Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La vie éco, il y a 5 mois

«Pastorales électriques» : quand l’exode avance sur le fil.
«Pastorales électriques» est un film documentaire d’Ivan Boccara, qui aborde le processus d’électrification dans le Haut-Atlas et ses conséquences sur la population sur le court et moyen terme. Coproduit par «2M», sa diffusion sur la chaîne nationale est prévue pour dimanche 8 avril.

L’on nous dit souvent, sur un ton teinté de mélancolie, que la campagne n’est plus ce qu’elle était, que le courant électrique y a apporté de la modernité et de l’ouverture sur le monde. L’on souligne également l’effet de l’introduction de la télé et d’internet sur l’habitus, les mœurs et les mentalités. Souvent bénie, mais paradoxalement blâmée, l’électrification est en effet liée à une profonde transformation sociale des zones rurales. La migration de la jeunesse, en particulier, est au cœur de cette mutation qui ébranle visiblement les femmes et les hommes que l’on découvre dans «Pastorales électriques», un film documentaire du réalisateur Ivan Boccara.

Pour réaliser ces 93 minutes qui témoignent de la vie des habitants du Haut-Atlas, Ivan Boccara a parcouru la région pendant huit ans. Rien que cela. Dès les premières images du film, le vieux Ouabdi qui s’impatiente face aux lignes de haute tension électrique, encore inanimées, nous plonge dans la rudesse de la vie pastorale. Tout au long du documentaire, l’exode transparaît inéluctable au bout du fil…

L’électricité, ce miracle

Si l’électrification fait son chemin, depuis 2008, dans le cadre du plan national de désenclavement des zones rurales, les habitants du Haut-Atlas n’ont pas attendu pour s’équiper en télés, en téléphones portables et en divers gadgets énergivores. Pas étonnant qu’ils se soient précipités d’alimenter leurs foyers en installations adéquates, malgré leur coup élevé qui peut, parfois, correspondre au revenu d’un mois ou plus.

Partout sollicité, Abdellah l’électricien évalue les besoins de chaque ménage et installe l’équipement nécessaire. Par la force de son activité professionnelle, il se pose en intermédiaire pour négocier un fil électrique pour les institutrices de l’école ou l’imam du village. Son rôle au sein de la communauté est crucial, car il est perçu comme l’émissaire de cette modernité tant désirée. Même si considérée comme une distraction néfaste pour le quotidien.

C’est en tout cas ce que pense Aïcha, dont les enfants sont absorbés par les séries télé. «C’est pour cela que Dieu ne veut plus venir en aide aux hommes. Les gens ne veulent plus du bétail, ni travailler la laine. Ils ne veulent plus cultiver, ni battre le grain. L’homme a réduit ses activités pour se reposer et Dieu a réduit son aide», déduit-elle.

Ton pays est comme ta mère

L’on peut imaginer que le désenclavement des zones rurales du Maroc participe à la lutte contre l’exode rural. Le film d’Ivan Boccara nous prouve que non. Non que l’électrification ne représente pas un progrès majeur dans le quotidien des paysans, mais elle reste insuffisante pour retenir les jeunes générations assoiffées de modernité ou tout simplement à la recherche d’opportunités de travail. C’est le cas de Brahim et Aïcha qui envisagent de déménager en ville, car l’agriculture ne nourrit plus son homme. Ils espèrent que Brahim trouve un job de gardien et qu’il emmène femme et enfants pour rester près de lui, au lieu de vivre loin d’eux et gaspiller le peu qu’il gagnerait en transport.

Consternée, la vieille Merri a vu ainsi son village se dépeupler de ses gens. L’électrification, pour elle, n’a pas de valeur si les jeunes ne veulent plus rester. Elle estime que l’on était plus heureux avant, même le ventre vide. A croire que cette modernité a encouragé les hommes à partir au lieu d’améliorer leurs conditions de vie et les retenir.

Mais ce n’était pas de gaité de cœur que ces hommes prennent la route pour la grande ville. «Ton pays, c’est comme ta mère», exprime l’un d’eux pour décrire le sentiment d’exil qui accompagne leurs périples urbains. Et lorsqu’on suit Hmad, en partance pour Agadir, en fin de film, c’est les gémissements de la petite Aïcha qui restent en fond sonore de ces paysages imprenables, ternis par la misère.

