Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
l'Economiste, il y a 18 jours

Transport voyageurs: Le gouvernement réchauffe son projet de réforme.
a réforme du transport de personnes refait parler d’elle. Cinq fédérations ont été conviées à une réunion avec Abdelkader Amara, ministre du Transport, samedi 9 février. Une journée d’étude au cours de laquelle le ministre présentera sa «vision de la réforme du secteur à la lumière de l’implémentation de la régionalisation». Il aura pris tout son temps pour.

La rencontre intervient 4 ans après l’ultimatum qui avait été lancé aux opérateurs avant d’activer de manière unilatérale le contrat-programme. Réforme qui n’a finalement pas vu le jour.

«Il s’agit de remettre sur le circuit la réforme du transport de voyageurs qui avait été initiée il y a quelques années avant d’être bloquée. Parmi les points qui seront débattus, figurent les modalités d’accès et de sortie du secteur, la qualité, la sécurité, la question de la location des agréments», explique le dirigeant d’une société de transport membre de la CGEM.

La location des agréments constitue toujours le point nodal du secteur du transport de voyageurs. Après la publication de la liste des attributaires en 2012, de nombreux bénéficiaires dont l’identité avait été rendue publique ont soit vendu leurs agréments, soit constitué des sociétés pour être moins visibles. Mais l’essentiel des agréments fait encore l’objet d’une location entre titulaire et exploitant.

Dans certains cas, la situation est encore plus inextricable et fait l’objet d’un procès interminable. En effet, ne pouvant augmenter le montant de la location d’un agrément, un bénéficiaire peut louer une licence alors qu’elle est toujours exploitée par une deuxième personne. En tout cas, sur 3.681 agréments, un millier reste inexploité pour diverses raisons.

Certains opérateurs proposent l’idée d’un fonds pour racheter les agréments sur la base d’une grille qui s’appuie sur la rentabilité. Les agréments feraient ensuite l’objet d’une location avec option. Le principe avait déjà été intégré dans la loi de finances 2013, mais fut rejeté par le Parlement car l’idée avait été assimilée à une prime aux rentiers.

D’autres opérateurs proposent un fonds qui serait financé par le privé avec la garantie de l’Etat. Sauf que les participants n’ont pas tous la même conception de ce dispositif. «La création d’un fonds alimenté par le public et le privé est un mariage contre nature qui ne fonctionnera jamais. L’administration nommerait un responsable qui ne partagera pas toujours l’avis du privé», prévient un membre d’une fédération de transport de voyageurs.

L’opérateur cite l’exemple des gares routières gérées conjointement par le public et le privé dont l’exemple est un échec. Il suggère que le budget consacré au programme de renouvellement du parc d’autocars soit requalifié pour financer le rachat des agréments qui seraient remis sur le marché, sur la base d’appels d’offres avec un cahier des charges.

Le challenge sera de trouver une solution à la location des agréments, en évitant la reproduction des erreurs de la réforme du transport de marchandises. Celle-ci a débouché sur une atomisation du secteur, l’avilissement des tarifs, le développement de l’informel, la sinistralité...

L’autre défi auquel le ministère de tutelle devra faire face porte sur le transfert des compétences en matière de transport de voyageurs aux collectivités territoriales conformément à la politique menée par le Maroc pour la régionalisation. Le point sera débattu lors de la rencontre du 9 février. Ce qui suscite plusieurs interrogations. Il faut de prime abord convenir que le secteur ne pourra jamais été transféré aux collectivités territoriales en l’état.

Ce sera se débarrasser de la patate chaude au niveau central et déplacer le problème aux régions qui sont un très mauvais modèle en matière de gestion du transport urbain. En même temps, quelles sont les garanties pour que les conseils régionaux ne commencent pas à attribuer des agréments dans un but purement électoral? L’on assisterait à l’émergence de ce phénomène de rente au plan régional.

