Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La vie éco, il y a 7 mois

57% des retraités du secteur privé perçoivent moins de 1 500 DH !
La pension minimale dans le secteur public est à 1 500 DH depuis janvier 2018. A la CNSS, 26% des retraités perçoivent une pension inférieure à 1 000 DH. Ailleurs, c’est l’Etat qui prend en charge le minimum vieillesse.

Depuis janvier de cette année, la pension minimale servie dans le secteur public atteint 1 500 DH par mois, après être relevée de 1 000 DH à 1 200 DH en 2016, puis à 1 350 DH en 2017. La mesure paraît être une suite logique à celle prise en 2014 d’augmenter le SMIG à 3 000 DH nets dans le secteur public, à partir de juillet de la même année. Pour les pensionnés comme pour les salariés, c’est évidemment une excellente décision. Pour les considérations d’équité, il faudra repasser ! Les salariés du secteur privé, eux, cumulent les bas salaires et, une fois à la retraite, des pensions de misère. Selon les statistiques de la CNSS de 2016, sur un total de 518 940 retraités, 26% perçoivent des pensions inférieures à 1 000 DH par mois, 57% des pensions inférieures à 1 500 DH et 74% inférieures à 2 000 DH! Seuls 3% de l’ensemble des pensionnés perçoivent la pension maximale qui, comme on sait, est de 4 200 DH. La pension moyenne à la CNSS est de 1 586 DH par mois, contre environ 7 000 DH à la Caisse marocaine des retraites (CMR). Cet écart abyssal entre les niveaux de pension des deux régimes s’expliquant par les énormes différences dans les salaires de référence respectifs.

Pourquoi les retraités du secteur privé qui touchent moins de 1 500 DH par mois n’ont pas, eux aussi, bénéficié de la revalorisation de la pension minimale ? L’explication, technique si l’on peut dire, se tient : dans la mesure où ce sont les salariés et les employeurs qui cotisent, comment leur demander un effort supplémentaire dans leur contribution dans le but d’améliorer des pensions qui, après tout, ne sont que le reflet des cotisations versées et des paramètres du régime ? N’est-ce pas l’Etat qui, pour les retraités du public, a mis la main à la poche pour relever la pension minimale ? Et il ne l’a pas fait seulement en sa qualité d’employeur mais aussi, peut-être surtout, en tant que puissance publique, disposant de la légitimité pour affecter une partie des recettes fiscales au soutien des retraités à très faibles revenus.

Le patronat accepterait de son propre chef d’augmenter la pension minimale dans le privé à 1 500 DH que ce serait injuste envers les autres salariés et pensionnés. Car, explique en substance un spécialiste de l’actuariat, cela reviendrait, dans les faits, à offrir un rendement exceptionnellement élevé pour des cotisations exceptionnellement modestes ; sans compter que l’entreprise, dans ce cas, accomplirait une mission qui, normalement, n’est pas de son ressort, mais de celui de la solidarité nationale.

Partout où cela existe, la pension minimale, appelée aussi minimum vieillesse, est généralement financée soit par l’Etat, seul, au moyen de l’impôt, soit conjointement par l’Etat et la sécurité sociale (cas du Chili, de l’Egypte, du Portugal…). En France, par exemple, le minimum vieillesse est géré par le Fonds de solidarité vieillesse (FSV), lequel est financé via des prélèvements fiscaux. Et ce minimum est versé non pas seulement aux retraités à faibles pensions (en dessous d’un seuil fixé) mais aussi, par solidarité, à tous ceux qui ne disposent d’aucun revenu; en somme aux personnes n’ayant même pas effectué des cotisations retraite.



En savoir plus
Lire aussi

Sonasid : Un chiffre d’affaires de près de 2 MMDH au premier semestre

Une bonne performance sur le plan social et consolidé.
Bilan médiocre du secteur du tourisme entre 2000 et 2015 selon le Comex.

Si les hôtels classés de Marrakech et Casablanca ont bénéficié d’une croissance de nuitées, les ETS de Fès, Ouarzazate et Agadir ont connu une érosion du nombre de nuitée. Pour sa part, le taux d’occupation national a chuté de 52% en 2006 à environ 40% en 2015. Le Comité des experts recommande toujours l’orientation vers le tourisme balnéaire.
Produits Halal, un marché prometteur pour le Maroc.

Le marché des produits halal au Maroc est «prometteur» et doit renforcer les potentialités des entreprises exportatrices en vue d’une présence accrue sur le marché internationale, ont souligné les participants à une conférence-débat, organisée mardi à Casablanca.
Maroc Telecom premier opérateur télécoms national à être certifié « ISO 9001 Version 2015 ».

Maroc Telecom, acteur majeur des télécoms en Afrique et leader national des télécoms, annonce avoir obtenu la certification ISO 9001 dans sa toute dernière version 2015.
Le portefeuille stratégique de BMCE Capital domine le MASI.

A fin août, la contre-performance du portefeuille est de 3,99%, contre -6,8% pour le Masi. La situation économique pèse lourd sur le marché boursier. Le portefeuille étudié est composé de 23 valeurs
Artisanat et économie sociale : Une zone d’activité économique à Guelmim.

Le conseil communal de la ville de Guelmim a approuvé, jeudi dernier lors d’une session extraordinaire, le projet de création d’une zone d’activité économique liée à l’artisanat et l’économie sociale, qui donnera un nouveau souffle à l’économie de la porte du désert et permettra d’améliorer les revenus des artisans et des groupements professionnels.
Les investissements publicitaires ont accusé une baisse de 350 MDH .

La télévision, la presse écrite et l’affichage ont tous connu des baisses d’investissements comprises entre 100 et 130 millions de dirhams à fin juillet 2018. La structure du marché dominée par les opérateurs télécoms, la banque et la finance et les produits alimentaires fragilise le marché. Les canaux de communication, notamment la presse écrite, n’ont pas réussi à introduire de nouveaux annonceurs.
Une unité de valorisation de l’amandier lancée à Ighrem : «Dar Louz» verra le jour à Taroudant.

Le projet consistera, entre autres, en un espace de collecte et de stockage, des ateliers de valorisation, un espace d’exposition et de commercialisation.
La première franchise bio marocaine voit le jour.

Le premier distributeur de produits bio au Maroc abandonne sa franchise française pour lancer une franchise 100% marocaine.
Le projet d’alimentation en eau potable de la zone côtière Rabat-Casablanca est en phase d’essais industriels.

Le projet de renforcement de l’alimentation en eau potable de la zone côtière entre Rabat et Casablanca se trouve au stade des essais industriels, a indiqué l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE).



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


WHIRLPOOL - WVF 307 IX
Congélateur vertical
Classe climatique - T
Clayettes - OUI
Volume utile du congélateur - 300 L

Leguide Voyage


So Good
Intégré à la fameuse discothèque le « So Night Lounge », ce restaurant raffiné au cadre élégant et moderne vous propose une cuisine imaginée à partir du répertoire classique français. Sa liberté de ton et la provenance de ses produits des quatre coins du monde aboutissent à une carte résolument contemporaine, mixant les saveurs d'hier et d'aujourd'hui.