Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La vie éco, il y a 2 mois

Le Dirham est quasi stable depuis l’entame du processus de flexibilisation des changes .
Depuis le 15 Janvier, Bank Al-Maghrib n’est pas intervenu durant plus de la moitié des séances. Une flexibilisation plus prononcée du taux de change permettrait de limiter la pression sur les réserves de change, selon BMCE Capital research.

La décision de rendre la monnaie nationale flexible dans une fourchette de 2,5% à la hausse comme à la baisse, contre 0,3%, a fait jazzer plus d’un. Trois mois plus tard, aucun impact négatif n’est constaté, que ce soit sur la valeur du Dirham ou sur les réserves de change. Dans sa dernière note «Flexibilité du dirham : bilan de lancement», Attijari Global research avance que l’évolution de l’euro/dollar avec celle de l’euro/dirham reflète une corrélation significative des deux parités. Depuis la flexibilisation du Dirham, la parité de la monnaie nationale face à l’Euro suit parfaitement la tendance de l’Euro, avec une moindre volatilité, conformément au poids important de l’Euro (60%) comparativement au Dollar (40%). En clair, l’Euro s’est apprécié de 1,3% face au Dollar et de 0,6% face au MAD. Globalement, le niveau de corrélation des deux parités EUR/USD et EUR/MAD est de 0,986. Suivant cette même logique, la corrélation entre EUR/USD et USD/MAD est parfaitement négative à – 0,993.

De même, les adjudications n’ont pas affiché d’évolutions notables. Depuis le 15 janvier, Bank Al-Maghrib n’est pas intervenu durant plus de la moitié des séances (53%). Sa moyenne quotidienne d’intervention est de 5,6 millions de dollars, ce qui représente, selon nos estimations, près de 27,3% des échanges interbancaires sur le marché domestique.

Sur le plan économique, BMCE Capital Research rapporte dans sa note «Impact de la flexibilisation du Dirham sur l’économie marocaine», que selon Abdellatif Jouahri, gouverneur de BAM, l’impact sur le taux de croissance serait de 0,2 pt et de 0,4 pt sur l’inflation en 2018, et ce, dans l’hypothèse d’une dépréciation maximale de 2,5%. Ce qui contiendrait l’inflation à 1,9% la même année. Pour certains produits, comme le gasoil, le tarif pourrait connaître une légère hausse de 0,15 DH par litre.

Un défi, l’augmentation des taux d’intégration locale pour capter plus de valeur ajoutée

Cependant, à des étapes plus avancées, une flexibilisation plus marquée du taux de change pourrait avoir plusieurs impacts sur l’économie marocaine. «Il est difficile d’avoir une certitude sur l’implication d’une plus grande flexibilité de change sur la valeur du Dirham. Néanmoins, une dépréciation serait plus envisageable», affirment les rédacteurs de la note de BMCE Capital Research.

Pour rappel, la réforme a pour but d’améliorer la compétitivité de l’économie marocaine et donc la dépréciation reste un outil fondamental à la poursuite de cet objectif. De plus, une flexibilisation plus prononcée du taux de change permettrait de limiter la pression sur les réserves de change car celles-ci ne seront plus utilisées pour maintenir un régime de fixité. Elles pourraient ainsi être utilisées dans l’éventualité de crises de liquidités, dans le cas où l’endettement à court terme devait dépasser les réserves de change.

Selon BMCE Capital research, la dépréciation du Dirham augmenterait la compétitivité-prix des exportations à travers la baisse du prix des produits exportés. Ce qui induirait une hausse des exportations marocaines et une meilleure intégration au sein de l’économie mondiale. Néanmoins, la dépréciation serait également accompagnée d’une hausse du prix des produits importés. Plusieurs effets sont escomptés dans ce cas, à savoir une redirection de la consommation interne vers le marché local pour des produits substituables, d’où une baisse du volume des importations ; ou, à défaut, un alourdissement de la facture, notamment pour les importateurs des produits énergétiques. Du coup, l’économie marocaine ferait face à une inflation importée menant à un affaiblissement du pouvoir d’achat et de la consommation des ménages. Et cela sans oublier la hausse du coût de production de certaines entreprises, qui, par là, induirait une baisse des exportations.

