Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
L'economiste, il y a 8 mois

SIEL 2018: La grand-messe du livre à Casablanca
Le salon a toujours réservé un accueil particulier aux enfants et au jeune public. Pas moins de 47 activités leur sont dédiées entre ateliers artistiques et scientifiques, lectures et récitals de contes. Ici, l’acteur et humoriste Hassan El Jem partageant son expérience avec des jeunes écoliers (Ph. Abo)

Démarrage en douceur du Salon international de l’édition et du livre (SIEL) pour sa 24e édition qui devra prendre sa vitesse de croisière en milieu de semaine. La grand-messe du livre, qui se prolonge jusqu’au 18 février à la Foire internationale de Casablanca, propose une programmation dense et éclectique réunissant pas moins de 350 écrivains, poètes, chercheurs et essayistes venant de différents pays.

Evènement autant culturel que commercial, le SIEL enregistre cette année plus de 700 maisons d’éditions en provenance de 45 pays. Quant à l’offre éditoriale, elle dépasse les 124.000 titres contre quelque 120.000 en 2017. Pour la nouveauté, l’ensemble de ces titres sont colligés dans des bornes interactives à la disposition du public. L’Egypte, invitée d’honneur cette année, propose un programme basé sur les relations culturelles entre Rabat et Le Caire.

Un parterre d’artistes, d’intellectuels et d’écrivains fera le déplacement, à l’instar de Mohamed Afifi, Mouna Souleymane, Hassan Khediri, Mohamed El Badaoui, Tarek Ettaher, Abdou Jebir, Said Kafraoui, en plus des luthistes Islam Mohamed Tah et Fadi Adil. Et de l’actrice Yousra. Les intellectuels palestiniens seront également en force avec Ghayath Al Madhoun (poète), Ibrahim Nasrallah (romancier), Abderrahmane Bsissou (critique littéraire), Mohamed Diab Abou Saleh (chercheur), Najeh Bekirate (chef de la division des manuscrits à la mosquée Al-Aqsa) et Khalil Tafekji (chercheur et directeur de la division de la cartographie de la Maison de l’Orient à Al-Qods).

Quant au pavillon français, l’un des points forts du SIEL, il recevra une pléiade de figures de la littérature francophone autour d’une programmation-hommage à l’écrivain et philosophe antillais Edouard Glissant sous le thème «L’imaginaire des langues»: les Marocains Abdessalam Cheddadi, Nadia Salmi et Sanaa El Aji côtoieront, l’Algérien Kamel Daoud, l’Ivoirienne Sylvie Ogou et les Français Guillaume le Blanc, Arno Bertina ou Etienne Balibar… Egalement au menu, le Prix Ibn Battouta pour la littérature du voyage, (13e et 14e éditions jumelées, au titre des années 2017 et 2018), qui sera décerné pour la 2e fois au Maroc.

La compétition initiée par le Centre arabe de littérature géographique «Irtyad El Afaq» consacrera cette année des œuvres qui dévoilent les grandes créations réalisées durant les siècles et décennies révolus, et établissent des ponts de dialogue entre la culture arabe et les autres cultures. Parmi les gagnants, sept chercheurs marocains. Les autres axes du programme: «Les Nuits de poésies», «Une heure avec un écrivain», «Dakira» et «Les noms sur podium». Cette rubrique accueillera plusieurs écrivains tels qu’Abdellatif Laâbi, Mohamed Berrada ou Asmaa Lmrabet.

Comme chaque année, une grande partie de la programmation est dédiée aux enfants avec des espaces répartis entre plusieurs stands. Pas moins de 47 activités enfantines sont programmées, entre ateliers artistiques et scientifiques, séances de lecture, récitals de contes etc. Une dizaine de jours bien remplis, entre rencontres littéraires et artistiques, débats, conférences, tables rondes thématiques, rétrospectives, projections de films et ateliers pour enfants…

Une aubaine pour les Casablancais en particulier et les Marocains, en général, qui n’hésitent pas à faire le déplacement d’autres villes pour l’occasion. Avec certains bémols d’organisation et de logistique toutefois. Notamment une acoustique très difficile, que la surenchère des hauts parleurs rend particulièrement pénible pour les visiteurs ou certains stands se transformant en marché à la criée pour vendre le maximum de «livres» sans aucune considération pour les quelques visiteurs tendant désespérément l’oreille pour écouter l’intervention d’un écrivain dans le stand à côté.



