Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
le Matin, il y a 6 mois

Quel modèle économique pour le Maroc ? Les recommandations de la Banque mondiale
Dans un nouveau rapport, la Banque mondiale recommande au Maroc de s’orienter vers un modèle économique basé dans une plus large mesure sur les exportations, et dans lequel le secteur privé jouera un rôle plus important en tant que promoteur de la croissance et de l’emploi. Le modèle actuel fondé sur la demande intérieure, en particulier l’investissement public, montre des signes de faiblesse.

Malgré les dernières pluies et leur impact positif sur la campagne agricole, la Banque mondiale maintient inchangées ses prévisions de croissance pour le Maroc. Dans son dernier «Rapport de suivi de la situation économique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA)», publiée dans la nuit du 16 avril, l’institution de Bretton Woods table sur une augmentation de 3% du produit intérieur brut (PIB) marocain en 2018, soit 0,1 point de moins que la moyenne de la région MENA (3,1%). Pour la Banque, cette prévision pour le Maroc s’explique, d’une part, par la production céréalière qui retombera à son niveau moyen et, d’autre part, par le taux de croissance du PIB non agricole qui demeurera de 3% en l’absence de réformes structurelles plus décisives.

En clair, l’Institution estime que le modèle de croissance marocain montre des signes de faiblesse, «car sa viabilité est compromise par des obstacles qui pourraient, à divers degrés, entraver la poursuite des progrès». Aux yeux des économistes de la Banque mondiale, le modèle fondé sur la demande intérieure, en particulier l’investissement public, risque de ne pas produire de résultats en l’absence d’une forte augmentation de retombées positives des investissements et de la productivité. «La croissance observée au cours des 20 dernières années a essentiellement résulté de l’accumulation de capitaux publics, parfois dans le cadre d’opérations conjointes donnant lieu à des investissements étrangers directs dans les entreprises d’État qu’il sera difficile de soutenir sans accroissement de la productivité locale des facteurs», soulignent les experts de l’Institution. «Il importe donc que le Maroc s’oriente vers un modèle tiré dans une plus large mesure par les exportations, dans lequel le secteur privé joue un rôle plus important en tant que promoteur de la croissance et de l’emploi», préconisent-ils. En attendant de changement de modèle, l’économie marocaine n’a pas les capacités nécessaires pour générer une croissance inclusive, selon la Banque mondiale. Pour elle, la lenteur de la création d’emplois et les obstacles à l’entrée sont à l’origine de l’important chômage des jeunes et des personnes instruites.

La population en âge de travailler augmente de 300.000 personnes par an, les 129.000 emplois créés, pour une meilleure année, ne suffisent pas. Le taux de chômage des jeunes est deux fois plus élevé que celui de la population totale. Il s’est aggravé dans les zones urbaines depuis la crise financière pour passer de 31,3% en 2010 à 41% en 2016. «La persistance des facteurs de vulnérabilité et le manque d’inclusion continuent d’être les principaux défis que doit surmonter l’économie marocaine. Ils sont étroitement liés à l’absence d’institutions du marché inclusives et contestables, aux défaillances de la gouvernance du secteur public et au manque de formation de capital humain et de possibilités de trouver des emplois productifs ou de monter des entreprises dans des zones urbaines», estiment les économistes de la Banque. Pour conclure, les perspectives économiques du Maroc devraient s’améliorer à moyen terme (3,5% en 2019 et 3,7% en 2020) «à condition que les autorités demeurent déterminées à poursuivre des réformes approfondies et générales». Cela porte notamment sur la poursuite du rééquilibrage des finances publiques, la souplesse de la gestion du régime de change ainsi que la mise en œuvre de réformes structurelles dans des domaines essentiels. Entre autres, il est recommandé une réforme fiscale généralisée, avec la réduction des exonérations, des taux d’imposition des sociétés ainsi que le renforcement du recouvrement des contributions fiscales des personnes travaillant pour leur propre compte et les professions libérales. À noter que les prévisions de la Banque mondiale pour le Maroc en 2018 se situent entre celles des institutions nationales et internationales, dont 2,8% prévus par le HCP, 3,1% par le Fonds monétaire international et la Banque africaine de développement, 3,2% par le gouvernement et 3,3% par Bank Al-Maghrib et le Centre marocain de conjoncture.



Lire Source
Lire aussi

Les cigarettes lourdement taxées dans le projet de loi de Finances : 10 DH par paquet pour les blondes et 7 DH pour le segment low.

Bonne nouvelle pour les fumeurs: ils vont certainement devoir réduire leur consommation puisque les prix des cigarettes risquent de subir de fortes hausses en 2019. Dans le projet de loi de Finances, il est prévu, en effet, des augmentations de la composante TIC dans le prix du paquet.
Le PIB touristique dépasse les 72 milliards de dirhams.

Le PIB du tourisme s'est élevé à 72,4 milliards de dirhams (MMDH) en 2017 contre 66,9 MMDH un an plus tôt, soit une progression de 8,3%, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).
Casa-Settat: Les détails de l'étude "Post-création" des entreprises.

Un tiers des entreprises immatriculées via le CRI de Casablanca-Settat ne dépasse guère les cinq ans d’existence, selon une étude sur le parcours Post-création des entreprises créées dans la région.
La BID édite son modèle de coopération Sud-Sud.

Elwalid Abdelaal Hamour, directeur du hub régional de la BID à Rabat (à gauche), et Mohamed Methqal, ambassadeur, DG de l’Amci (Agence marocaine de coopération internationale), lors de la cérémonie de lancement de la publication la semaine dernière.
Filière pommier : Filière pommier Lancement de plusieurs projets de valorisation à Taroudant

La province de Taroudant a vu, vendredi, le lancement d’une série de projets de valorisation de la filière du pommier, dans le cadre d’un vaste programme visant le renforcement de l’apport de l’arboriculture et des produits du terroir au développement socio-économique local.
FMI : Menaces sur la croissance mondiale.

La directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a indiqué jeudi à Bali que des guerres commerciales de plus en plus accentuées menacent fortement l'avenir de l'économie mondiale.
Saham-Sanlam : l’acquisition finalisée.

Sanlam et Santam annoncent officiellement la finalisation de l’opération d’acquisition de la participation restante de 53,37% de SAHAM Finances.
Une Franco-Marocaine à la tête d'un des plus grands groupes industriels d'Europe

La Franco-Marocaine Ilham Kadiri prendra les commandes de Solvay, un des plus grands groupes industriels européens et leader de la chimie mondiale dans moins de 5 mois.
Inégalités sociales, toujours plus profondes.

139 programmes couvrant des domaines variés tels que l’éducation, la santé, la lutte contre la pauvreté, l’emploi…
Aquaculture. 23 nouveaux projets d’investissement retenus.

23 projets aquacoles de 400MDH vont être réalisés au Souss Massa. Ce sont les résultats des appels à manifestation d’intérêt lancés par l’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture dans ladite région, entre le 27 décembre 2017 et 27 mai 2018.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


- Train à batterie

Leguide Voyage


L' Entrecôte
Ce restaurant est réputé pour sa délicieuse gastronomie. Il offre ainsi une atmosphère dans les tons des menus proposés et demeure une valeur sûre dans le domaine de la cuisine et de la restauration à Rabat.