Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Le Matin , il y a 8 mois

S.M. le Roi, Amir Al Mouminine, préside au Palais Royal de Rabat la deuxième causerie religieuse du mois sacré de Ramadan.
Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, a présidé, lundi au Palais Royal de Rabat, la deuxième causerie du cycle des causeries religieuses organisées à l'occasion du mois sacré de Ramadan

Cette causerie a été animée par Rohan Ambay, professeur à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar et président de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, antenne du Sénégal, sur le thème «Les constantes religieuses partagées, un facteur d’unité entre le Maroc et les pays africains», à la lumière du hadith du Prophète Sidna Mohammed, paix et salut de Dieu soient sur Lui : «Les gens de l'Ouest (Ahl Al gharb) détiendront la vérité jusqu'à la venue de l'Heure».
Le conférencier a mis en exergue, à l’entame de sa causerie, l’importance que revêt la thématique abordée tant pour le Royaume du Maroc que pour plusieurs pays africains, liés au Maroc par des liens ancestraux qui datent depuis des siècles et qui se basent sur la religion commune, autant de liens qui constituaient, jadis, le socle de ces rapports, et qui continuent de jouir aujourd’hui de la même vitalité et ardeur.
Sous cette rubrique, Pr Ambay a mis un accent particulier sur la profondeur de ces relations, caractérisées par des liens populaires qui ne sauraient être entamés par des mutations conjoncturelles ou par des choix personnels dictés par des calculs politiques, notant que la religion en tant que telle est un dénominateur commun inébranlable, car étant basé sur la vérité, le bien et la vertu conformément au verset du Saint Coran «Allah affermit les Croyants par une parole ferme, dans la vie présente et dans l’au-delà».

Pour le Pr Ambay, le dynamisme que connait le développement des relations avec les pays africains, sous l’impulsion bénie du Souverain, sur la base du conseil, de l’expertise, de la préservation de l’identité et du bénéfice commun, doit être accompagné par un mouvement de sensibilisation et de conscientisation au profit et des Marocains et de leurs frères de ces pays africains, quant à l’importance de ce socle solide, dont les jalons ont été jetés par les ancêtres au sujet des constantes religieuses, d’autant plus que la religion fait face aujourd’hui à son ennemi juré, en l’occurrence l’extrémisme.
Si des parties n’appartenant pas à notre continent considèrent ses peuples comme une proie facile et dont l’identité est manipulable, les relations spirituelles entre le Maroc et les peuples africains ont toujours été basées sur la piété et l’entraide, a insisté le conférencier.
Selon lui, alors que l’identité de ces peuples n’était jamais mise en péril par des choix confessionnels, communautaires ou ayant trait à leur conduite, le spectre de l’extrémisme guette désormais ces populations après que des valeurs, autrefois observées par les ancêtres à l’instar du respect de la pluralité et de la différence, se sont vues aujourd’hui bafouées. Il a formulé le vœu, dans ce sens, pour que S.M. le Roi, Amir Al-Mouminine, continue à consentir Ses efforts inlassables visant la consolidation des liens de conseil dans la religion et de bénéfice mutuel et pour que Sa Majesté coopère avec ces peuples afin de préserver leur paix spirituelle et identité culturelle dans le cadre des constantes communes.
À cet égard, le conférencier s'est attardé à expliquer la signification des constantes, précisant qu’il s’agit, en fait, de choix religieux en matière de foi, de croyance et de comportement spirituel auxquels les Marocains ont souscrit avec les habitants de plusieurs contrées africaines, en particulier dans l’ouest du continent.

