Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
le Matin, il y a 1 mois

Quel modèle économique pour le Maroc ? Les recommandations de la Banque mondiale
Dans un nouveau rapport, la Banque mondiale recommande au Maroc de s’orienter vers un modèle économique basé dans une plus large mesure sur les exportations, et dans lequel le secteur privé jouera un rôle plus important en tant que promoteur de la croissance et de l’emploi. Le modèle actuel fondé sur la demande intérieure, en particulier l’investissement public, montre des signes de faiblesse.

Malgré les dernières pluies et leur impact positif sur la campagne agricole, la Banque mondiale maintient inchangées ses prévisions de croissance pour le Maroc. Dans son dernier «Rapport de suivi de la situation économique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA)», publiée dans la nuit du 16 avril, l’institution de Bretton Woods table sur une augmentation de 3% du produit intérieur brut (PIB) marocain en 2018, soit 0,1 point de moins que la moyenne de la région MENA (3,1%). Pour la Banque, cette prévision pour le Maroc s’explique, d’une part, par la production céréalière qui retombera à son niveau moyen et, d’autre part, par le taux de croissance du PIB non agricole qui demeurera de 3% en l’absence de réformes structurelles plus décisives.

En clair, l’Institution estime que le modèle de croissance marocain montre des signes de faiblesse, «car sa viabilité est compromise par des obstacles qui pourraient, à divers degrés, entraver la poursuite des progrès». Aux yeux des économistes de la Banque mondiale, le modèle fondé sur la demande intérieure, en particulier l’investissement public, risque de ne pas produire de résultats en l’absence d’une forte augmentation de retombées positives des investissements et de la productivité. «La croissance observée au cours des 20 dernières années a essentiellement résulté de l’accumulation de capitaux publics, parfois dans le cadre d’opérations conjointes donnant lieu à des investissements étrangers directs dans les entreprises d’État qu’il sera difficile de soutenir sans accroissement de la productivité locale des facteurs», soulignent les experts de l’Institution. «Il importe donc que le Maroc s’oriente vers un modèle tiré dans une plus large mesure par les exportations, dans lequel le secteur privé joue un rôle plus important en tant que promoteur de la croissance et de l’emploi», préconisent-ils. En attendant de changement de modèle, l’économie marocaine n’a pas les capacités nécessaires pour générer une croissance inclusive, selon la Banque mondiale. Pour elle, la lenteur de la création d’emplois et les obstacles à l’entrée sont à l’origine de l’important chômage des jeunes et des personnes instruites.

La population en âge de travailler augmente de 300.000 personnes par an, les 129.000 emplois créés, pour une meilleure année, ne suffisent pas. Le taux de chômage des jeunes est deux fois plus élevé que celui de la population totale. Il s’est aggravé dans les zones urbaines depuis la crise financière pour passer de 31,3% en 2010 à 41% en 2016. «La persistance des facteurs de vulnérabilité et le manque d’inclusion continuent d’être les principaux défis que doit surmonter l’économie marocaine. Ils sont étroitement liés à l’absence d’institutions du marché inclusives et contestables, aux défaillances de la gouvernance du secteur public et au manque de formation de capital humain et de possibilités de trouver des emplois productifs ou de monter des entreprises dans des zones urbaines», estiment les économistes de la Banque. Pour conclure, les perspectives économiques du Maroc devraient s’améliorer à moyen terme (3,5% en 2019 et 3,7% en 2020) «à condition que les autorités demeurent déterminées à poursuivre des réformes approfondies et générales». Cela porte notamment sur la poursuite du rééquilibrage des finances publiques, la souplesse de la gestion du régime de change ainsi que la mise en œuvre de réformes structurelles dans des domaines essentiels. Entre autres, il est recommandé une réforme fiscale généralisée, avec la réduction des exonérations, des taux d’imposition des sociétés ainsi que le renforcement du recouvrement des contributions fiscales des personnes travaillant pour leur propre compte et les professions libérales. À noter que les prévisions de la Banque mondiale pour le Maroc en 2018 se situent entre celles des institutions nationales et internationales, dont 2,8% prévus par le HCP, 3,1% par le Fonds monétaire international et la Banque africaine de développement, 3,2% par le gouvernement et 3,3% par Bank Al-Maghrib et le Centre marocain de conjoncture.



