Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui Le Maroc, il y a 7 mois

«Orient Fantasmé» : Pour une réappropriation du corps et des codes.
Elle rassemble des affiches orientalistes et des œuvres d’artistes contemporaines

Après l’exposition «Ajammar», le Musée de la fondation Slaoui accueille cette fois-ci «Orient Fantasmé». C’est une exposition inédite rassemblant des affiches orientalistes de la collection du Musée et des œuvres d’artistes contemporaines. «En imaginant un dialogue entre affiches d’époque coloniale et création contemporaine, l’exposition dessine une analyse des codes de représentation utilisés dans la construction par l’image d’un certain Orient», explique à ce sujet Laura Scemama, commissaire de cette exposition et directrice du Musée Slaoui. Et d’ajouter que «les affiches publicitaires des années 1930 à 1960, vantant les colonies aux peuples européens, reflètent cette construction de l’Orient par l’Occident. Diffusées en masse, les «réclames» ont contribué à la création d’un Autre fantasmé, exotisé et bien souvent essentialisé. Les artistes contemporaines marocaines et tunisiennes présentées dans l’exposition empruntent, quant à elles, l’imagerie de l’Autre pour questionner leur propre condition aujourd’hui et à travers l’histoire et penser une (ré)-appropriation du corps et des codes».

De ce fait, le public découvrira les œuvres de la Tunisienne Héla Ammar. Son travail photographique questionne les notions de mémoire et d’identité par-delà les références et conventions sociales, politiques et religieuses. Co-auteur, d’une enquête sur les couloirs de la mort en Tunisie (2013), elle a ensuite développé un ensemble d’installations sonores et visuelles dépeignant pour la première fois l’univers carcéral tunisien. On retrouve également l’artiste franco-marocaine Yasmina Bouziane.

A travers sa série d’autoportraits «Inhabited by Imaginings We Did Not Choose», elle restaure l’intégrité des Marocaines qui, jadis, furent photographiées pour le recensement des différentes physionomies arabes. Le titre lui-même, «Habités par des imaginations que nous n’avions pas choisies», correspond à une thèse critique. La série se présente comme une courte histoire visuelle. À la façon des cartes postales anciennes, usant de la mise en scène du studio, la photographe incarne devant son objectif tous les rôles, du modèle à celui de photographe. L’exposition donne également à voir la Marocaine Lalla Essaydi. Cette artiste utilise différents médiums dont notamment la peinture, la calligraphie, l’installation, la photographie argentique et la vidéo, au travers desquelles elle questionne les images de l’identité féminine arabe avec grâce et élégance. Lalla Essaydi vit actuellement aux Etats-Unis. Elle est titulaire d’un Master of Fine Arts de la prestigieuse School of the Museum of Fine Arts – Tufts University, elle reçoit, en 2012, la SMFA Medal Award du Museum of Fine Arts de Boston pour son influence dans le monde de l’art. En dix ans seulement, elle a réussi à gravir les échelons du succès, en entrant dans les plus grandes collections et musées du monde. L’exposition «Orient Fantasmé» est visible jusqu’au 29 septembre 2018.



En savoir plus
Lire aussi

ArtspaceCasablanca, une nouvelle vision de l’art.

L’idée germe depuis longtemps dans la tête des trois initiateurs. Très soudés, les frères Amharech partagent aussi la même vision en matière d’art. Fruit de leur vision transgressive et non traditionnelle, leur galerie d’art se veut non conventionnelle.
Une exposition dédiée à sa «période africaine» : A la rencontre de Mohammed Kacimi au MuCEM de Marseille.

Le MuCEM de Marseille consacre une exposition en hommage au grand peintre marocain Mohammed Kacimi. Baptisée «Kacimi – 1993-2003, une transition africaine», cette exposition qui se déroule jusqu’au 3 mars 2019 se focalise sur les dernières années de la vie de l’artiste et sa «période africaine».
Bazar international de bienfaisance : c’est parti !

