Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Le Figaro, il y a 4 mois

À Douala, l'opposition camerounaise veut croire en la victoire à la présidentielle
Le Cameroun votait dimanche pour élire son président de la République dans un calme relatif en dépit d'incidents dans les régions anglophones séparatistes du pays.

Douala est étrange en ce dimanche. Les rues sont parfaitement désertes, les rideaux de fer des bars, restaurants et boutiques fermés. Même les petits vendeurs de rues ont disparu. En ce jour d'élection présidentielle, la stricte loi camerounaise qui interdit «toute activité commerciale» est tout aussi strictement respectée. À Ndopassi, un quartier populaire du grand port, entre les maisons de ciment rongées de mousse, l'ambiance est pourtant sereine. «On va voter tranquillement», glisse Elisabeth devant une petite école transformée en bureau de vote.

Dans les couloirs étroits, on se pousse bien un peu pour atteindre les listes mais on s'aligne sans heurts. Dehors, les électeurs s'attardent, les pieds dans les rues boueuses de cette fin de saison des pluies. On commente, on interpelle, on espère. «Le changement va venir. C'est certain. Biya ne peut pas gagner», veut croire Poualeu. Le sort de Paul Biya, 85 ans et 35 ans de présidence, en liste pour un septième mandat, est le seul sujet de conversation. «Il doit se reposer maintenant», assène Guy Bertrand Wando. Quelques partisans du Rdpc, le parti au pouvoir, tentent de faire valoir «l'expérience» du vieux président. Sans vraiment convaincre. Daoula est depuis toujours une cité frondeuse. La capitale commerciale du Cameroun échappe largement au Rdpc, et n'hésite pas s'insurger contre l'autoritarisme du régime. C'est d'ici qu'en 1992, l'opposant John Fru Ndi avait lancé sa campagne contre Paul Biya. Il avait officiellement perdu que de 4%, écart infime et très largement contesté par les observateurs. Là encore qu'en 2008, des émeutes de la faim avaient éclaté avant d'être sévèrement réprimées, laissant sans doute une centaine de morts.

La peur des violences postélectorales
La peur d'une fraude puis de violences douchent l'enthousiasme. «Le vote se passe sans problème. Mais c'est après qu'il y a des problèmes. On craint beaucoup les tricheries», concède Guy Bertrand. Pour le politologue Stéphane Akoa, cette «intériorisation de la fraude» conduit à une forme de «fatalisme». «Ça, c'est le passé. Aujourd'hui, nous sommes mieux organisés», affirme Mbjo Diffo, un commerçant de 49 ans et militant de SDF, le parti de Fru Ndi. Joshua Osih, le nouveau candidat du SDF, table sur la ville pour l'emporter. Mais la division de l'opposition, incapable de s'unir dans une élection à un tour, fait le jeu du pouvoir.

Samedi, à Douala, Maurice Kamto, a ainsi organisé un ultime meeting en forme de démonstration de force. À l'issue de ce dernier rendez-vous, ce juriste guindé, qui ne quitte plus le maillot de football des Lions Indomptables dans l'espoir de casser un rien cette image austère, martèle encore ses propositions et son mantra: «L‘ère de Biya est finie». L'homme, connu dans son pays pour avoir remporté une longue bataille juridique contre le grand voisin nigérian, déroule son programme de la relance économique à la lutte contre la corruption. Et refuse se laisser prendre par le doute. «Les conditions d'une élection libre ne sont pas réunies mais nous allons surveiller le processus. Je suis confiant quant au résultat des urnes. C'est la première étape». Pour la suivante, il se dit prêt à contester «la fraude» qui, selon lui, «est dans l'ADN du régime». Le parti au pouvoir se raidit et dénonce des déclarations «irresponsables» qui visent «à semer le trouble».

«Les bureaux de vote sont ouverts mais très peu de gens osent s'y rendre»

Un avocat

Maurice Kamto, comme les sept autres prétendants au trône de Paul Biya, doit aussi composer avec une autre difficulté. Des troubles déchirent les régions sud-ouest et le nord-ouest du pays, des bastions traditionnels de l'opposition. Ces zones anglophones sont depuis deux ans le théâtre d'une guerre larvée entre l'armée et un insaisissable mouvement sécessionniste qui jurent de créer un nouvel État et menacent de mort les «traîtres» qui iraient aux urnes. La lutte a déjà coûté la vie à 400 civils et forcé des centaines de milliers d'autres à fuir. Dimanche, Buéa, la capitale du Sud-Ouest, était selon des témoins frappée par la peur. «Les bureaux de vote sont ouverts mais très peu de gens osent s'y rendre», affirme un avocat interrogé par téléphone. À Bamenda, la grande ville du Nord-Ouest, trois séparatistes présumés ont été abattus à l'aube. Alors que dès lundi, le Cameroun plongera dans l'interminable attente des résultats -ils ne devraient pas être connus avant dix jours-, les tensions pourraient se renforcer.

