Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Maroc Diplômatique, il y a 2 mois

Festival de Fès de la culture soufie: Les derviches et les chants spirituels du groupe Taybah égayent la soirée de clôture.
La 11-ème édition du Festival de Fès de la culture soufie s'est achevée, samedi soir, avec un spectacle imprégné de spiritualité et de chants mystiques, produit par l'ensemble d'inspiration soufie Taybah, accompagné des Derviches tourneurs, connus pour leur danse rituelle.

Le groupe Taybah, qui s'inscrit dans la tradition du chant sacré moyen-oriental, et les derviches ont emporté le public, venu nombreux à cette dernière soirée du festival de Fès de la culture soufie, dans un voyage vers la sphère divine pour s’imprégner de la richesse artistique, intellectuelle et spirituelle du soufisme.

Le groupe s'articule autour d'un soliste, Junayd Bourret (chant et daff), soutenu par Ismail Bourret (voix), Omar jouineau, Larbi Benmelouka, Zacharie Thibon (chœur) et Zayd Bertrand (daff). Depuis 2003, un large public a pu découvrir Taybah notamment à Paris, Marseille, Genève, Bruxelles, Oran ou à Fès, lors des trois dernières éditions du Festival de Fès de la Culture soufie.

En 2009, le groupe effectue une mini-tournée en Amérique du Nord, où il se produit notamment sur la prestigieuse scène de la Brooklyn Academy of Music, mais aussi à la New-York Public Library et au Festival du Monde Arabe de Montréal.

Dans une déclaration à la MAP, le président du festival Faouzi Skalli a mis l'accent sur le poids du soufisme dans les différents aspects de la vie dans le monde d'aujourd'hui, au vu de la force spirituelle dont il est porteur, ajoutant que le festival de Fès tente de mettre le patrimoine soufi au service du renforcement de la spiritualité dans ce monde.

Placée sous le thème '’présence du soufisme’’, la 11-ème édition du festival de la culture soufie a jeté la lumière sur la place de grands auteurs du Soufisme tels qu'Ibn Arabi, Rumi, Jami ou Al Jili dans le monde d'aujourd'hui, d'auteurs et penseurs contemporains -tel Mohammed Iqbal- imbibés de l'enseignement de ces grands maîtres et de leurs apports actuels, mais aussi sur la présence des femmes depuis Rabia jusqu'à nos jours au sein de cette culture de l'Islam.

Le festival a braqué les feux de la rampe sur le patrimoine culturel vivant du soufisme qui est d’une ‘’diversité et d’une richesse dont on peut difficilement rendre compte aujourd’hui’’.

Ce patrimoine poétique, littéraire et artistique s’exprime dans des centaines de langues et a profondément marqué depuis des siècles différentes sociétés, leurs arts et modes de vie, selon le président du festival.

Cette année, le public a pu apprécier, entre autres, des concerts de l’ensemble Al Firdaus de Grenade, Ali Keeler et Marouane Hajji ainsi que de nombreuses soirées de Samaâ des Tariqas Boutchichiya, Sqalliya, Sharqawiya, Rissouniya et Wazzaniya.

Au volet débat, une panoplie de rencontres et de tables rondes ont été programmées, notamment ‘’le soufisme : un paradigme de civilisation’’, ‘’le soufisme au féminin’’, ‘’El Andalous : un creuset de rencontres mystiques, l’influence d’Ibn Abbad’’, ‘’la Tijaniya et l’Islam africain’’, ‘’les hauts lieux du soufisme’’, ‘’soufisme et art contemporain’’, ‘’les mausolées de Tombouctou’’ et ‘’le Soufisme aujourd’hui : vers la création d’un patrimoine culturel vivant’’.

Le Festival de Fès de la Culture Soufie a lieu chaque année depuis 2007. Il aspire, entre autres, à ‘’conforter le positionnement du Maroc dans le dialogue interculturel en jetant un pont entre l’Orient et l’Occident’’.

Il a également pour objectifs de faire ‘’découvrir ou redécouvrir aux Marocains une culture qui est la leur et leur offrir l’accès à cette richesse artistique, intellectuelle et spirituelle’’, mais aussi de faire connaître à l’international une image positive de l’Islam, grâce au langage universel d’ouverture et de paix que prône la voix spirituelle qui l’habite : le Soufisme.

