Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La Vieeco, il y a 2 mois

Cinéma: «Masood, Saida et Saâdane»
Le dernier film de Brahim Chkiri est sorti le 30 janvier dans les grandes salles du Royaume. «Masood, Saida et Saâdane» est le deuxième road movie du réalisateur.

Le film «Masood, Saida et Saâdane» va probablement encombrer de spectateurs les salles de cinéma dans les prochaines semaines. Et pour cause. La nouvelle comédie porte la signature de Brahim Chkiri qui a commis un succès jamais égalé au Maroc. L’excellent «Road to Kabul» est resté en salle assez de temps pour conquérir le plus large public et placer le réalisateur sur un piédestal, en tant que pionnier de la comédie.
Le nouveau film est également un road movie. Mais cette fois-ci, l’affiche est mixte pour le bonheur des dames. «Masood, Saida et Saâdane» a été tourné entre Marrakech et Dakhla, emmenant le spectateur marocain vers des décors nouveaux et des paysages imprenables. Pour le reste, c’est un tourbillon d’aventures et de situations improbables.

Sur la route

L’histoire commence avec Masood qui fuit la prison, à la Prison Break, après plus de 15 ans d’incarcération. Sans ressources ni lieu où aller, il cherche refuge auprès d’une vieille amie barmaid.
Celle-ci, sentant proche son agonie, le charge de retrouver sa fille Saida, qu’elle avait abandonnée il y a 25 ans chez une cousine à Dakhla et dont elle n’a plus de nouvelles depuis le décès de la dernière. La compassion n’est pas le fort de Masood, mais l’argent et la promesse d’une grande récompense l’attendrissent immédiatement. Lorsqu’il arrive à Dakhla, il découvre une chanteuse de cabaret d’apparence inoffensive. Mais la gentille bimbo se transforme en braqueuse professionnelle devant les yeux ahuris de Masood. Une confrontation avec des mafieux russes et une rencontre malencontreuse avec un singe dressé les transforment tous en fugitifs.
Au fur et à mesure du voyage, leurs mésaventures et leurs ennemis se multiplient.
Auprès d’Aziz Dadas, Kalila Bounaylat et le singe, on retrouve Mohamed Khyari, Omar Lotfi, Bachir Ouakine, Abdelkhaleq Fahid, Rafik Boubker, Abderrahim Elmaniari, Saleh Bensalah, Fatima Harrandi, Karima Wassat…

Il y avait tout…

Lorsqu’on découvre le casting, l’on est en mesure de s’attendre à des convulsions de rire, surtout lorsque l’absurde et la malchance guettent les protagonistes. Mais, sans évoquer les petites erreurs d’écriture, il y a dans l’ensemble un manque de consistance qui a dispersé l’énergie du film.
D’emblée, l’histoire est assez compliquée, avec cette clé convoitée par un tas de malfrats, qui est d’abord promise à un parlementaire, mais vendue à un mafieux, avant d’être subtilisée par Saida. En outre, le nombre important de situations improbables rencontrées en route perturbe la dynamique du film. Il n’y a que le trafic d’organes qui n’y a pas figuré. Enfin, l’on dirait que le réalisateur a beaucoup trop compté sur la logorrhée de Dadas et sur les mimiques de Fahid, entre autres, pour arracher le rire.
Car des situations comiques à proprement parler, il n’y en avait pas vraiment. Malgré les soubresauts multiples, l’on n’est pas à l’abri de l’ennui.
En bref, il y avait la bonne idée de départ, un excellent casting et de grands moyens visiblement : tout pour un road movie comique et original. «Masaoud, Saida et Saâdane» aurait pu être un succès…

Lire Source
Lire aussi

Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice.

Le FCAT met en avant, à travers sa programmation, le cinéma afro-américain, le féminisme et l’activisme politique.
L'art et les nouvelles technologies au cœur de cette 25ème édition du FIAV !

Offrir un spectacle poétique en mélangeant le langage corporel avec le son et l’image ! C’est ce qu’ambitionne Alain Baumann, de la compagnie Kònic thtr, en participant à la 25ème édition du FIAV (festival international d’art vidéo de Casablanca).
Festival de Sijilmassa du malhoun : Hajar Zemmouri remporte un concours de l’Inchad

La jeune Hajar Zemmouri, de la troupe Ahmed Ben Rkia de l’art du malhoun à Azemmour, a remporté, samedi à Erfoud, un concours de l’Inchad, organisé dans le cadre de la 25ème édition du Festival de Sijilmassa du malhoun, un événement initié par le ministère de la culture et de la communication (département de la culture).
Réouverture du site de Lixus à Larache.

Le ministre de la Culture et de la Communication Mohamed Laâraj a présidé, samedi, la cérémonie d’ouverture officielle du centre d’interprétation du site archéologique de Lixus, plus ancienne métropole dans le Royaume, et l’un des plus anciens centres urbains de la Méditerranée occidentale.
Expo: Dominique Zinkpè face à ses démons.

Après plusieurs résidences à Jardin Rouge, Dominique Zinkpè entreprend ainsi de nous révéler toute la poésie de son œuvre à travers un retour à une pratique qui lui est chère; essentiel, intimiste, le dessin
Prix Charjah pour la création arabe : Trois marocains distingués

Trois marocains lauréats de la 22e édition du prix Charjah pour la création arabe, ont reçus leurs distinctions, mercredi au Caire.
Journée internationale des monuments et des sites: la médina de Fès fait sa mue.

A l'heure de la célébration de la journée internationale des monuments et des sites, la médina de Fès, qui constitue à la fois un musée à ciel ouvert et un modèle vivant de la ville méditerranéenne et arabo-musulmane, vit depuis quelques années au rythme d'un immense chantier de réhabilitation et de revalorisation de ses sites les plus emblématiques.
Nouvelle parution : “Les Rencontres internationales de Toumliline”

En octobre 1952, un monastère bénédictin fut implanté sur les contreforts du Moyen Atlas, en surplomb d'Azrou, au lieu-dit « Toumliline », du nom d'une source proche. Il ferma ses portes en 1968.
Impressionnistes: Un cas d’école?

Peut-on parler concrètement d’une école impressionniste? Selon divers spécialistes et historiens de l’art, les œuvres des grands peintres réputés impressionnistes sont bien trop différentes entre elles pour parler d’un cas d’école. Le terme mouvement étant plus approprié.
Une 3ème édition dans trois villes.

La Journée mondiale de l’art sera célébrée, en avril au Maroc, pour la troisième année consécutive. Elle sera fêtée, du 5 au 20 avril, dans trois villes de par le Royaume.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


- Nougat "PALMYRA"
250grs Pistache/Fraise/
Cacao/Cacahuétes/Chocolat

Leguide Voyage


Akouas Meknes
Situé au coeur de la ville de Meknes, près de l'axe routier
Rabat-Fès, à 300m de la gare centrale ferroviaire et à 5min de la C.T.M ( Bus intervilles),
l'hôtel Akouas vous accueille avec sérénité et chaleur.