Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
le Matin, il y a 5 mois

Grand impact de «La Méditerranée et l’art moderne» sur un large public.
Venue tout droit du Centre Georges Pompidou, l’exposition «La Méditerranée et l’art moderne», exposée depuis le mois d’avril vient d’être décrochée, hier, du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, après avoir remporté un grand succès auprès des professionnels et du large public.

L'événement, organisé sous le Haut Patronage de S.M. le Roi Mohammed VI et de Son Excellence le Président de la République française, Emmanuel Macron, a été marqué par la présence de Bernard Blistène, directeur du Musée national d’art moderne du Centre Pompidou et Christian Briend, conservateur général, chef des services des collections au Musée national d'art moderne du Centre Pompidou, et commissaire de l’exposition.
«Cette exposition a eu un impact très populaire et aussi positif. C’est une grande découverte pour le public quand il vient au Musée et trouve tous les grands maitres de la peinture et toute la Méditerranée présente, à travers les œuvres de Dali, Picasso, Matisse, Vassily Kandinsky, Georges Braque,
André Derain, Albert Marquet, Salvador Dalí, Joan Miró, Antoni Tàpies, Kees Van Dongen, Raoul Dufy, Pierre Bonnard et bien d’autres. La rencontre de tous ces grands, grâce à cette exposition, renfonce la place du Musée Mohammed VI et fait de Rabat la capitale de la culture et la ville des lumières», indique le président de la Fondation nationale des musées, Mehdi Qotbi.
De son côté, Bernard Blistène n’a pas manqué de souligner, lors de l’ouverture, que cet événement représente un signe de l'amitié qui lie la France et le Maroc historiquement. «Sachant que l’amitié permet de développer en confiance beaucoup de projets. C’est important pour nous, car notre collection est mondialisée et nous travaillons à la développer davantage, entre autres, avec nombre d’artistes marocains, notamment Cherkaoui dont nous possédons quelques œuvres et que nous considérons comme un artiste tout à fait exceptionnel. Donc cette exposition fondée sur un dialogue ouvert offre à voir une matière à poser des questions et des œuvres majeures qu’un certain public n’a jamais vues. Nous, au centre Pompidou, nous apprenons à travailler pour tous les publics : pour un public d’érudits, d’universitaires, mais aussi pour un public qui ne vient jamais aux musées et qui peut entrer facilement dans une certaine connaissance de l’art moderne». Et d’ajouter que la Méditerranée a été un immense sujet pour tous ces peintres. «Elle a inspiré beaucoup de ces artistes, de grands voyageurs du 19e siècle. Nombreux d’entre eux sont passés par le Maroc et se sont nourris de ce pays». C’est un chantier fondamental que cette exposition permet d’ouvrir dans ce beau Musée Mohammed VI.

En effet, on trouve rarement autant de grandes œuvres réunies dans une même prestation. Selon Qotbi, cette manière de faire traverser des noms aussi importants est un vrai bonheur qui va dans la continuité de tout ce que le Musée entreprend pour donner un peu de lumière et de joie en cette période difficile de l’humanité.
Toutefois, la réussite de ce projet revient à tous ceux qui ont contribué à sa réalisation, notamment le concepteur de cet accrochage Christian Briend, qui atteste son originalité et sa singularité. «En faisant la conception de cette exposition, le Maroc était toujours présent dans mon esprit avec ses paysages, ses particularités. J’avais en tête de croiser les deux regards», explique Christian Briend. Ce qui a donné lieu à une exposition d’envergure qui a rassemblé, en neuf sections, à la fois chronologiques et thématiques, pas moins de 80 peintures, sculptures et
photographies qui furent contemplées par un large public.

En Savoir Plus
Lire aussi

"L'art Gnaoua" bientôt patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO.

