Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
l'économiste, il y a 10 mois

La saga familiale déjantée de Walid Layadi-Marfouk
Jusqu’au 12 mai prochain, dans le tout nouveau patio ouvert aux artistes de Dar Moulay Ali à Marrakech, Layadi-Marfouk présente une dizaine de photographies où la femme domine

Vingt-deux ans et déjà grand. Walid Layadi-Marfouk a l’oeil et la technique du pro. La maturité peut-être aussi. Avec “Riad”, la deuxième exposition de sa jeune carrière, il ouvre les portes de son intimité familiale. Une sorte de rêve éveillé sur son enfance au Maroc, lui qui a enchaîné le lycée français à New York, où il vit aujourd’hui, des études de mathématiques à l’université britannique d’Oxford et de photographie à Princeton dans le New Jersey.

«Au départ, je voulais prendre un cours de littérature française, dans le cadre de mes études, mais toutes les places étaient prises. J’ai donc opté pour la photographie. Là, le seul appareil utilisé était la chambre 4x5, de l’argentique grand format, dont je ne me suis jamais séparé depuis. Je suis immédiatement tombé amoureux de la technique, qui est à la fois de la physique, de l’optique, de la chimie», confie l’artiste.

Puis l’événement qui a tout déclenché. La lecture du numéro spécial sur le Moyent-Orient signé du New York Times magazine. «Uniquement des images simplificatrices de la région, entre bâtiments en ruine et figures voilées dans le désert. Peu importe où on est, tous les murs sont écroulés.

Certes, c’est une réalité, mais il n’y a pas que celle-là», explique-t-il. Révolté, frustré, et loin de s’identifier, de par ses origines, à cette vision très serrée du Moyent-Orient, il décide d’y apposer son erratum. «Une nouvelle syntaxe visuelle» en quelque sorte. Jusqu’au 12 mai prochain, dans le tout nouveau patio ouvert aux artistes de Dar Moulay Ali à Marrakech, sa ville d’origine, Layadi-Marfouk présente une série de photographies où la femme domine.

La femme, puisque son seule modèle est sa tante maternelle, Aicha, unanimement appelée Lalla Khity. Leur complicité est évidente. Dans l’une des pièces de la demeure familiale, elle prend la pose vêtue d’un soyeux caftan, le regard sévère ou plongeant, un cigare à la bouche ou une cigarette à la main.

Allongée sur la table de la cuisine, en tenue de soirée dans la baignoire, ou sous un oranger tenant une valise pleine de billets de banque… la mise en scène est soignée et la muse libre et indépendante. «Quand je suis à l’étranger et que je pense au Maroc, ce sont ces images qui me viennent de mes souvenirs d’enfance. Des situations qui n’ont aucun sens. J’ai été élevé par des femmes qui avaient un grain de folie, et avec lesquelles je me suis tant amusé.

Des femmes de pouvoir aussi avec une autorité incroyable. Elles m’ont transmis plus que du savoir, ma force de vie», continue Marfouk. Alors qu’on ne s’y trompe pas, il ne leur donne pas le pouvoir, elles le prennent! Ce sont elles donc, ces femmes marocaines de classes aisées, libres, instruites, irrévérencieuses parfois, qu’il voulait montrer, particulièrement à l’Occident. Car, comme il le dit dans la langue de Shakespeare, «there is no single Muslim reality».

Une vingtaine de photographies de ce “Riad” sont visibles à Marrakech actuellement entre la Maison de la France, le Macaal et l’événement 1-54. Même talent, mais ambiance plus urbaine avec ses 2 autres séries, «portrait of an er /area» qui mélange les corps et le béton, et «grande dame» qui prend possession de La Samaritaine à Paris.



En savoir plus
Lire aussi

L'authenticité marocaine mise en avant dans l'exposition "Reg’Art Naïf" de Fatima Louardiri

L'exposition "Reg' Art Naïf" de l'artiste peintre marocaine Fatima Louardiri, qui se poursuivra jusqu'au 10 février à Rabat, met en avant l'authenticité marocaine à travers des oeuvres hautes en couleurs au style naïf. "J'ai voulu, à travers mes tableaux, transmettre l'authenticité marocaine en faisant revivre ses coutumes et ses traditions d'une manière artistique", a indiqué Louardiri dans une déclaration à la MAP, précisant qu'elle a accordé, dans ses oeuvres, une place particulière à la femme marocaine, à ses habits traditionnels et à sa vie quotidienne, que ce soit en milieu rural ou dans les villes.
Nouvelle saison au théâtre national Mohammed V de Rabat : Découvrez les temps forts !

