Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Maroc Hebdo, il y a 6 mois

« Le Maroc: une terre, des hommes », de André Ménard.
Un livre qui retrace le déroulé de l’histoire d’un Maroc à jamais renouvelé. Sept dynasties, arabes et berbères confondues se sont succédé à la tête de “l’Occident extrême”. Un Maroc christianisé par les romains, islamisé ensuite en 682.

Le Maroc une terre, des hommes est un titre choisi à raison. Il renoue de fait ce que les Arabes ont longtemps appelé «l’Occident extrême» à l’homme d’abord, en ce qu’il a d’apport culturel ou ce que l’on pourrait appeler l’homme-civilisation, à une terre comme pas une, rechignant à la seule notion géographique. Une terre érigée en symbole.

Le Maroc. Appelé ainsi par les Espagnols doublés des Portugais qui l’avaient dans le viseur. Une altération qui tient de la ville ocre, Marrakech. La généalogie, ici, fait son cours à reculons pour nous saisir dans un Maroc à jamais renouvelé. D’abord, des groupements épars, vivotant çà et là, à population avare en chiffres, auraient donné lieu et forme au royaume berbère. Ce composé, loin de se recroqueviller comme ver, se brasse d’autres civilisations telles que celles phéniciennes, grecques ou surtout romaines. Le moteur économique étayant les échanges commerciaux le long des côtes aurait motivé cet entremêlement de cultures. Des cultures qui ont fini par prendre. Pour ne citer que celle romaine, mais à raison, car celleci, aurait tenu plus de la moitié d’un siècle. De la moitié du deuxième, jusqu’à sa chute fin troisième. Des vestiges en sont gardés tels que ceux retrouvés dans la ville de Tanger, Volubilis ou Lixus. Une chute qui aurait par la même occasion marqué de décadence un Maroc alors bien portant. Un Maroc d’abord chrétien, car telle était la religion romaine.

Une islamisation qui serait faite jusqu’en 681 avec Oqba Ibn Nâfi et ses descendants. Une conversion qui a longtemps rimé avec conquête. Viendraient ensuite des dynasties tantôt arabes tantôt berbères qui ne durèrent pas plus, comme l’avait écrit le sociologue Ibn Khaldoun, plus de trois générations. S’ensuit une reconstruction morale plutôt nietzschèenne que cartésienne, en ce sens qu’une dynastie, à peine arrivée au pouvoir, détruit tout ce qui la précède. Les lieux de pouvoir étaient décimés par la même occasion. Une volonté vorace d’être le seul et l’unique.

Mais ces entremangements intérieurs ne furent pas les seuls à faire péricliter ces dynasties comme à semer une zizanie générale. Il est mention de famine, de pillards venus d’ailleurs, nommément de l’Egypte, de peste noire qui a entrainé dans son sillage le sultan saadien Ahmed El Mansour en 1603. Le livre retrace ainsi le cours de l’Histoire à jamais changeant jusqu’à l’histoire moderne.

La dynastie alaouite échappe à cette règle qui a longtemps défié toute exception d’Ibn Khaldoun. Une dynastie qui a tenu ferme pour plus que les 120 ans prévus. Pour que vienne le tournant de 1912, où le Maroc est mis sous protectorat français. le résident général Lyautey, qui démit de ses fonctions le roi Moulay Hafid, pour mettre à sa place le jeune Moulay Youssef. Ceci pour mettre sur pied une modernisation tant au niveau des infrastructures qu’au niveau de l’économie loin de la monarchie d’antan, considérée par lui comme étant archaïque et vivant en dehors du temps. S’en sont suivis le roi Mohammed V et Hassan II, qui ont marqué, chacun à sa façon, un Maroc à l’écoute de la marche du monde.

Lire Source
Lire aussi

Une exposition dédiée à sa «période africaine» : A la rencontre de Mohammed Kacimi au MuCEM de Marseille.

Le MuCEM de Marseille consacre une exposition en hommage au grand peintre marocain Mohammed Kacimi. Baptisée «Kacimi – 1993-2003, une transition africaine», cette exposition qui se déroule jusqu’au 3 mars 2019 se focalise sur les dernières années de la vie de l’artiste et sa «période africaine».
Bazar international de bienfaisance : c’est parti !

