Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui le Maroc , il y a 5 mois

Autorisations de construire : Le grand déballage sur les dysfonctionnements
La plate-forme électronique de dépôt, de traitement et de délivrance des permis de construire au niveau de Casablanca, Casaurba, déballe tout sur les dysfonctionnements en matière d’octroi d’autorisations d’urbanisme au niveau de la métropole. Voilà quelques mois que ce système permet de remonter des chiffres en temps réel sur l’activité de l’ensemble des guichets uniques d’urbanisme de la région de Casablanca- Settat. Ce système consolide en effet les données produites au quotidien par les pétitionnaires, les membres de commissions en charge de l’examen des demandes d’autorisation et les services communaux, explique-t-on auprès de la société gestionnaire de la plate- forme, Ribatis. Sur cette base un ensemble d’indicateurs statistiques est élaboré et est d’ailleurs consultable par le grand public à travers le portail www.casaopendata.org.

La logique derrière cet effort est évidemment de donner aux décideurs les moyens de réaliser des analyses qualitatives, déduire des tendances et disposer de données chiffrées pour entre autres identifier les goulots d’étranglement au niveau de la procédure et tendre vers son amélioration. Ces dernières semaines, Ribatis a poussé son effort de reporting plus loin encore en commençant à communiquer sur de nouveaux indicateurs qui pointent encore plus finement les problèmes. Le premier porte sur le retard moyen accusé par les membres des commissions pour émettre leurs avis. Dans le détail cet indicateur mesure le temps de retard entre la validation d’avis de membre et la date effective de commission. Il en ressort qu’au niveau de la Région de Casablanca- Settat les membres des commissions cumulent en moyenne 7 jours de retard pour l’émission de leurs avis. Au-delà de cette moyenne, si l’on examine le détail des prestations de chaque membre au niveau des différentes préfectures et provinces, l’on tombe sur des délais invraisemblables. Ainsi, les représentants de la Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité de la Chaouia (Radeec) font subir aux demandeurs pas moins de 73 jours de retard avant de transmettre leurs avis. Heureusement, il s’agit là d’un cas isolé. Les retards constatés par ailleurs ne dépassent pas la vingtaine de jours et sont le fait de quasiment tous les membres de commissions à travers toute la région. Notons néanmoins que certains membres de commissions s’arrangent pour limiter au plus les retards.

C’est notamment le cas de la commune de Lahraouiyine, la province d’El Jadida et de la Régie d’eau de la même province qui parviennent à limiter le retard à un jour. Un autre indicateur non moins intéressant que remonte désormais Casaurba chiffre le retard moyen sur l’émission des PV de commissions. Etant à préciser que ce retard est comptabilisé à partir du 3ème jour suivant la date de la tenue de la commission. Ainsi, les commissions débordent en moyenne de 7 jours sur le délai réglementaire pour livrer leurs décisions. Là encore en examinant le détail, cette moyenne recouvre des scores alarmants. En la matière, c’est la commission grand projet de Hay Hassani qui hérite du bonnet d’âne puisqu’elle dépasse le délai légal de 21 jours. On prend aussi son temps au niveau de Bouskoura, Anfa et Médiouna avec un retard autour de 17 jours. Toutes les commissions accusent par ailleurs du retard, les plus performantes parvenant toutefois à le limiter à un seul jour (Mohammedia, Sidi Moumen, Ain Sebaa, Sidi Belyout…).

