Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
L'economiste, il y a 2 mois

Patrimoine: Pour la sauvegarde de l’Aïta
Plus de 200 artistes ont participé à l’enregistrement de 10 CD contenant près de 70 chansons, correspondant à l’essentiel du répertoire de l’Aïta aujourd’hui.

Après la musique andalouse, et la musique gnawa, l’art de l’Aïta a enfin son anthologie. Un travail de compilation rigoureux et scientifique réalisé par l’association Atlas Azawan, sous la direction de Brahim El Mazned.

Il aura fallu plusieurs années de labeur et de recherche, dont deux réservées à la production pour aboutir à ce document essentiel à la préservation d’un patrimoine national en péril. Un travail colossal et un coffret contenant 10 CD, près de 70 chansons, et deux livrets (arabe/français ou français/anglais).

Artistes, chercheurs, académiciens, musicologues… toute une équipe qui a pris à bras le corps ce projet en hommage à ces femmes et ces hommes qui continuent dans l’ombre, à couver un pan de notre patrimoine musical. Un répertoire que Brahim El Mazned appelle à inscrire en tant que patrimoine de l’humanité.

Après avoir sillonné les différentes régions du Royaume: Casablanca, Sebt Gzoula, Safi, Fquih Bensaleh, Khouribga, El jadida, Tanger, Taounate, Errachidia… l’équipe du projet a invité quelque 200 artistes, issus de 29 groupes, à Casablanca pour enregistrer leur répertoire, donnant lieu pour la première fois à un document d’une grande qualité artistique et technique.

On y retrouve Mustafa El Bidaoui, Khadija Mergoum, Hadda Ouâakki, Ouled El Bouazzaoui, Khadija El Bidaouia, ainsi que d’autres stars connues aujourd’hui, aux côtés de seniors dont certains dans un âge très avancé! Brahim El Mazned met d’ailleurs gracieusement son anthologie à la disposition de la Bibliothèque nationale et à toutes les médiathèques des universités du pays afin d’inscrire ce patrimoine dans la postérité.

«Nous avons voulu que cette anthologie s’adresse au grand public et non seulement aux initiés, c’est pour cela que nous avons abordé toutes les Aïtas qu’elles soient majeures ou mineures», tient à signaler le directeur du projet. Le document donne en effet dans son livret illustré de photos d’archives, d’autres prises lors des enregistrements et de textes majeurs, des clés de lecture des différentes écoles de l’Aïta.

Une centaine de pages, répertoriant les sept grandes écoles de l’Aïta (Hasbaouia, Marsaouia, Jeblia, Zaâria, Chiadmia, Haouzia et Filalia), et leur rapport aux pratiques sociales liées à cet art rural: Tbourida, moussems, mariages… Mais ce n’est pas l’approche nostalgique qui est privilégiée par l’initiateur de l’anthologie et incontournable acteur culturel (festival Timitar, Visa for Music…).

«L’un des objectifs de ce travail est de faire comprendre que l’Aïta est un art bien vivant, il faut continuer à le perpétuer et à convaincre les chioukhs et les chikhates qu’ils doivent continuer à faire entendre leurs voix, malgré les difficultés» précise El Mazned. Mais comment faire perdurer un patrimoine quand ce dernier est méprisé ou tout au moins modérément apprécié par les élites urbaines?

Même si l’Aïta retrouve depuis un certain temps un peu de prestige, il est de plus en plus difficile d’assurer la relève. Les temps ont changé et les méthodes de transmission aussi. «Nous n’avons pas réussi à faire ce que l’Espagne a fait avec le flamenco, le Portugal avec le fado ou le Brésil avec la bossa nova, c’est-à-dire passer d’un mode de transmission antique à un mode d’apprentissage académique. Il n’existe aujourd’hui aucun conservatoire au Maroc qui propose des modules concernant les musiques populaires», déplore El Mazned.

En savoir plus
Lire aussi

La fondation Hiba dévoile les lauréats de la World Music 2018.

La session World Music du programme Hiba_Rec dévoile ses gagnants. Ainsi Soukaina Fahsi (El Jadida), Aziz Ozouss (Agadir) et Daraa Tribes (Tagounite) sont les heureux lauréats qui profiteront d’un enregistrement gratuit au studio Hiba et d’un accompagnement privilégié par Karim Ziad. Hiba_Rec est un dispositif de soutien à la création musicale, destiné aux artistes et aux groupes de musique basés au Maroc.
«Ramad’Impro» : Des joutes verbales et théâtrales au rendez-vous.

La Compagnie d’improvisation théâtrale Rbatia présente trois spectacles à Rabat.
L’incroyable renaissance des musées du Maroc.

La fondation s’est attelée à faire des musées des espaces publics modernes, accueillants et attractifs. Ici, le Musée archéologique rebaptisé: Musée de l’Histoire et des Civilisations après sa réouverture en 2017.
Un soutien financier en faveur de 23 projets dans le domaine de la musique et des arts chorégraphiques

Quelque 23 projets ont bénéficié d’un soutien financier dans le domaine de la musique et des arts chorégraphiques au titre de la 1ère session de 2018, a indiqué le ministère de la Culture et de la Communication, notant que cet appui s’inscrit dans le cadre de son plan d’action visant à instaurer une industrie nationale de culture et de création.
Le Chili s'adjuge au palmarès de la Cinéfondation

Le court-métrage «L'été du Lion électrique» réalisé par le Chilien Diego Céspedes, étudiant à l'Université du Chili, a remporté le premier prix de la Cinéfondation et des courts métrages du Festival de Cannes, rapportent jeudi les médias locaux.
Quand Omar Mahfoudi propose un regard intime sur sa ville Tanger

Omar Mahfoudi fait partie des artistes marocains contemporains qui expriment leur désarroi et leur mal-être dans la société.
Deux réalisatrices marocains subventionnées.

Deux longs métrages marocains des réalisatrices Meryem Touzani et Khadija Essaadie ont été sélectionnés pour bénéficier, aux côtés de 34 autres projets de films, de la bourse de la saison printanière 2018 de «Doha Film Institute».
Festival Mawazine : French Montana sur la scène OLM Souissi le 23 juin

La superstar américaine d’origine marocaine French Montana se produira le samedi 23 juin sur la scène OLM Souissi, pour un concert qui s’annonce comme l’un des temps forts de la 17è édition du festival Mawazine-Rythmes du Monde, a annoncé mardi l’Association Maroc-Cultures qui organise cet événement.
La ville de Bejaâd accueille sa première rencontre cinématographique.

La ville de Bejaâd accueille, en cette fin de semaine, sa première rencontre cinématographique marquée, à son ouverture, par un hommage à des figures locales du monde du 7ème art.
Décès de Per Kirkeby, «le roi de la peinture danoise».

Per Kirkeby, affectueusement surnommé par la presse «le roi de la peinture danoise», a rendu l'âme tranquillement mercredi après-midi à l’âge de 79 ans, après une riche carrière colorée, émaillée d’une multitude de décorations et de sculptures tant au Danemark qu’en Europe et au-delà.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - KANJI/CO
SALON KANJI Salon de coin + ottoman+ 2 stools en cuir
Couleur : Beige

Leguide Voyage


Riad Tanja
Riad Tanja offre vous accueille pour vos vacances au Maroc dans un cadre somptueux avec vues imprenable sur la baie de la ville blanche, ses remparts, son port et les terrasses de la médinasur la mer et la ville.