Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
le Matin, il y a 10 mois

Logement social : l'équipe de Jettou pointe les anomalies.
La Cour des comptes a passé au crible les dysfonctionnements des dispositifs de production du logement social dans son rapport annuel au titre des années 2016 et 2017, rendu public récemment.

Dans son rapport, la Cour des comptes met l'accent sur un déphasage entre objectifs, besoins et modulation inadaptée des incitations fiscales, rappelant que l’Etat a donné le coup d’envoi, respectivement en 2008 et 2010, au programme de production du logement social à 140.000 DH et 250.000 DH.

«Et il a fixé, comme objectifs, de produire 130.000 logements à 140.000 DH sur la période 2008-2012 et 300.000 unités à 250.000 DH à l’horizon 2020», souligne le rapport, ajoutant qu’»il est délicat de retracer avec précision sur quelle base ces objectifs ont été fixés, puisqu’ils ne concordent pas avec la nature et le volume des besoins identifiés, tels qu’ils ressortent des résultats de l’enquête logement 2012».

Selon la nature des besoins, «l’essentiel des efforts d’encouragement de production du logement social devait être consacré au segment à 140.000 DH, là où le besoin est avéré», précise le rapport.

Mais, en termes de dépenses fiscales de l’Etat, collectivités locales et établissements publics, à fin juin 2015, le volume global des dépenses afférentes au type de logement à 250.000 DH est estimé à près de 14,9 milliards de dirhams, alors que celui consacré au produit à 140.000DH ne dépasse pas 574,80 millions de dirhams, poursuit le texte.

Pour chaque unité à 250.000DH produite et ayant reçu le certificat de conformité, la contribution publique est de près de 84.368,12 DH, contre 40.136,86 DH pour chaque unité à 140.000 DH, note le document.

Le rapport met également l’accent sur l’absence de mécanismes de régulation de l’offre en logement social.

En l’absence d’instruments de régulation, la mise en pratique des dispositifs de production du logement social a conduit à des déséquilibres spatiaux quant à leur production, souligne le texte.

Ce déséquilibre, ajoute la même source, est «caractérisé par un effort financier considérable qu’il aurait été judicieux de réorienter vers d’autres régions ou vers le segment de logement à 140.000 DH, si des mécanismes de régulation de conventionnement inter-dispositifs et inter-régions ont été instaurés».

Dans le même sillage, le rapport pointe du doigt l’insuffisance des mesures de ciblage et d’attribution de ces produits et «un manque de verrouillage susceptible de faire bénéficier les efforts financiers de l’Etat à la véritable catégorie pour laquelle le logement social a été instauré».

Rappelant que la loi de finances de 2008 et la circulaire n°10247 précitée ont défini les conditions d’éligibilité pour bénéficier du produit à 140.000 DH, la Cour des compte constate que «ces conditions pour le cas des destinataires du produit à 250.000 DH n’ont été définies, selon l’article 7 de la loi de finances de 2010, que par un unique critère qui consiste à n’être propriétaire d’aucun logement».

«Ce produit n’a de social que le nom qu’il porte, dans la mesure où les critères d’éligibilité n’ont pas été verrouillés afin de cibler les ménages à revenus faibles et irréguliers», explique-t-on.

Les réalisations des dispositifs de production du logement social n’ont pas permis d’absorber de manière significative le déficit et le besoin en logements sociaux, relève le texte, ajoutant que ce besoin, qui est étroitement lié à la capacité de financement de la population destinataire, dépend des tranches de revenu de la population qui le compose.

Le rapport révèle également les difficultés d’intégration urbaine des opérations de logement social.

Les opérations de logement social, qui constituent une part importante du paysage urbain des villes, se développent en grande partie sur des terrains non couverts par des documents d’urbanisme homologués.
Concernant la création des villes nouvelles, le rapport souligne qu’elles n’ont pas été entourées par des conditions juridiques, économiques, et de gouvernance permettant leur essor.

«Les villes nouvelles et les nouveaux pôles urbains se heurtent à des problèmes d’insuffisances d’infrastructures de base et de connexion aux réseaux routiers, à même de compromettre leur valorisation future», a-t-il noté.

Le choix de la situation géographique de ces nouvelles créations urbaines (Tamesna, Tamensourt et Ras El Ma) «n’a pas été dicté par leur vocation économique, mais plutôt pour les opportunités foncières qu’ils présentaient»«, fait observer le rapport.

En Savoir Plus
Lire aussi

Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert.

Une journée d’information présidée à El Jadida par le ministre Akhannouch.
Sauver Maghreb Steel ou les métallurgistes, un gros dilemme.

