Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
le Matin, il y a 5 mois

Logement social : l'équipe de Jettou pointe les anomalies.
La Cour des comptes a passé au crible les dysfonctionnements des dispositifs de production du logement social dans son rapport annuel au titre des années 2016 et 2017, rendu public récemment.

Dans son rapport, la Cour des comptes met l'accent sur un déphasage entre objectifs, besoins et modulation inadaptée des incitations fiscales, rappelant que l’Etat a donné le coup d’envoi, respectivement en 2008 et 2010, au programme de production du logement social à 140.000 DH et 250.000 DH.

«Et il a fixé, comme objectifs, de produire 130.000 logements à 140.000 DH sur la période 2008-2012 et 300.000 unités à 250.000 DH à l’horizon 2020», souligne le rapport, ajoutant qu’»il est délicat de retracer avec précision sur quelle base ces objectifs ont été fixés, puisqu’ils ne concordent pas avec la nature et le volume des besoins identifiés, tels qu’ils ressortent des résultats de l’enquête logement 2012».

Selon la nature des besoins, «l’essentiel des efforts d’encouragement de production du logement social devait être consacré au segment à 140.000 DH, là où le besoin est avéré», précise le rapport.

Mais, en termes de dépenses fiscales de l’Etat, collectivités locales et établissements publics, à fin juin 2015, le volume global des dépenses afférentes au type de logement à 250.000 DH est estimé à près de 14,9 milliards de dirhams, alors que celui consacré au produit à 140.000DH ne dépasse pas 574,80 millions de dirhams, poursuit le texte.

Pour chaque unité à 250.000DH produite et ayant reçu le certificat de conformité, la contribution publique est de près de 84.368,12 DH, contre 40.136,86 DH pour chaque unité à 140.000 DH, note le document.

Le rapport met également l’accent sur l’absence de mécanismes de régulation de l’offre en logement social.

En l’absence d’instruments de régulation, la mise en pratique des dispositifs de production du logement social a conduit à des déséquilibres spatiaux quant à leur production, souligne le texte.

Ce déséquilibre, ajoute la même source, est «caractérisé par un effort financier considérable qu’il aurait été judicieux de réorienter vers d’autres régions ou vers le segment de logement à 140.000 DH, si des mécanismes de régulation de conventionnement inter-dispositifs et inter-régions ont été instaurés».

Dans le même sillage, le rapport pointe du doigt l’insuffisance des mesures de ciblage et d’attribution de ces produits et «un manque de verrouillage susceptible de faire bénéficier les efforts financiers de l’Etat à la véritable catégorie pour laquelle le logement social a été instauré».

Rappelant que la loi de finances de 2008 et la circulaire n°10247 précitée ont défini les conditions d’éligibilité pour bénéficier du produit à 140.000 DH, la Cour des compte constate que «ces conditions pour le cas des destinataires du produit à 250.000 DH n’ont été définies, selon l’article 7 de la loi de finances de 2010, que par un unique critère qui consiste à n’être propriétaire d’aucun logement».

«Ce produit n’a de social que le nom qu’il porte, dans la mesure où les critères d’éligibilité n’ont pas été verrouillés afin de cibler les ménages à revenus faibles et irréguliers», explique-t-on.

Les réalisations des dispositifs de production du logement social n’ont pas permis d’absorber de manière significative le déficit et le besoin en logements sociaux, relève le texte, ajoutant que ce besoin, qui est étroitement lié à la capacité de financement de la population destinataire, dépend des tranches de revenu de la population qui le compose.

Le rapport révèle également les difficultés d’intégration urbaine des opérations de logement social.

Les opérations de logement social, qui constituent une part importante du paysage urbain des villes, se développent en grande partie sur des terrains non couverts par des documents d’urbanisme homologués.
Concernant la création des villes nouvelles, le rapport souligne qu’elles n’ont pas été entourées par des conditions juridiques, économiques, et de gouvernance permettant leur essor.

