Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Maroc Hebdo, il y a 1 mois

La divorcée.
Actuellement en salle, un film réalisé par Rachid Laaroussi.
Asmae, une femme qui n’a connu de péché que le divorce se voit tournée par les mauvaises langues, fusillée du regard, accusée à tort. Les coups ne manquent de pleuvoir au besoin. Oui, péché, car pour la société c’en est un.

La divorcée, un long métrage de Rachid Laaroussi, pointe du doigt un mal de tous connu. Un titre à contextualiser, car mis dans le préconçu de notre société, on le voit plein, et battant. Un titre assez bavard, car tout se défile aux yeux du Marocain avant de les balader sur le film. Il sait qu’on tape fort sur la divorcée, il est donc aux aguets pour vérifier sa prémonition. Il a vu juste et se délecte de son flair. Car il tombe droit dans le quotidien d’Asmae.

Une jeune femme toute faite, qui fait sa vie avec mesure, la gagnant à sa sueur, pleine d’elle même, ne requérant qu’un esprit reposé. De quoi? Des bruits de couloirs, et des ragots qui s’entassent sur elle comme mouches. Elle est sous la botte d’une société sans pardon. Un mot faussé, mais à raison, car il légitime sournoisement un forfait commis par la jeune Asmae. Comme si c’était pécher, que de divorcer. Rappel est fait aux enseignements sacrosaints qui mettent le divorce au rang des permissions les mieux haïes de dieu. Ce qui donne la part belle à l’expression déjà.

Mais il est des choses dont la société, quoique pliant échine au divin, ne s’accommode pas. La culture serait-elle plus maîtresse des lieux que ne le sont les sept cieux? Sûrement. Entre ciel et terre, Asmae est matraquée, par chaque quidam que le bon dieu fait, et le jour durant. Pillée des regards, et tournée par les mauvaises langues, sa vie a tout d’un délit. Elle n’est épargnée de quasi-personne, ses proches font foule avec le reste des calomniateurs. Sa condition déplaît fort. C’est tout juste si on ne lui accole pas le mot de traînée. Ou si… c’est chose faite.

Dérision et honte
Elle n’a de cesse que de buter contre des embûches allant jusqu’à son lieu de travail. Les avances ne tarissent pas. Respectueuse, observant de près ses limites et les convenances du milieu, elle repousse plus d’un. Mais le malheur frappe encore, Asmae, se voit limogée pour faute qu’elle soit, dans l’esprit rapiécé de son supérieur, une femme à problèmes. Son frère, macho qu’il est, prend le dessus sur elle. Comme une mise sous tutelle. Elle est tabassée quand le patriarche juge bon de le faire. A la fois un objet de dérision et de honte, elle vivote sans plus. Le flux de mémoire irrigue au besoin sa petite vie pour la parachuter dans un passé noir ébène. Battue, insultée à mort par son ex-mari, se tirer de ce venin de vie fut un ultimatum crié haut par le reste de sa dignité. Son père, ayant, contre tout le tenable, remué ciel et terre pour lui faire porter les digressions du mari, l’obliger par cela de le souffrir, mais rien n’y fit.

A présent elle paie, non pas au simili, mais de la vie qui lui reste. Ainsi, et par l’entremise d’Asmae, l’idée glosée sur le bas vécu des femmes divorcées se fait on ne peut plus sonore. Aussi voit-on, en marge de cette vie arrachée, l’enfant issu d’un ménage éclaté. Il regrette un vide qui désormais pèse lourd.

En savoir plus
Lire aussi

Festival international du Raï d’Oujda: De jeunes talents offrent un show survolté.

Des résonances empreintes d'énergie et de gaieté et des rythmes déchainés puisant dans le riche répertoire de la chanson Rai, tel est le cocktail musical offert par une dizaine de jeunes talents, mardi soir, dans le cadre la 12ème édition du Festival international du Raï d'Oujda.
Quand Issam Kamal chante l’aïta mersaouia.

Il signe son retour avec un nouveau single
La ville d'Oujda jumelée à Al-Qods.

Le ministre de la culture et de la communication, Mohamed Laâraj, et son homologue palestinien Ihab Bseiso, ont signé, samedi à Oujda, une convention de jumelage entre les villes d’Oujda, capitale de la culture arabe au titre de l’année 2018, et d’Al Qods, capitale permanente de la culture arabe.
Visite au Maroc d'une délégation de la ville de Saint Etienne.

Dans le cadre du renforcement de la coopération décentralisée entre le Maroc et la France, une délégation de la ville de Saint-Etienne (sud-est) composée de responsables de la Mairie et de représentants de la Grande Mosquée Mohammed VI de cette ville (GMSE), effectue à partir de lundi une visite d’une semaine dans le Royaume.
Signature de partenariats pour la promotion de la culture dans la province.

Plusieurs accords de partenariat portant sur la promotion du secteur culturel dans la province d’El Jadida ont été signés, mardi dernier, entre le ministère de la Culture, les Conseils élus relevant de la province et l’Initiative nationale pour le développement humain.
Tanger Med: Une exposition retrace le rapport des Marocains avec la mer.

L'exposition "Le Maroc et la mer, d'hier à aujourd'hui", qui retrace le rapport des Marocains avec la mer allant des temps les plus reculés à l'époque actuelle, a été inaugurée mercredi au Tanger Med Port Center.
Miguel Moratinos : le Maroc, une terre de cohabitation entre les cultures et religions

Le Maroc constitue «un modèle» civilisationnel de cohabitation sociale et du vivre-ensemble, a souligné, mardi à Rabat, l'ancien ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos
Larbi Imghrane : «Timitar a fait économiser un travail d’un demi-siècle à l’artiste amazigh»

Questions à Larbi Imghrane, chanteur amazigh
La pièce italienne «Tricks» remporte le prix du Fituc.

La pièce italienne «Tricks» a remporté le prix de meilleure œuvre lors de la 30e édition du Festival international de théâtre universitaire de Casablanca (FITUC), qui s'est clôturée samedi soir à Casablanca.
Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’Etranger «Oxymore Suite» de Ibn El Farouk exposée à Rabat

La Fondation Hassan II pour les Marocains Résidant à l’Etranger accueille, jusqu’au 4 août dans son Espace Rivages, l’exposition «Oxymore Suite» de l’artiste photographe maroco-français Ibn El Farouk



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


HP - Probook 4510s
Intel Core 2 Duo T6570 / 2.10 GHz
Mémoire 2 GO - Disque dur 250 GO
Webcam - HDMI - Ecran 15.6"
Pavé numérique séparé
Windows Vista Business

Leguide Voyage


Hôtel Tarik
Pour un séjour de confort á Tanger, l'hôtel Tarik est situé sur la baie de Tanger á Malabata, il met à vote disposition 154 chambres avec salles de bain, balcon et télévision, restaurants, bar, piscine pour adultes et enfants, zone de solarium su gazon, mini-golf, et discothèque à part.