Le Cercle diplomatique de bienfaisance de Rabat organise le samedi 15 décembre son Bazar international de Bienfaisance au Théâtre National Mohammed V de Rabat. L’événement vise à collecter des fonds pour soutenir financièrement les ONG marocaines.
Patrimoine gnaoui : Essaouira assure la relève.

Le coup d'envoi de la 1ère édition du Festival «Génération Gnaoua des Jeunes», un événement éclectique dédié à la transmission de cet art musical ancestral aux générations montantes en vue de sa préservation et sa pérennisation, a été donné vendredi en début de soirée à Essaouira, avec l'organisation d'une parade de jeunes artistes.
Cycle des grands interprètes : la magie des sons par Célimène Daudet.

Après Anne Quéfflec et Alexandre Tharaud en début d’année, l’Institut français du Maroc invite Célimène Daudet à se produire du 7 au 15 décembre 2018 dans plusieurs villes du Maroc. Pour clôturer ce cycle de musique consacré aux grands interprètes, la pianiste proposera un récital composé notamment des Préludes de Debussy, en hommage au centenaire de la mort du compositeur.
clip indien de Fnaïre.

Engagé dans l'exportation de la culture marocaine, le groupe marrakchi Fnaïre met cette fois le cap sur l’Inde avec son dernier tube, une reprise de la célèbre chanson indienne “Dilbar”. Le trio est accompagné sur ce clip par Nora Fatehi, la star montante de Bollywood. En à peine cinq jours, la vidéo a amassé plus de 22 millions de vues.
Les produits des Mâalems marocains, stars du festival du Patrimoine Cheikh Zayed d’Abou Dhabi

Peaufinés avec une grande finesse par les doigts expérimentés des Mâalems marocains, les produits d'artisanat, exposés au pavillon marocain, ont envoûté un large public au Festival du Patrimoine Cheikh Zayed, qui se tient à Abou Dhabi, au Émirats arabes unis (EAU).
“Nuit des galeries”: vernissage à Fès d’une exposition de la calligraphie arabe.

Une exposition collective de la calligraphie arabe a été inaugurée, lundi à la Galerie Mohamed El Kacimi à Fès, à l'initiative de l'Association "Le Caméléon des arts plastiques".
Le Festival International du Film de Marrakech rend un hommage à Agnès Varda.

La 17ème édition du Festival International du Film de Marrakech a rendu, dimanche soir dans la Cité ocre, un hommage des plus appuyés à l’icône du cinéma français, Agnès Varda, qui a eu droit à l'Etoile d'Or du Festival, lors d’une cérémonie solennelle au sein du somptueux Palais des Congrès, en présence d’une palette de stars de cinéma et de grandes figures issues de divers horizons.
Le dernier livre de Chakib Guessous : Les nouvelles formes de conjugalité dans les pays arabes.

Le nouveau livre «Mariage et concubinage dans les pays arabes» de son auteur Chakib Guessous vient d’être publié par les éditions La Croisée des Chemins. Dans cette publication, l’écrivain aborde, selon la maison d’édition, «les formes nouvelles de conjugalité dans les pays arabes (Égypte, Maroc, pays du Golfe, Syrie et Tunisie) rendues licites afin de concilier les impératifs liés aux besoins naturels et ceux liés à la religion musulmane».



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - Parure GAMME CARTOON
Parure complète une place composée de couette + drap plat + drap housse + taie d’oreiller 690 Dh
Rideau assorti Dim.: 150x250 cm 199 Dh
Housse de couette + taie d’oreiller 395 Dh
Divers motifs disponibles

Leguide Voyage


Palais Gharnata
Ce lieu traditionnel accueille ses clients de père en fils depuis 1958 sur 2000m².
Derrière les lourdes portes se cachent une multitude d’endroit comme le patio grandiose, les divers salons pouvant accueillir jusqu’à 250 pers, ...