour l'amélioration de l’accès à l’emploi.
Automobile : La BERD accorde 7,5 millions d’euros à Tuyauto Gestamp Morocco.

Nouveau coup de pouce de la BERD au secteur automobile au Royaume. En effet, la BERD va soutenir le secteur par un prêt de 7,5 millions d’euros à Tuyauto Gestamp Morocco, une toute nouvelle joint-venture qui produit des pièces métalliques pour l’automobile, détenue à 50% par Gestamp Automocion (Espagne) et à 50% par Tuyauto (Maroc).
Subventions aux associations : le contrôle en voie d’être resserré.

Le rôle de la Cour des comptes sera central dans le contrôle de l’utilisation des subventions publiques. Le ministère des finances et le Secrétariat général du gouvernement s’activent pour l’entrée en vigueur du plan comptable dédié aux associations. La majorité des subventions demeure publique.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Zaapa - Caméra 130WIPC
Cámara de red Inalámbrica y de cable con sensor
de 1.3M pixeles, wifi 802 11b:g, digital PTZ.
support MSN SKYPE MESSENGER

Leguide Voyage


Royal Golf Dar Essalam
Tracé par Robert Trent Jones, le Royal Golf de Dar Es Salam n’est qu’à une quinzaine de minutes du centre de Rabat, capitale du Royaume du Maroc. Son domaine s’étend sur quelque 440 hectares d’arbres, de fleurs, d’eau et de parcours appréciés des vrais connaisseurs.