Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La vie éco, il y a 7 mois

Quand le tramway enfonce les prix de l’immobilier résidentiel !
La demande de biens situés en face des lignes de tramway en net recul à Casablanca et Rabat. Les acheteurs fuient les nuisances sonores et la rareté des places de stationnement. Promoteurs et propriétaires d’appartements se trouvent obligés de revoir leurs prix à la baisse.

Des propriétaires et promoteurs de biens immobiliers situés en face des lignes du tramway se sentent piégés! Ce moyen de transport a «détruit» de la valeur sur son passage. Pourtant, il est censé revivifier les quartiers et redessiner l’espace urbain. Objectif qu’il a atteint dans plusieurs zones mal desservies en transports en commun et souffrant d’un déficit d’aménagement. Mais, apparemment, dans d’autres, le tramway a eu plutôt un effet négatif. Si certains commerçants ont été les premiers à sentir l’impact du passage du tramway sur leur business, des détenteurs d’actifs immobiliers à usage résidentiel ont fini par constater une baisse de la valeur de leurs biens.

Au départ, la proximité d’une ligne de tramway était un critère d’achat d’un logement compte tenu du gain de temps et d’argent. A leur tour, les promoteurs se sont rués sur les terrains pour construire des immeubles à usage d’habitation ou professionnel.

Effectivement, les prix avaient légèrement augmenté car la demande avait bien suivi. Cela s’est vérifié notamment à Rabat, première ville à avoir constitué un réseau du tramway.

Sauf que cette situation n’a pas duré. Plusieurs habitants et acheteurs potentiels ont déchanté à cause des nuisances sonores, de la rareté des places de stationnement… Du coup, propriétaires désirant déménager et promoteurs ont eu du mal à trouver des acheteurs. «Le centre-ville de Rabat est devenu une zone quasiment sinistrée», se désole un notaire. Certes, les promoteurs peinent à vendre en raison d’une conjoncture globalement morose, mais le tramway n’a pas arrangé les choses ; même après une correction des prix. «Si les appartements ont vu leurs prix reculer de 20% en moyenne depuis quelques années, ceux qui se positionnent sur le tracé du tramway ont, eux, reculé de 5% de plus», martèle un promoteur à Rabat.

A Casablanca, les immeubles neufs situés sur les bd. Abdelmoumen et Anoual enregistrent des taux de commercialisation très bas, malgré des prix attractifs. «Même les villas situées sur l’avenue Sidi Abderrahmane, jusqu’au croisement avec la route d’Azemmour, ont fait les frais de cette situation. Les prix ont chuté de 30%», explique notre source. Affichés initialement à 20 000 DH/m2, des appartements sont proposés à moins de 15 000 DH.

Les biens situés dans les avenues parallèles plus demandés

Les lots de terrain ne font pas l’exception. «Leurs propriétaires ont du mal à convaincre les promoteurs, malgré des remises intéressantes», assure Moncef Lahlou, directeur général de Capital Foncier.
«Par contre, les immeubles ou villas situés en 2e ligne ou dans les ruelles à proximité du tramway sont plus demandés», tempère M.Lahlou.

Un promoteur immobilier relativise, de son côté, l’impact négatif du tramway à Rabat. Plusieurs personnes travaillant à Rabat et habitant Salé (ou inversement) cherchent à acquérir un bien à proximité du tramway. Du coup, la demande dans certains quartiers se fait sentir, sans que les prix ne repartent à la hausse. «A Salé, le neuf se négocie toujours entre 10000 et 11 000 DH/m2 et la seconde main à 9 000 DH/m2 en moyenne», précise ce promoteur.

Dans les deux villes, des professionnels considèrent que le peu de transactions concernant des biens à proximité des voies du tramway s’explique davantage par les arbitrages de certains acquéreurs à pouvoir d’achat moyen, qui souhaitent tirer profit d’une baisse des prix et d’un logement de standing.

En savoir plus
Lire aussi

Sonasid : Un chiffre d’affaires de près de 2 MMDH au premier semestre

Une bonne performance sur le plan social et consolidé.
Bilan médiocre du secteur du tourisme entre 2000 et 2015 selon le Comex.

Si les hôtels classés de Marrakech et Casablanca ont bénéficié d’une croissance de nuitées, les ETS de Fès, Ouarzazate et Agadir ont connu une érosion du nombre de nuitée. Pour sa part, le taux d’occupation national a chuté de 52% en 2006 à environ 40% en 2015. Le Comité des experts recommande toujours l’orientation vers le tourisme balnéaire.
Produits Halal, un marché prometteur pour le Maroc.

Le marché des produits halal au Maroc est «prometteur» et doit renforcer les potentialités des entreprises exportatrices en vue d’une présence accrue sur le marché internationale, ont souligné les participants à une conférence-débat, organisée mardi à Casablanca.
Maroc Telecom premier opérateur télécoms national à être certifié « ISO 9001 Version 2015 ».

Maroc Telecom, acteur majeur des télécoms en Afrique et leader national des télécoms, annonce avoir obtenu la certification ISO 9001 dans sa toute dernière version 2015.
Le portefeuille stratégique de BMCE Capital domine le MASI.

A fin août, la contre-performance du portefeuille est de 3,99%, contre -6,8% pour le Masi. La situation économique pèse lourd sur le marché boursier. Le portefeuille étudié est composé de 23 valeurs
Artisanat et économie sociale : Une zone d’activité économique à Guelmim.

Le conseil communal de la ville de Guelmim a approuvé, jeudi dernier lors d’une session extraordinaire, le projet de création d’une zone d’activité économique liée à l’artisanat et l’économie sociale, qui donnera un nouveau souffle à l’économie de la porte du désert et permettra d’améliorer les revenus des artisans et des groupements professionnels.
Les investissements publicitaires ont accusé une baisse de 350 MDH .

La télévision, la presse écrite et l’affichage ont tous connu des baisses d’investissements comprises entre 100 et 130 millions de dirhams à fin juillet 2018. La structure du marché dominée par les opérateurs télécoms, la banque et la finance et les produits alimentaires fragilise le marché. Les canaux de communication, notamment la presse écrite, n’ont pas réussi à introduire de nouveaux annonceurs.
Une unité de valorisation de l’amandier lancée à Ighrem : «Dar Louz» verra le jour à Taroudant.

Le projet consistera, entre autres, en un espace de collecte et de stockage, des ateliers de valorisation, un espace d’exposition et de commercialisation.
La première franchise bio marocaine voit le jour.

Le premier distributeur de produits bio au Maroc abandonne sa franchise française pour lancer une franchise 100% marocaine.
Le projet d’alimentation en eau potable de la zone côtière Rabat-Casablanca est en phase d’essais industriels.

Le projet de renforcement de l’alimentation en eau potable de la zone côtière entre Rabat et Casablanca se trouve au stade des essais industriels, a indiqué l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE).



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Canon - LiDE 100
scanner à plat
- 216 x 297 mm
- 2400 ppp x 4800 ppp
- Hi-Speed USB

Leguide Voyage


Thermes de Moulay Yaccoub
Moulay Yacoub est une station thermale située à 22 km au nord ouest de la ville de Fès, dans un paysage de collines prérifaines. Se mêle dans cette région la culture berbère et Fassie (des habitants de Fes).Moulay Yacoub se trouve également à proximité des villes de Meknes et Ifrane, ainsi que des Ruines de Volubilis