Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd’hui le Maroc , il y a 8 mois

L’Exécutif et BAM lancent une stratégie nationale d’inclusion financière en 2018
La machine est lancée pour élaborer une proposition de cadre de gouvernance public-privé de la stratégie, étant à souligner que les opérateurs privés ont été activement impliqués dans les efforts en matière d’inclusion financière déployés jusqu’à présent.

L’Exécutif et Bank Al-Maghrib unissent leurs efforts en matière d’inclusion financière. Voilà quelque temps que différentes actions sont menées par les uns et les autres pour assurer le recours du plus grand nombre aux services financiers. Et des progrès notables ont été réalisés dans ce sens en termes d’accès aux services bancaires (dépôts, crédits,…) et de développement d’offres adaptées aux besoins de différents segments de la population (TPME, population à revenus faibles, petite agriculture,…), confrontés jusqu’alors à des difficultés d’accès aux sources de financement.

L’idée à présent est de rassembler tous ses efforts dans le cadre d’une action unifiée et mieux organisée. Ainsi, le gouvernement et BAM ont récemment décidé de mettre en place une stratégie nationale d’inclusion financière (SNIF), dont l’objectif est de coordonner les actions et définir les priorités, les rôles et les responsabilités des différentes parties prenantes.

«Cette stratégie permettra de capitaliser sur les initiatives individuelles des différents régulateurs et acteurs du marché financier, notamment en matière de financement des PME, de microfinance, de la protection des consommateurs, du financement du logement, de l’assurance et du paiement mobile», peut-on lire dans le rapport présentant le projet de loi de Finances 2018 que vient de publier le ministère des finances. Le travail pour l’élaboration de la nouvelle stratégie est visiblement bien entamé, à savoir que plusieurs chantiers ont déjà été ouverts. Ainsi, la machine est lancée pour élaborer une proposition de cadre de gouvernance public-privé de la stratégie, étant à souligner que les opérateurs privés ont été activement impliqués dans les efforts en matière d’inclusion financière déployés jusqu’à présent. Aussi, une enquête nationale sur le niveau d’accès aux services financiers est sur les rails. A cela s’ajoute l’organisation de plusieurs activités et conférences en relation avec la thématique. Apparemment, le lancement de la nouvelle stratégie devrait se faire dès l’année prochaine à travers la mise en place des instances de gouvernance et la définition de la feuille de route commune de l’ensemble des parties prenantes fixant les priorités et les objectifs à atteindre.

Un coup d’accélérateur au financement des start-up et des entreprises innovantes à travers plusieurs leviers

Cela étant, la mise en place de la nouvelle stratégie ne constitue qu’un volet de tout l’effort envisagé par l’Exécutif pour monter en régime en matière d’inclusion financière dont les effets bénéfiques sur le développement économique et la réduction de la pauvreté ont largement été prouvés par les économistes.

Ainsi, il est aussi question de donner un coup d’accélérateur au financement des start-up et des entreprises innovantes à travers plusieurs leviers.
Le premier consiste en le fonds d’amorçage Innov Invest, mis en place en 2016, dont il s’agit à présent de mettre en œuvre les différentes composantes (sélection des sociétés de gestion pour la mise en place des fonds de capital-risque en partenariat avec des investisseurs privés, lancement de la procédure de labellisation des acteurs de l’écosystème devant fournir l’assistance technique aux projets…). Le second levier vise le renforcement de l’intervention des investisseurs providentiels (Business Angels) dans le financement de l’amorçage. Concrètement, une étude devrait être menée cette année pour établir un diagnostic de l’activité de ces investisseurs au Maroc et proposer un cadre institutionnel et organisationnel pour leurs activités (procédures, chartes,…). Le troisième levier activé pour appuyer le financement des entreprises innovantes porte sur le financement collaboratif (crowdfunding). Pour en rappeler le principe général, ce mécanisme consiste à mettre en lien, via Internet, les jeunes porteurs de projets avec un large public. Un projet de loi régissant cette activité a ainsi déjà été préparé et devrait être adopté l’année prochaine. La montée en régime en matière d’inclusion financière s’appuiera aussi sur un nouvel amendement de la loi régissant le microcrédit. Les travaux dans le cadre de ce chantier ont été entamés cette année pour aboutir à un projet de loi prenant en considération les recommandations et les résultats de l’étude sur la mise à niveau de l’environnement institutionnel du secteur de la microfinance au Maroc, qui s’est achevée fin 2016.

