Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
le Matin, il y a 2 mois

Logement social : l'équipe de Jettou pointe les anomalies.
La Cour des comptes a passé au crible les dysfonctionnements des dispositifs de production du logement social dans son rapport annuel au titre des années 2016 et 2017, rendu public récemment.

Dans son rapport, la Cour des comptes met l'accent sur un déphasage entre objectifs, besoins et modulation inadaptée des incitations fiscales, rappelant que l’Etat a donné le coup d’envoi, respectivement en 2008 et 2010, au programme de production du logement social à 140.000 DH et 250.000 DH.

«Et il a fixé, comme objectifs, de produire 130.000 logements à 140.000 DH sur la période 2008-2012 et 300.000 unités à 250.000 DH à l’horizon 2020», souligne le rapport, ajoutant qu’»il est délicat de retracer avec précision sur quelle base ces objectifs ont été fixés, puisqu’ils ne concordent pas avec la nature et le volume des besoins identifiés, tels qu’ils ressortent des résultats de l’enquête logement 2012».

Selon la nature des besoins, «l’essentiel des efforts d’encouragement de production du logement social devait être consacré au segment à 140.000 DH, là où le besoin est avéré», précise le rapport.

Mais, en termes de dépenses fiscales de l’Etat, collectivités locales et établissements publics, à fin juin 2015, le volume global des dépenses afférentes au type de logement à 250.000 DH est estimé à près de 14,9 milliards de dirhams, alors que celui consacré au produit à 140.000DH ne dépasse pas 574,80 millions de dirhams, poursuit le texte.

Pour chaque unité à 250.000DH produite et ayant reçu le certificat de conformité, la contribution publique est de près de 84.368,12 DH, contre 40.136,86 DH pour chaque unité à 140.000 DH, note le document.

Le rapport met également l’accent sur l’absence de mécanismes de régulation de l’offre en logement social.

En l’absence d’instruments de régulation, la mise en pratique des dispositifs de production du logement social a conduit à des déséquilibres spatiaux quant à leur production, souligne le texte.

Ce déséquilibre, ajoute la même source, est «caractérisé par un effort financier considérable qu’il aurait été judicieux de réorienter vers d’autres régions ou vers le segment de logement à 140.000 DH, si des mécanismes de régulation de conventionnement inter-dispositifs et inter-régions ont été instaurés».

Dans le même sillage, le rapport pointe du doigt l’insuffisance des mesures de ciblage et d’attribution de ces produits et «un manque de verrouillage susceptible de faire bénéficier les efforts financiers de l’Etat à la véritable catégorie pour laquelle le logement social a été instauré».

Rappelant que la loi de finances de 2008 et la circulaire n°10247 précitée ont défini les conditions d’éligibilité pour bénéficier du produit à 140.000 DH, la Cour des compte constate que «ces conditions pour le cas des destinataires du produit à 250.000 DH n’ont été définies, selon l’article 7 de la loi de finances de 2010, que par un unique critère qui consiste à n’être propriétaire d’aucun logement».

«Ce produit n’a de social que le nom qu’il porte, dans la mesure où les critères d’éligibilité n’ont pas été verrouillés afin de cibler les ménages à revenus faibles et irréguliers», explique-t-on.

Les réalisations des dispositifs de production du logement social n’ont pas permis d’absorber de manière significative le déficit et le besoin en logements sociaux, relève le texte, ajoutant que ce besoin, qui est étroitement lié à la capacité de financement de la population destinataire, dépend des tranches de revenu de la population qui le compose.

Le rapport révèle également les difficultés d’intégration urbaine des opérations de logement social.

Les opérations de logement social, qui constituent une part importante du paysage urbain des villes, se développent en grande partie sur des terrains non couverts par des documents d’urbanisme homologués.
Concernant la création des villes nouvelles, le rapport souligne qu’elles n’ont pas été entourées par des conditions juridiques, économiques, et de gouvernance permettant leur essor.

«Les villes nouvelles et les nouveaux pôles urbains se heurtent à des problèmes d’insuffisances d’infrastructures de base et de connexion aux réseaux routiers, à même de compromettre leur valorisation future», a-t-il noté.

Le choix de la situation géographique de ces nouvelles créations urbaines (Tamesna, Tamensourt et Ras El Ma) «n’a pas été dicté par leur vocation économique, mais plutôt pour les opportunités foncières qu’ils présentaient»«, fait observer le rapport.

En Savoir Plus
Lire aussi

Plan national de simplification des procédures du commerce extérieur : De nouveaux chantiers à l’horizon 2021.

La révision du plan national de simplification des procédures du commerce extérieur a permis l’identification de près d’une vingtaine de nouveaux chantiers structurants.
La Chambre des représentants adopte le projet de loi de finances 2019.

La Chambre des représentants a adopté à la majorité le projet de loi de finances 2019 (PLF 2019), lors d'une séance plénière tenue vendredi.
«La saison agricole a démarré dans des conditions plus favorables que la précédente».

Le ministre de l’agriculture annonce le début de la commercialisation de la nouvelle formule d’engrais
"m-wallet", un nouveau moyen de paiement par téléphone mobile.

Bank Al-Maghrib (BAM) et l'Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT) ont lancé, mardi à Rabat, un nouveau moyen de paiement par téléphone mobile appelé "m-wallet".
La croissance économique et la solidarité sociale, pièrre angulaire du nouveau modèle de développement.

Le secrétaire général du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Driss Guerraoui, a appelé, lundi à Skhirat, à la nécessité d'adopter un nouveau modèle de développement accordant une grande importance à la croissance économique et à la solidarité sociale.
Congrès mondial annuel de la Fijet : Marrakech accueille les journalistes du monde.

C’est à Marrakech que se réuniront près de 250 journalistes spécialisés dans le tourisme.
Rabat fait peau neuve.

Avec l’extension des artères, les nouveaux centres commerciaux et la diversification de l’offre hôtelière, la capitale du Royaume augmente son attractivité. Les espaces verts ne sont pas laissés pour compte. Un bémol, la mise en œuvre de plusieurs projets d’envergure est beaucoup plus lente que prévu.
La RAM va acquérir 9 avions Boeing pour renforcer sa flotte.

La Royal Air Maroc (RAM) lancera, à partir d’avril prochain, trois nouvelles liaisons au départ de Casablanca vers trois capitales, en l’occurrence Amman (Jordanie), Abuja (Nigeria) et Vienne (Autriche), a fait savoir le PDG de la compagnie, Abdelhamid Addou.
Ce mercredi 7 novembre, le baril est en baisse légère.

Ce mercredi, les cours du pétrole sont orientés à la baisse. Suivant la loi du marché, cette baisse est consécutive aux nouvelles craintes d'une surabondance de l'offre. A cela s’ajoute une petite baisse des tensions politiques entre l’Iran et les USA avec comme conséquences moins d’impacts des sanctions américaines contre l'Iran. Ce qui donne des exemptions de certains pays.
Marrakech : les sociétés de montgolfière s’inquiètent.

Deux compagnies de montgolfière, dont une égyptienne, attendent d’obtenir leur autorisations de survol.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - SALON TOKYO
Réf.: TOKYO/R
SALON TOKYO 2+1+1
en simili cuir rouge
assise en Alcantara Rouge.
Disponible en noir

Leguide Voyage


Highwaycar
HighwayCar est une société spécialisée dans la location de voitures de tourisme et de transport touristique au Maroc basée sur la ville de Rabat.