Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Le Matin, il y a 2 mois

«Rihla» ou le dialogue interculturel pour vivre en harmonie dans ce monde.
La Fondation Société Générale entame l’année 2019 avec une grande exposition abordant la thématique du cosmopolitisme. «Rihla» (Voyage) est l’intitulé choisi par la commissaire de cet événement, l’artiste plasticienne et théoricienne de l’art Rim Laâbi, connue pour son dévouement et son engagement sur la scène culturelle marocaine.

Cette fois-ci, ce sont les réalités auxquelles renvoie la notion de frontière que Rim Laâbi a voulu interroger dans cette exposition, et ce à travers le choix d’une pléiade d’artistes de divers univers plastiques, notamment les arts visuels, l’artisanat, la peinture, la sculpture, la photographie, l’art vidéo et le cinéma. Il s’agit de Monia Abdelali, Jaâfar Akil, Leïla Alaoui, Farid Belkahia, Youssef Ben Saoud, Brahim Benkirane, Thami Benkirane, Mahi Binebine, Mohamed Chebaa, Bouchta El Hayani, Youssef El Kahfaï, Ibrahim Hamami, Rim Laâbi, Ahlam Lemseffer, Fouad Maazouz, Najia Mehadji, Mohamed Melehi, Mohamed Bennani (Moa), Amina Rezki, Sang Maolin, Aziz Sayed et Hassan Slaoui, dont les œuvres furent réunis dans une scénographie pédagogique envisagée comme lieu d’une utopie réalisée. Ménageant, ainsi, au spectateur la surprise de la découverte sous forme d’un beau voyage s’ouvrant sur le monde.

«L’idée est de suggérer le voyage à travers un parcours constitué d’une multitude de portes et de lignes sinueuses en formes de vagues ou de dunes prolongeant les cimaises au sol, traçant des marges de flux et reflux à longer pour des franchissements à travers les œuvres saisissantes et singulières des artistes. Dans ce périple, la porte n’est pas un mur, mais un seuil ouvert sur le monde», explique Rim Laâbi. Une manière pour appeler aux valeurs du respect de l’autre, du dialogue et de l'ouverture. Mais avec un langage, comme le souligne la commissaire de l’exposition, qui s’inscrit dans un contexte contemporain où le développement des techniques de l’information et les interconnections favorisent la mobilité, en interrogeant la signification des frontières, à une époque où ces dernières suscitent controverses, inquiétudes et espoirs.
«L’exposition “Rihla” pose la question de la frontière, la vraie : porte de passage et non un mur, susceptible de réhabiliter le souci de l’autre, l’hospitalité, l’égalité entre les hommes partageant une identité universelle humaine et les particularismes». Très douée et aussi pertinente dans son travail, Rim Laâbi, a pu réaliser, en compagnie de M’hammed El Kehal, une scénographie unique en son genre, se décomposant en trois étapes de seuil en seuil : «Ibn Battuta, prince des voyageurs, incontournable», «Brûle la mer», et «Regarde-moi».

«Le public devient acteur, navigateur, invité à échanger via divers temps forts. Ce n’est pas uniquement une exposition, mais aussi des interventions, des performances, des ateliers, des installations, des projections, des conférences, des lectures et des débats», précise Rim. Les trois parties nous mènent vers des réflexions très profondes sur la migration et comment elle est interprétée par les autres. Cette scénographie profite, ainsi, de cet espace pour détruire les clichés et disculper l’image de ce migrant qu’on refuse. Un sujet d’actualité traité d’une façon aussi artistique que ludique. Sans oublier, selon Rim Laâbi, le côté éthique et esthétique, déterminant dans l’art moderne marocain et son dialogue interculturel pour le mieux vivre ensemble dans la diversité, le dialogue et le respect des différences.

Voir Source
Lire aussi

Expo: Dominique Zinkpè face à ses démons.

Après plusieurs résidences à Jardin Rouge, Dominique Zinkpè entreprend ainsi de nous révéler toute la poésie de son œuvre à travers un retour à une pratique qui lui est chère; essentiel, intimiste, le dessin
Prix Charjah pour la création arabe : Trois marocains distingués

Trois marocains lauréats de la 22e édition du prix Charjah pour la création arabe, ont reçus leurs distinctions, mercredi au Caire.
Journée internationale des monuments et des sites: la médina de Fès fait sa mue.

A l'heure de la célébration de la journée internationale des monuments et des sites, la médina de Fès, qui constitue à la fois un musée à ciel ouvert et un modèle vivant de la ville méditerranéenne et arabo-musulmane, vit depuis quelques années au rythme d'un immense chantier de réhabilitation et de revalorisation de ses sites les plus emblématiques.
Nouvelle parution : “Les Rencontres internationales de Toumliline”

En octobre 1952, un monastère bénédictin fut implanté sur les contreforts du Moyen Atlas, en surplomb d'Azrou, au lieu-dit « Toumliline », du nom d'une source proche. Il ferma ses portes en 1968.
Impressionnistes: Un cas d’école?

Peut-on parler concrètement d’une école impressionniste? Selon divers spécialistes et historiens de l’art, les œuvres des grands peintres réputés impressionnistes sont bien trop différentes entre elles pour parler d’un cas d’école. Le terme mouvement étant plus approprié.
Une 3ème édition dans trois villes.

La Journée mondiale de l’art sera célébrée, en avril au Maroc, pour la troisième année consécutive. Elle sera fêtée, du 5 au 20 avril, dans trois villes de par le Royaume.
Marrakech Street Food : L’art culinaire marocain à l’honneur à Jemaa El-Fna.

Le plein de couleurs culinaires sera célébré dans la ville de Marrakech et plus précisément à la place mythique Jemaa El-Fna.
Casablanca: Cuca Roseta chante le Fado devant un public conquis !

C’est dans le mythique cinéma théâtre Rialto que les Casablancais ont pu découvrir cette année et apprécier à leur tour la musique et le chant Fado ! Ce fleuron de l'architecture art déco construit en 1930 était le lieu tout désigné pour vibrer aux rythmes d’une musique vieille de centaines d’années telle que le Fado qui est inscris au patrimoine immatériel de l’UNESCO.
«Le sel de ma terre», l’autre facette de Hassan El Glaoui.

Une exposition qui dévoile une centaine de ses œuvres dont très peu vues de son vivant.
Gastronomie: Le Maroc décroche le 2ème Prix du Jury du DC Embassy Chef Challenge

Les Chefs marocains Fayçal Zahraoui et Yassine Khellal ont décroché mardi soir à Washington le 2ème Prix du Jury à la 11ème édition du DC Embassy Chef Challenge, un concours mettant en lice des chefs cuisiniers de différentes cultures du monde.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


ADVANCE - 8806SK
- Boîtier Moyentour SKIN
- Façade laquée effet damier
- Alim 480 W Vent 80mm, SATA
- Sortie façade avant : 2 x USB2.0 + 2 x HD Audios

Leguide Voyage


Hôtel Balima
L'hôtel Balima, en 70 ans d'existence, est devenu un veritable monument de la ville. Plusieurs générations se sont succédées et ont écrit sa légende. Parmi les hôtels les plus agréables de Rabat, il est particulièrement apprécié des artistes nationaux et étrangers