Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui, il y a 8 jours

Les syndicats médecins du public et du privé font front commun.
Les représentants des professionnels de la santé réaffirment leur attachement au report des élections.

Les syndicats des médecins ne décolèrent pas. En effet, le mouvement de protestation des praticiens à la fois dans le secteurs public et privé risque de prendre une nouvelle dimension. De nombreux syndicats des médecins des secteurs privé et public ont décidé de faire front commun contre l’organisation des prochaines élections de l’Ordre national des médecins. Dans une nouvelle sortie, les représentants des professionnels de la santé réaffirment leur attachement au report des élections. Ces derniers revendiquent également la révision de la loi 12.08 régissant l’Ordre des médecins car ledit texte est devenu «dépassé et ne répond plus aux attentes des citoyens, des médecins ainsi que du système de santé dans le pays».

La même source précise que le texte dans sa version actuelle «ne permettra pas à l’instance nationale de jouer pleinement son rôle et de contrôler le respect des règles déontologiques et l’exercice sain de la profession». Concrètement, les syndicats signataires demandent notamment l’introduction de changement au niveau des statuts des électeurs. Pour mieux informer l’opinion publique ainsi que les médecins, les syndicats en question annoncent l’organisation d’une conférence de presse ce jeudi.

Il sera également question lors de cet événement de présenter le calendrier des prochaines actions. Aussi, un sit-in de protestation est prévu le 9 décembre prochain, devant l’Ordre national des médecins. Ces actions sont destinées, selon la même source, à protester contre une probable «influence de lobbies au sein de l’Ordre national». En attendant la réaction des autorités de tutelle, les syndicalistes ont déjà dressé une liste d’amendements. Concrètement, les représentants des praticiens demandent l’introduction de changement au niveau du corps électoral. Ainsi, «seuls les médecins inscrits à l’Ordre national et ayant payé la totalité des cotisations annuelles» devraient être autorisés à voter. Les syndicats pointent du doigt «un faible taux de cotisation, estimé à 35%».

Pour ces derniers, ce faible taux devrait à lui seul pousser les responsables à reporter les élections. Parmi les amendements proposés également par les syndicats, il y a notamment l’élection des membres du conseil national ainsi que des conseils régionaux par les confrères de la même spécialité. Il est question en outre pour les syndicats d’organiser une réunion avec le chef de gouvernement. «Les syndicats invitent l’ensemble des responsables à intervenir d’urgence pour éviter plus de tension et d’écouter les appels adressés par les médecins et leurs représentants. La poursuite de ce processus électoral sur la base de la loi en vigueur actuellement peut avoir des répercussions graves sur l’instance, la profession de médecin et le système de santé entier», indiquent les syndicalistes qui n’excluent pas le recours au boycott des prochaines élections. Ainsi, le secteur de la santé vit au rythme des bras de fer depuis de longs mois, notamment celui des médecins du secteur public avec le ministère de tutelle (voir encadré).

Les hôpitaux de la santé publique ont enregistré ces derniers mois plusieurs mouvements de grève à l’appel notamment du Syndicat indépendant des médecins du secteur public (SIMSP). Les dernières grèves remontent à quelques semaines seulement.

Les médecins revendiquent une amélioration des conditions du travail mais également et surtout une hausse des salaires. Au cours des mouvements de débrayage, les médecins portent notamment un brassard noir 509. En effet, les médecins du secteur public se plaignent du maintien de l’échelon 336 actuellement pour le calcul de leur salaire alors qu’il est normalement réservé aux fonctionnaires titulaires d’un master (Bac+5).

C’est la raison pour laquelle les grévistes demandent l’application de l’indice 509, utilisé pour les fonctionnaires titulaires d’un doctorat (Bac+8). A noter que 130 médecins à Casablanca, 50 autres dans l’Oriental et 30 à Ouarzazate avaient présenté des demandes de démission collective en octobre. Mais les autorités n’avaient pas donné suite à ces démissions qui ne «remplissaient pas les critères légaux».

