Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La vie éco, il y a 9 mois

Tourisme : l’hébergement informel fait toujours de la résistance.
L’opération nationale de régularisation n’a pas donné les résultats escomptés, mais quelques villes touristiques poursuivent le travail. A Marrakech, près de 280 maisons d’hôtes sont sorties de l’informel depuis 2015. Les résultats sont faibles à Rabat et Fès. Des pourparlers sont en cours entre l’Exécutif et Airbnb pour régler le problème du parc locatif des particuliers.

L’informel dans l’hôtellerie et l’hébergement donne encore du fil à retordre aux professionnels du tourisme, mais aussi au ministère de tutelle. Evasion fiscale, non-respect des normes sanitaires et d’hygiène, rabattage des clients, non-paiement des charges sociales des salariés…, cette activité brouille l’image de tout un secteur. Pouvoirs publics et associations professionnelles tentent vaille que vaille d’y remédier. La campagne de régularisation a démarré en 2012 après la publication d’une circulaire conjointe des ministères de l’intérieur et du tourisme visant à régulariser la situation des unités d’hébergement non classées. Mais l’opération menée par les délégations du tourisme n’avait pas donné les résultats escomptés. Elle a même été stoppée en 2014 par des sit-in organisés dans plusieurs villes par les propriétaires visés. La situation arrêtée au 14 janvier 2013 (derniers chiffres nationaux disponibles) fait état du recensement de 2 250 établissements correspondant à 46 000 lits, dont 1 207 établissements ont fait l’objet d’une première visite. Sur 338 établissements classables immédiatement et 543 classables moyennant des délais, seuls 275 avaient déposé des demandes de régularisation.
Plusieurs acteurs mobilisés

En dépit des résistances, certaines délégations du tourisme ont continué les opérations de recensement et de régularisation. Il en est ainsi de celle de Marrakech. Depuis 2015 et jusqu’à ce jour, une commission composée de représentants de la délégation du tourisme, de la wilaya, des services d’hygiène, de la protection civile et de différentes associations a pu visiter plus de 590 établissements. A ce jour, 280 maisons d’hôtes ont été classées, 74 ont été déclarées à usage familial par leurs propriétaires, 43 ne répondent pas aux exigences de régularisation et le reste est en cours de traitement. «Nous avons commencé par la Médina de Marrakech qui concentre le plus grand nombre de maisons d’hôtes non classées. Nous avons également recensé les appartements qui malheureusement ne peuvent être régularisés car ne faisant pas partie des hébergements touristiques», déclare Fadoua Chbani Idrissi, déléguée du tourisme de Marrakech. Au même moment, des visites ont été programmées en collaboration avec l’autorité locale, pour s’assurer que les unités fermées et celles déclarées à usage familial ne reçoivent pas de clients. «Cette démarche menée à Marrakech est généralisée aux différentes régions présentant les mêmes problématiques. L’objectif est d’uniformiser les mesures entreprises», explique une source au ministère du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale. Toujours d’après le ministère de tutelle, 22 établissements d’une capacité totale de 121 chambres et 24 suites ont été régularisés à Fès. A Rabat, seules six unités se sont conformées à la loi et sept s’y préparent.
Situation compliquée avec Airbnb

Mais aujourd’hui, la menace pour l’Etat et les établissements hôteliers classés vient des sites de réservation en ligne. C’est pour prendre en main ce problème qu’une délégation du ministère du tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale s’est réunie avec les représentants de Booking.com et d’Airbnb durant l’été 2017. «Ces actions de sensibilisation ont pour objectif d’inciter l’ensemble des acteurs interférant en amont et en aval de toute activité d’hébergement touristique à se conformer à la loi 61.00 portant statut des établissements touristiques», déclare notre source au ministère. En d’autres termes, le ministère voulait pousser les sites à ne pas commercialiser des nuitées dans des établissements non classés. D’après la délégation du tourisme de Marrakech, le site de réservation en ligne Booking.com ne commercialise plus aucun établissement non classé au Maroc. Sa méthode : verrouiller en amont en délivrant un identifiant unique de classement (IUC). «La majorité des établissements disposent de cet IUC qui permet d’accéder à la vente à travers Booking.com», explique Fadoua Chbani Idrissi. Et pour plus d’efficacité, le ministère a même demandé à collaborer avec les plateformes pour un échange et un recoupement des données. Le but est d’identifier les unités d’hébergement non classées. En second lieu, il a été convenu de choisir des unités non classées de la plateforme et les accompagner pour qu’elles puissent exercer légalement.