«Si la gestion du transport de voyageurs est régionalisée, de nouveaux agréments seront accordés au détriment des opérateurs des autres régions. Par conséquent, il faut que le pilotage du secteur soit centralisé selon un schéma directeur national», prévient un opérateur. En tout cas, il faudra attendre de voir le nouveau scénario de réforme du gouvernement et l’accueil qui lui sera réservé par les opérateurs.

Voir Source
Lire aussi

Crédit Agricole du Maroc soutient les petits agriculteurs de Toubkal.

Promotion d’une arboriculture de montagne durable
Ceinture bleue : Echanges de Akhannouch avec les partenaires étrangers.

M. Akhannouch a rappelé la place du Maroc en tant que premier producteur de poissons en Afrique et le potentiel du Royaume en termes de valorisation, tout en soulignant l’intérêt que suscite l’expérience norvégienne.
Le Royaume-Uni sécurise ses échanges commerciaux.

Le gouvernement britannique appliquerait des droits de douane sur les importations de produits agricoles pour protéger les agriculteurs britanniques en cas d'un Brexit sans accord, a indiqué, mardi à Birmingham, le secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Alimentation et aux Affaires rurales, Michael Gove.
Prix du carburant: Guerraoui inflige un camouflet au gouvernement.

Dès l’émission du premier avis, le «nouveau» Conseil de la concurrence commence déjà à déranger. Le ministre des Affaires générales et de la Gouvernance, Lahcen Daoudi, n’a pas du tout apprécié les conclusions du gendarme de la concurrence sur le plafonnement des prix du carburant. Il a accusé ses membres d’avoir politisé le dossier.
Le dirham se déprécie de 0,28% face à l’euro en janvier 2019 (BAM).

Le dirham s’est également déprécié de 0,08% vis-à-vis du dollar américain en janvier 2019, selon Bank Al-Maghrib (BAM).
Aéronautique: Le Piston Français investit 5 millions d'euros au Maroc.

Le groupe Le Piston Français (LPF) spécialisé dans la réalisation de pièces et ensembles mécaniques aéronautiques de moyenne dimension annonce la création d’une nouvelle usine au Maroc.
L’entrepreneuriat féminin, une «pierre angulaire» des ODD au Maroc.

Le Maroc a réalisé 66% des Objectifs du développement durable prévus par l’Agenda 2030.
Maroc-BAD: Un accord de prêt en faveur de l'accès à l'emploi.

Le Maroc et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé, mardi à Rabat, un accord de prêt pour le financement du programme axé sur les résultats pour l'amélioration de l’accès à l’emploi.
Automobile : La BERD accorde 7,5 millions d’euros à Tuyauto Gestamp Morocco.

Nouveau coup de pouce de la BERD au secteur automobile au Royaume. En effet, la BERD va soutenir le secteur par un prêt de 7,5 millions d’euros à Tuyauto Gestamp Morocco, une toute nouvelle joint-venture qui produit des pièces métalliques pour l’automobile, détenue à 50% par Gestamp Automocion (Espagne) et à 50% par Tuyauto (Maroc).
Subventions aux associations : le contrôle en voie d’être resserré.

Le rôle de la Cour des comptes sera central dans le contrôle de l’utilisation des subventions publiques. Le ministère des finances et le Secrétariat général du gouvernement s’activent pour l’entrée en vigueur du plan comptable dédié aux associations. La majorité des subventions demeure publique.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - TAPIS SHAGGY PLUS
EN POLYPROPYLÈNE
Disponible en divers motifs et dimensions
Dim.: 67/140 cm 285 Dh
Dim.: 80/150 cm 360 Dh
Dim.: 120/170 cm 620 Dh
Dim.: 140/200 cm 870 Dh
Dim.: 160/230 cm 1.150 Dh
Dim.: 200/290 cm 1.750 Dh
Réf.: SHGP67/80/120/140/160/200

Leguide Voyage


BriguiCar
Au centre nord du Maroc votre agence de location de voitures BriguiCar s'est installée à Fès, ville spérituelle du Maroc, pour vous offrir une meilleure qualité et répondre à vos besoins.