Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
l'économiste, il y a 7 mois

La saga familiale déjantée de Walid Layadi-Marfouk
Jusqu’au 12 mai prochain, dans le tout nouveau patio ouvert aux artistes de Dar Moulay Ali à Marrakech, Layadi-Marfouk présente une dizaine de photographies où la femme domine

Vingt-deux ans et déjà grand. Walid Layadi-Marfouk a l’oeil et la technique du pro. La maturité peut-être aussi. Avec “Riad”, la deuxième exposition de sa jeune carrière, il ouvre les portes de son intimité familiale. Une sorte de rêve éveillé sur son enfance au Maroc, lui qui a enchaîné le lycée français à New York, où il vit aujourd’hui, des études de mathématiques à l’université britannique d’Oxford et de photographie à Princeton dans le New Jersey.

«Au départ, je voulais prendre un cours de littérature française, dans le cadre de mes études, mais toutes les places étaient prises. J’ai donc opté pour la photographie. Là, le seul appareil utilisé était la chambre 4x5, de l’argentique grand format, dont je ne me suis jamais séparé depuis. Je suis immédiatement tombé amoureux de la technique, qui est à la fois de la physique, de l’optique, de la chimie», confie l’artiste.

Puis l’événement qui a tout déclenché. La lecture du numéro spécial sur le Moyent-Orient signé du New York Times magazine. «Uniquement des images simplificatrices de la région, entre bâtiments en ruine et figures voilées dans le désert. Peu importe où on est, tous les murs sont écroulés.

Certes, c’est une réalité, mais il n’y a pas que celle-là», explique-t-il. Révolté, frustré, et loin de s’identifier, de par ses origines, à cette vision très serrée du Moyent-Orient, il décide d’y apposer son erratum. «Une nouvelle syntaxe visuelle» en quelque sorte. Jusqu’au 12 mai prochain, dans le tout nouveau patio ouvert aux artistes de Dar Moulay Ali à Marrakech, sa ville d’origine, Layadi-Marfouk présente une série de photographies où la femme domine.

La femme, puisque son seule modèle est sa tante maternelle, Aicha, unanimement appelée Lalla Khity. Leur complicité est évidente. Dans l’une des pièces de la demeure familiale, elle prend la pose vêtue d’un soyeux caftan, le regard sévère ou plongeant, un cigare à la bouche ou une cigarette à la main.

Allongée sur la table de la cuisine, en tenue de soirée dans la baignoire, ou sous un oranger tenant une valise pleine de billets de banque… la mise en scène est soignée et la muse libre et indépendante. «Quand je suis à l’étranger et que je pense au Maroc, ce sont ces images qui me viennent de mes souvenirs d’enfance. Des situations qui n’ont aucun sens. J’ai été élevé par des femmes qui avaient un grain de folie, et avec lesquelles je me suis tant amusé.

Des femmes de pouvoir aussi avec une autorité incroyable. Elles m’ont transmis plus que du savoir, ma force de vie», continue Marfouk. Alors qu’on ne s’y trompe pas, il ne leur donne pas le pouvoir, elles le prennent! Ce sont elles donc, ces femmes marocaines de classes aisées, libres, instruites, irrévérencieuses parfois, qu’il voulait montrer, particulièrement à l’Occident. Car, comme il le dit dans la langue de Shakespeare, «there is no single Muslim reality».

Une vingtaine de photographies de ce “Riad” sont visibles à Marrakech actuellement entre la Maison de la France, le Macaal et l’événement 1-54. Même talent, mais ambiance plus urbaine avec ses 2 autres séries, «portrait of an er /area» qui mélange les corps et le béton, et «grande dame» qui prend possession de La Samaritaine à Paris.



En savoir plus
Lire aussi

Le chant et la danse Flamenco dans toute leur magnificence.

La 3e édition du Festival Flamenco Maroc, qui se poursuit jusqu’au 31 octobre, promet des temps forts avec des artistes de grande qualité, telle la danseuse espagnole Maria Moreno qui se produira jeudi 18 octobre au Théâtre Mohammed V à Rabat.
La musique hassanie à l’honneur à Tan Tan.

Le programme de qualification, de valorisation, de soutien et d’accompagnement de la musique hassanie au niveau de la région de Guelmim-Oued Noun a fait escale dimanche à Tan Tan, avec l’organisation d’une compétition entre les différentes troupes musicales représentant cette province.
Livre: Musiciennes du Maroc de Rita Stirn-Wagner.

L’auteure Rita Stirn-Wagner a effectué un périple de plusieurs années de Tanger aux montagnes de l’Atlas jusqu’au Sahara, pour aller à la rencontre des muses du Maroc.
Agadir : Nawal Sekkat à l’honneur au Musée amazigh.

Les œuvres de Nawal Sekkat, depuis ses débuts en 1992, contribuent à l’évolution, à l’enrichissement et au rayonnement de la pratique plastique au Maroc, ce qui prodigue à ses tableaux et ses sculptures un franc succès auprès des collectionneurs au Maroc et à l’étranger.
9ème édition des Théâtrales de Casablanca: la comédie « Jamais le deuxième soir »

Organisée par Top Event Productions, la 9e édition des Théâtrales de Casablanca continue à offrir des moments d’évasion et de joie. En ce mois d’octobre, le rendez-vous est donné avec la comédie hilarante « Jamais le deuxième soir ! », le jeudi 25 octobre au Megarama Casablanca.
«Kahwa#2» : Vers la structuration du cirque et des arts de la rue au Maroc.

Organisé dans le cadre de la 3ème édition des états généraux de la culture au Maroc.
Une saison culturelle marocaine à Madrid.

Le président de la Fondation nationale des musées du Maroc, Mehdi Qotbi, et le directeur du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI), Abdelaziz El Idrissi, ont été décorés, à Rabat, en juin dernier, respectivement de la Croix de commandeur de l’Ordre du mérite civil et de la Croix d’officier de l’Ordre du mérite civil du Royaume d’Espagne.
Et de sept pour le Festival international de cinéma et mémoire commune.

Le rideau a été levé, samedi soir, sur la 7ème édition du Festival international de cinéma et mémoire commune de Nador, organisé par le Centre de la mémoire commune pour la démocratie et la paix.
La culture coréenne s’invite à Fès.

L’Agence coréenne de coopération internationale (Koica) a organisé, dimanche à la place Florence à Fès, une journée culturelle coréenne, destinée au public marocain intéressé par la culture et les traditions coréennes.
La créativité artistique de la femme marocaine à l’honneur en Australie.

La prestigieuse Casula Powerhouse Art Center à Liverpool, banlieue de Sydney, expose jusqu'au 11 novembre prochain les œuvres de quatre artistes marocaines déclinant, chacune d'elles, un riche parcours artistique et une muse débordant d'originalité et de créativité.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Mobilia - Asil
-Réf.as-2002 : Commode + miroir
Dimension : L101 H148 P47
Couleur :
Prix: 3450 dh
-Réf.pack Asil : Lit + sommier + 2 chevets
Dimension : 160x200
Couleur :
Prix : 6550 dh
-Réf.as-2001 : Armoire 4 Portes
Dimension : L246 H212 P66
Couleur :
Prix : 7990 DH

Leguide Voyage


Riad Atlas Kasbah
L’ ecolodge (éco-logis) Atlas Kasbah est la première maison d’hôtes fondée sur le développement durable au coeur de la Réserve de Biosphère de l’arganeraie, patrimoine de l’Unesco. Ce riad écologique est situé à Agadir au Sud du Maroc, sur les premiers contreforts du Haut Atlas occidental et à seulement 20 minutes de la plage d’Agadir !