Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La vie éco, il y a 7 mois

Textile : impact mitigé de la hausse des droits de douane sur les produits turcs.
Plusieurs distributeurs ont stoppé leur approvisionnement. Des industriels turcs promettent à leurs clients marocains de prendre en charge le surcoût provoqué par la hausse des droits de douane. Les industriels locaux attendent d’avoir assez de visibilité à moyen et long terme avant d’investir dans la R&D.

Depuis le 8 janvier 2018, les importations de prêt-à-porter et de tissus d’ameublement fabriqués en Turquie sont assujettis à des droits de douane respectivement de 25% et 10% et ce, pour une durée d’un an. Plus de 45 jours après l’entrée en vigueur de cette mesure visant à protéger le textile made in Morocco, aucun impact n’est encore palpable sur le marché. Il existe encore beaucoup de stocks de marchandises turques (en soldes en ce moment) sur les rayons des magasins. « Il faut attendre plusieurs mois avant de ressentir l’impact réel de cette mesure. En tout cas, la mesure a été accueillie favorablement par les industriels du textile», déclare Mohamed Tazi, directeur général de l’Association marocaine de l’industrie du textile et de l’habillement (Amith).
Les industriels font montre d’une réelle prudence dans leurs appréciations. Cependant, des signes de mutation du marché sont bel et bien visibles. En effet, plusieurs distributeurs ne se sont pas approvisionnés depuis la hausse des droits de douane, car les transitaires ont déjà augmenté les frais de dédouanement des importations textile de Turquie. Depuis le 8 janvier, ils exigent 30 DH de plus sur un kilogramme de textile importé de Turquie. «Avant la hausse des droits de douane, on rémunérait le transitaire 80 DH le kilo. Aujourd’hui, il exige 110 DH», déclare un détaillant de foulards à Derb Omar.

Les Turcs avantagés sur le marché international par la dépréciation de leur monnaie

Les autres importateurs déclarent vouloir répercuter la hausse des charges sur les prix de vente. «On n’a pas le choix. On continuera à importer du prêt-à-porter de Turquie et on répercutera la hausse du prix sur le client final», déclare une propriétaire de magasin dans le même quartier. Pour le moment, aucun magasin ni aucune marque low cost telle que DeFacto, LC Waikiki ou autre n’a franchi le pas.
Selon le DG de l’Amith, les industriels turcs ont promis à leurs clients marocains de prendre en charge le surcoût dû à la hausse des droits de douane, lors d’un salon international du textile et de l’habillement tenu récemment. Avec les subventions publiques et la baisse de leurs charges, les industriels turcs disposent en effet des ressources nécessaires pour absorber cette hausse. Qui plus est, ils profitent de la compétitivité monétaire découlant de la dépréciation de la livre turque qui a perdu 25% de sa valeur en un an. «Le taux de change de la livre turque par rapport à l’euro est passé de 3,78 livres pour un euro en 2017 à 4,72 livres en 2018. Par conséquent, les exportations turques sont plus compétitives sur le marché international», explique M. Tazi.
Peu d’espoir pour un redressement sur le court terme

En définitive, les industriels marocains du textile arrivent difficilement à s’en sortir. La part du made in Morocco dans le marché local est même tombée à 20% en 2017 (www.lavieeco.com). «Les importations massives nous ont asphyxiés. Aujourd’hui, nous nous contentons des commandes de réassort. Pour nos besoins en tissu, on importait du fil de l’Inde pour la filature. Mais la production de tissu devient de plus en plus problématique à cause du coût de la teinture au Maroc qui dépasse celui des unités européennes. Ce qui nous encourage à recourir à l’importation de tissu de Turquie», déclare Youssef Alaoui, industriel de textile.

«La seule solution pour monter en gamme est d’investir massivement dans la recherche et développement et la création. Pour ce faire, nous avons besoin de visibilité à moyen et long terme», renchérit M. Alaoui. «Je crains qu’une année ne soit pas suffisante pour pouvoir se réapproprier le marché local et consentir des efforts d’investissement nécessaires», abonde
M. Tazi.