Il s’agit, en effet, d’un choix libre parmi les jurisprudences des premiers Imams ayant procédé à la déduction des règles religieuses, ajoutant que ces constantes religieuses communes se déclinent en quatre segments : Imarat al Mouminine, le rite Malékite, la doctrine achaârite et le soufisme.
À propos de la première constante, l’orateur a relevé que, si chaque peuple africain dispose de sa patrie politique, avec un régime empreint de légitimité et de légalité contemporaines par le truchement de choix et d’élections, les musulmans qui résident dans chacun de ces pays sont conscients de la symbolique d’Imarat al Mouminine dans l’histoire de l’Islam et sa genèse ancestrale et effective dans celle du Royaume du Maroc.
L’Institution d’Imarat al Mouminine, a-t-il ajouté, constitue désormais un dénominateur commun symbolique qui ne concerne pas uniquement la vie politique des pays, mais bénéficie d’une importance spirituelle que les Africains ne cessent d’exprimer continuellement, d’autant plus que certains chefs religieux africains ont toujours été soucieux de raffermir les liens avec les Rois du Maroc en leur rendant visite. Dans ce sens, le conférencier a rappelé que certains d’entre eux avaient tenu à rendre visite à feu S.M. Mohammed V dans son exil.
Tout au long de l’histoire d’Imarat al Mouminine au Maroc, a-t-il indiqué, les Africains ont toujours perçu le Royaume avec considération, déférence et estime, eu égard à son droit, à sa légitimité et à ses sommités sunnites.
Imarat al Mouminine, a-t-il, en outre, fait savoir, avait fait son entrée au Maroc après qu’elle eut rempli l’ensemble des conditions requises, en premier chef, l’allégeance légitime agréée par deux grands Imams de l’Islam : Malik Ibn Anas et Abou Hanifa, soulignant que c’est à ce moment-là que cette Institution a été mise en place dans l’ensemble des contrées du Royaume. Ainsi, il a rappelé que Moulay Idriss 1er était le premier à être qualifié de «Amir al Mouminine» dans l’occident islamique où il avait bâti un État islamique indépendant de l’Orient.

Évoquant la deuxième constante, le conférencier a noté que le rite Malékite est répandu dans les pays de l’occident islamique et dans la majorité des pays africains, estimant que l’unité de la croyance est l’un des dénominateurs communs de ces pays, chose qui les habilite à concrétiser une grande communion partielle de la Oumma islamique dans cette partie occidentale du monde islamique, voire dans l’ensemble de l’Afrique.
Le rite Malékite, a-t-il fait remarquer, se distingue par le juste-milieu, la modération, le progrès, le renouvellement, la flexibilité et le pragmatisme, ajoutant que les pays africains sont appelés à appréhender que l’essence même d’une croyance quelconque réside dans la protection des personnes et les prémunir contre la zizanie et la discorde, en particulier dans l'enceinte des Mosquées.
Quant à la troisième constante, le conférencier a estimé que le choix de la doctrine Achaârite réside dans le fait que ses adeptes conçoivent que toute personne qui prononce la Chahada est un croyant et partant, il ne peut, en aucun cas, être traité de renégat. Dans ce contexte, il a relevé que ce sont les détracteurs de la doctrine achaârite qui accusent à tort les personnes d’apostasie et les tuent, précisant que les musulmans sont leurs premières victimes, outre les préjudices qu’ils causent à l’image de la religion musulmane.
Il a fait observer que parler du dogme acharite c'est, en effet, évoquer une école authentique qui a contribué amplement à la prémunition de la croyance islamique conformément aux préceptes sunnites et tel que prêché et préconisé par l’Islam.
Pr Ambay a souligné que l’acharisme a toujours été la doctrine officielle des grands Imams, tels Mâlik ibn Anas, Abou Hanîfa An-Nou'mân, Ash-Shâfi'î et Ahmad Ibn Hanbal.
Selon lui, les Marocains ont opté pour l’acharisme comme étant un courant complet qui a cette force de fonder, de persuader et de débattre et qui, plus est, a cette capacité de préserver la quintessence de la croyance. Les Marocains ont également jeté leur dévolu sur l’acharisme, eu égard à sa vocation de pondération et de juste-milieu, laquelle vocation, a-t-il dit, dépasse l’interprétation littérale des textes sans pour autant les dépourvoir de leur sens moyennant une lecture et une analyse décalées.