La diversification des exportations -phosphates, agroalimentaire, textiles et surtout automobiles, aéronautique et services offshoring- devrait donc permettre au pays de réussir la transformation de l’économie. Reste un défi à relever, celui d’augmenter les taux d’intégration locale par activité afin de capter encore plus de valeur ajoutée et réduire les importations correspondantes

En savoir plus
Lire aussi

L’UE dévoile à Rabat ses investissements en Afrique et au Moyen-Orient : 44 milliards d’euros d’ici 2020.

Ce plan se base sur trois piliers, dont la promotion d’un climat favorable aux investisseurs et le dialogue structuré avec les entreprises.
Restructuration de la filière laitière.

La Confédération marocaine de l'agriculture et du développement rural (Comader) a indiqué lundi avoir tenu, récemment, son Assemblée générale ordinaire au cours de laquelle les intervenants ont rappelé le contexte et le caractère spécifiques du secteur laitier national.
Camping : les investisseurs se font rares.

La capacité d’accueil totale dans tout le pays est de 25 campings caravaning pour 5 570 places. Les camping-car ont déserté Agadir, même si Souss-Massa détient la 2e capacité nationale de campings classés. Dakhla veut imposer une redevance aux touristes en contrepartie des services octroyés.
La BM approuve un financement additionnel 125 millions de dollars pour le complexe solaire marocain Noor Midelt.

La Banque mondiale a annoncé mardi un appui additionnel de 125 millions de dollars en faveur du développement de technologies solaires innovantes au Maroc.
Le HCP participe à l’évaluation du Système statistique national de l’Ile Maurice

Du 21 au 25 mai écoulé, le Haut commissariat au plan a contribué à Port Louis à l'évaluation du Système statistique national de l'Ile Maurice. Une participation qui s'inscrit dans le cadre des activités du Programme statistique panafricain.
Beztam-E, la nouvelle solution de paiement mobile du Groupe Crédit Agricole.

Le Groupe Crédit agricole du Maroc (GCAM) a annoncé le lancement, lundi 11 juin 2018 à Casablanca, sa solution de paiement mobile Beztam-E.
Prêt étudiant : les produits que proposent les banques.

Le montant du prêt peut atteindre 150 000 DH, voire 250 000 DH s’il est couvert par la CCG. Le remboursement se fait sur une durée pouvant aller jusqu’à 10 ans. Presque toutes les banques commerciales proposent des formules de financement.
Prévention: Maroclear réussit sa bascule totale de ses activités sur son site de secours.

Dans une démarche préventive et anticipative, Maroclear a procédé le 1er juin 2018 à une bascule de ses activités opérationnelles sur son site de secours, en simulant dans des conditions réelles une indisponibilité totale de son siège social.
Akhannouch : la filière laitière crée plus de 400.000 postes d'emploi directs et indirects.

La filière laitière crée entre 400.000 et 450.000 postes d'emploi directs et indirects, a affirmé le ministre de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch.
Les Bourses européennes ouvrent sur une note indécise.

Les principales Bourses européennes évoluent sur une note hésitante en début de séance mercredi, l'appréciation de l'euro après des propos de responsables de la Banque centrale européenne (BCE) venant s'ajouter à un regain d'inquiétude pour l'Italie et aux tensions persistantes sur le front du commerce international.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


SAMSUNG - HD252HJ
SAMSUNG HDD 3,5" - 250GB SATA

Leguide Voyage


Dar Anebar
Riad Dar Anebar fes est une maison d'hotes restaurée dans les regles de l'art et de la tradition par les meilleures artisans de la medina de Fes.