Lire Source
Lire aussi

Le chant et la danse Flamenco dans toute leur magnificence.

La 3e édition du Festival Flamenco Maroc, qui se poursuit jusqu’au 31 octobre, promet des temps forts avec des artistes de grande qualité, telle la danseuse espagnole Maria Moreno qui se produira jeudi 18 octobre au Théâtre Mohammed V à Rabat.
La musique hassanie à l’honneur à Tan Tan.

Le programme de qualification, de valorisation, de soutien et d’accompagnement de la musique hassanie au niveau de la région de Guelmim-Oued Noun a fait escale dimanche à Tan Tan, avec l’organisation d’une compétition entre les différentes troupes musicales représentant cette province.
Livre: Musiciennes du Maroc de Rita Stirn-Wagner.

L’auteure Rita Stirn-Wagner a effectué un périple de plusieurs années de Tanger aux montagnes de l’Atlas jusqu’au Sahara, pour aller à la rencontre des muses du Maroc.
Agadir : Nawal Sekkat à l’honneur au Musée amazigh.

Les œuvres de Nawal Sekkat, depuis ses débuts en 1992, contribuent à l’évolution, à l’enrichissement et au rayonnement de la pratique plastique au Maroc, ce qui prodigue à ses tableaux et ses sculptures un franc succès auprès des collectionneurs au Maroc et à l’étranger.
9ème édition des Théâtrales de Casablanca: la comédie « Jamais le deuxième soir »

Organisée par Top Event Productions, la 9e édition des Théâtrales de Casablanca continue à offrir des moments d’évasion et de joie. En ce mois d’octobre, le rendez-vous est donné avec la comédie hilarante « Jamais le deuxième soir ! », le jeudi 25 octobre au Megarama Casablanca.
«Kahwa#2» : Vers la structuration du cirque et des arts de la rue au Maroc.

Organisé dans le cadre de la 3ème édition des états généraux de la culture au Maroc.
Une saison culturelle marocaine à Madrid.

Le président de la Fondation nationale des musées du Maroc, Mehdi Qotbi, et le directeur du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI), Abdelaziz El Idrissi, ont été décorés, à Rabat, en juin dernier, respectivement de la Croix de commandeur de l’Ordre du mérite civil et de la Croix d’officier de l’Ordre du mérite civil du Royaume d’Espagne.
Et de sept pour le Festival international de cinéma et mémoire commune.

Le rideau a été levé, samedi soir, sur la 7ème édition du Festival international de cinéma et mémoire commune de Nador, organisé par le Centre de la mémoire commune pour la démocratie et la paix.
La culture coréenne s’invite à Fès.

L’Agence coréenne de coopération internationale (Koica) a organisé, dimanche à la place Florence à Fès, une journée culturelle coréenne, destinée au public marocain intéressé par la culture et les traditions coréennes.
La créativité artistique de la femme marocaine à l’honneur en Australie.

La prestigieuse Casula Powerhouse Art Center à Liverpool, banlieue de Sydney, expose jusqu'au 11 novembre prochain les œuvres de quatre artistes marocaines déclinant, chacune d'elles, un riche parcours artistique et une muse débordant d'originalité et de créativité.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


ASUS - EEE 9’’
Intel Celeron M 900MHz
RAM: 1GB
HDD: 80 GB
Taille de l’écran 9’’ 1024x600
0.3-megapixel web camera
802.11g wireless, SD card slot, 3 USB ports
des options WLAN Wi-Fi
WINDOWS XP HOME EDITION

Leguide Voyage


El Minzah
Parmi les nombreux établissements hôteliers de Tanger, celui qui, de par sa haute catégorie surpasse de loin tous les autres est, sans conteste, l'El Minzah Hôtel.