Ivan Boccara est né au Maroc. «Pastorales électriques» est son troisième long métrage documentaire sur la région du Grand Atlas qu’il connaît et sillonne depuis une vingtaine d’années.


Voir Source
Lire aussi

Khalil Hachimi Idrissi primé à Canberra.

Le directeur général de l'Agence marocaine de presse (MAP) et président de la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines (FAAPA), Khalil Hachimi Idrissi, a reçu, samedi à Canberra, le prix «Africa Awards» dans la catégorie «reconnaissance internationale» pour le travail accompli à la tête de la MAP et sa remarquable implication dans la FAAPA en tant que fondateur.
La Brésilienne Fabiana Cozza en concert à Rabat.

Fabiana Cozza a été élue en 2012 "Meilleure chanteuse de Samba" par Brazilian Music Award.
Egypte: Décès de l’acteur Jamil Ratib.

L'acteur égyptien Jamil Ratib s'est éteint, mercredi matin au Caire, à l'âge de 92 ans des suites d'une longue maladie, a annoncé son agent.
Oasis Festival de Marrakech : Retour en images sur les temps forts de la 4ème édition.

La quatrième édition de l’Oasis Festival, organisée du 14 au 16 septembre à Marrakech, a offert aux amateurs de la musique électronique une programmation de haut calibre.
« Re-Garde », un spectacle chorégraphique époustouflant.

Le Centre culturel de la direction provinciale de la culture de Kénitra a abrité la présentation de la pièce chorégraphique « Re-Garde ». Organisée à l’initiative de l’Institut français de Kénitra, le spectacle, qui a tenu en haleine le public durant près de cinquante minutes, alliait de manière harmonieuse et synchronique sonorités, lumières, gestuelle et expression corporelle
Omayma El Guerssifi 1re lauréate du «Prix Farid Belkahia».

Le «Prix Farid Belkahia» a été décerné, samedi soir à Marrakech, par la Fondation Farid Belkahia à la jeune peintre Omayma El Guerssifi, lauréate de l'Institut national des beaux-arts de Tétouan.
Faire connaitre la culture hassanie en Italie donne une image réelle du Maroc

Le fait de faire connaitre la culture hassanie en Italie donne une image réelle du Maroc, tout à fait contraire de celle véhiculée par certains supports médiatiques, a souligné, jeudi, le maire de la ville d'Otrante, Pierre Paulo Carddi
TANJAzz 2018 : 22 formations et 45 concerts au menu.

Les amateurs du jazz découvriront le groupe United Colors of Méditerranée. Cette formation abordera les rivages hispaniques avec Noninó et Toni Vaquer Sextet
Sauvegarde du patrimoine matériel national: Le ministère de la Culture appelle au respect des procédures de demandes d’autorisation de fouilles archéologiques.

Le ministère de la Culture et de la Communication-département de la Culture a appelé, mardi, au respect des procédures relatives aux demandes d'autorisation pour entreprendre des travaux de fouilles archéologiques, et ce afin de protéger et sauvegarder le patrimoine national archéologique matériel.
Tanger : ouverture du 2ème Salon international d’art contemporain.

La deuxième édition du Salon international d’art contemporain s’est ouverte vendredi soir à Tanger avec la participation d’une quarantaine d’artiste peintres et de musiciens venus des quatre coins du monde.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - CHAMBRE LIZA
1 Réf.: LIZB16 à 3.150 Dh
Lit LIZA 160 sans sommier
Dim.: 160x200 cm
Coul. Frêne noir

2 Réf.: LIZDKO à 2.995 Dh
Double commode LIZA
Dim.: 160x74x44 cm
Coul. Frêne noir

3 Réf.: LIZS20 à 8.490 Dh
Armoire 2 portes coulissantes avec miroir
Dim.: 200x216x73 cm

4 Réf.: LIZNT à 1.250 Dh
chevet LIZA 2 tiroirs
Dim.: 58x50x44 cm
Coul. Frêne noir

5 Réf.: LIZSP à 690 Dh
Miroir Dim.: 84x66 cm

Leguide Voyage


Riad Au20Jasmins
Plus typique qu'un hôtel de charme, le riad (ryad) Au20Jasmins vous fera profiter, lors de votre voyage et séjour à Fès, de l'hospitalité marocaine en vous laissant vous imprégner de l'atmosphère d'une maison d'hôtes (Guesthouse) traditionnelle authentique avec tout le confort d'un hébergement de luxe moderne.