Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui Le Maroc, il y a 10 mois

Témoins du savoir-faire et de la richesse de la culture amazighe : Les igoudar, ces greniers-citadelles à l’abandon.
Un rite spécial doit être observé une fois sur place. Avant de fouler le sol d’une case, les sociétaires doivent avoir fait leurs ablutions et leur prière. Ainsi cette baraka confère au lieu toute sa sacralité.

Considérés comme une véritable richesse architecturale et patrimoniale du Sud, les igoudar de Innoumar (littéralement en amazigh le grenier ensoleillé) sont situés à quelques kilomètres d’Ait Baha et sur la route de Tafraout , et représentent un héritage patrimonial collectif hérité d’une génération à l’autre avec une multitude de traditions qui témoignent de la richesse du patrimoine de la région.

Igoudar est le pluriel d’agadir qui est un mot amazigh qui signifie grenier. Ce sont des greniers collectifs fortifiés ou greniers-citadelles, dont la fonction essentielle est le stockage des vivres dans des magasins et de l’eau dans des citernes, pour pallier les risques naturels et humains qui planaient sur la population locale lors de ces derniers siècles. Ils ont aussi parfois une fonction défensive et de refuge en cas d’attaque.

Ces igoudar se tiennent toujours malgré tous les aléas de la nature. Ils ont été construits avec des pierres que le soleil colorera de rouge et se confondent aujourd’hui avec le paysage local avec une architecture qui se développait par le passé à fur et à mesure des besoins.

La citadelle fortifiée se dresse à flanc de colline et domine la vallée de quelques centaines de mètres, ce qui représente déjà une première protection. À l’angle oriental, près de l’unique entrée, une tour de garde accentue le caractère défensif de l’ouvrage. Ce caractère est complété par une muraille qui enserre les bâtiments et par la défense naturelle qu’offrent les figuiers de barbarie. Le circuit de l’eau autour des lieux est également passionnant avec trois citernes traditionnelles sur place pour pouvoir se tenir lors des moments difficiles. Les igoudar d’Agadir Innoumar abritent les 295 cases de l’ensemble de la communauté locale et qui ont été créées dans le but de protéger les biens et assurer la survie du groupe lors des attaques surprises de l’ennemi, et s’étalent sur une superficie totale de 5.000 mètres. Elles font de lui le plus grand grenier de l’Anti-Atlas. Ces vestiges remontent à plusieurs siècles. La date de construction, par étapes successives, de ce grenier n’est pas historiquement établie.

«La construction a été une décision commune et le financement a été assuré par les habitants eux-mêmes, avec trois matériaux locaux: le bois d’argane, les pierres et l’argile. Chaque famille possédait une case pour y mettre sa récolte, et elle était sommée de l’entretenir. Aucun ne peut abandonner la sienne», souligne Ahmed Ouhmou, acteur associatif de la région. Ces igoudar sont considérés comme une véritable banque bien organisée. Les gens qui vivaient dans la vallée enferment leurs biens ici. Ces greniers possédaient une seule porte qui se ferme la nuit. Les communautaires savent que leurs biens sont en sécurité.

La richesse des greniers dépend des récoltes et donc des précipitations souvent aléatoires dans cette région. Les années de sécheresse qui se sont succédé ont considérablement contribué à l’abandon de ce patrimoine architectural, qui est aujourd’hui déserté hormis quelques touristes étrangers qui visitent la région pour découvrir ce patrimoine architectural unique dans son genre. Jusqu’au milieu des années 80 toutes les cases étaient pleines, avec une centaine de pesées. Le commerce se portait bien.

Jadis, chaque famille possédait une case dans laquelle elle pouvait mettre ses biens les plus précieux à l’abri. En effet elles préféraient ne rien laisser chez elles. Farine, nourriture, blé, miel, huile, dattes, amandes, figues séchées, henné, bijoux, actes de mariage, titres de propriété (ces documents étant conservés dans des bambous évidés), et de quoi tenir longtemps. Ces greniers étaient une véritable caverne d’Ali Baba. Ont y trouvait aussi des armes et des munitions pour pouvoir se défendre en cas d’attaque. Alors qu’un trou est toujours laissé ouvert près de la porte pour que les chats puissent entrer facilement et lutter contre d’éventuels souris et rats qui peuvent endommager les biens précieusement gardés dans ces cases.

