Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
le Matin, il y a 8 mois

Quel modèle économique pour le Maroc ? Les recommandations de la Banque mondiale
Dans un nouveau rapport, la Banque mondiale recommande au Maroc de s’orienter vers un modèle économique basé dans une plus large mesure sur les exportations, et dans lequel le secteur privé jouera un rôle plus important en tant que promoteur de la croissance et de l’emploi. Le modèle actuel fondé sur la demande intérieure, en particulier l’investissement public, montre des signes de faiblesse.

Malgré les dernières pluies et leur impact positif sur la campagne agricole, la Banque mondiale maintient inchangées ses prévisions de croissance pour le Maroc. Dans son dernier «Rapport de suivi de la situation économique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA)», publiée dans la nuit du 16 avril, l’institution de Bretton Woods table sur une augmentation de 3% du produit intérieur brut (PIB) marocain en 2018, soit 0,1 point de moins que la moyenne de la région MENA (3,1%). Pour la Banque, cette prévision pour le Maroc s’explique, d’une part, par la production céréalière qui retombera à son niveau moyen et, d’autre part, par le taux de croissance du PIB non agricole qui demeurera de 3% en l’absence de réformes structurelles plus décisives.

En clair, l’Institution estime que le modèle de croissance marocain montre des signes de faiblesse, «car sa viabilité est compromise par des obstacles qui pourraient, à divers degrés, entraver la poursuite des progrès». Aux yeux des économistes de la Banque mondiale, le modèle fondé sur la demande intérieure, en particulier l’investissement public, risque de ne pas produire de résultats en l’absence d’une forte augmentation de retombées positives des investissements et de la productivité. «La croissance observée au cours des 20 dernières années a essentiellement résulté de l’accumulation de capitaux publics, parfois dans le cadre d’opérations conjointes donnant lieu à des investissements étrangers directs dans les entreprises d’État qu’il sera difficile de soutenir sans accroissement de la productivité locale des facteurs», soulignent les experts de l’Institution. «Il importe donc que le Maroc s’oriente vers un modèle tiré dans une plus large mesure par les exportations, dans lequel le secteur privé joue un rôle plus important en tant que promoteur de la croissance et de l’emploi», préconisent-ils. En attendant de changement de modèle, l’économie marocaine n’a pas les capacités nécessaires pour générer une croissance inclusive, selon la Banque mondiale. Pour elle, la lenteur de la création d’emplois et les obstacles à l’entrée sont à l’origine de l’important chômage des jeunes et des personnes instruites.

La population en âge de travailler augmente de 300.000 personnes par an, les 129.000 emplois créés, pour une meilleure année, ne suffisent pas. Le taux de chômage des jeunes est deux fois plus élevé que celui de la population totale. Il s’est aggravé dans les zones urbaines depuis la crise financière pour passer de 31,3% en 2010 à 41% en 2016. «La persistance des facteurs de vulnérabilité et le manque d’inclusion continuent d’être les principaux défis que doit surmonter l’économie marocaine. Ils sont étroitement liés à l’absence d’institutions du marché inclusives et contestables, aux défaillances de la gouvernance du secteur public et au manque de formation de capital humain et de possibilités de trouver des emplois productifs ou de monter des entreprises dans des zones urbaines», estiment les économistes de la Banque. Pour conclure, les perspectives économiques du Maroc devraient s’améliorer à moyen terme (3,5% en 2019 et 3,7% en 2020) «à condition que les autorités demeurent déterminées à poursuivre des réformes approfondies et générales». Cela porte notamment sur la poursuite du rééquilibrage des finances publiques, la souplesse de la gestion du régime de change ainsi que la mise en œuvre de réformes structurelles dans des domaines essentiels. Entre autres, il est recommandé une réforme fiscale généralisée, avec la réduction des exonérations, des taux d’imposition des sociétés ainsi que le renforcement du recouvrement des contributions fiscales des personnes travaillant pour leur propre compte et les professions libérales. À noter que les prévisions de la Banque mondiale pour le Maroc en 2018 se situent entre celles des institutions nationales et internationales, dont 2,8% prévus par le HCP, 3,1% par le Fonds monétaire international et la Banque africaine de développement, 3,2% par le gouvernement et 3,3% par Bank Al-Maghrib et le Centre marocain de conjoncture.



Lire Source
Lire aussi

Comment la région du Souss-Massa compte- t-elle booster ses produits artisanaux ?

L’Agence régionale d’exécution des projets pointe du doigt la qualité des produits, le manque d’infrastructure dédiée à l’organisation, à la gestion, à la mise à niveau et à la qualification des ressources humaines.
Règlement général de construction : les professionnels déçus.

Hormis l’éviction de la Protection civile, le reste du texte est, selon des promoteurs, une reprise de l’ancienne version. Pour le ministère de tutelle, le RGC renforce la responsabilisation des acteurs dans le processus d’octroi des autorisations de construire.
Confiance des ménages marocains: Baisse de l’ICM au 4ème trimestre 2018.

L'indice de confiance des ménages (ICM), dont les composantes portent sur l'évolution du niveau de vie, du chômage, de l'opportunité à effectuer des achats de biens durables et de la situation financière, s'est établi à 79,8 points au 4ème trimestre 2018, contre 85,9 points une année plus tôt, estime le Haut-Commissariat au Plan (HCP).
La Banque mondiale relève ses estimations de croissance pour le Maroc.

La Banque mondiale (BM) a relevé ses estimations de croissance pour l'économie marocaine à 3,2% en 2018, en hausse de 0,2% par rapport à ses prévisions de juin dernier.
Marché de l’automobile – Nouveau record : Plus de 177.000 véhicules vendus en 2018

Les ventes de véhicules particuliers (VP) et des véhicules utilitaires (VUL) ont marqué des progressions respectives de 5% et de 6,8%.
Transport urbain à Marrakech : les nouvelles règles du jeu.

L’ouverture des plis prévue le 7 janvier est reportée de trente jours. Une flotte complètement neuve exigée au bout d’une année n La région et le ministère de l’intérieur impliqués dans la gestion du processus d’adjudication.
Société Générale Maroc : nouvelle organisation, pas d’introduction en Bourse.

Voici les grandes lignes du nouveau plan stratégique de Société Générale Maroc présenté hier à la presse.
Tourisme : année record pour Essaouira en 2018.

La ville d'Essaouira a enregistré durant l'année qui vient de s'achever un record historique en termes d'affluence touristique, ce qui traduit la « bonne santé » de l'activité touristique, alors que les opérateurs de ce secteur névralgique aspirent à une année 2019 qui soit fort prometteuse.
ANP : Un investissement de 3,1 milliards de dirhams pour 2019-2021.

L’agence a tenu son conseil d’administration à Rabat...
Compact II du Millennium Challenge : Une première année réussie.

Le Compact II du Millennium Challenge a bouclé, en 2018, sa première année d’exécution. Les projets engagés dans le cadre des deux composantes du programme connaissent une cadence soutenue.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


NAIR - Bandes de cire froides
spéciale visage x20 / spéciale corps x12

Leguide Voyage


Riad El Yacout
Riad El Yacout est un riad à Fès ou une maison d'hôte située au coeur de la médina de Fès, restaurée dans les règles de l’art et de la tradition par les artisans de Fès, ville classée patrimoine universel au Maroc.