En Savoir Plus
Lire aussi

La 3ème phase de l’INDH cherche avant tout à valoriser le capital humain.

Le Wali, chargé de la coordination nationale de l'Initiative nationale de développement humain (INDH), Mohamed Dardouri, a affirmé mercredi à Béni Mellal que la troisième phase de l'INDH vise principalement à valoriser le capital humain, qui représente l'ultime objectif de tout développement durable.
Une enquête parlementaire pour déterminer les "vrais responsables" des retards des projets d'Al Hoceima ?

Le groupe istiqlalien appelle à la création d’une commission d’enquête parlementaire qui aurait pour mission d’évaluer l’évolution des différents chantiers du projet de développement « Al Hoceima, Manarat Al Moutawassit » et de désigner les "vrais responsables" des retards d’exécution.
Un Observatoire africain des migrations à Rabat "pour l'UA et piloté par le Maroc".

L'accord pour l'installation à Rabat de l'Observatoire africain des migrations de l'Union africaine a été signé le 11 décembre à Marrakech entre Nasser Bourita et le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki. L'institution doit permettre au continent de mieux appréhender le phénomène migratoire, en récoltant des données qui serviront à faciliter la coordination entre États africains.
Saisie de plus d'une tonne de cocaïne à El Jadida, 7 Marocains arrêtés.

Le Bureau central d'investigations judiciaires (BCIJ) a annoncé le 8 décembre la saisie de plus d'une tonne de cocaïne lors d'une opération près d'El Jadida et l'arrestation de sept personnes soupçonnées d'être impliquées dans ce trafic.
Les demandes d’inscription sur les listes électorales à effectuer avant le 31 décembre.

Le 31 décembre 2018 est le dernier délai pour que tout citoyen présente sa demande d’inscription ou de transfert d’inscription sur les listes électorales générales, selon un communiqué du ministre de l’Intérieur.
Démarrage des inscriptions au programme "Tayssir" d'aide financière aux familles.

Le ministère de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique a annoncé ce mercredi 05 décembre 2018, le lancement de l'opération d'inscription au programme "Tayssir" pour les transferts monétaires conditionnels aux familles dans tous les établissements scolaires. Cette opération se poursuivra jusqu'au 22 décembre 2018.
Les syndicats médecins du public et du privé font front commun.

Les représentants des professionnels de la santé réaffirment leur attachement au report des élections.
Espagne: Un Marocain arrêté pour terrorisme.

Un homme de nationalité marocaine a été arrêté, lundi à Sagunto (est de l’Espagne), pour son appartenance présumée à une organisation terroriste, indique le ministère espagnol de l’Intérieur.
Plus de 27.900 enseignants ont bénéficié du mouvement de mutation.

Un total de 27.913 enseignants des établissements scolaires publics ont bénéficié du mouvement national de mutation au titre de l'année scolaire 2019-2020, a annoncé le ministère de l’Éducation.
L’ONU réaffirme son soutien à un “dialogue renforcé” entre le Maroc et l’Algérie.

Les Nations-Unies ont réitéré, jeudi, leur soutien à un “dialogue renforcé” entre le Maroc et l’Algérie, au grand bénéfice de toute la région.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


- Chocolat Boules praliné
1kg

Leguide Voyage


Dar Doukkala
Un petit palais au coeur de la médina, près de l'ancien palais du Pacha Glaoui "Dar El Bacha", à 10 minutes à pied de la place Jemaa El Fna et à 5 minutes des souks....On accède facilement à cette vaste demeure du XIX ème siècle, située sur la large rue piétonne de Bab Doukkala, en s'imprégnant au passage des parfums, de l'animation ambiante et des couleurs chaude de la ville. Il suffit de pousser la porte du riad pour sentir toute la magie du lieu et y suspendre le temps...