Le ministère de tutelle profite donc de la présence des plateformes de commercialisation pour poursuivre cette démarche de reclassement. Mais le problème semble plus compliqué avec la plateforme communautaire de location et de réservation de logements de particuliers Airbnb. «Les discussions sont en cours entre les représentants du ministère et ceux de la plateforme américaine pour instaurer une démarche adéquate (différente de celle enclenchée avec Booking) et installer des outils de verrouillage. Mais l’idée est au stade embryonnaire», poursuit Mme Chbani Idrissi. Le ministère veut surtout prévenir le client qui opte pour Airbnb qu’il achète un hébergement non classé.

Lire Source
Lire aussi

Le Groupe BCP primé à Abidjan lors des «Financial Afrik Awards».

Le groupe marocain Banque centrale populaire (BCP) a été primé à Abidjan lors des «Financial Afrik Awards 2018» dans la catégorie «Deal de l’année» (Affaire de l’année).
Poulpe: L’arrêt biologique prorogé jusqu’au 5 janvier.

Tous les opérateurs étaient suspendus au rapport de l’Institut national de la recherche halieutique (INRH) dont les prescriptions servent de boussole à la régulation de l’activité de pêche.
Échanges commerciaux France-Monde arabe : le Maroc occupe la troisième position en 2017.

Le Maroc a occupé la troisième place dans les échanges commerciaux de la France avec les pays du monde arabe en 2017, selon des chiffres dévoilés à l'occasion du 3ème Forum économique France-Monde Arabe tenu récemment à Paris.
Investissements marocains en Afrique : 37 milliards de dirhams injectés en 14 ans.

Si les banques et les télécoms représentent respectivement 53 et 17% des investissements injectés par le Maroc en Afrique, l’industrie représente pour sa part 11% de ces flux contre 5% pour les holdings.
Le Maroc a développé un modèle de coopération intégré et multidimensionnel.

Le ministre de l'Economie et des Finances, M. Mohamed Benchâaboun, a affirmé, dimanche en marge de sa participation aux travaux du Africa Forum 2018 à Sharm El Sheikh, que le Maroc a développé un modèle de coopération intégré et multidimensionnel avec les pays africains.
El Hafidi : L’Union arabe de l’électricité doit améliorer ses structures pour assurer une rentabilité élevée.

Le DG de l’ONEE prend part au 6ème congrès général de cette institution.
La compagnie nationale entre dans la cour des grands en intégrant l’alliance «Oneworld»

Royal Air Maroc intègre «Oneworld», une alliance composée de 13 compagnies aériennes des plus prestigieuses dans le monde. La compagnie aérienne nationale réussit ainsi un coup de maître avec des retombées importantes pour son avenir, son positionnement africain, mais aussi pour le tourisme au Maroc.
Heetch décroche l'autorisation d'exercer à Casablanca.

Heetch, société réputée à l’international pour son application mobile Heetch, qui géolocalise et connecte des passagers et des conducteurs en temps réel dans plusieurs pays, a obtenu officiellement son autorisation d’exercer de la wilaya de Casablanca.
Hausse des frais d’inscription en France : une fermeture qui ne dit pas son nom.

La classe moyenne marocaine sera contrainte de rester au pays ou de changer de destination. L’offre locale se diversifie mais des efforts sont encore nécessaires sur le plan qualitatif. Les professionnels de l’enseignement peu critiques vis-à-vis de la décision française.
Une production d’environ 2 millions de tonnes au titre de l’actuelle campagne : Une bonne année pour l’olivier

La démarche de contractualisation de l’État avec les professionnels a contribué fortement à consolider ces réalisations et à assurer une bonne intégration de la chaîne de valeur de la filière.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - Lampes de coin
9 Réf.: PY896 290 Dh
Lampe de coin SAKOI Dim.: 18x46 cm
Couleur : Bordeaux ou turquoise
10 Réf.: PYA450F 320 Dh
Lampe AGRA abat jour velours
Couleur : Orange, fuschia ou violet
Dim.: 17x67cm
11 Réf.: PY925P/R 350 Dh
Lampe GUBU fuschia ou rouge
pied en abaca Dim.: 19x48 cm
12 Réf.: PYG83G 750 Dh
Lampe de coin CRISTA Blanche
Dim.: L 21x H 43 cm
Disp. Dim.: L 16 x H 54 cm 650 Dh

Leguide Voyage


Sol Del Alba
Si vous cherchez un bon restaurant à Tanger atmosphère conviviale, on vous propose grâce à des arrivages quotidiens de poissons, fruits de mer, de la première fraîcheur... On vous invite à déguster une sélection de plat marocains, français, espagnols et autre....