Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La vie éco, il y a 3 mois

Le Dirham est quasi stable depuis l’entame du processus de flexibilisation des changes .
Depuis le 15 Janvier, Bank Al-Maghrib n’est pas intervenu durant plus de la moitié des séances. Une flexibilisation plus prononcée du taux de change permettrait de limiter la pression sur les réserves de change, selon BMCE Capital research.

La décision de rendre la monnaie nationale flexible dans une fourchette de 2,5% à la hausse comme à la baisse, contre 0,3%, a fait jazzer plus d’un. Trois mois plus tard, aucun impact négatif n’est constaté, que ce soit sur la valeur du Dirham ou sur les réserves de change. Dans sa dernière note «Flexibilité du dirham : bilan de lancement», Attijari Global research avance que l’évolution de l’euro/dollar avec celle de l’euro/dirham reflète une corrélation significative des deux parités. Depuis la flexibilisation du Dirham, la parité de la monnaie nationale face à l’Euro suit parfaitement la tendance de l’Euro, avec une moindre volatilité, conformément au poids important de l’Euro (60%) comparativement au Dollar (40%). En clair, l’Euro s’est apprécié de 1,3% face au Dollar et de 0,6% face au MAD. Globalement, le niveau de corrélation des deux parités EUR/USD et EUR/MAD est de 0,986. Suivant cette même logique, la corrélation entre EUR/USD et USD/MAD est parfaitement négative à – 0,993.

De même, les adjudications n’ont pas affiché d’évolutions notables. Depuis le 15 janvier, Bank Al-Maghrib n’est pas intervenu durant plus de la moitié des séances (53%). Sa moyenne quotidienne d’intervention est de 5,6 millions de dollars, ce qui représente, selon nos estimations, près de 27,3% des échanges interbancaires sur le marché domestique.

Sur le plan économique, BMCE Capital Research rapporte dans sa note «Impact de la flexibilisation du Dirham sur l’économie marocaine», que selon Abdellatif Jouahri, gouverneur de BAM, l’impact sur le taux de croissance serait de 0,2 pt et de 0,4 pt sur l’inflation en 2018, et ce, dans l’hypothèse d’une dépréciation maximale de 2,5%. Ce qui contiendrait l’inflation à 1,9% la même année. Pour certains produits, comme le gasoil, le tarif pourrait connaître une légère hausse de 0,15 DH par litre.

Un défi, l’augmentation des taux d’intégration locale pour capter plus de valeur ajoutée

Cependant, à des étapes plus avancées, une flexibilisation plus marquée du taux de change pourrait avoir plusieurs impacts sur l’économie marocaine. «Il est difficile d’avoir une certitude sur l’implication d’une plus grande flexibilité de change sur la valeur du Dirham. Néanmoins, une dépréciation serait plus envisageable», affirment les rédacteurs de la note de BMCE Capital Research.

Pour rappel, la réforme a pour but d’améliorer la compétitivité de l’économie marocaine et donc la dépréciation reste un outil fondamental à la poursuite de cet objectif. De plus, une flexibilisation plus prononcée du taux de change permettrait de limiter la pression sur les réserves de change car celles-ci ne seront plus utilisées pour maintenir un régime de fixité. Elles pourraient ainsi être utilisées dans l’éventualité de crises de liquidités, dans le cas où l’endettement à court terme devait dépasser les réserves de change.

Selon BMCE Capital research, la dépréciation du Dirham augmenterait la compétitivité-prix des exportations à travers la baisse du prix des produits exportés. Ce qui induirait une hausse des exportations marocaines et une meilleure intégration au sein de l’économie mondiale. Néanmoins, la dépréciation serait également accompagnée d’une hausse du prix des produits importés. Plusieurs effets sont escomptés dans ce cas, à savoir une redirection de la consommation interne vers le marché local pour des produits substituables, d’où une baisse du volume des importations ; ou, à défaut, un alourdissement de la facture, notamment pour les importateurs des produits énergétiques. Du coup, l’économie marocaine ferait face à une inflation importée menant à un affaiblissement du pouvoir d’achat et de la consommation des ménages. Et cela sans oublier la hausse du coût de production de certaines entreprises, qui, par là, induirait une baisse des exportations.