SANS PROTECTION, MAGHREB STEEL NE TIENDRA PAS FACE À LA CONCURRENCE INTERNATIONALE. LES MÉTALLURGISTES CONTESTENT LA COUVERTURE DONT BÉNÉFICIE CETTE ENTREPRISE. SES DIFFICULTÉS SONT LIÉES À SON OUTIL INDUSTRIEL, SES SURCOÛTS LOGISTIQUES, SA FACTURE ÉNERGÉTIQUE ET L’ÉTROITESSE DU MARCHÉ DOMESTIQUE.
Tourisme. Un nouvel hôtel 5 étoiles à Nador.

LA VILLE DE NADOR A ACCUEILLI UN NOUVEL HÔTEL DE LUXE, LE MARCHICA LAGOON RESORT. SITUÉ EN FACE DE LA LAGUNE DE MARCHICA, CET ÉTABLISSEMENT D’UNE SUPERFICIE TOTALE DE 3,75 HECTARES ET DOTÉ DE 93 UNITÉS OUVRIRA SES PORTES LE 15 JUILLET 2019.
Situation économique au premier trimestre 2019 : La croissance s’établit à 2,8 %

La demande intérieure a affiché un taux d’accroissement de 3,3% durant le premier trimestre de l’année 2019 au lieu de 4,3% durant la même période de l’année précédente. Elle contribue ainsi pour 3,6 points à la croissance économique nationale au lieu de 4,7 points une année auparavant.
Fès : Hausse de 4% des nuitées touristiques à fin avril dernier.

LE NOMBRE DES NUITÉES TOURISTIQUES DANS LES ÉTABLISSEMENTS D’HÉBERGEMENT CLASSÉS À FÈS A CONNU UNE HAUSSE DE 4 PC À FIN AVRIL 2019 PAR RAPPORT À LA MÊME PÉRIODE DE L’ANNÉE D’AVANT.
L’UM6P lance son programme d’accélération des startups «Impulse».

Pour les startups qui veulent passer à la cinquième vitesse, le nouveau programme d’accélération lancée par l’université Mohamed VI polytechnique est tout à fait indiqué, mais sous réserve de remplir les conditions requises.
Bonneterie : La société CIB ouvre un deuxième store à Casablanca.

La société CIB ouvre son deuxième store à Casablanca. Le magasin de la Compagnie industrielle de bonneterie qui commercialise ses produits sous la marque Partner’s, sera ouvert du lundi au vendredi de 10h à 20h et le samedi de 10h à 20h.
Pêche : hausse de 6% des débarquements à fin mai (ONP).

LES DÉBARQUEMENTS DES PRODUITS DE LA PÊCHE CÔTIÈRE ET ARTISANALE ONT ATTEINT 475 728 TONNES À FIN MAI 2019, EN PROGRESSION DE 6% PAR RAPPORT À LA MÊME PÉRIODE UN AN AUPARAVANT, SELON L’OFFICE NATIONAL DES PÊCHES (ONP).
Une délégation de la BERD en visite au Maroc.

Les membres de la Banque européenne pour la restructuration et le développement (BERD) poursuivent leurs consultations régulières au Maroc.
L’ONMT tient son conseil d’administration : voici ce qui a été retenu.

LE TOURISME INTERNE QUI CONSTITUE LE PREMIER MARCHÉ DE LA DESTINATION FERA L’OBJET D’UNE APPROCHE INTÉGRÉE À TRAVERS LA CRÉATION D’UNE NOUVELLE MARQUE DÉDIÉE ET L’ÉLABORATION D’UNE STRATÉGIE MARKETING ET COMMERCIALE.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - Salon EVEIL
1 Réf.: EVEIL/BO/RS 8.490 Dh
Salon EVEIL en coin 3+3 places + table de coin basse
Dim.: L : 220 cm+220 cm P : 100 cm
Dim. table de coin : 99x99 cm
Couleur : Bordeaux/noir ou rose/marron
2 Réf.: P682/160 5.295 Dh
Table basse REFLET
Dim.: 160x90 cm
3 Réf.: NEO-BE/MA/RG/NO/RS/VI 1.290 Dh
Fauteuil NEO en velours
Couleur : beige, marron, rouge, noir, rose ou violet
4 Réf.:T7165160/49 725 Dh
Elément 1 tiroir UNO
Dim.: 71X30X77
Couleur : Noir ou blanc
5 Large choix de tableaux
en divers motifs et dimensions

Leguide Voyage


Mövenpick Malabata
Situé entre la Méditerranée et l'Atlantique, au golfe de Tanger en direction du cap Malabata, l'hôtel offre une vue panoramique, sur la ville de Tanger et la côte espagnole, à couper le souffle. Le centre-ville est à 4 km, et l'aéroport à 15 km.