«Les villes nouvelles et les nouveaux pôles urbains se heurtent à des problèmes d’insuffisances d’infrastructures de base et de connexion aux réseaux routiers, à même de compromettre leur valorisation future», a-t-il noté.

Le choix de la situation géographique de ces nouvelles créations urbaines (Tamesna, Tamensourt et Ras El Ma) «n’a pas été dicté par leur vocation économique, mais plutôt pour les opportunités foncières qu’ils présentaient»«, fait observer le rapport.

En Savoir Plus
Lire aussi

Crédit Agricole du Maroc soutient les petits agriculteurs de Toubkal.

Promotion d’une arboriculture de montagne durable
Ceinture bleue : Echanges de Akhannouch avec les partenaires étrangers.

M. Akhannouch a rappelé la place du Maroc en tant que premier producteur de poissons en Afrique et le potentiel du Royaume en termes de valorisation, tout en soulignant l’intérêt que suscite l’expérience norvégienne.
Le Royaume-Uni sécurise ses échanges commerciaux.

Le gouvernement britannique appliquerait des droits de douane sur les importations de produits agricoles pour protéger les agriculteurs britanniques en cas d'un Brexit sans accord, a indiqué, mardi à Birmingham, le secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Alimentation et aux Affaires rurales, Michael Gove.
Prix du carburant: Guerraoui inflige un camouflet au gouvernement.

Dès l’émission du premier avis, le «nouveau» Conseil de la concurrence commence déjà à déranger. Le ministre des Affaires générales et de la Gouvernance, Lahcen Daoudi, n’a pas du tout apprécié les conclusions du gendarme de la concurrence sur le plafonnement des prix du carburant. Il a accusé ses membres d’avoir politisé le dossier.
Le dirham se déprécie de 0,28% face à l’euro en janvier 2019 (BAM).

Le dirham s’est également déprécié de 0,08% vis-à-vis du dollar américain en janvier 2019, selon Bank Al-Maghrib (BAM).
Aéronautique: Le Piston Français investit 5 millions d'euros au Maroc.

Le groupe Le Piston Français (LPF) spécialisé dans la réalisation de pièces et ensembles mécaniques aéronautiques de moyenne dimension annonce la création d’une nouvelle usine au Maroc.
L’entrepreneuriat féminin, une «pierre angulaire» des ODD au Maroc.

Le Maroc a réalisé 66% des Objectifs du développement durable prévus par l’Agenda 2030.
Maroc-BAD: Un accord de prêt en faveur de l'accès à l'emploi.

Le Maroc et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé, mardi à Rabat, un accord de prêt pour le financement du programme axé sur les résultats pour l'amélioration de l’accès à l’emploi.
Automobile : La BERD accorde 7,5 millions d’euros à Tuyauto Gestamp Morocco.

Nouveau coup de pouce de la BERD au secteur automobile au Royaume. En effet, la BERD va soutenir le secteur par un prêt de 7,5 millions d’euros à Tuyauto Gestamp Morocco, une toute nouvelle joint-venture qui produit des pièces métalliques pour l’automobile, détenue à 50% par Gestamp Automocion (Espagne) et à 50% par Tuyauto (Maroc).
Subventions aux associations : le contrôle en voie d’être resserré.

Le rôle de la Cour des comptes sera central dans le contrôle de l’utilisation des subventions publiques. Le ministère des finances et le Secrétariat général du gouvernement s’activent pour l’entrée en vigueur du plan comptable dédié aux associations. La majorité des subventions demeure publique.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Samsung - YP-U4AB
Lecteur MP3 Samsung Bleu avec USB, 4GB, FM radio ( RDS )

Leguide Voyage


Mega Mall
Le Mega Mall est un concept novateur qui lance les jalons d’une nouvelle forme de commerce au Maroc qui rallie shopping, restauration et divertissement, dans un cadre convivial et chaleureux dans l’objectif d’offrir à notre clientèle un véritable lieu d’épanouissement.