Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui le Maroc , il y a 1 an

PLF : Les biens de l’Etat désormais saisissables !
L’adoption de cet article par les députés de la première Chambre avait provoqué une véritable levée de boucliers. Des politiques, d’anciens bâtonniers et des avocats et des parlementaires se sont mobilisés.

Les conseillers ont voté sur la première partie du projet de loi de Finances 2017 (PLF) en commission. La séance du vote à la deuxième Chambre a été marquée par deux principaux points. Le premier concernait le fameux article 8 bis du projet. Ce dernier rendait les fonds et les biens de l’Etat et des collectivités insaisissables en cas de jugement en leur défaveur. L’adoption de cet article par les députés de la première Chambre avait provoqué une véritable levée de boucliers. Des politiques, d’anciens bâtonniers et des avocats et des parlementaires se sont mobilisés. Cette pression a fini par porter ses fruits puisque l’article 8 bis du PLF est passé à la trappe lors de la séance du vote à la Chambre des conseillers en présence du ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid. Les membres de la commission permanente des finances, de la planification et du développement économique à la Chambre des conseillers ont jugé utile de supprimer cet article qui a provoqué une grande polémique ces derniers temps. Il faut dire que la suppression de cette disposition était déjà prévisible depuis quelques jours.

L’un des rares défenseurs de l’article 8 bis, à savoir le Parti de la justice et du développement (PJD), a fini par revoir sa position. En effet, le groupe parlementaire du parti à la Chambre des représentants avait défendu cette disposition. Le président du groupe, l’ancien ministre délégué en charge du budget, Driss Al Azami Al Idrissi, avait même justifié l’intérêt de cet article dans une tribune. Mais les Pjdistes au sein de la deuxième Chambre parlementaire voyaient les choses autrement. Ces derniers avaient déposé avec les autres groupes parlementaires de la majorité (Rassemblement national des indépendants, Union constitutionnelle, Mouvement populaire, Union socialiste des forces populaires et Parti du progrès et du socialisme) à la Chambre des conseillers, un amendement commun demandant la suppression pure et simple de l’article objet de la polémique.

Dans une déclaration totalement opposée à celle de Azami, Nabil Chikhi, président du groupe parlementaire du parti de la lampe à la deuxième Chambre, avait affirmé qu’une telle disposition «n’avait pas sa place dans le projet de loi de Finances mais plutôt au niveau du code de la procédure civile». Avec la suppression de l’article 8 bis, la version PLF adoptée par les députés de la première Chambre subit le premier grand changement par les conseillers de la deuxième Chambre. Reste à savoir si la Chambre des représentants réintégrera ledit article dans le cadre de la deuxième lecture. Ces derniers ont toujours le dernier mot concernant les projets de budget puisqu’ils peuvent annuler tous les amendements introduits par les conseillers parlementaires en cas de désaccord. Cependant, une telle possibilité reste éloignée en raison de la polémique autour de cette disposition ainsi que la forte mobilisation au niveau politique et de la société civile pour son annulation.

La hausse de la TIC sur les cigares rejetée
Les conseillers ont voté sur la première partie du projet de loi de Finances 2017 (PLF) en commission. La séance du vote à la deuxième Chambre a été marquée par deux principaux points. Le premier concernait le fameux article 8 bis du projet. Ce dernier rendait les fonds et les biens de l’Etat et des collectivités insaisissables en cas de jugement en leur défaveur. L’adoption de cet article par les députés de la première Chambre avait provoqué une véritable levée de boucliers. Des politiques, d’anciens bâtonniers et des avocats et des parlementaires se sont mobilisés. Cette pression a fini par porter ses fruits puisque l’article 8 bis du PLF est passé à la trappe lors de la séance du vote à la Chambre des conseillers en présence du ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid. Les membres de la commission permanente des finances, de la planification et du développement économique à la Chambre des conseillers ont jugé utile de supprimer cet article qui a provoqué une grande polémique ces derniers temps. Il faut dire que la suppression de cette disposition était déjà prévisible depuis quelques jours.

L’un des rares défenseurs de l’article 8 bis, à savoir le Parti de la justice et du développement (PJD), a fini par revoir sa position. En effet, le groupe parlementaire du parti à la Chambre des représentants avait défendu cette disposition. Le président du groupe, l’ancien ministre délégué en charge du budget, Driss Al Azami Al Idrissi, avait même justifié l’intérêt de cet article dans une tribune. Mais les Pjdistes au sein de la deuxième Chambre parlementaire voyaient les choses autrement. Ces derniers avaient déposé avec les autres groupes parlementaires de la majorité (Rassemblement national des indépendants, Union constitutionnelle, Mouvement populaire, Union socialiste des forces populaires et Parti du progrès et du socialisme) à la Chambre des conseillers, un amendement commun demandant la suppression pure et simple de l’article objet de la polémique.

