Leguide.ma
Leguide du jour Actualités Consommateurs Immobilier Voyages Agenda
Activités Royales Monde Economie Sport High-tech Culture Maroc
0     0     0
Aujourd'hui le Maroc , il y a 6 mois

PLF : Les biens de l’Etat désormais saisissables !
L’adoption de cet article par les députés de la première Chambre avait provoqué une véritable levée de boucliers. Des politiques, d’anciens bâtonniers et des avocats et des parlementaires se sont mobilisés.

Les conseillers ont voté sur la première partie du projet de loi de Finances 2017 (PLF) en commission. La séance du vote à la deuxième Chambre a été marquée par deux principaux points. Le premier concernait le fameux article 8 bis du projet. Ce dernier rendait les fonds et les biens de l’Etat et des collectivités insaisissables en cas de jugement en leur défaveur. L’adoption de cet article par les députés de la première Chambre avait provoqué une véritable levée de boucliers. Des politiques, d’anciens bâtonniers et des avocats et des parlementaires se sont mobilisés. Cette pression a fini par porter ses fruits puisque l’article 8 bis du PLF est passé à la trappe lors de la séance du vote à la Chambre des conseillers en présence du ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid. Les membres de la commission permanente des finances, de la planification et du développement économique à la Chambre des conseillers ont jugé utile de supprimer cet article qui a provoqué une grande polémique ces derniers temps. Il faut dire que la suppression de cette disposition était déjà prévisible depuis quelques jours.

L’un des rares défenseurs de l’article 8 bis, à savoir le Parti de la justice et du développement (PJD), a fini par revoir sa position. En effet, le groupe parlementaire du parti à la Chambre des représentants avait défendu cette disposition. Le président du groupe, l’ancien ministre délégué en charge du budget, Driss Al Azami Al Idrissi, avait même justifié l’intérêt de cet article dans une tribune. Mais les Pjdistes au sein de la deuxième Chambre parlementaire voyaient les choses autrement. Ces derniers avaient déposé avec les autres groupes parlementaires de la majorité (Rassemblement national des indépendants, Union constitutionnelle, Mouvement populaire, Union socialiste des forces populaires et Parti du progrès et du socialisme) à la Chambre des conseillers, un amendement commun demandant la suppression pure et simple de l’article objet de la polémique.

Dans une déclaration totalement opposée à celle de Azami, Nabil Chikhi, président du groupe parlementaire du parti de la lampe à la deuxième Chambre, avait affirmé qu’une telle disposition «n’avait pas sa place dans le projet de loi de Finances mais plutôt au niveau du code de la procédure civile». Avec la suppression de l’article 8 bis, la version PLF adoptée par les députés de la première Chambre subit le premier grand changement par les conseillers de la deuxième Chambre. Reste à savoir si la Chambre des représentants réintégrera ledit article dans le cadre de la deuxième lecture. Ces derniers ont toujours le dernier mot concernant les projets de budget puisqu’ils peuvent annuler tous les amendements introduits par les conseillers parlementaires en cas de désaccord. Cependant, une telle possibilité reste éloignée en raison de la polémique autour de cette disposition ainsi que la forte mobilisation au niveau politique et de la société civile pour son annulation.

La hausse de la TIC sur les cigares rejetée
Les conseillers ont voté sur la première partie du projet de loi de Finances 2017 (PLF) en commission. La séance du vote à la deuxième Chambre a été marquée par deux principaux points. Le premier concernait le fameux article 8 bis du projet. Ce dernier rendait les fonds et les biens de l’Etat et des collectivités insaisissables en cas de jugement en leur défaveur. L’adoption de cet article par les députés de la première Chambre avait provoqué une véritable levée de boucliers. Des politiques, d’anciens bâtonniers et des avocats et des parlementaires se sont mobilisés. Cette pression a fini par porter ses fruits puisque l’article 8 bis du PLF est passé à la trappe lors de la séance du vote à la Chambre des conseillers en présence du ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid. Les membres de la commission permanente des finances, de la planification et du développement économique à la Chambre des conseillers ont jugé utile de supprimer cet article qui a provoqué une grande polémique ces derniers temps. Il faut dire que la suppression de cette disposition était déjà prévisible depuis quelques jours.

