Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
L'economiste, il y a 7 mois

Patrimoine: Pour la sauvegarde de l’Aïta
Plus de 200 artistes ont participé à l’enregistrement de 10 CD contenant près de 70 chansons, correspondant à l’essentiel du répertoire de l’Aïta aujourd’hui.

Après la musique andalouse, et la musique gnawa, l’art de l’Aïta a enfin son anthologie. Un travail de compilation rigoureux et scientifique réalisé par l’association Atlas Azawan, sous la direction de Brahim El Mazned.

Il aura fallu plusieurs années de labeur et de recherche, dont deux réservées à la production pour aboutir à ce document essentiel à la préservation d’un patrimoine national en péril. Un travail colossal et un coffret contenant 10 CD, près de 70 chansons, et deux livrets (arabe/français ou français/anglais).

Artistes, chercheurs, académiciens, musicologues… toute une équipe qui a pris à bras le corps ce projet en hommage à ces femmes et ces hommes qui continuent dans l’ombre, à couver un pan de notre patrimoine musical. Un répertoire que Brahim El Mazned appelle à inscrire en tant que patrimoine de l’humanité.

Après avoir sillonné les différentes régions du Royaume: Casablanca, Sebt Gzoula, Safi, Fquih Bensaleh, Khouribga, El jadida, Tanger, Taounate, Errachidia… l’équipe du projet a invité quelque 200 artistes, issus de 29 groupes, à Casablanca pour enregistrer leur répertoire, donnant lieu pour la première fois à un document d’une grande qualité artistique et technique.

On y retrouve Mustafa El Bidaoui, Khadija Mergoum, Hadda Ouâakki, Ouled El Bouazzaoui, Khadija El Bidaouia, ainsi que d’autres stars connues aujourd’hui, aux côtés de seniors dont certains dans un âge très avancé! Brahim El Mazned met d’ailleurs gracieusement son anthologie à la disposition de la Bibliothèque nationale et à toutes les médiathèques des universités du pays afin d’inscrire ce patrimoine dans la postérité.

«Nous avons voulu que cette anthologie s’adresse au grand public et non seulement aux initiés, c’est pour cela que nous avons abordé toutes les Aïtas qu’elles soient majeures ou mineures», tient à signaler le directeur du projet. Le document donne en effet dans son livret illustré de photos d’archives, d’autres prises lors des enregistrements et de textes majeurs, des clés de lecture des différentes écoles de l’Aïta.

Une centaine de pages, répertoriant les sept grandes écoles de l’Aïta (Hasbaouia, Marsaouia, Jeblia, Zaâria, Chiadmia, Haouzia et Filalia), et leur rapport aux pratiques sociales liées à cet art rural: Tbourida, moussems, mariages… Mais ce n’est pas l’approche nostalgique qui est privilégiée par l’initiateur de l’anthologie et incontournable acteur culturel (festival Timitar, Visa for Music…).

«L’un des objectifs de ce travail est de faire comprendre que l’Aïta est un art bien vivant, il faut continuer à le perpétuer et à convaincre les chioukhs et les chikhates qu’ils doivent continuer à faire entendre leurs voix, malgré les difficultés» précise El Mazned. Mais comment faire perdurer un patrimoine quand ce dernier est méprisé ou tout au moins modérément apprécié par les élites urbaines?

Même si l’Aïta retrouve depuis un certain temps un peu de prestige, il est de plus en plus difficile d’assurer la relève. Les temps ont changé et les méthodes de transmission aussi. «Nous n’avons pas réussi à faire ce que l’Espagne a fait avec le flamenco, le Portugal avec le fado ou le Brésil avec la bossa nova, c’est-à-dire passer d’un mode de transmission antique à un mode d’apprentissage académique. Il n’existe aujourd’hui aucun conservatoire au Maroc qui propose des modules concernant les musiques populaires», déplore El Mazned.

En savoir plus
Lire aussi

Le chant et la danse Flamenco dans toute leur magnificence.

La 3e édition du Festival Flamenco Maroc, qui se poursuit jusqu’au 31 octobre, promet des temps forts avec des artistes de grande qualité, telle la danseuse espagnole Maria Moreno qui se produira jeudi 18 octobre au Théâtre Mohammed V à Rabat.
La musique hassanie à l’honneur à Tan Tan.

Le programme de qualification, de valorisation, de soutien et d’accompagnement de la musique hassanie au niveau de la région de Guelmim-Oued Noun a fait escale dimanche à Tan Tan, avec l’organisation d’une compétition entre les différentes troupes musicales représentant cette province.
Livre: Musiciennes du Maroc de Rita Stirn-Wagner.

L’auteure Rita Stirn-Wagner a effectué un périple de plusieurs années de Tanger aux montagnes de l’Atlas jusqu’au Sahara, pour aller à la rencontre des muses du Maroc.
Agadir : Nawal Sekkat à l’honneur au Musée amazigh.

Les œuvres de Nawal Sekkat, depuis ses débuts en 1992, contribuent à l’évolution, à l’enrichissement et au rayonnement de la pratique plastique au Maroc, ce qui prodigue à ses tableaux et ses sculptures un franc succès auprès des collectionneurs au Maroc et à l’étranger.
9ème édition des Théâtrales de Casablanca: la comédie « Jamais le deuxième soir »

Organisée par Top Event Productions, la 9e édition des Théâtrales de Casablanca continue à offrir des moments d’évasion et de joie. En ce mois d’octobre, le rendez-vous est donné avec la comédie hilarante « Jamais le deuxième soir ! », le jeudi 25 octobre au Megarama Casablanca.
«Kahwa#2» : Vers la structuration du cirque et des arts de la rue au Maroc.

Organisé dans le cadre de la 3ème édition des états généraux de la culture au Maroc.
Une saison culturelle marocaine à Madrid.

Le président de la Fondation nationale des musées du Maroc, Mehdi Qotbi, et le directeur du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI), Abdelaziz El Idrissi, ont été décorés, à Rabat, en juin dernier, respectivement de la Croix de commandeur de l’Ordre du mérite civil et de la Croix d’officier de l’Ordre du mérite civil du Royaume d’Espagne.
Et de sept pour le Festival international de cinéma et mémoire commune.

Le rideau a été levé, samedi soir, sur la 7ème édition du Festival international de cinéma et mémoire commune de Nador, organisé par le Centre de la mémoire commune pour la démocratie et la paix.
La culture coréenne s’invite à Fès.

L’Agence coréenne de coopération internationale (Koica) a organisé, dimanche à la place Florence à Fès, une journée culturelle coréenne, destinée au public marocain intéressé par la culture et les traditions coréennes.
La créativité artistique de la femme marocaine à l’honneur en Australie.

La prestigieuse Casula Powerhouse Art Center à Liverpool, banlieue de Sydney, expose jusqu'au 11 novembre prochain les œuvres de quatre artistes marocaines déclinant, chacune d'elles, un riche parcours artistique et une muse débordant d'originalité et de créativité.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - Polycube 2/3/4 rayons
1 Réf.: WH292 119 Dh
Polycube 2 rayons
Dim.: 40x29x54 cm
2 Réf.: WH293 169 Dh
Polycube 3 rayons
Dim.: 40x29x80 cm
3 Réf.: WH294 225 Dh
Polycube 4 rayons
Dim.: 40x29x106,4 cm

Leguide Voyage


Le théâtre Royal
Le théâtre Royal est une véritable réussite qui fut interrompue bon nombre d'années avant de reprendre il y quelque temps. Volonté des pouvoirs publics de donner à ce lieu la véritable place qu'il mérite dans l'univers de l'art et de la culture à Marrakech.