Dans une déclaration totalement opposée à celle de Azami, Nabil Chikhi, président du groupe parlementaire du parti de la lampe à la deuxième Chambre, avait affirmé qu’une telle disposition «n’avait pas sa place dans le projet de loi de Finances mais plutôt au niveau du code de la procédure civile». Avec la suppression de l’article 8 bis, la version PLF adoptée par les députés de la première Chambre subit le premier grand changement par les conseillers de la deuxième Chambre. Reste à savoir si la Chambre des représentants réintégrera ledit article dans le cadre de la deuxième lecture. Ces derniers ont toujours le dernier mot concernant les projets de budget puisqu’ils peuvent annuler tous les amendements introduits par les conseillers parlementaires en cas de désaccord. Cependant, une telle possibilité reste éloignée en raison de la polémique autour de cette disposition ainsi que la forte mobilisation au niveau politique et de la société civile pour son annulation.

La hausse de la TIC sur les cigares rejetée
Le gouvernement vient de rejeter un amendement introduisant une hausse de la TIC (Taxe intérieure de la consommation) sur les cigares. C’est le groupement du syndicat la CDT (Confédération démocratique du travail) à la Chambre des conseillers qui a présenté cet amendement. Dans les détails, la proposition de la CDT voulait doubler la valeur de la TIC imposée aux cigares pour passer de 500 à 1.000 dirhams pour chaque 1.000 unités.

Les fonds générés par cette hausse devaient, selon les parlementaires, financer des programmes de santé, notamment ceux destinés à la lutte contre la maladie du cancer. Mais cet amendement a été rejeté par le gouvernement en raison des hausses successives des taxes décidées ces dernières années par les autorités compétentes.

Celles-ci pensent qu’une hausse supplémentaire risque de profiter essentiellement aux produits issus de la contrebande.

lire la suite sur le site d'aujourd'hui Maroc
Lire aussi

Les parlementaires veulent réformer leur régime de retraite.

Les parlementaires ont entamé, mardi à Rabat, l'examen des moyens de réformer leur régime de retraite, évoquant plusieurs scénarios.
Dakhla : Clôture du programme « Emergence des compétences ».

Le Centre de formation de la Fondation Phosboucraa, le Dakhla Learning Center, a organisé, samedi 14 juillet à la maison de la culture, la cérémonie de clôture du programme « Émergence Des Compétences » (EDC) en faveur de 177 adhérentes et adhérents, représentant deux promotions ayant bénéficié des services du centre.
Maroc et Union Européenne harmonisent l’accord agricole incluant le Sahara.

Le Conseil des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Union européenne (UE) a adopté, lundi à Bruxelles, sa décision portant adaptation de l'accord d'association et de l’accord agricole avec le Royaume de nature à inclure expressément le Sahara marocain, a-t-on appris de source européenne.
Le Maroc réitère sa position "constante et claire" concernant la présence du polisario dans la zone tampon

Le Maroc réitère sa position "constante et claire" concernant tout agissement du front séparatiste du polisario au niveau de la zone tampon, a affirmé, jeudi à Rabat, le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi.
Des milliers de palmiers ravagés par un important incendie à Tata.

Plusieurs Oasis abritant 50 mille palmiers dans la province Tata ont été totalement consumées par un gigantesque feu déclaré depuis plusieurs jours dans la région.
Aïd Al Adha: Les mesures prises pour assurer la qualité du cheptel.

Une série de mesures ont été mises en place pour assurer la qualité du cheptel destiné à l'abattage de Aïd Al Adha et déclencher des poursuites contre les contrevenants, a assuré Aziz Akhannouch.
Année scolaire 2018-2019: Création de 87 établissements scolaires, tous cycles confondus

Le ministre de l'Education nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Said Amzazi, a annoncé, lundi à Rabat, la création, au titre de l'année scolaire 2018-2019, de 87 établissements scolaires relevant des cycles primaire, secondaire collégial et secondaire qualifiant, dont 37 en milieu rural.
Marhaba 2018 : Mobilisation des services consulaires à Algésiras.

Les services consulaires à Algésiras sont constamment mobilisés aux côtés des membres de la Fondation Mohammed V pour la Solidarité pour l'accueil et l'accompagnement des Marocains résidant à l'étranger de retour à la mère patrie à l’occasion des grandes vacances, a affirmé le Consul général, Abdelfattah Lebbar.
Administration territoriale: 117 lauréats de la 53e promotion du Cycle normal des agents d’autorité.

Le nombre de lauréats de la 53ème promotion du Cycle normal des agents d'autorité est de 117, dont huit femmes, alors que le nombre d'inspecteurs a atteints vingt lauréats, dont six femmes, a indiqué l’Institut royal de l’Administration territoriale (IRAT).
ADM : Inauguration de la gare de péage pleine voie au niveau de l’échangeur de Berrechid Nord.

La Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM) a annoncé récemment l’ouverture à la circulation d’une nouvelle gare de péage pleine voie.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


I.R.I.S. - IRISPen executive 6
Surligneur électronique le plus évolué
- Reconnaissance de texte et de nombres
- Numérisation d'images en niveaux de gris
- Conversion de texte en voix
- Reconnaissance de codes à barres
- Reconnaissance de texte et de chiffres manuscrits

Leguide Voyage


La Sal
La Sal vous invite à déjeunrer et à dîner tout en profitant d'un cadre très agréable, ensoleillé, les pied dans l'eau. La décoration se veut manichéenne. côté cuisine, les habitués vous conseilleront paella aux crustacés. Le week-end, un DJ anime les soirées.