Le dernier indicateur sur lequel communique nouvellement Ribatis calcule pour chaque membre de commission le ratio des avis favorables par rapport aux avis défavorables. Une donnée qui sera d’une grande utilité étant donné que les promoteurs immobiliers et les architectes reprochent depuis plusieurs mois aux commissions d’examen d’avoir la main lourde sur les avis défavorables sans être en mesure de désigner les fautifs. Déjà au niveau de toute la région, il ressort qu’en moyenne chaque membre de la commission n’émet que 26% d’avis favorables, ce qui constitue un score relativement faible. Si l’on va plus loin, il ressort que ce sont en règle générale les communes, arrondissements et préfectures qui émettent le plus d’avis défavorables. Pour ne citer que les exemples les plus extrêmes, au niveau de la préfecture de Hay Hassani, ils représentent 81,5% du total et ils pèsent encore 82% au niveau de Lahraouiyine. La palme d’or en termes de fréquence d’avis défavorables revient toutefois à la protection civile d’El Jadida : pas moins de 98% d’avis défavorables émis.

lire la suite sur le site d'aujourd'hui Maroc
Lire aussi

Tourisme : l’hébergement informel fait toujours de la résistance.

L’opération nationale de régularisation n’a pas donné les résultats escomptés, mais quelques villes touristiques poursuivent le travail. A Marrakech, près de 280 maisons d’hôtes sont sorties de l’informel depuis 2015. Les résultats sont faibles à Rabat et Fès. Des pourparlers sont en cours entre l’Exécutif et Airbnb pour régler le problème du parc locatif des particuliers.
Les hommes d’affaires marocains et qataris examinent des propositions de projets de partenariat

L'échange de points de vue sur des propositions de projets de partenariat pour le renforcement des investissements a été au centre d’une séance de travail tenue, mercredi à Doha, entre une délégation marocaine de 27 hommes d’affaires et les responsables de l’Autorité qatarie de l’investissement, Fond souverain qatari dédié à la promotion des investissements aux niveaux local et international.
Quand le tramway enfonce les prix de l’immobilier résidentiel !

La demande de biens situés en face des lignes de tramway en net recul à Casablanca et Rabat. Les acheteurs fuient les nuisances sonores et la rareté des places de stationnement. Promoteurs et propriétaires d’appartements se trouvent obligés de revoir leurs prix à la baisse.
Le Maroc va négocier un nouvel accord de pêche avec l’UE

Le Conseil de l’UE donne mandat à la Commission européenne
57% des retraités du secteur privé perçoivent moins de 1 500 DH !

La pension minimale dans le secteur public est à 1 500 DH depuis janvier 2018. A la CNSS, 26% des retraités perçoivent une pension inférieure à 1 000 DH. Ailleurs, c’est l’Etat qui prend en charge le minimum vieillesse.
Guelmim-Oued Noun : 994 millions DH d’investissement injectés en 2017

Le nombre d’entreprises créées a bondi de 60% par rapport à l’année 2016
Cosmétiques : les opérateurs créent une association pour organiser le secteur.

Les sept membres fondateurs contrôlent environ 80% du marché. Ils ont un double objectif : structurer et développer leur activité et garantir la sécurité des consommateurs.
Les organisations du transport et de la logistique en conclave à Marrakech

C’est à Marrakech que se tiendra le premier Congrès africain des organisations du transport et de la logistique.
Pêche maritime et aquaculture : Ferme volonté de renforcer la coopération maroco-nippone

Le renforcement de la coopération maroco-nippone dans les domaines de la pêche maritime et de l’aquaculture était au centre de la visite de travail, du 6 au 8 février au Japon, de la secrétaire d’Etat chargée de la pêche maritime, Mbarka Bouaida.
Iresen et Tesla Energy Institute scellent un partenariat

L’institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen) et Tesla Energy institute scellent partenariat.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


ADVANCE - 8806SK
- Boîtier Moyentour SKIN
- Façade laquée effet damier
- Alim 480 W Vent 80mm, SATA
- Sortie façade avant : 2 x USB2.0 + 2 x HD Audios

Leguide Voyage


Dar Ziryab
Une demeure de luxe au caractère oriental et au confort occidental qui vous offre le moyen idéal. Dar Ziryab n’est pas un hôtel classique, c’est un petit ``palais`` conçu en maison d’hôtes où vous serez accueilli dans une ambiance de famille.