S’ajoute à cela la réforme du système des sûretés mobilières visant à améliorer la fluidité et les conditions de leur octroi et réalisation. Cela évidemment dans le but d’assurer un meilleur accès des entreprises, notamment les PME, au financement bancaire.

Vient enfin la poursuite du développement des engagements de la Caisse centrale de garantie dans le cadre de la stratégie nationale du système de garantie. Ceux-ci ont connu pour précision une hausse appréciable de 41% l’année dernière. Dans ce sillage l’offre de la Caisse devrait continuer de s’étoffer pour consolider l’offre de garantie générique et de produits spécifiques.

lire la suite sur le site de Aujourd'hui le Maroc
Lire aussi

Textile : les enseignes locales préparent une nouvelle riposte contre les produits turcs.

L’impact des droits de douane sur le marché intérieur est annulé par la forte dépréciation de la livre turque. Les exportateurs sont malmenés sur le marché européen par la sous-traitance turque devenue moins chère pour les donneurs d’ordre.
Record de ventes pour le groupe Renault au premier semestre 2018.

Selon les chiffres publiés ce lundi 16 juillet, au premier semestre 2018, le groupe Renault enregistre une croissance de 9,8 % de ses ventes au niveau international. Ces résultats sont dus notamment aux bonnes performances des Dacia fabriquées à l'usine de Tanger.
Londres : Attijariwafa bank primée « meilleure banque au Maroc ».

Le groupe Attijariwafa bank (AWB) a remporté, le 12 juillet à Londres, lors de l' »Euromoney Awards for Excellence 2018?, les prix de la « Meilleure banque au Maroc » et de la « Meilleure banque de la TPME en Afrique », décernés par Euromoney, magazine international de référence des marchés financiers du monde depuis 1992.
OCP Policy : Appel à l’adoption d’une nouvelle approche dans les relations euro-méditerranéennes.

Les participants à la conférence annuelle EuroMeSCo 2018, organisée jeudi à Rabat sous le thème «Un autre regard sur les relations euro-méditerranéennes», ont appelé à l’adoption d’une nouvelle approche dans les relations euro-méditerranéennes et les rapports Nord-Sud.
Anima : le Maroc succède à la Tunisie.

Le Maroc a été élu, dès le premier tour, président de la plateforme de coopération pour le développement économique en Mditerranée «Anima Investment Network», lors de l'Assemblée générale de la plateforme, tenue le 26 juin à Tunis.
L’ADII et l’Association des producteurs de raisins s’allient.

L’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) et l’Association des producteurs de raisins au Maroc (Aspram) ont signé, lundi à Rabat, un accord-cadre de partenariat institutionnalisant les relations de coopération entre les deux parties
Immobilier : ce qu’il faut savoir sur le redressement fiscal .

Pour les opérateurs, le fisc se base sur un référentiel des prix déconnecté de la réalité du marché. La procédure de la contestation d’un redressement fiscal est pénible, longue…et à double tranchant. Le fisc remet l’attestation fiscale après le dépôt de la déclaration de la TPI.
La croissance pénalisée par la demande extérieure.

Au premier trimestre, le PIB a crû de 3,2%, en ralentissement par rapport à la même période de 2017. Les mines, l’électricité et l’eau en forte croissance n L’hôtellerie, la restauration et le transport décélèrent.
Le G20 évalue les besoins d'investissements du Maroc

Le Maroc a besoin d'environ 37 milliards de dollars d'investissements dans les infrastructures pour pouvoir atteindre les objectifs de développement durable conformément à ceux fixés par les Nations Unies d'ici 2030, a indiqué un centre de recherche du G20.
La station Saïdia a eu son aquaparc à 154 MDH.

La Société de développement Saïdia (SDS), filiale du Groupe CDG, a annoncé l’ouverture aujourd’hui d’un aquaparc aux standards internationaux, baptisé Alpamare Saïdia.....



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - SALON TOKYO
Réf.: TOKYO/R
SALON TOKYO 2+1+1
en simili cuir rouge
assise en Alcantara Rouge.
Disponible en noir

Leguide Voyage


Riad Au20Jasmins
Plus typique qu'un hôtel de charme, le riad (ryad) Au20Jasmins vous fera profiter, lors de votre voyage et séjour à Fès, de l'hospitalité marocaine en vous laissant vous imprégner de l'atmosphère d'une maison d'hôtes (Guesthouse) traditionnelle authentique avec tout le confort d'un hébergement de luxe moderne.