Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La vie éco, il y a 11 mois

«Pastorales électriques» : quand l’exode avance sur le fil.
«Pastorales électriques» est un film documentaire d’Ivan Boccara, qui aborde le processus d’électrification dans le Haut-Atlas et ses conséquences sur la population sur le court et moyen terme. Coproduit par «2M», sa diffusion sur la chaîne nationale est prévue pour dimanche 8 avril.

L’on nous dit souvent, sur un ton teinté de mélancolie, que la campagne n’est plus ce qu’elle était, que le courant électrique y a apporté de la modernité et de l’ouverture sur le monde. L’on souligne également l’effet de l’introduction de la télé et d’internet sur l’habitus, les mœurs et les mentalités. Souvent bénie, mais paradoxalement blâmée, l’électrification est en effet liée à une profonde transformation sociale des zones rurales. La migration de la jeunesse, en particulier, est au cœur de cette mutation qui ébranle visiblement les femmes et les hommes que l’on découvre dans «Pastorales électriques», un film documentaire du réalisateur Ivan Boccara.

Pour réaliser ces 93 minutes qui témoignent de la vie des habitants du Haut-Atlas, Ivan Boccara a parcouru la région pendant huit ans. Rien que cela. Dès les premières images du film, le vieux Ouabdi qui s’impatiente face aux lignes de haute tension électrique, encore inanimées, nous plonge dans la rudesse de la vie pastorale. Tout au long du documentaire, l’exode transparaît inéluctable au bout du fil…

L’électricité, ce miracle

Si l’électrification fait son chemin, depuis 2008, dans le cadre du plan national de désenclavement des zones rurales, les habitants du Haut-Atlas n’ont pas attendu pour s’équiper en télés, en téléphones portables et en divers gadgets énergivores. Pas étonnant qu’ils se soient précipités d’alimenter leurs foyers en installations adéquates, malgré leur coup élevé qui peut, parfois, correspondre au revenu d’un mois ou plus.

Partout sollicité, Abdellah l’électricien évalue les besoins de chaque ménage et installe l’équipement nécessaire. Par la force de son activité professionnelle, il se pose en intermédiaire pour négocier un fil électrique pour les institutrices de l’école ou l’imam du village. Son rôle au sein de la communauté est crucial, car il est perçu comme l’émissaire de cette modernité tant désirée. Même si considérée comme une distraction néfaste pour le quotidien.

C’est en tout cas ce que pense Aïcha, dont les enfants sont absorbés par les séries télé. «C’est pour cela que Dieu ne veut plus venir en aide aux hommes. Les gens ne veulent plus du bétail, ni travailler la laine. Ils ne veulent plus cultiver, ni battre le grain. L’homme a réduit ses activités pour se reposer et Dieu a réduit son aide», déduit-elle.

Ton pays est comme ta mère

L’on peut imaginer que le désenclavement des zones rurales du Maroc participe à la lutte contre l’exode rural. Le film d’Ivan Boccara nous prouve que non. Non que l’électrification ne représente pas un progrès majeur dans le quotidien des paysans, mais elle reste insuffisante pour retenir les jeunes générations assoiffées de modernité ou tout simplement à la recherche d’opportunités de travail. C’est le cas de Brahim et Aïcha qui envisagent de déménager en ville, car l’agriculture ne nourrit plus son homme. Ils espèrent que Brahim trouve un job de gardien et qu’il emmène femme et enfants pour rester près de lui, au lieu de vivre loin d’eux et gaspiller le peu qu’il gagnerait en transport.

Consternée, la vieille Merri a vu ainsi son village se dépeupler de ses gens. L’électrification, pour elle, n’a pas de valeur si les jeunes ne veulent plus rester. Elle estime que l’on était plus heureux avant, même le ventre vide. A croire que cette modernité a encouragé les hommes à partir au lieu d’améliorer leurs conditions de vie et les retenir.

Mais ce n’était pas de gaité de cœur que ces hommes prennent la route pour la grande ville. «Ton pays, c’est comme ta mère», exprime l’un d’eux pour décrire le sentiment d’exil qui accompagne leurs périples urbains. Et lorsqu’on suit Hmad, en partance pour Agadir, en fin de film, c’est les gémissements de la petite Aïcha qui restent en fond sonore de ces paysages imprenables, ternis par la misère.