Auparavant c’est l’Amine (homme de confiance) qui s’occupait de la gestion et la protection des igoudar et ne quittait presque jamais les lieux, il devait protéger les biens de tout un chacun, et était payé en nature ou en espèce par les sociétaires.

Par ailleurs, un rite spécial doit être observé une fois sur place. Avant de fouler le sol d’une case, les sociétaires doivent avoir fait leurs ablutions et leur prière. Ainsi cette baraka confère au lieu toute sa sacralité. Les lois et coutumes très strictes de ces greniers interdisent de regarder les autres cases. Ils devaient se diriger directement vers leur case afin de ne pas être tentés de voler.

Aujourd’hui ces greniers représentent une niche du tourisme solidaire à exploiter au profit de la population locale, et qui nécessitent plus d’efforts pour en faire une véritable locomotive pour le tourisme local.



Lire Source
Lire aussi

Festival du cinéma africain de Tarifa-Tanger : Trois films marocains en lice.

Le FCAT met en avant, à travers sa programmation, le cinéma afro-américain, le féminisme et l’activisme politique.
L'art et les nouvelles technologies au cœur de cette 25ème édition du FIAV !

Offrir un spectacle poétique en mélangeant le langage corporel avec le son et l’image ! C’est ce qu’ambitionne Alain Baumann, de la compagnie Kònic thtr, en participant à la 25ème édition du FIAV (festival international d’art vidéo de Casablanca).
Festival de Sijilmassa du malhoun : Hajar Zemmouri remporte un concours de l’Inchad

La jeune Hajar Zemmouri, de la troupe Ahmed Ben Rkia de l’art du malhoun à Azemmour, a remporté, samedi à Erfoud, un concours de l’Inchad, organisé dans le cadre de la 25ème édition du Festival de Sijilmassa du malhoun, un événement initié par le ministère de la culture et de la communication (département de la culture).
Réouverture du site de Lixus à Larache.

Le ministre de la Culture et de la Communication Mohamed Laâraj a présidé, samedi, la cérémonie d’ouverture officielle du centre d’interprétation du site archéologique de Lixus, plus ancienne métropole dans le Royaume, et l’un des plus anciens centres urbains de la Méditerranée occidentale.
Expo: Dominique Zinkpè face à ses démons.

Après plusieurs résidences à Jardin Rouge, Dominique Zinkpè entreprend ainsi de nous révéler toute la poésie de son œuvre à travers un retour à une pratique qui lui est chère; essentiel, intimiste, le dessin
Prix Charjah pour la création arabe : Trois marocains distingués

Trois marocains lauréats de la 22e édition du prix Charjah pour la création arabe, ont reçus leurs distinctions, mercredi au Caire.
Journée internationale des monuments et des sites: la médina de Fès fait sa mue.

A l'heure de la célébration de la journée internationale des monuments et des sites, la médina de Fès, qui constitue à la fois un musée à ciel ouvert et un modèle vivant de la ville méditerranéenne et arabo-musulmane, vit depuis quelques années au rythme d'un immense chantier de réhabilitation et de revalorisation de ses sites les plus emblématiques.
Nouvelle parution : “Les Rencontres internationales de Toumliline”

En octobre 1952, un monastère bénédictin fut implanté sur les contreforts du Moyen Atlas, en surplomb d'Azrou, au lieu-dit « Toumliline », du nom d'une source proche. Il ferma ses portes en 1968.
Impressionnistes: Un cas d’école?

Peut-on parler concrètement d’une école impressionniste? Selon divers spécialistes et historiens de l’art, les œuvres des grands peintres réputés impressionnistes sont bien trop différentes entre elles pour parler d’un cas d’école. Le terme mouvement étant plus approprié.
Une 3ème édition dans trois villes.

La Journée mondiale de l’art sera célébrée, en avril au Maroc, pour la troisième année consécutive. Elle sera fêtée, du 5 au 20 avril, dans trois villes de par le Royaume.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - Bureau d’angle FUNCTION
Réf.: T8014920
Couleur : Wengé
Dim.: 131x131 cm

Leguide Voyage


Jad Mahal
Le Jad Mahal... lieu exquis, idyllique où prendre un verre, un dîner ou y écouter de la musique, vous laissera une trace indélébile... La décoration tantôt marocaine tantôt hindi, aux couleurs et lumières chaudes, douces mélangées aux effluves enivrantes des mets préparés, vous invite à profiter de l’instant présent, qu’il soit dans l’intimité ou non.