La nouvelle saison propose le célèbre ballet «Casse-Noisette», les 18 et 19 janvier. Il s’agit d’un beau conte de Noël où les éblouissants numéros des danseurs russes s’accordent avec la musique de Tchaïkovski jouée admirablement par l’Orchestre Symphonique Royal.
Hommage à Joachim Peter Schulz.

Une rencontre a été organisée à Casablanca par la Fondation d’art «Joachim Peter Schulz» à l’occasion du deuxième anniversaire de la disparition de l’artiste-peintre allemand.
Le DJ marocain MR ID lance «Omah».

Entre sons électro, instruments de musique arabes et chant.
L’Institut français de Rabat présente le concert de Nach.

Anna Chedid, 31 ans, connue sous le pseudonyme Nach, est une auteur-compositeur-interprète française. Nach forge son identité musicale entre le chant lyrique et le jazz, la pop et le rock.
Abdallah Ibrahim sous la plume de Zakya Daoud.

Nouvelle publication chez Les Éditions la Croisée des Chemins.
Le jeune artiste Jad Ben Yahia présente son premier album "1193" à Rabat.

Un premier album prometteur pour le jeune artiste! C'est dans une ambiance conviviale, entouré de ses proches et ses soutiens, que Jad Ben Yahia a choisi de présenter, mardi soir à Rabat, les douze titres de ce premier album intitulé "1193". Le chanteur s'est également produit à la Villa des Arts de Rabat en marge de cette présentation.
La culture du clash dans le rap marocain : un concours d’injures et d’insolence.

Le dernier clash entre Don Bigg (l’un des rappeurs marocains les plus connus au Maroc) et les rappeurs de la nouvelle génération (Dizzy Dros, 7liwa, Komy et Mr Crazy) témoigne d'une bonne stratégie marketing, qui, en plus d’avoir donné à l’incongruité une place qui n’est pas la sienne dans la quintessence de ce style musical, elle est devenue l’ubac d’une montagne qui préfère donner à l’art le luxe de son adret.
Et de deux pour le Festival Afrique du Rire.

L'humour africain est une nouvelle fois à l'honneur à partir du 18 janvier 2019 à Abidjan qui représente la première étape d’une tournée dans les plus grandes villes du Continent.
Le Directeur général de la Sûreté nationale décide des sanctions disciplinaires contre quatre responsables de la préfecture de police de Marrakech

Le Directeur général de la Sûreté nationale a décidé des sanctions disciplinaires allant de la suspension provisoire de travail au blâme ou encore l'avertissement à l'encontre de quatre responsables de la préfecture de police de Marrakech pour manquements aux obligations professionnelles et pour ne pas avoir pris les mesures préventives nécessaires à la préservation des données personnelles d'un individu qui faisait l'objet d'une enquête préliminaire sur un accident de la circulation.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - CHAMBRE HIPPO
Couleur : hêtre & bleu
1 Réf.: HIPPO 1.995 Dh
lit HIPPO 90x190 cm + sommier
+ Environnement tête de lit
2 Réf.: 6413 950 Dh
Commode HIPPO 4 tiroirs
Dim. : 83x44 cm
3 Réf.: 6414 895 Dh
Bureau HIPPO 1 porte+1 tiroir
Dim. : 104x50 cm
4 Réf.: 6415 295 Dh
Etagère murale HIPPO
2 niches
5 Réf.: 6408 1.795 Dh
Armoire 2 portes HIPPO
Dim. : 80x192 cm

Leguide Voyage


L' Entrecôte
Ce restaurant est réputé pour sa délicieuse gastronomie. Il offre ainsi une atmosphère dans les tons des menus proposés et demeure une valeur sûre dans le domaine de la cuisine et de la restauration à Rabat.