Ivan Boccara est né au Maroc. «Pastorales électriques» est son troisième long métrage documentaire sur la région du Grand Atlas qu’il connaît et sillonne depuis une vingtaine d’années.


Voir Source
Lire aussi

«Cambodia» de Ibn Salmane dans les salles à partir du 27 mars

La comédie marocaine «Cambodia» de Taha Mohamed Ibn Salmane sera projetée dans les salles obscures à partir du 27 mars.
Dans sa collection «Nostalgie de la vie» : Aziz Tounsi dépeint des objets qui marquent l’identité marocaine

Afin de réaliser ses œuvres, l’artiste a notamment eu recours à l’école surréaliste. Selon ses dires, c’est l’une des plus difficiles en art dans le monde. Il s’en est inspiré parce qu’elle abonde dans le sens de l’intitulé de sa collection.
Rabat: Ouverture de l’exposition “Présence chrétienne au Maroc: Le vivre-ensemble”

L'exposition "Présence chrétienne au Maroc : Le vivre-ensemble", qui jette la lumière sur les valeurs de tolérance et de coexistence dans le Royaume entre Musulmans et Chrétiens à travers l'histoire, s'est ouverte mercredi dans la galerie des Archives du Maroc.
«A la croisée des chemins» de Youssef Douieb à la galerie Nadar de Casablanca.

Il présente le travail d’acheminement de toutes ses années de recherche.
Tanger: Une trentaine d’artistes au 2e Festival des cultures maghrébines.

Une trentaine d’artistes venus des pays du Maghreb participent à la 2e édition du Festival des cultures maghrébines, qui tend à renforcer les liens entre les peuples des pays de l’Union maghrébine à travers l’art et la musique.
Mohamed El Baz interroge la notion de lumière noire à L’atelier 21.

Il révèle une nouvelle série d’œuvres s’inscrivant dans son projet «Bricoler l’incurable»
Quand l’Afrique fait une réinterprétation critique de la matière.

Construire une exposition autour de la matérialité en Afrique sans tomber dans le cliché largement consommé d’un continent ingénieux et débrouillard qui recycle ses déchets par faute de moyens, c’est le pari gagné par «Material Insanity», l’exposition évènement en cours au Musée d’art contemporain africain Al Maaden (MACAAL) à Marrakech.
Rencontres gastronomiques d’Agadir : Une 5ème édition dédiée à la gastronomie et la santé

De grands noms de la gastronomie mondiale réunis à Agadir. C’est à l’occasion de la 5ème édition des Rencontres gastronomiques d’Agadir.
Production cinématographique : 75 millions de DH de subventions en 2018.

Les subventions de soutien à la production cinématographique nationale sont passées à 75 millions de dirhams (MDH) en 2018, contre 46 MDH en 2017, a indiqué, lundi à Rabat, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj, cité dans un communiqué du ministère -département de la Communication-.
Soufiane Hmidache, ou quand le stylo ne sert plus qu’à écrire.

Après avoir été encouragé pendant des années par ses proches et ses amis, Soufiane Hmidache alias Agha a décidé de se lancer cette année. En effet, cet artiste dessinateur a postulé pour la 12ème édition des Morocco Web Awards. Les votes sont toujours en cours et l’artiste attend depuis de voir ce que donnera sa participation dans la catégorie créativité. Il a dans ce sens accepté de répondre aux questions de 2m.ma quant à cette passion qui le prend aux tripes !



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Toshiba - P505-S8980
Intel core 2 Duo T6600 / 2.20 Ghz, Mémoire 6 Go, HDD 500 Go, Ecran 18.4", Blu-ray disc, DVD super multi - webcam

Leguide Voyage


Golf Club Med Les Dunes
Découvrez un parcours amusant à jouer autant pour les débutants que pour les professionnels ! Situé à 10 min du centre d'Agadir, Le Golf des Dunes du Club Méditerranéen dispose de 27 trous (trois 9-trous par 36 combinables). Un parcours dessiné par Cabell Robinson, un élève de Robert Trent Jones.