Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
L'economiste, il y a 5 mois

Patrimoine: Pour la sauvegarde de l’Aïta
Plus de 200 artistes ont participé à l’enregistrement de 10 CD contenant près de 70 chansons, correspondant à l’essentiel du répertoire de l’Aïta aujourd’hui.

Après la musique andalouse, et la musique gnawa, l’art de l’Aïta a enfin son anthologie. Un travail de compilation rigoureux et scientifique réalisé par l’association Atlas Azawan, sous la direction de Brahim El Mazned.

Il aura fallu plusieurs années de labeur et de recherche, dont deux réservées à la production pour aboutir à ce document essentiel à la préservation d’un patrimoine national en péril. Un travail colossal et un coffret contenant 10 CD, près de 70 chansons, et deux livrets (arabe/français ou français/anglais).

Artistes, chercheurs, académiciens, musicologues… toute une équipe qui a pris à bras le corps ce projet en hommage à ces femmes et ces hommes qui continuent dans l’ombre, à couver un pan de notre patrimoine musical. Un répertoire que Brahim El Mazned appelle à inscrire en tant que patrimoine de l’humanité.

Après avoir sillonné les différentes régions du Royaume: Casablanca, Sebt Gzoula, Safi, Fquih Bensaleh, Khouribga, El jadida, Tanger, Taounate, Errachidia… l’équipe du projet a invité quelque 200 artistes, issus de 29 groupes, à Casablanca pour enregistrer leur répertoire, donnant lieu pour la première fois à un document d’une grande qualité artistique et technique.

On y retrouve Mustafa El Bidaoui, Khadija Mergoum, Hadda Ouâakki, Ouled El Bouazzaoui, Khadija El Bidaouia, ainsi que d’autres stars connues aujourd’hui, aux côtés de seniors dont certains dans un âge très avancé! Brahim El Mazned met d’ailleurs gracieusement son anthologie à la disposition de la Bibliothèque nationale et à toutes les médiathèques des universités du pays afin d’inscrire ce patrimoine dans la postérité.

«Nous avons voulu que cette anthologie s’adresse au grand public et non seulement aux initiés, c’est pour cela que nous avons abordé toutes les Aïtas qu’elles soient majeures ou mineures», tient à signaler le directeur du projet. Le document donne en effet dans son livret illustré de photos d’archives, d’autres prises lors des enregistrements et de textes majeurs, des clés de lecture des différentes écoles de l’Aïta.

Une centaine de pages, répertoriant les sept grandes écoles de l’Aïta (Hasbaouia, Marsaouia, Jeblia, Zaâria, Chiadmia, Haouzia et Filalia), et leur rapport aux pratiques sociales liées à cet art rural: Tbourida, moussems, mariages… Mais ce n’est pas l’approche nostalgique qui est privilégiée par l’initiateur de l’anthologie et incontournable acteur culturel (festival Timitar, Visa for Music…).

«L’un des objectifs de ce travail est de faire comprendre que l’Aïta est un art bien vivant, il faut continuer à le perpétuer et à convaincre les chioukhs et les chikhates qu’ils doivent continuer à faire entendre leurs voix, malgré les difficultés» précise El Mazned. Mais comment faire perdurer un patrimoine quand ce dernier est méprisé ou tout au moins modérément apprécié par les élites urbaines?

Même si l’Aïta retrouve depuis un certain temps un peu de prestige, il est de plus en plus difficile d’assurer la relève. Les temps ont changé et les méthodes de transmission aussi. «Nous n’avons pas réussi à faire ce que l’Espagne a fait avec le flamenco, le Portugal avec le fado ou le Brésil avec la bossa nova, c’est-à-dire passer d’un mode de transmission antique à un mode d’apprentissage académique. Il n’existe aujourd’hui aucun conservatoire au Maroc qui propose des modules concernant les musiques populaires», déplore El Mazned.

En savoir plus
Lire aussi

Cinéma: Nouvelle approche pour attirer la production étrangère.

Le ministère de la Culture et de la Communication a adopté, dans le cadre de sa stratégie dans le domaine cinématographique, une nouvelle approche en vue d’attirer davantage de productions cinématographiques étrangères.
Le British Museum va rendre à l’Irak des antiquités pillées.

Des antiquités, parfois vieilles de 5000 ans, pillées en Irak en 2003 après la chute de Saddam Hussein, vont revenir dans leur pays après avoir été identifiées par des experts du British Museum, a annoncé jeudi l’institution.
Ouverture de Dar El Oddi : Un lieu d’exposition permanente pour découvrir le patrimoine architectural de Tétouan.

Une collection d’images sur la période 1525-1955.
La restauration de Dar El Oddi est l’œuvre de vrais professionnels pour une période de deux ans, permettant à cette maison familiale de garder aussi bien son ancienne architecture que son aspect traditionnel spécifique de la région.
Le Maroc expose ses ouvrages à Pékin.

Sur invitation de la République populaire de Chine, le Royaume du Maroc participe, en tant qu'invité d'honneur, à la 25e édition du Salon international du livre de Pékin qui se tiendra du 21 au 26 août 2018, annonce le ministère de la Culture et de la Communication.
Le programme de l'édition 2018 dévoilé.

Concerts, animations pour enfants, musique, expositions, sport et littérature sont programmés du 10 au 12 août dans les villes d’El Jadia, Azemmour et Bir Jdid.
LE MARCHÉ DE L’ART SE PORTE BIEN.

Le marché de l’art se porte bien, et ce grâce aux musées qui acquièrent la majeure partie des œuvres mises aux enchères, devançant les milliardaires et les collectionneurs d’art.
Ouverture à Tanger de la 9ème Foire nationale de commercialisation des produits de terroir.

La 9ème Foire nationale de commercialisation des produits de terroir, organisée par la Direction régionale de l’Agriculture de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, sous l’égide de la Wilaya de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, a ouvert ses portes jeudi après-midi avec la participation de 64 exposants.
Le Maroc au cœur d’un voyage artistique du grand couturier franco-italien.

Parti sur les traces des voyageurs d’antan à la recherche d’inspiration et de belles étoffes dans des contrées lointaines, le grand couturier franco-italien Maurizio Galante était loin de se douter que c’était tout près, au Maroc, pays d’authenticité et de brassage culturel où les artisans sont les gardiens d’un savoir-faire ancestral, qu’il allait pouvoir donner forme à ses rêves et trouver matière et manière à sa dernière collection haute couture.
Salé: Clôture en apothéose du festival international « Enfants de la paix ».

Le rideau est tombé, mardi soir à Salé, sur la 12-ème édition du festival international 'Enfants de la paix', au rythme de spectacles musicaux interprétés avec brio par les enfants des délégations participantes, venus de 30 pays.
Tétouan: Retraite aux flambeaux, feux d’artifice et concert musical à l’occasion de la Fête du Trône.

A l'occasion de la célébration du 19ème anniversaire de l'intronisation de SM le Roi Mohammed VI, la ville de Tétouan a vécu, lundi soir, dans une ambiance festive rehaussée par la traditionnelle retraite au flambeau de la Garde Royale, un feu d'artifice et un concert de l'Orchestre symphonique royale.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - CT-3341
Bureau 120 cm en métal & verre fumé
Dim.: 120x60x75 cm

Leguide Voyage


El Rancho
un restaurant à Rabat qui existe depuis déjà dix ans, dont la clientèle est jeune et branchée. C’est l’endroit idéal pour se décontracter, au bar ou aux autres coins du restaurant, vous y dégusterez une cuisine tex-mex accompagnée d’une ambiance DJ.