Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
le Matin, il y a 3 mois

Quel modèle économique pour le Maroc ? Les recommandations de la Banque mondiale
Dans un nouveau rapport, la Banque mondiale recommande au Maroc de s’orienter vers un modèle économique basé dans une plus large mesure sur les exportations, et dans lequel le secteur privé jouera un rôle plus important en tant que promoteur de la croissance et de l’emploi. Le modèle actuel fondé sur la demande intérieure, en particulier l’investissement public, montre des signes de faiblesse.

Malgré les dernières pluies et leur impact positif sur la campagne agricole, la Banque mondiale maintient inchangées ses prévisions de croissance pour le Maroc. Dans son dernier «Rapport de suivi de la situation économique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA)», publiée dans la nuit du 16 avril, l’institution de Bretton Woods table sur une augmentation de 3% du produit intérieur brut (PIB) marocain en 2018, soit 0,1 point de moins que la moyenne de la région MENA (3,1%). Pour la Banque, cette prévision pour le Maroc s’explique, d’une part, par la production céréalière qui retombera à son niveau moyen et, d’autre part, par le taux de croissance du PIB non agricole qui demeurera de 3% en l’absence de réformes structurelles plus décisives.

En clair, l’Institution estime que le modèle de croissance marocain montre des signes de faiblesse, «car sa viabilité est compromise par des obstacles qui pourraient, à divers degrés, entraver la poursuite des progrès». Aux yeux des économistes de la Banque mondiale, le modèle fondé sur la demande intérieure, en particulier l’investissement public, risque de ne pas produire de résultats en l’absence d’une forte augmentation de retombées positives des investissements et de la productivité. «La croissance observée au cours des 20 dernières années a essentiellement résulté de l’accumulation de capitaux publics, parfois dans le cadre d’opérations conjointes donnant lieu à des investissements étrangers directs dans les entreprises d’État qu’il sera difficile de soutenir sans accroissement de la productivité locale des facteurs», soulignent les experts de l’Institution. «Il importe donc que le Maroc s’oriente vers un modèle tiré dans une plus large mesure par les exportations, dans lequel le secteur privé joue un rôle plus important en tant que promoteur de la croissance et de l’emploi», préconisent-ils. En attendant de changement de modèle, l’économie marocaine n’a pas les capacités nécessaires pour générer une croissance inclusive, selon la Banque mondiale. Pour elle, la lenteur de la création d’emplois et les obstacles à l’entrée sont à l’origine de l’important chômage des jeunes et des personnes instruites.

La population en âge de travailler augmente de 300.000 personnes par an, les 129.000 emplois créés, pour une meilleure année, ne suffisent pas. Le taux de chômage des jeunes est deux fois plus élevé que celui de la population totale. Il s’est aggravé dans les zones urbaines depuis la crise financière pour passer de 31,3% en 2010 à 41% en 2016. «La persistance des facteurs de vulnérabilité et le manque d’inclusion continuent d’être les principaux défis que doit surmonter l’économie marocaine. Ils sont étroitement liés à l’absence d’institutions du marché inclusives et contestables, aux défaillances de la gouvernance du secteur public et au manque de formation de capital humain et de possibilités de trouver des emplois productifs ou de monter des entreprises dans des zones urbaines», estiment les économistes de la Banque. Pour conclure, les perspectives économiques du Maroc devraient s’améliorer à moyen terme (3,5% en 2019 et 3,7% en 2020) «à condition que les autorités demeurent déterminées à poursuivre des réformes approfondies et générales». Cela porte notamment sur la poursuite du rééquilibrage des finances publiques, la souplesse de la gestion du régime de change ainsi que la mise en œuvre de réformes structurelles dans des domaines essentiels. Entre autres, il est recommandé une réforme fiscale généralisée, avec la réduction des exonérations, des taux d’imposition des sociétés ainsi que le renforcement du recouvrement des contributions fiscales des personnes travaillant pour leur propre compte et les professions libérales. À noter que les prévisions de la Banque mondiale pour le Maroc en 2018 se situent entre celles des institutions nationales et internationales, dont 2,8% prévus par le HCP, 3,1% par le Fonds monétaire international et la Banque africaine de développement, 3,2% par le gouvernement et 3,3% par Bank Al-Maghrib et le Centre marocain de conjoncture.



Lire Source
Lire aussi

La Bourse de Casablanca entame la semaine en légère baisse.

La Bourse de Casablanca a débuté la semaine en légère baisse, dû en partie à la mauvaise performance affichée par les secteurs "Participation et Promotion immobilières" et "Sylviculture & Papier".
Classement : Tanger-Med, 1er port à conteneurs en Afrique.

Le port Tanger Med se hisse en première position en Afrique et 45ème parmi les 500 ports à conteneurs du monde, à en croire le dernier classement de référence du "World Top Container Ports" de la revue spécialisée "Container Management".
Croissance mondiale : La BCE met en garde contre une montée du protectionnisme.

Les dangers qui guettent la croissance mondiale pourraient s’aggraver avec la montée du protectionnisme, alors que la menace d’un relèvement des droits de douane américains continue de saper la confiance des marchés, relève jeudi la Banque centrale européenne (BCE).
Dakhla : Bientôt des circuits touristiques spécifiques pour l’artisanat.

La ville de Dakhla sera dotée de circuits d’artisanat adossés aux circuits touristiques à la région Dakhla-Oued Eddahab pour enrichir l’offre culturelle et touristique de la perle du Sud.
Tanger-Med, premier port à conteneurs en Afrique.

Tanger Med vient de conforter sa position dans le top 50 mondial des ports à conteneurs, se classant 1er en Afrique et 45ème au monde.
Profit warning pour le spécialiste de la peinture Colorado.

L'industriel Colorado a émis un profit warning le 3 août. Le spécialiste de la peinture s'attend à une baisse du son résultat net au titre du premier semestre 2018
Hausse du commerce extérieur de marchandises.

Le commerce extérieur de marchandises au Maroc a progressé de 7,8% à 685,8 milliards de dirhams (MMDH) contre 636,2 MMDH en 2016, selon l'Office des changes.
Au Maroc, l’électrification a fait "des bonds de géant" (BAD).

En 20 ans, l'électrification au Maroc a fait "des bonds de géant" jusqu’à assurer une couverture quasi-totale du territoire et permettre au pays d'apparaître comme un "pionnier" des énergies renouvelables en Afrique, selon la Banque africaine de développement (BAD)
La CGI signe une charte de partenariat avec les notaires.

La Compagnie générale immobilière (CGI), filiale du Groupe CDG, et le Conseil national de l’Ordre des notaires du Maroc (CNONM) ont procédé récemment à Rabat à la signature d’une charte de partenariat.
Béni Mellal-Khenifra : 2,2 milliards de dirhams d’investissements au 1er semestre 2018.

La commission régionale d’investissement de Béni Mellal-Khenifra a approuvé, lors du premier semestre 2018, un total de 50 projets avec un investissement global de 2,2 milliards de dirhams, devant créer 2.080 emplois fixes et directs.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Samsung - ES55
- Compact
- 10,2 Mégapixels
- Zoom optique x3
- Ecran LCD 2,5 pcs

Leguide Voyage


Atlas Medina & Spa
Situé au cœur de l’Hivernage, dans la ville mythique et orientale, l’hôtel Riad Médina & Spa, fleuron de notre chaîne, vous convie à des moments privilégiés dans un cadre au charme unique, mélange délicat d’architecture mauresque et Années 30.