Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
La vie éco, il y a 9 mois

57% des retraités du secteur privé perçoivent moins de 1 500 DH !
La pension minimale dans le secteur public est à 1 500 DH depuis janvier 2018. A la CNSS, 26% des retraités perçoivent une pension inférieure à 1 000 DH. Ailleurs, c’est l’Etat qui prend en charge le minimum vieillesse.

Depuis janvier de cette année, la pension minimale servie dans le secteur public atteint 1 500 DH par mois, après être relevée de 1 000 DH à 1 200 DH en 2016, puis à 1 350 DH en 2017. La mesure paraît être une suite logique à celle prise en 2014 d’augmenter le SMIG à 3 000 DH nets dans le secteur public, à partir de juillet de la même année. Pour les pensionnés comme pour les salariés, c’est évidemment une excellente décision. Pour les considérations d’équité, il faudra repasser ! Les salariés du secteur privé, eux, cumulent les bas salaires et, une fois à la retraite, des pensions de misère. Selon les statistiques de la CNSS de 2016, sur un total de 518 940 retraités, 26% perçoivent des pensions inférieures à 1 000 DH par mois, 57% des pensions inférieures à 1 500 DH et 74% inférieures à 2 000 DH! Seuls 3% de l’ensemble des pensionnés perçoivent la pension maximale qui, comme on sait, est de 4 200 DH. La pension moyenne à la CNSS est de 1 586 DH par mois, contre environ 7 000 DH à la Caisse marocaine des retraites (CMR). Cet écart abyssal entre les niveaux de pension des deux régimes s’expliquant par les énormes différences dans les salaires de référence respectifs.

Pourquoi les retraités du secteur privé qui touchent moins de 1 500 DH par mois n’ont pas, eux aussi, bénéficié de la revalorisation de la pension minimale ? L’explication, technique si l’on peut dire, se tient : dans la mesure où ce sont les salariés et les employeurs qui cotisent, comment leur demander un effort supplémentaire dans leur contribution dans le but d’améliorer des pensions qui, après tout, ne sont que le reflet des cotisations versées et des paramètres du régime ? N’est-ce pas l’Etat qui, pour les retraités du public, a mis la main à la poche pour relever la pension minimale ? Et il ne l’a pas fait seulement en sa qualité d’employeur mais aussi, peut-être surtout, en tant que puissance publique, disposant de la légitimité pour affecter une partie des recettes fiscales au soutien des retraités à très faibles revenus.

Le patronat accepterait de son propre chef d’augmenter la pension minimale dans le privé à 1 500 DH que ce serait injuste envers les autres salariés et pensionnés. Car, explique en substance un spécialiste de l’actuariat, cela reviendrait, dans les faits, à offrir un rendement exceptionnellement élevé pour des cotisations exceptionnellement modestes ; sans compter que l’entreprise, dans ce cas, accomplirait une mission qui, normalement, n’est pas de son ressort, mais de celui de la solidarité nationale.

Partout où cela existe, la pension minimale, appelée aussi minimum vieillesse, est généralement financée soit par l’Etat, seul, au moyen de l’impôt, soit conjointement par l’Etat et la sécurité sociale (cas du Chili, de l’Egypte, du Portugal…). En France, par exemple, le minimum vieillesse est géré par le Fonds de solidarité vieillesse (FSV), lequel est financé via des prélèvements fiscaux. Et ce minimum est versé non pas seulement aux retraités à faibles pensions (en dessous d’un seuil fixé) mais aussi, par solidarité, à tous ceux qui ne disposent d’aucun revenu; en somme aux personnes n’ayant même pas effectué des cotisations retraite.



En savoir plus
Lire aussi

Le Groupe BCP primé à Abidjan lors des «Financial Afrik Awards».

Le groupe marocain Banque centrale populaire (BCP) a été primé à Abidjan lors des «Financial Afrik Awards 2018» dans la catégorie «Deal de l’année» (Affaire de l’année).
Poulpe: L’arrêt biologique prorogé jusqu’au 5 janvier.

Tous les opérateurs étaient suspendus au rapport de l’Institut national de la recherche halieutique (INRH) dont les prescriptions servent de boussole à la régulation de l’activité de pêche.
Échanges commerciaux France-Monde arabe : le Maroc occupe la troisième position en 2017.

Le Maroc a occupé la troisième place dans les échanges commerciaux de la France avec les pays du monde arabe en 2017, selon des chiffres dévoilés à l'occasion du 3ème Forum économique France-Monde Arabe tenu récemment à Paris.
Investissements marocains en Afrique : 37 milliards de dirhams injectés en 14 ans.

Si les banques et les télécoms représentent respectivement 53 et 17% des investissements injectés par le Maroc en Afrique, l’industrie représente pour sa part 11% de ces flux contre 5% pour les holdings.
Le Maroc a développé un modèle de coopération intégré et multidimensionnel.

Le ministre de l'Economie et des Finances, M. Mohamed Benchâaboun, a affirmé, dimanche en marge de sa participation aux travaux du Africa Forum 2018 à Sharm El Sheikh, que le Maroc a développé un modèle de coopération intégré et multidimensionnel avec les pays africains.
El Hafidi : L’Union arabe de l’électricité doit améliorer ses structures pour assurer une rentabilité élevée.

Le DG de l’ONEE prend part au 6ème congrès général de cette institution.
La compagnie nationale entre dans la cour des grands en intégrant l’alliance «Oneworld»

Royal Air Maroc intègre «Oneworld», une alliance composée de 13 compagnies aériennes des plus prestigieuses dans le monde. La compagnie aérienne nationale réussit ainsi un coup de maître avec des retombées importantes pour son avenir, son positionnement africain, mais aussi pour le tourisme au Maroc.
Heetch décroche l'autorisation d'exercer à Casablanca.

Heetch, société réputée à l’international pour son application mobile Heetch, qui géolocalise et connecte des passagers et des conducteurs en temps réel dans plusieurs pays, a obtenu officiellement son autorisation d’exercer de la wilaya de Casablanca.
Hausse des frais d’inscription en France : une fermeture qui ne dit pas son nom.

La classe moyenne marocaine sera contrainte de rester au pays ou de changer de destination. L’offre locale se diversifie mais des efforts sont encore nécessaires sur le plan qualitatif. Les professionnels de l’enseignement peu critiques vis-à-vis de la décision française.
Une production d’environ 2 millions de tonnes au titre de l’actuelle campagne : Une bonne année pour l’olivier

La démarche de contractualisation de l’État avec les professionnels a contribué fortement à consolider ces réalisations et à assurer une bonne intégration de la chaîne de valeur de la filière.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


- Instrument musical pour bébé

Leguide Voyage


Riad Yacout
Une invitation au rêve, pénétrez au cœur de la Médina de Meknès et découvrez le Riad Yacout : un parfum, une âme, un souvenir déjà incomparable.