Lire Source
Lire aussi

L’expertise automobile gangrenée par les pratiques malsaines.

Près de la moitié des propositions de remboursement des sinistres contestée par les assurés. Une trentaine d’experts assermentés mis en cause par la direction des affaires civiles. L’absence de conditions d’accès au métier facilite l’entrée de praticiens peu scrupuleux et les manquements à la déontologie.
Logement : la demande frémit à Casablanca et Rabat.

La baisse du coût de financement bancaire et la stabilisation des prix incitent à l’achat. Le retour prématuré des MRE en raison de Ramadan contribue également à l’animation du marché. A Casablanca, la demande est concentrée sur Bouskoura et Dar Bouazza.
Produits phytosanitaires : les bonnes affaires de Syngenta au Maroc .

Syngenta a engrangé 319 millions de dollars en Afrique, dont 50 millions au Maroc. Pour contrecarrer la concurrence de plus en plus forte des fabricants de génériques, l’entreprise enrichit son offre de produits par un accompagnement des agriculteurs dans les régions.
Hôteliers et voyagistes déroulent le tapis rouge aux touristes chinois.

En 2017, 120 000 touristes chinois ont visité le Maroc. Menus en mandarin, cartes asiatiques et du personnel qui parle la langue : les hôtels se conforment à leurs exigences. Quatre restaurants asiatiques, dont deux sont tenus par des Chinois, ont ouvert à Fès.
Le Japon consolide sa coopération avec le Maroc .

L’amélioration de la compétitivité économique et l’établissement d’une croissance durable, la réduction des disparités régionales et spatiales et la coopération Sud-Sud triangulaire Japon-Maroc-Afrique sont les trois axes du partenariat. Le Japon a accordé au Maroc un prêt concessionnel de 435 MDH pour la construction d’un navire océanographique et de recherche halieutique
Sécurité informatique : les grands groupes font confiance aux marques, les PME sont à la traîne.

Une quinzaine d’acteurs se partagent un marché essentiellement constitué de grands groupes. Des solutions efficaces à moindre coût développées par des start-up, ou en open source, sont disponibles. Les multinationales essaient d’investir le créneau des PME/TPE avec des solutions bon marché.
CMI lance le paiement multicanal des taxes locales .

Le Centre monétique interbancaire (CMI) a lancé, en partenariat avec la Trésorerie Générale du Royaume (TGR), le paiement multicanal des locales 2018.
Élection CGEM: M. Mezouar présente les grandes lignes de son programme « Un élan pour tous ».

Le candidat à la présidence de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar, a présenté, mardi à Casablanca, avec son colistier Fayçal Mekouar, sa vision pour le développement des sociétés nationales et les grandes lignes de son programme placé sous le signe « Un élan pour tous ».
ADNOC et OCP annoncent la création d’une joint-venture de production d’engrais .

Le Groupe OCP et Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC) collaboreront pour la création d’une joint-venture (JV) de production d’engrais de classe mondiale.
Prêt-à-porter féminin : Monarqueo compte investir 100 MDH d’ici 2023.

L’enseigne 100% marocaine ambitionne de développer une offre haut de gamme et accessible. Elle compte développer très rapidement un réseau de 10 boutiques dans les grandes villes du pays n Le façonnage est pour l’instant confié à un sous-traitant local. La société a décidé d’ouvrir sa propre usine en 2019.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - Salle à manger ENVY
Réf.: ENVY 2 4 5
Set Table + 6 chaises
Bois massif OAK
Dim. Table : 83x147 cm

Leguide Voyage


Golf Club Med Les Dunes
Découvrez un parcours amusant à jouer autant pour les débutants que pour les professionnels ! Situé à 10 min du centre d'Agadir, Le Golf des Dunes du Club Méditerranéen dispose de 27 trous (trois 9-trous par 36 combinables). Un parcours dessiné par Cabell Robinson, un élève de Robert Trent Jones.