Le Cercle diplomatique de bienfaisance de Rabat organise le samedi 15 décembre son Bazar international de Bienfaisance au Théâtre National Mohammed V de Rabat. L’événement vise à collecter des fonds pour soutenir financièrement les ONG marocaines.
Patrimoine gnaoui : Essaouira assure la relève.

Le coup d'envoi de la 1ère édition du Festival «Génération Gnaoua des Jeunes», un événement éclectique dédié à la transmission de cet art musical ancestral aux générations montantes en vue de sa préservation et sa pérennisation, a été donné vendredi en début de soirée à Essaouira, avec l'organisation d'une parade de jeunes artistes.
Cycle des grands interprètes : la magie des sons par Célimène Daudet.

Après Anne Quéfflec et Alexandre Tharaud en début d’année, l’Institut français du Maroc invite Célimène Daudet à se produire du 7 au 15 décembre 2018 dans plusieurs villes du Maroc. Pour clôturer ce cycle de musique consacré aux grands interprètes, la pianiste proposera un récital composé notamment des Préludes de Debussy, en hommage au centenaire de la mort du compositeur.
clip indien de Fnaïre.

Engagé dans l'exportation de la culture marocaine, le groupe marrakchi Fnaïre met cette fois le cap sur l’Inde avec son dernier tube, une reprise de la célèbre chanson indienne “Dilbar”. Le trio est accompagné sur ce clip par Nora Fatehi, la star montante de Bollywood. En à peine cinq jours, la vidéo a amassé plus de 22 millions de vues.
Les produits des Mâalems marocains, stars du festival du Patrimoine Cheikh Zayed d’Abou Dhabi

Peaufinés avec une grande finesse par les doigts expérimentés des Mâalems marocains, les produits d'artisanat, exposés au pavillon marocain, ont envoûté un large public au Festival du Patrimoine Cheikh Zayed, qui se tient à Abou Dhabi, au Émirats arabes unis (EAU).
“Nuit des galeries”: vernissage à Fès d’une exposition de la calligraphie arabe.

Une exposition collective de la calligraphie arabe a été inaugurée, lundi à la Galerie Mohamed El Kacimi à Fès, à l'initiative de l'Association "Le Caméléon des arts plastiques".
Le Festival International du Film de Marrakech rend un hommage à Agnès Varda.

La 17ème édition du Festival International du Film de Marrakech a rendu, dimanche soir dans la Cité ocre, un hommage des plus appuyés à l’icône du cinéma français, Agnès Varda, qui a eu droit à l'Etoile d'Or du Festival, lors d’une cérémonie solennelle au sein du somptueux Palais des Congrès, en présence d’une palette de stars de cinéma et de grandes figures issues de divers horizons.
Le dernier livre de Chakib Guessous : Les nouvelles formes de conjugalité dans les pays arabes.

Le nouveau livre «Mariage et concubinage dans les pays arabes» de son auteur Chakib Guessous vient d’être publié par les éditions La Croisée des Chemins. Dans cette publication, l’écrivain aborde, selon la maison d’édition, «les formes nouvelles de conjugalité dans les pays arabes (Égypte, Maroc, pays du Golfe, Syrie et Tunisie) rendues licites afin de concilier les impératifs liés aux besoins naturels et ceux liés à la religion musulmane».
Remise du Prix Hassan II des manuscrits, le 13 décembre à Rabat.

La cérémonie de remise du Prix Hassan II des manuscrits, dans sa 39e édition, aura lieu le 13 décembre prochain à Rabat, à annoncé le ministère de la Culture et de la communication.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


MGE - NOVA AVER 500VA
NOVA - Onduleur 500VA - Puissance : 360 W

Leguide Voyage


Jad Mahal
Le Jad Mahal... lieu exquis, idyllique où prendre un verre, un dîner ou y écouter de la musique, vous laissera une trace indélébile... La décoration tantôt marocaine tantôt hindi, aux couleurs et lumières chaudes, douces mélangées aux effluves enivrantes des mets préparés, vous invite à profiter de l’instant présent, qu’il soit dans l’intimité ou non.