Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
L'economiste, il y a 5 mois

L’incroyable renaissance des musées du Maroc.
La fondation s’est attelée à faire des musées des espaces publics modernes, accueillants et attractifs. Ici, le Musée archéologique rebaptisé: Musée de l’Histoire et des Civilisations après sa réouverture en 2017.

C’est assurément la plus belle exposition d’art moderne et contemporain jamais réalisée au Maroc! l’exposition-évènement, qui se tient jusqu’au 27 août, issue de la collection du Centre Pompidou à Paris, réalisée spécialement pour le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, est exceptionnelle à plus d’un titre.

«La Méditerranée et l’art moderne» donne à voir quelque 80 peintures, sculptures et photographies, dont certaines jamais exposées. Elle couvre l’ensemble du siècle (1900-1988), et propose au visiteur de reconsidérer l’histoire de l’art du XXe siècle dans son rapport à l’espace et à l’imaginaire méditerranéen.

Georges Braque, André Derain, Albert Marquet, Pierre Bonnard, Henri Matisse, Pablo Picasso, Salvador Dalí, Joan Miró, Antoni Tàpies… jusqu’au Hollandais Kees Van Dongen ou au Russe Vassily Kandisky… tous réunis sous les cimaises du MMVI, une prouesse inimaginable au Maroc il y a quelques années à peine.

Le musée multiplie, depuis sa création, les expositions phares: César, Modigliani, Picasso… tout autant que les hommages aux artistes marocains (Ahmed Cherkaoui, Faouzi Laatiris…), des évènements que ne dédaigneraient pas le MET à New York ou la Tate Modern à Londres, installant de facto la capitale du Royaume dans le circuit muséal international.

Le tout orchestré de main de maître par Mehdi Qotbi, artiste peintre, influenceur reconnu et lobbyiste redoutable, nommé par le Souverain à la tête de la Fondation nationale des musées. Si la création de l’institution en 2011 avait créé quelques remous et suscité moult résistances, il est aujourd’hui clairement établi que celle-ci a réussi en moins d’une décennie à révolutionner le concept muséal au Maroc.

ini les lieux morts et poussiéreux qui habitent encore notre imaginaire, la fondation s’est très vite attelée à mettre en place une nouvelle approche de management culturel moderne, audacieuse, qui vise à faire des musées des espaces publics modernes, accueillants et attractifs. La fondation s’est vu confier la gestion de 14 musées. Des bâtiments muséaux pour la majorité en décrépitude tout comme les objets de collection intra-muros qu’ils présentaient.

Défaut de conservation préventive, manque de laboratoire de restauration, absence d'un budget conséquent… la fondation a fait de la réhabilitation des musées un des principaux axes de sa stratégie. Ainsi, après la réouverture du Musée de la Kasbah des cultures méditerranéennes de Tanger en 2016 et le Musée de l’Histoire et des Civilisations de Rabat en 2017, le public a découvert, en décembre dernier, le majestueux Musée des confluences Dar El Bacha à l’occasion de l’exposition: «Lieux saints partagés», présentée en collaboration avec le Mucem.

À Safi, le Musée national de la céramique a rouvert ses portes dans un nouvel espace attractif et accueillant, qui permet de découvrir des trésors archéologiques et patrimoniaux qui couvrent toute la diversité de la création céramique et des techniques employées, de l’antiquité à l’époque contemporaine. L’ouverture du Musée national de tissage et de tapis à Marrakech est annoncée. L’institution offrira une belle cartographie du tapis marocain, qui met en avant sa richesse et sa diversité.

Le Musée Dar Jamai, dont l’ouverture est également imminente, présentera une collection ethnographique diversifiée témoignant de la culture de la région de Meknès. Le Musée ethnographique de Bab Okla de Tétouan connaît à son tour d’importants travaux de restauration qui feront de lui l’une des institutions culturelles phares de la région du Nord.