Évoquant la deuxième constante, le conférencier a noté que le rite Malékite est répandu dans les pays de l’occident islamique et dans la majorité des pays africains, estimant que l’unité de la croyance est l’un des dénominateurs communs de ces pays, chose qui les habilite à concrétiser une grande communion partielle de la Oumma islamique dans cette partie occidentale du monde islamique, voire dans l’ensemble de l’Afrique.
Le rite Malékite, a-t-il fait remarquer, se distingue par le juste-milieu, la modération, le progrès, le renouvellement, la flexibilité et le pragmatisme, ajoutant que les pays africains sont appelés à appréhender que l’essence même d’une croyance quelconque réside dans la protection des personnes et les prémunir contre la zizanie et la discorde, en particulier dans l'enceinte des Mosquées.
Quant à la troisième constante, le conférencier a estimé que le choix de la doctrine Achaârite réside dans le fait que ses adeptes conçoivent que toute personne qui prononce la Chahada est un croyant et partant, il ne peut, en aucun cas, être traité de renégat. Dans ce contexte, il a relevé que ce sont les détracteurs de la doctrine achaârite qui accusent à tort les personnes d’apostasie et les tuent, précisant que les musulmans sont leurs premières victimes, outre les préjudices qu’ils causent à l’image de la religion musulmane.
Il a fait observer que parler du dogme acharite c'est, en effet, évoquer une école authentique qui a contribué amplement à la prémunition de la croyance islamique conformément aux préceptes sunnites et tel que prêché et préconisé par l’Islam.
Pr Ambay a souligné que l’acharisme a toujours été la doctrine officielle des grands Imams, tels Mâlik ibn Anas, Abou Hanîfa An-Nou'mân, Ash-Shâfi'î et Ahmad Ibn Hanbal.
Selon lui, les Marocains ont opté pour l’acharisme comme étant un courant complet qui a cette force de fonder, de persuader et de débattre et qui, plus est, a cette capacité de préserver la quintessence de la croyance. Les Marocains ont également jeté leur dévolu sur l’acharisme, eu égard à sa vocation de pondération et de juste-milieu, laquelle vocation, a-t-il dit, dépasse l’interprétation littérale des textes sans pour autant les dépourvoir de leur sens moyennant une lecture et une analyse décalées.

À cet égard, le professeur Rohan Ambay a évoqué un aspect de la haute sollicitude dont S.M. le Roi entoure les pays africains, notamment la création de la Fondation Mohammed VI des Oulama africains qui regroupe un parterre d'oulémas du continent pour échanger leurs points de vue, se joindre mutuellement la vérité et l'endurance et débattre des questions du continent, des oulémas et de la charia, ce qui contribue au maintien de la sécurité morale du continent.
À l'issue de cette causerie, S.M. le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, a été salué par le grand mufti d'Égypte, Shawki Allam, le mufti de la République tunisienne, Othman Battikh, le grand mufti d'Al Qods et de la Palestine, Cheikh Mohamed Hussein, le vice-président de l'Université islamique Darul Huda en Inde, Bahaa Eddine Nadoui, le président du conseil supérieur des affaires islamiques de la Gambie et président de la «Fondation Mohammed VI des oulémas africains», antenne de Gambie, Mohamed Al Amin Touari, le président de l'Université multidisciplinaire Addar au Niger et président la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, antenne du Niger, Abdellah Ben Idriss Aboubakr Miga.
Le Souverain a également été salué par le professeur Matenzo Zola, membre de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, antenne Angola, Sendagaya Moussa, représentant du conseil supérieur des affaires islamiques à Kigali et président de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, antenne Rwanda, Cheikh Ismael Ibrahim Kroum, chef du département de la langue arabe et des études islamiques à Milton Magay university de Sierra Leone, Abdelkarim Diobati, ancien secrétaire général des affaires islamiques et président de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, antenne Guinée-Conakry, Mustapha Ibrahim, président du conseil islamique pour le développement et services humanitaires et président de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, antenne Ghana, Wilfred Muñez, prédicateur à Sao Tomé et membre de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, antenne Sao Tomé, Mohamed Al Mokktar Ould Abah, président de l'université moderne Chinguetti en Mauritanie, et le professeur Denis Daoud Gril à l'Université d'Aix-Marseille et membre de l'Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman

En savoir plus
Lire aussi

S.A.R. a présidé la cérémonie de signature de deux conventions portant sur la rénovation de quatre centres de santé dans la province d'El Jadida et la mise à niveau des centres de santé menée par l'association «Hassanate»

S.A.R. la Princesse Lalla Hasnaa préside à Témara la cérémonie d'inauguration du Centre de santé urbain «Massira II» après sa rénovation
Accompagné de S.A.R. le Prince Héritier Moulay El Hassan, de S.A.R. le Prince Moulay Rachid et de LL.AA.RR. les Princesses Lalla Khadija, Lalla Meryem, Lalla Asmae, Lalla Hasnaa et Lalla Oum Keltoum.