L’un des rares défenseurs de l’article 8 bis, à savoir le Parti de la justice et du développement (PJD), a fini par revoir sa position. En effet, le groupe parlementaire du parti à la Chambre des représentants avait défendu cette disposition. Le président du groupe, l’ancien ministre délégué en charge du budget, Driss Al Azami Al Idrissi, avait même justifié l’intérêt de cet article dans une tribune. Mais les Pjdistes au sein de la deuxième Chambre parlementaire voyaient les choses autrement. Ces derniers avaient déposé avec les autres groupes parlementaires de la majorité (Rassemblement national des indépendants, Union constitutionnelle, Mouvement populaire, Union socialiste des forces populaires et Parti du progrès et du socialisme) à la Chambre des conseillers, un amendement commun demandant la suppression pure et simple de l’article objet de la polémique.

Dans une déclaration totalement opposée à celle de Azami, Nabil Chikhi, président du groupe parlementaire du parti de la lampe à la deuxième Chambre, avait affirmé qu’une telle disposition «n’avait pas sa place dans le projet de loi de Finances mais plutôt au niveau du code de la procédure civile». Avec la suppression de l’article 8 bis, la version PLF adoptée par les députés de la première Chambre subit le premier grand changement par les conseillers de la deuxième Chambre. Reste à savoir si la Chambre des représentants réintégrera ledit article dans le cadre de la deuxième lecture. Ces derniers ont toujours le dernier mot concernant les projets de budget puisqu’ils peuvent annuler tous les amendements introduits par les conseillers parlementaires en cas de désaccord. Cependant, une telle possibilité reste éloignée en raison de la polémique autour de cette disposition ainsi que la forte mobilisation au niveau politique et de la société civile pour son annulation.

La hausse de la TIC sur les cigares rejetée
Le gouvernement vient de rejeter un amendement introduisant une hausse de la TIC (Taxe intérieure de la consommation) sur les cigares. C’est le groupement du syndicat la CDT (Confédération démocratique du travail) à la Chambre des conseillers qui a présenté cet amendement. Dans les détails, la proposition de la CDT voulait doubler la valeur de la TIC imposée aux cigares pour passer de 500 à 1.000 dirhams pour chaque 1.000 unités.

Les fonds générés par cette hausse devaient, selon les parlementaires, financer des programmes de santé, notamment ceux destinés à la lutte contre la maladie du cancer. Mais cet amendement a été rejeté par le gouvernement en raison des hausses successives des taxes décidées ces dernières années par les autorités compétentes.

Celles-ci pensent qu’une hausse supplémentaire risque de profiter essentiellement aux produits issus de la contrebande.

lire la suite sur le site d'aujourd'hui Maroc
Lire aussi

Lutte antiterroriste : Le Maroc incontournable dans toute stratégie UE-UA, selon un magazine US

Le Maroc, grâce à sa stratégie multidimensionnelle de lutte antiterroriste, est incontournable dans toute stratégie UE-UA de lutte efficiente contre les groupes terroristes qui sévissent en Afrique, écrit, mercredi dernier, le magazine américain spécialisé dans les questions stratégiques et de défense, National Interest.
PJD : Le conseil national choisit le président du congrès et ses adjoints

Il aura lieu les 9 et 10 décembre
S.A.R. la Princesse Lalla Hasnaa représente S.M. le Roi à la cérémonie d'ouverture du segment de haut niveau de la COP 23

S.A.R. la Princesse Lalla Hasnaa a représenté, mercredi après-midi à Bonn, SM le Roi Mohammed VI à la cérémonie d’ouverture du segment de haut niveau de la 23ème Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP 23).
Remplacement des ministres limogés Le Chef de gouvernement entame les consultations avec les partis politiques concernés