De la conception obsolète, qui voulait que les musées soient de simples lieux de conservation, les institutions nationales se sont, donc, donné pour vocation l'animation, l'éducation et la transmission de culture et de savoir. Scénographie moderne, espaces didactiques, ateliers d'animation culturelle, outils de communication ont fait leur entrée dans ce qui était des sanctuaires ou des mausolées, désertés par les Marocains.



Lire Source
Lire aussi

Moulay Abdellah Alaoui : « Le soufisme est une voie qui appelle à l’ouverture, au dialogue et à la coexistence entre les peuples »

La Création artistique « Ode aux femmes mystiques », qui a fait l’ouverture du Festival de Fès de la Culture Soufie lors de sa onzième édition, a fait son effet sur l’assistance de Bab El Makina. Et pour cause, tous les ingrédients étaient là pour répondre au souhait des organisateurs, notamment le président du Festival, Faouzi Skali, et tous ceux qui l’accompagnent dans cette belle aventure.
Le chant et la danse Flamenco dans toute leur magnificence.

La 3e édition du Festival Flamenco Maroc, qui se poursuit jusqu’au 31 octobre, promet des temps forts avec des artistes de grande qualité, telle la danseuse espagnole Maria Moreno qui se produira jeudi 18 octobre au Théâtre Mohammed V à Rabat.
La musique hassanie à l’honneur à Tan Tan.

Le programme de qualification, de valorisation, de soutien et d’accompagnement de la musique hassanie au niveau de la région de Guelmim-Oued Noun a fait escale dimanche à Tan Tan, avec l’organisation d’une compétition entre les différentes troupes musicales représentant cette province.
Livre: Musiciennes du Maroc de Rita Stirn-Wagner.

L’auteure Rita Stirn-Wagner a effectué un périple de plusieurs années de Tanger aux montagnes de l’Atlas jusqu’au Sahara, pour aller à la rencontre des muses du Maroc.
Agadir : Nawal Sekkat à l’honneur au Musée amazigh.

Les œuvres de Nawal Sekkat, depuis ses débuts en 1992, contribuent à l’évolution, à l’enrichissement et au rayonnement de la pratique plastique au Maroc, ce qui prodigue à ses tableaux et ses sculptures un franc succès auprès des collectionneurs au Maroc et à l’étranger.
9ème édition des Théâtrales de Casablanca: la comédie « Jamais le deuxième soir »

Organisée par Top Event Productions, la 9e édition des Théâtrales de Casablanca continue à offrir des moments d’évasion et de joie. En ce mois d’octobre, le rendez-vous est donné avec la comédie hilarante « Jamais le deuxième soir ! », le jeudi 25 octobre au Megarama Casablanca.
«Kahwa#2» : Vers la structuration du cirque et des arts de la rue au Maroc.

Organisé dans le cadre de la 3ème édition des états généraux de la culture au Maroc.
Une saison culturelle marocaine à Madrid.

Le président de la Fondation nationale des musées du Maroc, Mehdi Qotbi, et le directeur du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI), Abdelaziz El Idrissi, ont été décorés, à Rabat, en juin dernier, respectivement de la Croix de commandeur de l’Ordre du mérite civil et de la Croix d’officier de l’Ordre du mérite civil du Royaume d’Espagne.
Et de sept pour le Festival international de cinéma et mémoire commune.

Le rideau a été levé, samedi soir, sur la 7ème édition du Festival international de cinéma et mémoire commune de Nador, organisé par le Centre de la mémoire commune pour la démocratie et la paix.
La culture coréenne s’invite à Fès.

L’Agence coréenne de coopération internationale (Koica) a organisé, dimanche à la place Florence à Fès, une journée culturelle coréenne, destinée au public marocain intéressé par la culture et les traditions coréennes.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


- Train Cartoon

Leguide Voyage


Riad fez yamanda
Dans l’une des plus vieilles ruelles de la médina de Fes, se trouve le riad Fez yamanda. Décoré avec raffinement, son atmosphère chaleureuse et son confort subtil s’inscrivent dans la philosophie de la sauvgarde des joyaux de la médina de Fes