La diversification des exportations -phosphates, agroalimentaire, textiles et surtout automobiles, aéronautique et services offshoring- devrait donc permettre au pays de réussir la transformation de l’économie. Reste un défi à relever, celui d’augmenter les taux d’intégration locale par activité afin de capter encore plus de valeur ajoutée et réduire les importations correspondantes

En savoir plus
Lire aussi

La Banque Atlantique, filiale du groupe marocain BCP, déploie sa nouvelle identité visuelle au Mali.

La Banque Atlantique, filiale du groupe marocain Banque Centrale populaire (BCP), a annoncé, mardi, le déploiement de sa nouvelle identité visuelle au Mali.
La Bourse de Casablanca entame la semaine en légère baisse.

La Bourse de Casablanca a débuté la semaine en légère baisse, dû en partie à la mauvaise performance affichée par les secteurs "Participation et Promotion immobilières" et "Sylviculture & Papier".
Classement : Tanger-Med, 1er port à conteneurs en Afrique.

Le port Tanger Med se hisse en première position en Afrique et 45ème parmi les 500 ports à conteneurs du monde, à en croire le dernier classement de référence du "World Top Container Ports" de la revue spécialisée "Container Management".
Croissance mondiale : La BCE met en garde contre une montée du protectionnisme.

Les dangers qui guettent la croissance mondiale pourraient s’aggraver avec la montée du protectionnisme, alors que la menace d’un relèvement des droits de douane américains continue de saper la confiance des marchés, relève jeudi la Banque centrale européenne (BCE).
Dakhla : Bientôt des circuits touristiques spécifiques pour l’artisanat.

La ville de Dakhla sera dotée de circuits d’artisanat adossés aux circuits touristiques à la région Dakhla-Oued Eddahab pour enrichir l’offre culturelle et touristique de la perle du Sud.
Tanger-Med, premier port à conteneurs en Afrique.

Tanger Med vient de conforter sa position dans le top 50 mondial des ports à conteneurs, se classant 1er en Afrique et 45ème au monde.
Profit warning pour le spécialiste de la peinture Colorado.

L'industriel Colorado a émis un profit warning le 3 août. Le spécialiste de la peinture s'attend à une baisse du son résultat net au titre du premier semestre 2018
Hausse du commerce extérieur de marchandises.

Le commerce extérieur de marchandises au Maroc a progressé de 7,8% à 685,8 milliards de dirhams (MMDH) contre 636,2 MMDH en 2016, selon l'Office des changes.
Au Maroc, l’électrification a fait "des bonds de géant" (BAD).

En 20 ans, l'électrification au Maroc a fait "des bonds de géant" jusqu’à assurer une couverture quasi-totale du territoire et permettre au pays d'apparaître comme un "pionnier" des énergies renouvelables en Afrique, selon la Banque africaine de développement (BAD)
La CGI signe une charte de partenariat avec les notaires.

La Compagnie générale immobilière (CGI), filiale du Groupe CDG, et le Conseil national de l’Ordre des notaires du Maroc (CNONM) ont procédé récemment à Rabat à la signature d’une charte de partenariat.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Samsung - YP-Q1AB
Lecteur MP3 Samsung Noir 4GB/Ecran 2,4' TFT LCD/FM RADIO/Visualisation Texte, photos & video/ Podecasting /Enregistrement audio/MP3,WMA/

Leguide Voyage


Riad Oumaima
Situé à l’entrée des souks, au croisement trépidant et pittoresque de dar el bacha et de riad laarrouss, il vous faudra vous enfoncer dans un derb typique
Derb Typique, (ruelle) serpentant entre les hauts murs des maisons marrak’chias. L'agitation s'estompe dès que l'on s'éloigne de la rue et des bazars. Dans cette impasse tranquille se niche notre riad.