Il est clair que les industriels ne bénéficient que d’un répit. La mesure de protection prendra fin le 31 décembre 2018. Reste à savoir s’il faut attendre que la concurrence soit moins rude pour investir dans la recherche & développement et la modernisation de l’outil de production ou s’il faut le faire tout de suite pour espérer inverser la tendance sur le long terme.

En savoir plus
Lire aussi

Les cigarettes lourdement taxées dans le projet de loi de Finances : 10 DH par paquet pour les blondes et 7 DH pour le segment low.

Bonne nouvelle pour les fumeurs: ils vont certainement devoir réduire leur consommation puisque les prix des cigarettes risquent de subir de fortes hausses en 2019. Dans le projet de loi de Finances, il est prévu, en effet, des augmentations de la composante TIC dans le prix du paquet.
Le PIB touristique dépasse les 72 milliards de dirhams.

Le PIB du tourisme s'est élevé à 72,4 milliards de dirhams (MMDH) en 2017 contre 66,9 MMDH un an plus tôt, soit une progression de 8,3%, selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).
Casa-Settat: Les détails de l'étude "Post-création" des entreprises.

Un tiers des entreprises immatriculées via le CRI de Casablanca-Settat ne dépasse guère les cinq ans d’existence, selon une étude sur le parcours Post-création des entreprises créées dans la région.
La BID édite son modèle de coopération Sud-Sud.

Elwalid Abdelaal Hamour, directeur du hub régional de la BID à Rabat (à gauche), et Mohamed Methqal, ambassadeur, DG de l’Amci (Agence marocaine de coopération internationale), lors de la cérémonie de lancement de la publication la semaine dernière.
Filière pommier : Filière pommier Lancement de plusieurs projets de valorisation à Taroudant

La province de Taroudant a vu, vendredi, le lancement d’une série de projets de valorisation de la filière du pommier, dans le cadre d’un vaste programme visant le renforcement de l’apport de l’arboriculture et des produits du terroir au développement socio-économique local.
FMI : Menaces sur la croissance mondiale.

La directrice du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a indiqué jeudi à Bali que des guerres commerciales de plus en plus accentuées menacent fortement l'avenir de l'économie mondiale.
Saham-Sanlam : l’acquisition finalisée.

Sanlam et Santam annoncent officiellement la finalisation de l’opération d’acquisition de la participation restante de 53,37% de SAHAM Finances.
Une Franco-Marocaine à la tête d'un des plus grands groupes industriels d'Europe

La Franco-Marocaine Ilham Kadiri prendra les commandes de Solvay, un des plus grands groupes industriels européens et leader de la chimie mondiale dans moins de 5 mois.
Inégalités sociales, toujours plus profondes.

139 programmes couvrant des domaines variés tels que l’éducation, la santé, la lutte contre la pauvreté, l’emploi…
Aquaculture. 23 nouveaux projets d’investissement retenus.

23 projets aquacoles de 400MDH vont être réalisés au Souss Massa. Ce sont les résultats des appels à manifestation d’intérêt lancés par l’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture dans ladite région, entre le 27 décembre 2017 et 27 mai 2018.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - PARURE JONI - FLOR
1 PARURE JONI
Parure complète JONI composée de couette + drap plat + drap housse +taie d'oreiller
Réf.: JONI/SVI Parure complète small 540 Dh
Réf.: JONI/MVI Parure complète medium 690 Dh
Réf.: JONI/LVI Parure complète large 820 Dh
Réf.: JONI/RD Rideau JONI 150x250 cm 145 Dh

2 PARURE-JONI-FLOR
Parure complète FLOR composée de couette +drap plat+drap housse+taie(s) d’oreiller
Réf.: FLOR/SRG Parure complète small 540 Dh
Réf.: FLOR/MRG Parure complète medium 690 Dh
Réf.: FLOR/LRG Parure complète large 820 Dh
Réf.: FLOR/RD Rideau FLOR 150x250 cm 145 Dh

Leguide Voyage


Riad Au20Jasmins
Plus typique qu'un hôtel de charme, le riad (ryad) Au20Jasmins vous fera profiter, lors de votre voyage et séjour à Fès, de l'hospitalité marocaine en vous laissant vous imprégner de l'atmosphère d'une maison d'hôtes (Guesthouse) traditionnelle authentique avec tout le confort d'un hébergement de luxe moderne.