Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
l'économiste, il y a 2 mois

La saga familiale déjantée de Walid Layadi-Marfouk
Jusqu’au 12 mai prochain, dans le tout nouveau patio ouvert aux artistes de Dar Moulay Ali à Marrakech, Layadi-Marfouk présente une dizaine de photographies où la femme domine

Vingt-deux ans et déjà grand. Walid Layadi-Marfouk a l’oeil et la technique du pro. La maturité peut-être aussi. Avec “Riad”, la deuxième exposition de sa jeune carrière, il ouvre les portes de son intimité familiale. Une sorte de rêve éveillé sur son enfance au Maroc, lui qui a enchaîné le lycée français à New York, où il vit aujourd’hui, des études de mathématiques à l’université britannique d’Oxford et de photographie à Princeton dans le New Jersey.

«Au départ, je voulais prendre un cours de littérature française, dans le cadre de mes études, mais toutes les places étaient prises. J’ai donc opté pour la photographie. Là, le seul appareil utilisé était la chambre 4x5, de l’argentique grand format, dont je ne me suis jamais séparé depuis. Je suis immédiatement tombé amoureux de la technique, qui est à la fois de la physique, de l’optique, de la chimie», confie l’artiste.

Puis l’événement qui a tout déclenché. La lecture du numéro spécial sur le Moyent-Orient signé du New York Times magazine. «Uniquement des images simplificatrices de la région, entre bâtiments en ruine et figures voilées dans le désert. Peu importe où on est, tous les murs sont écroulés.

Certes, c’est une réalité, mais il n’y a pas que celle-là», explique-t-il. Révolté, frustré, et loin de s’identifier, de par ses origines, à cette vision très serrée du Moyent-Orient, il décide d’y apposer son erratum. «Une nouvelle syntaxe visuelle» en quelque sorte. Jusqu’au 12 mai prochain, dans le tout nouveau patio ouvert aux artistes de Dar Moulay Ali à Marrakech, sa ville d’origine, Layadi-Marfouk présente une série de photographies où la femme domine.

La femme, puisque son seule modèle est sa tante maternelle, Aicha, unanimement appelée Lalla Khity. Leur complicité est évidente. Dans l’une des pièces de la demeure familiale, elle prend la pose vêtue d’un soyeux caftan, le regard sévère ou plongeant, un cigare à la bouche ou une cigarette à la main.

Allongée sur la table de la cuisine, en tenue de soirée dans la baignoire, ou sous un oranger tenant une valise pleine de billets de banque… la mise en scène est soignée et la muse libre et indépendante. «Quand je suis à l’étranger et que je pense au Maroc, ce sont ces images qui me viennent de mes souvenirs d’enfance. Des situations qui n’ont aucun sens. J’ai été élevé par des femmes qui avaient un grain de folie, et avec lesquelles je me suis tant amusé.

Des femmes de pouvoir aussi avec une autorité incroyable. Elles m’ont transmis plus que du savoir, ma force de vie», continue Marfouk. Alors qu’on ne s’y trompe pas, il ne leur donne pas le pouvoir, elles le prennent! Ce sont elles donc, ces femmes marocaines de classes aisées, libres, instruites, irrévérencieuses parfois, qu’il voulait montrer, particulièrement à l’Occident. Car, comme il le dit dans la langue de Shakespeare, «there is no single Muslim reality».

Une vingtaine de photographies de ce “Riad” sont visibles à Marrakech actuellement entre la Maison de la France, le Macaal et l’événement 1-54. Même talent, mais ambiance plus urbaine avec ses 2 autres séries, «portrait of an er /area» qui mélange les corps et le béton, et «grande dame» qui prend possession de La Samaritaine à Paris.



En savoir plus
Lire aussi

La fondation Hiba dévoile les lauréats de la World Music 2018.

La session World Music du programme Hiba_Rec dévoile ses gagnants. Ainsi Soukaina Fahsi (El Jadida), Aziz Ozouss (Agadir) et Daraa Tribes (Tagounite) sont les heureux lauréats qui profiteront d’un enregistrement gratuit au studio Hiba et d’un accompagnement privilégié par Karim Ziad. Hiba_Rec est un dispositif de soutien à la création musicale, destiné aux artistes et aux groupes de musique basés au Maroc.
«Ramad’Impro» : Des joutes verbales et théâtrales au rendez-vous.

La Compagnie d’improvisation théâtrale Rbatia présente trois spectacles à Rabat.
L’incroyable renaissance des musées du Maroc.

La fondation s’est attelée à faire des musées des espaces publics modernes, accueillants et attractifs. Ici, le Musée archéologique rebaptisé: Musée de l’Histoire et des Civilisations après sa réouverture en 2017.
Un soutien financier en faveur de 23 projets dans le domaine de la musique et des arts chorégraphiques

Quelque 23 projets ont bénéficié d’un soutien financier dans le domaine de la musique et des arts chorégraphiques au titre de la 1ère session de 2018, a indiqué le ministère de la Culture et de la Communication, notant que cet appui s’inscrit dans le cadre de son plan d’action visant à instaurer une industrie nationale de culture et de création.
Le Chili s'adjuge au palmarès de la Cinéfondation

Le court-métrage «L'été du Lion électrique» réalisé par le Chilien Diego Céspedes, étudiant à l'Université du Chili, a remporté le premier prix de la Cinéfondation et des courts métrages du Festival de Cannes, rapportent jeudi les médias locaux.
Quand Omar Mahfoudi propose un regard intime sur sa ville Tanger

Omar Mahfoudi fait partie des artistes marocains contemporains qui expriment leur désarroi et leur mal-être dans la société.
Deux réalisatrices marocains subventionnées.

Deux longs métrages marocains des réalisatrices Meryem Touzani et Khadija Essaadie ont été sélectionnés pour bénéficier, aux côtés de 34 autres projets de films, de la bourse de la saison printanière 2018 de «Doha Film Institute».
Festival Mawazine : French Montana sur la scène OLM Souissi le 23 juin

La superstar américaine d’origine marocaine French Montana se produira le samedi 23 juin sur la scène OLM Souissi, pour un concert qui s’annonce comme l’un des temps forts de la 17è édition du festival Mawazine-Rythmes du Monde, a annoncé mardi l’Association Maroc-Cultures qui organise cet événement.
La ville de Bejaâd accueille sa première rencontre cinématographique.

La ville de Bejaâd accueille, en cette fin de semaine, sa première rencontre cinématographique marquée, à son ouverture, par un hommage à des figures locales du monde du 7ème art.
Décès de Per Kirkeby, «le roi de la peinture danoise».

Per Kirkeby, affectueusement surnommé par la presse «le roi de la peinture danoise», a rendu l'âme tranquillement mercredi après-midi à l’âge de 79 ans, après une riche carrière colorée, émaillée d’une multitude de décorations et de sculptures tant au Danemark qu’en Europe et au-delà.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Dell - Power Edge - SC440
Intel Dual Core / 2 Ghz, mémoire 1Go, Disque dure 160 Go, Clavier, Souris, Freedos

Leguide Voyage


Tonus Car
Tonus Car vous offre la location de voitures au Maroc à travers le réseau d’agences de location dans tout le pays. Nous possédons une flotte de véhicules de dernière génération, spécialement équipés pour des voyages et parcours le long du territoire argentin. De plus, nous offrons un service d’assistance en route dans les 24hs, assistance mécanique et suivi satellitale