Lire Source
Lire aussi

L'authenticité marocaine mise en avant dans l'exposition "Reg’Art Naïf" de Fatima Louardiri

L'exposition "Reg' Art Naïf" de l'artiste peintre marocaine Fatima Louardiri, qui se poursuivra jusqu'au 10 février à Rabat, met en avant l'authenticité marocaine à travers des oeuvres hautes en couleurs au style naïf. "J'ai voulu, à travers mes tableaux, transmettre l'authenticité marocaine en faisant revivre ses coutumes et ses traditions d'une manière artistique", a indiqué Louardiri dans une déclaration à la MAP, précisant qu'elle a accordé, dans ses oeuvres, une place particulière à la femme marocaine, à ses habits traditionnels et à sa vie quotidienne, que ce soit en milieu rural ou dans les villes.
Nouvelle saison au théâtre national Mohammed V de Rabat : Découvrez les temps forts !

La nouvelle saison propose le célèbre ballet «Casse-Noisette», les 18 et 19 janvier. Il s’agit d’un beau conte de Noël où les éblouissants numéros des danseurs russes s’accordent avec la musique de Tchaïkovski jouée admirablement par l’Orchestre Symphonique Royal.
Hommage à Joachim Peter Schulz.

Une rencontre a été organisée à Casablanca par la Fondation d’art «Joachim Peter Schulz» à l’occasion du deuxième anniversaire de la disparition de l’artiste-peintre allemand.
Le DJ marocain MR ID lance «Omah».

Entre sons électro, instruments de musique arabes et chant.
L’Institut français de Rabat présente le concert de Nach.

Anna Chedid, 31 ans, connue sous le pseudonyme Nach, est une auteur-compositeur-interprète française. Nach forge son identité musicale entre le chant lyrique et le jazz, la pop et le rock.
Abdallah Ibrahim sous la plume de Zakya Daoud.

Nouvelle publication chez Les Éditions la Croisée des Chemins.
Le jeune artiste Jad Ben Yahia présente son premier album "1193" à Rabat.

Un premier album prometteur pour le jeune artiste! C'est dans une ambiance conviviale, entouré de ses proches et ses soutiens, que Jad Ben Yahia a choisi de présenter, mardi soir à Rabat, les douze titres de ce premier album intitulé "1193". Le chanteur s'est également produit à la Villa des Arts de Rabat en marge de cette présentation.
La culture du clash dans le rap marocain : un concours d’injures et d’insolence.

Le dernier clash entre Don Bigg (l’un des rappeurs marocains les plus connus au Maroc) et les rappeurs de la nouvelle génération (Dizzy Dros, 7liwa, Komy et Mr Crazy) témoigne d'une bonne stratégie marketing, qui, en plus d’avoir donné à l’incongruité une place qui n’est pas la sienne dans la quintessence de ce style musical, elle est devenue l’ubac d’une montagne qui préfère donner à l’art le luxe de son adret.
Et de deux pour le Festival Afrique du Rire.

L'humour africain est une nouvelle fois à l'honneur à partir du 18 janvier 2019 à Abidjan qui représente la première étape d’une tournée dans les plus grandes villes du Continent.
Le Directeur général de la Sûreté nationale décide des sanctions disciplinaires contre quatre responsables de la préfecture de police de Marrakech

Le Directeur général de la Sûreté nationale a décidé des sanctions disciplinaires allant de la suspension provisoire de travail au blâme ou encore l'avertissement à l'encontre de quatre responsables de la préfecture de police de Marrakech pour manquements aux obligations professionnelles et pour ne pas avoir pris les mesures préventives nécessaires à la préservation des données personnelles d'un individu qui faisait l'objet d'une enquête préliminaire sur un accident de la circulation.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


- Chocolat assortment
150grs

Leguide Voyage


Mega Mall
Le Mega Mall est un concept novateur qui lance les jalons d’une nouvelle forme de commerce au Maroc qui rallie shopping, restauration et divertissement, dans un cadre convivial et chaleureux dans l’objectif d’offrir à notre clientèle un véritable lieu d’épanouissement.