Les consultations pour le remplacement des ministres limogés par le Souverain la semaine dernière ont déjà commencé. Le Chef de gouvernement a affirmé avoir pris contact avec les secrétaires généraux des partis politiques concernés.
Religion Coup d'envoi des travaux de la rencontre American Peace Caravan

La caravane américaine pour la paix arrive au Maroc. En cette occasion, une rencontre organisée par le ministère des Habous et des affaires Islamiques se déroule actuellement à Rabat avec la participation des représentants des religions abrahamiques.
Droits de l’Homme Soutien européen à la mise en œuvre de la loi sur la traite au Maroc.

A l’occasion de la journée européenne contre la traite des personnes, la délégation de l’Union Européenne (UE) au Maroc a réitéré son soutien aux politiques migratoires du Royaume. Dans ce sens, un programme d’appui de 35 millions d’euro devrait être signé avant la fin de l’année. Le montant bénéficiera notamment à l’opération de mise en œuvre de la loi sur la traite.
Séance commune des deux chambres du parlement Le projet de loi de finances présenté mardi prochain aux parlementaires

Le ministre de l’Economie et des Finances, Mohammed Boussaid, sera reçu mardi prochain au parlement. Il se chargera de la présentation, devant les membres des deux chambres, des grandes lignes du projet de la loi de finances 2018.
Forum de la MAP Saad Eddine El Othmani : Pas de remaniement ministériel en vue et la commission chargée de l’eau se réunira demain

Le chef du gouvernement Saâd Eddine El Othmani a affirmé ce matin que la commission ministérielle en charge du dossier de l’eau tiendra sa toute première réunion demain. Ph : Kartouch
Congrès national du PJD Abdelilah Benkirane balise le terrain pour briguer un troisième mandat

A moins de deux mois de la tenue de son congrès national ordinaire, le parti de la Justice et du Développement (PJD) amendent ses statuts. Les nouveaux changements ont touché notamment l’article 16 qui limitait le nombre des mandats du secrétaire général à deux seulement.
Fête nationale de l'Espagne Rabat et Madrid, ensemble pour un renforcement des liens d'amitié et de partenariat stratégique

L'Espagne célèbre, ce jeudi 12 octobre, sa fête nationale qui symbolise l’événement historique de 1492. Une date qui symbolise l'extraordinaire épopée d'une Nation qui a su forger l'unité dans la diversité.



Leguide Immobilier


Duplex à Skhirat plage, Skhirat
Superficie : 140m²
Prix Location Meublé : 8 500 DH
Référence : 111

Leguide Conso


Kitea - CUISINE CASA
Disponible en Hêtre et en blanc
1 Réf : T551049/41 995 Dh
Elément colonne 1 porte
Dim.: 49x47x200 cm
2 Réf : T551149/41 550 Dh
Elément haut 2 portes
Dim.: 100x34x54 cm
3 Réf : T551249/41 925 Dh
Elément bas 2 portes + 2 tiroirs
Dim.: 100x50x86 cm
4 Réf : T551349/41 1.495 Dh
Elément bas 2 portes avec évier
Dim.: 100x50x86 cm
5 Réf : T551449/41 375 Dh
Elément haut 1 porte
Dim.: 50x34x54 cm
6 Réf : T551549/41 550 Dh
Elément bas 1 porte + 1 tiroir
Dim.: 50x50x86 cm
7 Réf : T551749/41 775 Dh
Elément bas 4 tiroirs
Dim.: 50x50x85 cm
8 Réf : T551849/41 950 Dh
Elément haut 2 portes vitrées
Dim.: 100x34x54 cm

Leguide Voyage


Riad Yacout
Une invitation au rêve, pénétrez au cœur de la Médina de Meknès et découvrez le Riad Yacout : un parfum, une âme, un souvenir déjà incomparable.