Sa Majesté le Roi Mohammed VI préside la cérémonie d'accueil officiel à Rabat de S.M. le Roi Felipe VI d'Espagne et la Reine Doña Letizia
Le Roi bâtisseur

Refonder la mobilité territoriale, renforcer les infrastructures et promouvoir le modèle de société.
Le Souverain s’est informé du taux de remplissage actuel des barrages dans le Royaume. Celui-ci atteint près de 64% contre 39% à la même période de l’année dernière

S.M. le Roi Mohammed VI préside au Palais Royal à Marrakech un Conseil des ministres et nomme nombre de walis et gouverneurs à l'administration territoriale et centrale ainsi que plusieurs ambassadeurs et hauts responsables
S.M. le Roi inaugure le nouveau Terminal 1 de l'aéroport Mohammed V de Casablanca et lance la mise en service de plusieurs infrastructures aéroportuaires de portée nationale

Sa Majesté le Roi Mohammed VI a procédé, mardi à l’inauguration du projet d’extension, de réaménagement et de modernisation du Terminal 1 de l’aéroport international Mohammed V de Casablanca, ayant mobilisé des investissements de l’ordre de 1,585 milliard de dirhams.
Le Prince Moulay Rachid représente le Roi Mohammed VI à la cérémonie d’ouverture de la Semaine de la durabilité d’Abu Dhabi

Le Prince Moulay Rachid a représenté, lundi, le Roi Mohammed VI à la cérémonie d’ouverture officielle de la Semaine de la durabilité d’Abu Dhabi 2019, et à la remise des prix de la 11è édition du "Prix Cheikh Zayed de la durabilité".
La Princesse Lalla Hasnaa préside à Rabat le dîner de Gala diplomatique annuel de bienfaisance.

La Princesse Lalla Hasnaa a présidé, mardi à Rabat, le dîner de Gala diplomatique annuel de bienfaisance, organisé par l'ambassade de la République populaire de Chine et la Fondation diplomatique.
Accompagné de S.A.R. le Prince Héritier Moulay El Hassan, de S.A.R. le Prince Moulay Rachid et de S.A. le Prince Moulay Ismaïl

S.M. le Roi, Amir Al-Mouminine, préside une veillée religieuse en commémoration du 20e anniversaire de la disparition de Feu S.M. Hassan II.
SM le Roi rend visite au président Gabonais à l’Hôpital militaire de Rabat.

SM le roi Mohammed VI, a rendu visite, lundi, au président de la république Gabonaise, SEM. Ali Bongo Ondimba, à l’Hôpital militaire d’Instruction Mohammed V de Rabat.
Le Chef du gouvernement présente à S.M. le Roi le projet du programme de qualification de l’offre de formation professionnelle, élaboré par le gouvernement sur la base des Hautes Orientations Royales.

Sa Majesté le Roi préside une séance de travail consacrée au suivi de la question de la qualification et de la modernisation du secteur de la formation professionnelle



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Toshiba - Camileo Pro
Mini Caméra Multifoction avec Zoom Optique 3x, Zoom numérique 4x - Format de fichiers : MPRG-4, AVI Torche LED pour mode nuit - Interface USB 2.0 Capteur CCD 7 Megapixels - Sortie TV Ecran TFT LCD 2,5' - Mémoire interne 64 Mo Po .

Leguide Voyage


Hôtel Rabat
L’ hôtel Rabat tout récemment construit est porteur et héritier d'un passé culturel fécond. Rabat, ville impériale blanche et fleurie : La tour Hassan, construite par le roi conquérant Yacoub el-Mansour au XIIème siècle et la nécropole de Chellah, réalisée par les Mérinides .