Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Le Figaro, il y a 7 jours

Une haute responsable du géant chinois Huawei arrêtée au Canada.
Les États-Unis ont demandé l'extradition de Meng Wanzhou, directrice financière et fille du fondateur de ce mastodonte des télécoms. De quoi relancer les tensions sino-américaines, en pleines négociations commerciales.

C'est un coup de tonnerre qui risque d'aggraver les tensions sino-américaines, alors que les deux pays se sont accordé une fragile trêve dans leur conflit commercial. La directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, qui est également la fille du fondateur, a été arrêtée au Canada à la demande des États-Unis. Elle fait maintenant face à une demande d'extradition américaine, a déclaré mercredi le ministère canadien des affaires étrangères, sans fournir plus de détails. Meng Wanzhou, serait soupçonnée de violations de sanctions américaines contre l'Iran, selon des informations de presse. Cette annonce, qui fait craindre une reprise de la guerre commerciale, a fait chuter les bourses mondiales.

Cette femme de 41 ans, bien placée pour succéder à son père, Ren Zhengfei, à la tête du premier équipementier télécoms mondial et numéro deux sur le marché des smartphones, a été interpellée le 1er décembre à Vancouver. Soit le jour même où le président américain Donald Trump s'est engagé auprès de son homologue chinois Xi Jinping, au cours d'un dîner en marge du G20, à ne pas imposer de nouveaux droits de douane sur les biens chinois pendant 90 jours. Le temps de trouver un accord commercial.

Une enquête ouverte en 2016
La Chine a vivement protesté contre cette arrestation, réclamant, par la voix de son ambassade au Canada, la libération de cette citoyenne chinoise «n'ayant violé aucune loi». Huawei dit avoir reçu peu d'information concernant les charges pesant sur Meng Wanzhou et ne pas être au courant d'éventuels méfaits. Le groupe faisait l'objet d'une enquête depuis au moins 2016 de la justice américaine, avait appris l'agence Reuters en avril auprès de certaines sources.

Huawei n'est pas le seul à s'être attiré les foudres de Washington. ZTE, l'autre grand équipementier télécoms chinois, avait écopé en 2017 d'une lourde amende pour ne pas avoir respecté les sanctions contre l'Iran et la Corée du Nord. Estimant que l'entreprise n'avait pas entièrement tenu ses engagements, Washington a interdit cette année aux entreprises américaines de lui vendre des composants électroniques, la contraignant ainsi à cesser la majeure partie de ses activités. Ces restrictions ont finalement été levées cet été, après le paiement par ZTE d'une amende d'un milliard de dollars et d'un dépôt de garantie de 400 millions.

L'arrestation de Meng Wanzhou constitue un nouveau coup dur pour Huawei, qui fait l'objet d'une méfiance grandissante de la part des États-Unis et de leurs alliés. L'opérateur télécoms britannique BT a confirmé cette semaine qu'il allait retirer de certains équipements dits critiques du groupe chinois de son réseau 3G et 4G, et qu'il l'exclurait de parties centrales son futur réseau 5G. La future génération de téléphonique mobile est source de crispation, certains pays craignant que les équipements réseaux soient utilisés pour espionner leurs utilisateurs. Les gouvernements américains, australiens et néo-Zélandais ont ainsi fermé la porte de leur marché à Huawei pour la 5G, toujours sur fond de craintes pour leur sécurité nationale.

Vol de propriété intellectuelle
Les États-Unis accusent la Chine de transfert forcé de technologies, de vol de propriété intellectuelle, et de subventionner leurs entreprises nationales. Durcissant à nouveau le ton, Donald Trump a menacé de relever à nouveau ses tarifs douaniers sur les produits chinois si les négociations ne débouchaient pas sur un accord satisfaisant à ses yeux. Mais au-delà des questions commerciales, bon nombre de Chinois ont l'impression que les États-Unis cherchent à freiner l'essor de la Chine, en particulier dans les hautes technologies. Huawei et ZTE, qui ont déposé plus de 14% des demandes de brevets chinois l'an dernier, sont en pointe dans ce secteur. «Je suis choqué. Les États-Unis n'arrivent pas battre Huawei sur le marché. N'agissez pas comme de méprisables voyous», a réagi Hu Xijin, rédacteur en chef du Global Times, un quotidien nationaliste proche du Parti communiste chinois. Des utilisateurs de Weibo, le Twitter chinois, appelaient à boycotter les produits d'Apple et à acheter à la place ceux de Huawei.

Voir Source
Lire aussi

Bpifrance va investir 1,3 milliard d'euros dans les start-up de la «deep tech».

Son plan pour développer ces technologies de rupture sera discuté lors du Conseil de l'innovation qui se tient Aujourd'hui.
Qualcomm obtient de la justice chinoise l'interdiction à la vente de certains iPhone.

À la demande de Qualcomm, un tribunal chinois a publié une ordonnance provisoire bannissant la vente et l'importation de certains modèles d'iPhone en Chine.
La protection des données personnelles, vue par le DG de la CNDP.

La protection des données personnelles ne doit plus être perçue comme une contrainte, a affirmé le nouveau président de la Commission Nationale de contrôle de la protection des Données à caractère Personnel (CNDP), Omar Seghrouchni.
Une haute responsable du géant chinois Huawei arrêtée au Canada.

Les États-Unis ont demandé l'extradition de Meng Wanzhou, directrice financière et fille du fondateur de ce mastodonte des télécoms. De quoi relancer les tensions sino-américaines, en pleines négociations commerciales.
Freebox Delta: Présentée à 49,99 euros/mois, la nouvelle box de Free a-t-elle vraiment tout compris?

Huit ans après la Freebox Revolution, place à la Freebox Delta. Xavier Niel, l’emblématique patron de Free, a dévoilé sa nouvelle box le mardi 4 décembre. Et à quelques semaines de Noël, son annonce ressemblait à un cadeau pour les freenautes…
Facebook: Un bug sur Messenger fait réapparaître de vieilles conversations.

Ce problème serait dû selon Facebook à des mises à jour logicielles…
Propreté, éclairage, pollution... Aix-en-Provence mise sur le digital pour réaliser des économies.

Après l’installation de capteurs de données dans le centre, la ville va mailler l’ensemble du territoire pour améliorer la qualité de la vie…
Meitu, le géant chinois qui transforme les selfies de ses utilisateurs en milliards de dollars.

Cette entreprise, peu connue en Occident, développe des applications pour retoucher ses selfies et des smartphones. En dehors de Chine, les internautes s'habituent eux aussi à modifier leurs photos.
L'Afrique développe ses réseaux télécoms mobiles tous azimuts.

Opérateurs et équipementiers européens et chinois se bousculent pour conquérir un marché aussi compliqué que prometteur.
Sécurité numérique de la vie privée et des données : La CNDP et la GIZ récompensent les créateurs marocains.

La Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP) et la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit GmbH (GIZ) organisent un concours de conception d’un logo pour la nouvelle plate-forme en ligne, dédiée à la sécurité numérique de la vie privée et des données personnelles.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


- Gommes "HARIBO"
120grs

Leguide Voyage


Chic Auto
ChicAuto; Agence de location de véhicules , spécialiste de la location de voitures marrakech, 4x4 et minibus à Marrakech , possède un grand nombre des voitures variées selon votre budget. Vous bénéficierez de nos services de location de voiture à des prix pas cher, nos tarifs sont parmi les meilleurs à Marrakech et au Maroc.