Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Maroc Diplômatique, il y a 21 jours

Maria Kermadi : Une peinture spirituelle aux prises avec le monde.
Maria Kermadi fait partie d’une jeune génération d’artistes qui a su s’imposer remarquablement ces dernières années sur le champ artistique.

Pour cette artiste franco-marocaine intarissable, la peinture fait partie de sa vie depuis son jeune âge. Cependant, il a fallu attendre l’obtention de son Master en Histoire de l’Art en 2008 à la Sorbonne pour qu’elle renonce à une carrière toute faite de comptable et se consacrer entièrement à sa passion.

Dès ses premières créations, la place de ce que Kandinsky appelle une « vérité intérieure » s’impose à travers une palette chaude qui ne l’a jamais vraiment quittée. Chaque œuvre est une ode aux couleurs chatoyantes empruntées de sensations profondes qui s’abreuvent dans les territoires marocains qui l’ont vue naître.

Depuis sa période académique, elle n’a cessé de restituer dans ses toiles ces empreintes dans lesquelles le soi et les choses du monde demeurent indissociables. Si son souffle se déploie dans toute sa splendeur aujourd’hui dans l’abstrait, on ne peut pas parler pour autant de rupture avec ses premières créations figuratives.

La peinture de Maria Kermadi est une construction patiente et passionnante faite d’enroulements tel un ressac se brisant constamment sur les parois de son âme sensible. La technique de la période académique est toujours présente et soutient en profondeur les émotions les plus explosives. Dès 2011 ses réalisations se libèrent, en effet, partiellement de la référence au réel pour laisser place à des œuvres abstraites où la couleur et la réduction des impressions à ce qui est capital s’édifient.

Son approche chromatique qui rappelle sa terre natale qui n’est jamais lointaine et la qualité de son geste donnent naissance à une vibration intérieure indissociable de cet espace qui n’a d’intérêt pour elle que dans la mesure où il se traduit dans ses créations en tant qu’un « dehors du dedans » selon l’expression consacrée de Merleau Ponty.

De ce fait, il y a dans le coup de pinceau de Maria Kermadi une urgence fiévreuse qui la transforme de l’intérieur tout en transfigurant le monde qui l’entoure et l’interpelle par ses violences, ses déchirures, ses amours et ses désillusions. La vision qu’elle déploie dans ses toiles se nourrit de ces questionnements et de cette connexion du corps à son environnement.

Lire Source
Lire aussi

Abdellatif Laâbi, une vie de poésie

Vient de paraître aux Editions du Sirocco, l’oeuvre poétique d’Abdellatif Laâbi. Réunis en deux livres épais, préfacés par l’auteur et universitaire Khalid Lyamlahy, les textes du poète retracent un parcours créatif, parsemé de luttes, de prises de positions et d’engagement infaillible pour la liberté et les grandes valeurs humaines.
Moulay Abdellah Alaoui : « Le soufisme est une voie qui appelle à l’ouverture, au dialogue et à la coexistence entre les peuples »

La Création artistique « Ode aux femmes mystiques », qui a fait l’ouverture du Festival de Fès de la Culture Soufie lors de sa onzième édition, a fait son effet sur l’assistance de Bab El Makina. Et pour cause, tous les ingrédients étaient là pour répondre au souhait des organisateurs, notamment le président du Festival, Faouzi Skali, et tous ceux qui l’accompagnent dans cette belle aventure.
Le chant et la danse Flamenco dans toute leur magnificence.

La 3e édition du Festival Flamenco Maroc, qui se poursuit jusqu’au 31 octobre, promet des temps forts avec des artistes de grande qualité, telle la danseuse espagnole Maria Moreno qui se produira jeudi 18 octobre au Théâtre Mohammed V à Rabat.
La musique hassanie à l’honneur à Tan Tan.

Le programme de qualification, de valorisation, de soutien et d’accompagnement de la musique hassanie au niveau de la région de Guelmim-Oued Noun a fait escale dimanche à Tan Tan, avec l’organisation d’une compétition entre les différentes troupes musicales représentant cette province.
Livre: Musiciennes du Maroc de Rita Stirn-Wagner.

L’auteure Rita Stirn-Wagner a effectué un périple de plusieurs années de Tanger aux montagnes de l’Atlas jusqu’au Sahara, pour aller à la rencontre des muses du Maroc.
Agadir : Nawal Sekkat à l’honneur au Musée amazigh.

Les œuvres de Nawal Sekkat, depuis ses débuts en 1992, contribuent à l’évolution, à l’enrichissement et au rayonnement de la pratique plastique au Maroc, ce qui prodigue à ses tableaux et ses sculptures un franc succès auprès des collectionneurs au Maroc et à l’étranger.
9ème édition des Théâtrales de Casablanca: la comédie « Jamais le deuxième soir »

Organisée par Top Event Productions, la 9e édition des Théâtrales de Casablanca continue à offrir des moments d’évasion et de joie. En ce mois d’octobre, le rendez-vous est donné avec la comédie hilarante « Jamais le deuxième soir ! », le jeudi 25 octobre au Megarama Casablanca.
«Kahwa#2» : Vers la structuration du cirque et des arts de la rue au Maroc.

Organisé dans le cadre de la 3ème édition des états généraux de la culture au Maroc.
Une saison culturelle marocaine à Madrid.

Le président de la Fondation nationale des musées du Maroc, Mehdi Qotbi, et le directeur du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI), Abdelaziz El Idrissi, ont été décorés, à Rabat, en juin dernier, respectivement de la Croix de commandeur de l’Ordre du mérite civil et de la Croix d’officier de l’Ordre du mérite civil du Royaume d’Espagne.
Et de sept pour le Festival international de cinéma et mémoire commune.

Le rideau a été levé, samedi soir, sur la 7ème édition du Festival international de cinéma et mémoire commune de Nador, organisé par le Centre de la mémoire commune pour la démocratie et la paix.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


- Set d'accessoires pour petite fille

Leguide Voyage


La Mamounia
La Mamounia fut construite en 1923, et classé parmi les meilleurs Palaces du monde. L'hôtel de la Mamounia appartient à la légende de Marrakech.
Entièrement rénové en 1986, il associe le luxe, et l'élégance de l'Art Déco.