Lire Source
Lire aussi

Bangladesh : des dizaines de morts dans un incendie à Dacca.

Au moins 69 personnes ont été tuées dans un incendie qui s'est déclaré dans un immeuble d'habitation de la vieille ville de Dacca, qui servait également d'entrepôt pour des produits chimiques.
Inde: Un pilote tué dans la collision de deux avions de l’armée de l’air dans le sud.

Un pilote de l'armée de l'air indienne (IAF) a été tué après la collision de deux avions Hawk dans les airs, lors d'un spectacle près de la base aérienne Yelahanka à Bengaluru, dans le sud de l'Inde, a annoncé l'armée de l'air indienne.
Deux policiers égyptiens tués dans une explosion au Caire.

Deux policiers ont été tués, hier, au Caire, dans l'explosion d'un engin en possession d'un homme qu'ils poursuivaient pour avoir posé une bombe la semaine dernière près d'une mosquée. Le suspect a aussi péri dans l'explosion.
Inde: A peine inauguré, le train le plus rapide du pays heurte une vache et tombe en panne

Ce train, qui peut atteindre les 180 km/h, permet de raccourcir le trajet entre New Delhi et Varanasi (850 km) de quatorze à huit heures
L'Algérie, le Maroc et la Tunisie rechignent à rapatrier "leurs" jihadistes détenus en Syrie

Poussés par Washington à rapatrier leurs ressortissants ayant combattu dans les rangs du groupe EI et détenus par les Kurdes en Syrie, les pays du Maghreb ne sont pas pressés d'organiser le retour de "leurs" jihadistes.
Le président Bolsonaro rentre à Brasilia après près de deux semaines d’hospitalisation.

Le président Jair Bolsonaro est rentré, mercredi, à Brasilia, après près de deux semaines d’hospitalisation à l’hôpital Albert Einstein à Sao Paulo, où il avait subi une chirurgie pour enlever un sac de colostomie et reconstruire son tract intestinal.
La révolte contre le président Jovenel Moïse s'intensifie en Haïti.

Manifestations, magasins pillés, évasion de prison : la révolte contre le président Jovenel Moïse qui dure depuis le 7 février a donné lieu mardi à des scènes chaotiques en Haïti.
Au Venezuela, le soutien fragile de l’armée à Nicolas Maduro

La haute hiérarchie serre les rangs derrière le président et refuse les appels au ralliement de Juan Guaido. Mais les troupes sont divisées et se montrent sensibles à la promesse d’amnistie.
Bouteflika brigue un 5e mandat.

Abdelaziz Bouteflika a mis fin à des mois de spéculation en annonçant, dimanche, qu'il briguerait un cinquième mandat en avril, malgré des problèmes de santé l'ayant considérablement affaibli.
Venezuela : l'aide humanitaire américaine arrive à la frontière.

Les premiers camions d'aide humanitaire américaine destinée au Venezuela sont arrivés hier à la frontière entre la Colombie et le Venezuela, tandis que les pays du Groupe de contact ont appelé à une "élection présidentielle libre".



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - GAMME MID DAY
1 Réf.:MD77121C/W 815 Dh
Bureau 1 tiroir
couleur : Cerisier ou wengé
Dim.: 120x60x77 cm
2 Réf.:MD15121C 995 Dh
Bureau avec étagères
Couleur : Cerisier
Dim.: 120x60x150 cm
Disponible en couleur wengé
Réf.: MD15121W 1.150 Dh

Leguide Voyage


Riad Jnane Sherazade
Située à l’est du quartier emblématique des Habous, à quelques mètres du somptueux jardin Mardoch, à l’abri de la cohue urbaine, Jnane Sherazade est une maison d’hôtes originale. Chargée d’une valeur affective et architecturale, cette villa art déco est un petit joyaux qui offre une ambiance conviviale alliant tradition et modernité. En effet, les propriétaires ont gardé l’âme de cet établissement intacte.