La commission inter-gouvernementale du patrimoine culturel immatériel, relevant de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), a procédé à l'inscription de la candidature du dossier de "L'art Gnaoua" sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité lors de la 14-ème réunion annuelle de la commissionà Bogotá.
Carte blanche au Colibris Maroc à l’Institut français de Casablanca le samedi 23 février

Quelques mois seulement après le succès du Chant des colibris au Maroc organisé à Casablanca et Salé en collaboration avec le Mouvement Colibri créé par Pierre Rabhi et Cyril Dion, l’Institut français de Casablanca invite le collectif Colibris Maroc pour une journée carte-blanche le samedi 23 février de 10h à 21h.
Azzeddine Khamrich : «Un traitement juridique doublé du plaidoyer diplomatique»

Azzeddine Khamrich, professeur à l’Université Hassan II-Casablanca, a signé, mercredi soir au 25ème Salon international de l’édition et du livre, la 2ème édition de son ouvrage «Prospection en histoire du conflit maroco-algérien : L’affaire du Sahara dans le contexte de la deuxième royauté». Il en révèle le contenu et en explicite la particularité par rapport à d’autres qui ont traité de la même question
Le projet OMMA (Oulad Mogador Music Action) revient pour sa 3ème édition.

OMMA (Ouled Mogador Music Action) présente la 3ème édition de cet événement axé sur les métiers de la musique et qui s’adresse exclusivement aux jeunes formations.
La musique hassanie à l’honneur à Varsovie.

La musique hassanie a été à l'honneur à Varsovie à l'occasion d'une soirée musicale animée, dimanche soir, par l'artiste Mustapha El Boudani du groupe Chigaga qui a gratifié le public d'une brillante prestation musicale.
La Galerie Banque populaire de Rabat expose Mohamed El Bellaoui.

Les cimaises de la Galerie Banque populaire de Rabat abritent, jusqu’au 6 avril, les œuvres de l’artiste Mohamed El Bellaoui, alias Rebel Spirit, le temps de l’exposition «Un poète dans la ville».
L’amour en sculpture.

Du jeudi 14 février au 18 avril, les sculpteurs Karim Alaoui et Giovanni Caselatto exposeront à Abla Ababou Galerie à Rabat. L’exposition invite à la spiritualité et à l’amour universel.
Les Israélo-Marocains sur les traces de leur pays d’origine.

Beaucoup d’Israélo-Marocains cherchent à recréer le lien coupé avec le Maroc, un des rares pays arabes où le patrimoine judaïque est préservé.
“Night Walk” de Aziz Tazi, une tentative de combattre les préjugés entre Orient et Occident

Des stars hollywoodiennes, des scènes d’action, des techniques de tournage de grande facture, ainsi que des acteurs et des paysages marocains sont autant d’éléments que le réalisateur Aziz Tazi a réunis pour son long-métrage “Night Walk” dans le but de régaler le public à travers ce film, motivé aussi par le souci du jeune cinéaste marocain de combattre les préjugés entre Orient et Occident et de rapprocher ces deux mondes.
«La Grande Aventure Lego 2» en tête du box-office nord-américain

Le film «La Grande Aventure Lego 2», sorti le week-end, s'est classé en tête du box-office nord-américain, selon les chiffres provisoires publiés dimanche par la société spécialisée Exhibitor Relations.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


SONY - Vaio VGN-CW1S1E
- Core 2 Duo P7450 (2.13 Ghz)
- DRRII 4 Go - HDD 320 Go
- Graveur de DVD
- Webcam 0.3 Mégapixels
- Carte graphique NVIDIA GeForce GT 230M 512 Mo dédiée
- Réseau Ethernet - Lecteur multicartes - Microphone intégré
- Wifi / Bluetooth
- Windows 7

Leguide Voyage


Jad Mahal
Le Jad Mahal... lieu exquis, idyllique où prendre un verre, un dîner ou y écouter de la musique, vous laissera une trace indélébile... La décoration tantôt marocaine tantôt hindi, aux couleurs et lumières chaudes, douces mélangées aux effluves enivrantes des mets préparés, vous invite à profiter de l’instant présent, qu’il soit dans l’intimité ou non.